Accord du participe passé avec "en" COD

Bonsoir à tous,

Suivant ma grammaire et ce que j'ai appris à l'école (en fait, j'apprends encore), l'accord ne se fait pas avec le pronom "en" qui remplace un cod: tu as cueilli des fleurs (tu en as cueilli).
Edy a écrit:
(dans ce sujet)

Néanmoins, dans l'usage, l'accord a souvent lieu.
* J'ai ramassé des crevettes. J'en ai ramassé(es)."

Grevisse exprime la même opinion et donne quelque 34 citations : 14 avec l'invariabilité et 20 avec l'accord.
Quelle théorie me conseilleriez-vous ? Accord ou non-accord ?

Merci de toute réponse.

ip.
«13456712

Réponses

  • EdyEdy Membre
    Bonsoir, Ipseite !

    La grammaire Le Robert et Nathan dit ceci :

    * Comment s'accorde le participe passé quand il a pour COD le pronom personnel adverbial en ?
    Selon la plupart des grammairiens, le participe passé précédé de en reste invariable. Néanmoins, dans l'usage, l'accord a souvent lieu.
    J'ai ramassé des crevettes. J'en ai ramassé(es) (FIN DE CITATION)

    Je vous conseille l'invariabilité.

    Mais ne blâmons pas ceux qui font l'accord ; ils font partie d'une espèce en voie de disparition...
  • Coucou !
    L'usage, l'usage... Qu'est-ce que c'est l'usage ? Est-ce la majorité qui l'emporte ?
    Moi, je n'aime pas quand on a le choix, je préfère quand une règle m'est imposée, au moins, je ne malmène pas mon cerveau. Je me suis aussi souvent demandé ce qu'il en était de l'accord avec en, et mes livres de grammaire ne sont pas tous en accord sur le sujet. Effectivement, si on peut s'en tenir à l'invariabilité pour TOUS les cas, inutile de se poser la question désormais.
  • EdyEdy Membre
    Bonsoir, Katarina !

    L'usage est le bon usage, celui des bons écrivains actuels.
    Grevisse, je l'ai dit, a fait un recensement : la majorité des écrivains cités font l'accord.
    Mais la majorité des grammairiens préconisent l'invariabilité. Grevisse est de ceux-là : "Quand l'objet direct est le pronom personnel en, le participe reste d'ordinaire invariable."
    L'invariabilité va d'ailleurs dans le même sens que celle de faire et de laisser suivis d'un infinitif : le sens de la simplification.
    On peut regretter qu'il en soit ainsi, mais le courant est ce qu'il est.
    Il n'empêche que la réforme simplificatrice de l'orthographe aura bien des difficultés pour entrer dans l'usage.
  • Je vais vous paraître iconoclaste, mais analyser "en", dans "j'en ai cueilli", comme un C.O.D., me hérisse le poil. Car, alors, comment analyser le même "en" dans l'expression suivante:
    -"j'en ai cueilli, des fleurs!"
    Peut-on réellement accorder la même fonction à "fleurs" et à "en". Sincèrement , j'en doute.
    Comment l'analyser?
    J'y réfléchis, et je proposerai une réponse.
  • bonjour lebeau,

    comme analyse, je dirais tout volontiers que "en" dans "j'en ai cueilli, des fleurs" est bien le cod, attendu que cueillir constitue un verbe transitif direct, donc cueillir quelque chose / cueillir quoi ? - des fleurs. Ne nous laissons pas tromper par "des", étant ici article partitif. Il ne s'agit donc pas de cueillir de quelque chose, bien sûr, et je crois n'avoir dit que ce que vous savez déjà.

    Quant à l'accord avec le pronom personnel "en" (cod en l'occurence), je ne veux pas suivre les grands écrivains, mais les grammairiens. Laissons invariable, ça me "botte" beaucoup plus.

    voilà mes pensées.

    ip.
  • EdyEdy Membre
    Etienne, vous semblez ne pas tenir compte des manipulations syntaxiques, notamment de l'emphase.
    Parmi LES différentes formes de l'emphase, se trouve celle qui consiste dans la mise en évidence d'un terme de l'énoncé AVEC annonce ou AVEC reprise pronominale.

    * J'ai cueilli des fleurs.
    → Des fleurs, j'en ai cueilli. (Reprise par le pronom.)
    → J'en ai cueilli, des fleurs. (Annonce par le pronom.)

    Dans cette forme d'emphase, le pronom assume la fonction syntaxique du terme détaché.
    Par conséquent, dans "J'en ai cueilli, des fleurs", le pronom personnel EN, qui représente le terme détaché, est bien COD du verbe. Il a la fonction qu'avait le terme détaché avant sa mise en emphase.

    Quelle est alors la fonction de "des fleurs" ?
    Logiquement, on devrait considérer que c'est aussi un COD. Mais on se heurte à l'objection suivante : un verbe ne peut avoir plusieurs COD qu'en juxtaposition ou en coordination.
    C'est pourquoi l'analyse est plutôt la suivante : "des fleurs" est un terme emphatique, antécédent de en, pronom personnel COD du verbe, pronom qui le représente et qui l'annonce.
    (Le terme ANTEcédent est impropre, mais il n'y en a pas d'autre.)

