Fiches méthode Bac de français 2021

Bonjour tout le monde !!

Alors j'ai besoin de conseils !

J'espère que vous allez pouvoir m'aider

Sur mes copies d'explications de textes et de commentaire, on me reproche souvent la même chose, ce qui fait que je tourne autour de 10, sans arriver à décoller !

C'est plutôt pénible et frustrant.
Je comprend très bien ce qui m'est reproché, mais je n'arrive pas à avoir le déclic qui ferait, que je ne fasse plus ces "fautes".

J'espère que vous allez pouvoir me donner ce déclic

Voici ce qui m'est reproché :

- maladroit ( bon ça ... je ne pense que vous pourrez m'aider )
- mal dit ( de même )
- l'analyse n'est pas assez proche du texte
- l'analyse ne suit pas le détail de la construction du texte et de ses effets
- citations non intégrées dans le corps du texte
- vous vous contentez trop de citer le texte, sans l'expliquer avec précision
- expression trop souvent maladroite
- relever les phrases et les paraphraser n'est pas expliquer le texte.
- vous regardez que les mots et pas la phrase
- paraphrase


Voila

Avez-vous des astuces pour éviter la paraphrase ?
Comment lier le fond et la forme ?
S'attacher plus au fond ? Ou plus à la forme ?


Merci

Réponses

  • - l'analyse n'est pas assez proche du texte
    - l'analyse ne suit pas le détail de la construction du texte et de ses effets
    - vous regardez que les mots et pas la phrase
    C'est un peu contradictoire, de te reprocher à la fois de regarder les mots (analyse) et pas la phrase (synthèse) et en même temps de ne pas être assez proche du texte : je te suggère de demander à ta prof ce qui ne va pas, en lui faisant -aimablement- remarquer cette apparente contradiction

    - l'analyse ne suit pas le détail de la construction du texte et de ses effets
    Il faut davantage, avant de rédiger, t'attacher à une lecture linéaire de ton texte, en faire le plan (paragraphes et articulations) pour en déduire la structure avec ses connecteurs

    - citations non intégrées dans le corps du texte
    Travaille tes transistions et introductions

    - vous vous contentez trop de citer le texte, sans l'expliquer avec précision
    - relever les phrases et les paraphraser n'est pas expliquer le texte.
    - paraphrase
    Tout l'art du commentaire est là ! expliquer sans paraphraser, citer à bon escient... Les axes bien dégagés doivent t'aider à viser l'essentiel de ton texte ; et toute explication doit se rattacher à ta problématique

    Lier fond et forme : c'est aussi un des écueils du CC, que cette subtile liaison... Lis des modèles de CC (annales du bac...) Tu verras d'ailleurs que les corrigés eux-mêmes ne sont pas parfaits ;)
  • Bonjour Julie,

    Tu aurais sûrement intérêt à consulter les fiches de méthode du site : ici.
    En les étudiant, tu comprendrais ce qui t'est reproché et tu pourrais t'en corriger.

    Muriel
  • Bonjour !

    D'abord, je dirais que l'idée même de 'séparer le fond de la forme' (idée chère aux enseignants) est absurde. Pourquoi ? Parce que l'auteur fait passer un massage (=fond) et qu'il le fait au moyen de tournures stylistiques précises (= formes). Or, si on supprime la forme, il n'y a plus de fond, et si on supprime le fond, il n'y a plus de forme ! C'est donc stupide.

    Bien.
    Pour t'aider à éviter la paraphrase, je te conseille dans un premier temps de bannir toutes les expressions du style : l'auteur dit que, l'auteur pense que, le texte explique que, etc... Tu te contentes de répéter. Ce que l'on attend de toi c'est une interprétation. Il est dit ceci, mais il faut comprendre cela. Tu dois t'appuyer sur les figures de style utilisées par l'auteur (elles ne sont jamais choisies au hasard) pour déduire une pensée.
    Prenons comme exemple l'ironie :

    Mon fils vient d'avoir 2/10 à sa dictée. Il me présente sa note et je lui réponds :

    -Oh, 2/10 ! Quel merveilleux résultat ! Quelle note sublime, je suis si fière !