    Je suis d'autant plus à l'aise que jadis nous avons eu, à l'examen de français, à analyser la fonction de EN et celle de son antécédent mis en emphase. A tort, j'en ai fait deux COD.

    J'espère, mon cher Etienne, que je vous ai convaincu.

    Cordialement,
    Edy
  • "J'en ai cueilli, des fleurs".

    Je vois plutôt "fleurs" comme COD, avec "en" comme explétif, à cause de la virgule.

    Supprimons fleurs, cela donne
    " J'en ai cueilli."
    Cela appelle une question immédiate:
    " De quoi?"
    Cette phrase ne peut débuter un discours, sauf cas de début 'in medias res', mais même alors l'antécédent est supposé.
    "en" reste un explétif.

    Supprimons la virgule de la première expression.

    "J'en ai cueilli des fleurs".
    "En" ne paraît plus avoir le même rôle, la même fonction: il peut très bien être complément de lieu d'origine, par exemple, mais reste avoir besoin d'un antécédent.

    Et le sens change complètement.
    Autrement dit, est-ce le sens qui fait la grammaire ou la grammaire qui fait le sens?
  • EdyEdy Membre
    1 EN n'est pas du tout explétif, comme c'est le cas dans :
    * Je crains qu'il NE pleuve.
    Il n'y a ici aucune idée de négation.
    Le NE dit explétif n'est d'ailleurs obligatoire qu'avec "sans que".
    → Je crains qu'il pleuve.

    Dans l'exemple, EN représente "des fleurs" et ne peut pas être effacé, sans quoi l'emphase serait supprimée et on en reviendrait à "J'ai cueilli des fleurs". Dans l'expression emphatique, il n'est pas explétif du tout.

    Le COD, c'est bien EN.

    2 Si vous supprimez "des fleurs", il reste : J'en ai cueilli.
    EN reste un pronom personnel, dont l'antécédent se déduit du contexte ou de la situation.

    3 EN peut effectivement signifier autre chose.
    * J'en ai cueilli des fleurs.
    → J'ai cueilli des fleurs de mon jardin.
    EN est encore un pronom personnel, il représente "de mon jardin".

    4 Avec le lexique, c'est la grammaire qui donne le sens. Pas l'inverse !
    Ce sont des outils qui servent à nous exprimer.
  • Bonjour à tous,
    Je reprendrai juste l'explication donnée sur le nouveau BLED:


    Lorsque le cod du verbe est "en", le participe passé reste invariable.
    Toutefois, si le verbe précédé de "en" a un cod placé avant lui, le participe passé s'accorde.

    Ex: sans accord

    Voyez ces odorants lilas, j'en ai cueilli pour ma mère.
    Nous avons cueilli des lilas, nous en avons rapporté des brassées.

    (ici le cod est devant mais séparé par une virgule)


    Ex: avec accord

    Il a vu ma mère; voici les nouvelles qu'il m'en a données.
    Oh! que je l'ai aimée cette cour! Les plus pénétrants premiers souvenirs que j'en aie gardés, sont, je craos, ceux des belles soirées longues de lété.

    Vous ne pouvez pas dire: "moi je laisse invariable".
    J'ai passé des concours d'entrée dans certaines administrations et une hésitation se paye cash.
    Une erreur = moins 1.
    Il y a des régles qu'il faut connaître et je trouve que le BLED que je viens d'acheter est trés bien fait.(Attention il y a 2 BLED presque identiques d'apparence. c'est le plus cher qui est bien)
    J'espére avoir contribué à l'éclaircissement de la question .
    A+
  • C'est très clair, propre et concis, bravo et merci !
  • bonsoir 4zam,

    j'ai bien apprécié votre intervention. Toutefois les exemples de l'accord ne me semblent pas très pertinents, surtout que "en" n'y joue pas le rôle de cod, mais complément de cod. L'accord (données, gardés) ne se fait pas avec "en", mais bien avec le complément d'objet direct qui précède (nouvelles, souvenirs,...).

    sous toutes réserves.

    ip.
  • 'soir
    Je n'ai fait que recopier les exemples du livre.
    Il ya d'autres exemples, et la structure est souvent identique.
    J'ai pu faire tous les exercices sans problème en considérant la régle ci-dessus. je n'aurais jamais réussi à les faire avant l'achat de ce livre.
  • Bonsoir,
    Que pensez-vous de cette phrase trouvée dans "Frankenstein" de Mary Shelley : "Le simple fait que l'idée m'en était venue aussi spontanément en était bien la preuve".
    Faut-il accorder ?

    Merci d'avance :)
  • Oui! il faut accorder! lol "Le simple fait que l'idée m'en était venue aussi spontanément en était bien la preuve".
  • D'accord ;) Et quelle est la fonction et la nature de "en" s'il vous plaît ?
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.