    Si on veut paraphraser, on dira que j'ai dit que mon fils a eu une super note, à savoir 2/10. Or, il est bien évident que 2/10 n'est pas une super note et que donc je n'ai pas pu dire ça en le pensant réellement. Ton travail à toi c'est de dire : elle l'a dit mais, si on observe attentivement, on peut déduire de l'utilisation des points d'exclamation (meme à l'oral si on y met le ton ils sont marqués) et de l'emphase qui dommine cette courte phrase qu'elle pensait le contraire de ce qu'elle a dit. C'est donc un procédé ironique. Après il y aurait tout un cours à faire sur l'ironie mais ça serait sans doute d'un niveau trop élevé, quoi que...

    Bref, tu peux t'entraîner avec des petits exercices, par exemple en piochant dans les annales de bac. Tu cherches toutes les figures de style et tu t'entraînes à les identifier et à trouver leur signification.

    En fait, paraphraser revient très clairement à dire au correcteur : j'ai rien capté au texte. Et si tu n'as pas compris, c'est que tu es bête, enfin que tu n'as pas le niveau, donc tu ne peux pas décoller du 10. J'ai eu ce problème pendant longtemps et il m'a fallu beaucoup de temps pour l'identifier. Mais maintenant que c'est fait ça va beaucoup mieux.

    Si tu as d'autres questions n'hésite pas, j'espère que je t'aurai un peu aidée.

    Bon courage !
  • Je conseille toujours à mes élèves de construire chaque paragraphe en deux moments:

    1. citation du texte (et plus précisément du fait textuel) retenu
    2. expliquer en quoi il fait sens

    Entre ces deux moments, toujours utiliser un verbe ou une expression qui montre la démarche didactique du style "cela montre bien que...", "cela souligne que", "cela met en valeur"...

    Exemple très très très succinct et même minimaliste sur la lettre 81 (je crois) de Laclos:

    "Tout d'abord, nous voyons dans cette lettre que les pronoms personnels sont très nombreux et ce sont surtout ceux de la première personne qui dominent, reléguant souvent la deuxième personne au second plan. Cela montre bien la main-mise que Merteuil exerce sur sa relation avec Valmont et entérine très clairement la manière forte avec laquelle elle s'impose dans cette association. D'ailleurs, le "je" est quasiment toujours sujet des verbes d'action alors que le "vous" qui désigne Valmont est souvent en simple position de COD qui subit l'action."

    A chaque fois que vous citez le texte, vous devez vous demander: "ce que je dis, c'est super, mais en quoi cela fait-il sens?" Ce doit être le leitmotiv. En permanence, je dis bien. Le commentaire est un exercice qui permet de décrocher une bonne note si on maîtrise bien les bases méthodologiques. Ce n'est ni une redite du texte ni un prétexte à disserter: la matière première est donnée, il faut en faire un bon usage.

    Voilà, très minimaliste, mais c'est surtout l'esprit de ce que je veux dire qui compte dans cet exemple.

    Séb
  • Bonjour,
    Demain je passe le bac blanc de français et je suis totalement perdue : ce trimestre j'ai 4,4 de moyenne en français parce que je n'y arrive pas, je ne pense pas avoir la méthode. Je n'arrive pas a trouver des idées qui expliquent bien le texte, mon prof dit que je fait de la paraphrase ..


    Je pense que demain je choisirais le commentaire, mais quand vous avez un texte devant les yeux, que faites vous ? Et pour la question, c'est pareil .. :(

    merci de votre aide
  • Pour ne pas tomber dans la paraphrase, faut que tu relève les procédés réthoriques ( registres utilisés, figures de styles, champ lexicaux...), les stratégies argumentatives (convaincre, persuader, délibérer).
    Surligne aussi les idées principales du texte, les phrases clés que tu pourras mettre dans ton commentaire en guise d'exemples.
  • j'ai pas trop bien compris les stratégies argumentatives .. c'est par rapport au lecteur ?
  • * rhétoriques

    Il faut que tu : - cite le texte / -identifie le procédé ( figure de style, procédé de narration, champ lexical, modalisateur, etc. ) / interprète.

    La stratégie argumentative n'est pas la plus présente dans un commentaire composé. Elle se trouve dans des textes argumentatifs...Dans ce cas-là, tu dois analyser comment le personnage mène son argumentation, toujours par la même formule ci-dessus.
  • oui c'est par rapport au lecteur, c'est ce que l'auteur cherche a faire au lecteur, fin j'arrive pas trop à expliquer ><
    Convaincre par la raison
    Persuader par les sentiments
    délibérer: peser le pour et le contre
    Aprés ça dépend du genre du texte, si c'est un apologue, un essai ou un dioalogue argumentatif, la fonction argumentative sera différente.
  • Merci a tous les deux pour vos réponses, maintenant croisons les doigts pour demain ...
  • En ce qui concerne le commentaire, il faut être rigoureux : n'oublie jamais la règle
    Une idée → Un exemple qui illustre cette idée → L'explication de l'exemple, en montrant comment il prouve ton idée.
  • Bonjour à tous,
    Voila j'ai mon bac blanc dans quelques jours et je suis plongé dans mes révisions. Je revois donc les méthodes des différentes rédactions possibles ainsi que les registres, mouvements etc...
    Concernant le commentaire, en consultant les différentes fiches méthodes une peur de la paraphrase m'est venu. C'est pourquoi je vous appelle à l'aide pour savoir quelle est votre méthode pour ne pas paraphraser ;)
    Merci d'avance.
  • Demande toi toujours si tu racontes ou si tu analyses. Analyser = montrer comment l'auteur a transmis une impression, un sentiment, une idée en s'appuyant sur les procédés d'écriture qu'il a employés. Regarde le message qui précède. Faire un commentaire c'est analyser comment un texte littéraire parvient à transmettre, à communiquer quelque chose au lecteur. Ce n'est pas reformuler ce que le texte raconte.
  • Merci pour ton aide ;)
  • DavidDavid Membre
    Certes, il faut éviter la paraphrase, mais qu'on se rassure. C'est normal de paraphraser, c'est une excellente forme de commentaire et une excellente façon de montrer que vous avez compris le sens d'un texte. Et il faut ajouter que la paraphrase est résolument essentielle dans le cas des textes hermétiques.
    Ce qui est affligeant, c'est de voir qu'on la dénigre comme une faute honteuse chez les gens, comme si c'était anormal de paraphraser.
    Pédagogiquement, ce n'est pas très intelligent.

    Opposer la paraphrase à une analyse, oui, mais encore faut-il se faire une idée de ce qu'est une analyse de texte.
    Imaginez que vous ayez à commenter le poème de Verlaine : "Il pleure dans mon coeur / Comme il pleut sur la ville..."
    La plupart des phrases sont simples, le sens est évident et même le relevé des figures de style vous ne pouvez que vous dire que la plupart des gens verront "Il pleure", tournure impersonnelle calquée sur "Il pleut", le fait que la pluie est dans le coeur au lieu d'être dehors, etc.
    Vous vous dites que vous n'allez pas vraiment faire la différence avec les autres candidats.

    Qu'est-ce que l'analyse ? En réalité, il y a des tonnes de façon pour analyser un texte. Mais, ce qu'on attend de vous c'est une restitution des méthodes d'approche qui font le lit de l'histoire de l'analyse littéraire théorique depuis le dix-neuvième siècle.
    Au dix-neuvième siècle, on a commencé à décrier la paraphrase et on a tourné le dos à la rhétorique, deux grosses erreurs.
    Mais, on a progressé en s'intéressant désormais à la composition des textes.
    Puis, au vingtième siècle, des générations de théoriciens de l'analyse se succédant, des formules sont devenues académiques et incontournables dans les milieux de l'enseignement.
    Quand un texte est un extrait, il faut situer celui-ci dans l'oeuvre, souligner son importance. Là, la démarche est analytique.
    Il faut trouver des formules pour caractériser d'un coup la valeur d'un extrait. Est-ce que c'est une pause dans le récit, est-ce que c'est un moment d'action? Qu'est-ce que ça représente : une rencontre amoureuse, etc.?
    En fait, l'analyse va utiliser des méthodes de classement. Par exemple, l'opposition narration / description, l'opposition entre un sommaire, une pause, une ellipse et un scène romanesque.
    On va bien montrer que tel paragraphe raconte l'action, mais que tel autre est une réflexion de l'auteur à partir de ce qu'il vient de raconter, etc.
    On va déterminer le regard du narrateur, s'il est omniscient, s'il fait partie de l'histoire, en essayant de relier tout constat à une idée intéressante au plan de la signification.
    Dans le théâtre, a-t-on affaire à un coup de théâtre, une scène de transition, etc?
    Bref, les outils d'analyse sont en partie dispensés dans les cours scolaires et universitaires, mais souvent le cours les fournit d'une façon tellement délayée que nous ne comprenons pas leur logique d'emploi.
    Cela ressemble trop souvent à un jargon anachronique, puisque ce sont souvent des notions récentes appliquées à des auteurs anciens.

    Pour surmonter les problèmes posés par le risque de la paraphrase, on peut partir de la forme pour revenir au fond, au lieu d'expliquer le fond en faisant au passage quelques remarques formelles. On peut partir de la composition du texte pour dégager les grandes lignes de ce qui est essentiel dans l'extrait, pour montrer comment cela s'articule, comment il y a différents plans.

    Il existe un outillage important sur le roman et le théâtre qui nous vient de théories modernes jugées indispensables dans les écoles et universités.
    Toutefois, pour le théâtre, il y a une tension entre la dramaturgie et la poétique. Il faut distinguer entre les règles qui font qu'une comédie, ou une tragédie, est bien conforme à son genre, aux attentes strictes d'une époque (bienséance, vraisemblance), et la poétique qui est l'étude de ce que les chercheurs ont trouvé d'original dans l'art d'un auteur.
    Dans les récits, il y a des notions théoriques sur la narration : la focalisation est importante, les notions de sommaire, ellipse, pause, scène, etc. Il y a d'autres notions. On joue pas mal avec pour construire un commentaire, ainsi qu'avec l'idée de composition qui suppose donc qu'on découpe des parties, qu'on repère des oppositions, des symétries, qu'on caractérise l'extrait qui peut être aussi bien important pour l'action qu'un moment de réflexion ou que sais-je encore d'autre. On joue avec l'idée du temps de la narration : est-ce qu'il est ralenti, accéléré, etc., etc., avec la caractérisation des personnages: est-ce un type, est-ce un héros, etc.
    On voit bien que lorsqu'on commente un extrait de roman, il faut avoir présent à l'esprit cet outillage analytique. Il est la clef pour éviter la paraphrase, sinon ça devient vite une vraie gageure.
    Dans le domaine de la poésie, les méthodes modernes n'ont pas porté. Ils s'appuient sur la versification : rimes et vers et éventuellement strophes, sur les figures de style, le rythme, les fameuses assonances et allitérations, mais très souvent c'est assez mal expliqué aux élèves. Le professeur a lui-même tendance à plaquer les considérations sur la forme des poèmes en vers. Il se contente de donner un plan détaillé et ne s'attarde pas trop. Les poèmes tendent à être expliqués sur le même modèle que les récits finalement, avec un petit dosage d'analyse du vers, du rythme et des figures de style.
  • Bonjour, je me présente, je m'appelle Thibaut, et je compte aller en première L l'année prochaine . Actuellement, je suis en seconde, et l'on fait beaucoup de commentaire littéraires, que jusqu'à présent j'ai assez bien réussis. Toutefois, je commence à me poser des questions par rapport à la paraphrase . En effet, il arrive parfois, lors de mes commentaires, que je veuille relever des phrases car elles me paraissent importantes pour expliquer (et pour mon plan, bien-sûr), mais je me demande si à chaque fois que l'on relève quelque chose, il doit y avoir obligatoirement un procédé d'écriture (je sais qu'il en faut évidemment) , ou si l'on peut (comme je me le demande) relever parfois des expressions sans procédé d'écriture précis afin de les expliquer et de développer notre commentaire.

    En bref, peut-on relever des expressions n'étant pas des procédés d'écriture, si elles sont utiles à l'analyse et au plan, et si elles ne tombent pas dans la paraphrase.
    Merci d'avance,
  • AmmyAmmy Membre
    Oui si tu en tires une analyse qui fait progresser ton argumentation. Non si tu te contentes de reformuler l'expression, si tu t'en sers pour résumer.
  • LaoshiLaoshi Membre
    Si tu n'oublies pas de te poser la question comment à côté de la question quoi, tu ne tomberas jamais dans la paraphrase.
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.