Je viens vous faire part de mon trouble (bon déjà sa commence bien :P).

Cela m'arrive assez souvent, quand je suis dans un état végétatif, perdu dans les images de la télévision par exemple.
Bref.
Cela viens insidieusement, au fil de mes pensées, et surgit d'un seul coup : "Je suis Moi".
Cette simple constatation, qui peut paraître absurde, même ridicule, me met dans une sorte de vertige. Comme si la révélation de ma propre existence, la prise de conscience du fait que j'existe, était trop énorme pour mon esprit.
Peut-être irais-je dans une sur-intéprétation en disant que, pour ma pensée, modeste pensée d'homme, le fait d'admettre son existence, son relativisme (parce que si elle existe, elle aurais tout aussi bien pû ne pas exister) était au delà de ses capacités.
Et alors, pris dans ma "révélation" qui n'en ai plus vraiment une puisque elle est chronique, je suis pris d'une sorte de crainte, un impression de perdre pied et l'idée que si je n'arrête pas tout de suite de me dire que je suis Moi et bien je vais devenir fou.

Voila, c'est assez bizarre. Si quelqu'un connait ici ? Si quelqu'un a une idée du pourquoi du comment de la chose...
«13

Réponses

  • "Je suis Moi".
    Est-ce que c'est Je qui parle ou Moi?

    YHWH = YAHWEH (Dieu d'Israel dans l'Ancien Testament) = "Je suis qui je suis".

    Jésus a répondu à Pilate ("Es-tu Roi des Juifs?") par un "c'est toi qui le dit".

    "Qui suis-je" et "Qui es-tu" sont les questions initiatiques de base.
    Aucune raison d'en être troublé.

    Face au Cyclops (potentiellement destructeur), qui lui pose la question "Qui es-tu?", Ulysse répond "Mon nom est Personne". Par la suite il aveugle le Cyclops. Quand les copains du géant lui demande qui le lui avait fait, il répond "Personne m'a blessé".

    Edit : Ton existence est due à un heureux hasard de rencontre de spermatozoïde et ovule. La plupart du temps, c'est le résultat d'un intention amoureuse d'un couple qui veut avoir des enfants.
    tu n'as pas forcément choisi l'existence, mais tu peux faire en sorte qu'elle soit aussi heureuse que possible.
  • Aucune raison d'en être troublé.
    Mais je le suis. Quand la réponse me viens, pas la simple réponse, bête et méchante "je suis moi", de façon superficiel. Mais l'idée d'être qui je suis, justement, l'idée d'être, tout simplement, provoque des sortes de vertiges :s
  • Tu décris les symptomes. Pour te guérir il vaudrait mieux traiter la cause. Quelle en est-elle?
  • Tu décris les symptomes. Pour te guérir il vaudrait mieux traiter la cause. Quelle en est-elle?
    Je ne sais pas si je suis malade déjà.
    Mais si tel en est le cas, cela dois provenir de l'inconscient :P.

    Je voulais simplement savoir si d'autre personne connaissait ça...
  • Si tu ne t'acceptes pas, ni aimes ni vis bien avec Toi, comment espérer que les autres t'aimeront,
    Quel philosophe a dit "Connais-Toi Toi-même"?
  • Si tu ne t'acceptes pas, ni aimes ni vis bien avec Toi, comment espérer que les autres t'aimeront,
    Quel philosophe a dit "Connais-Toi Toi-même"?
    Oula, attention, je m'accepte tout a fait. Enfin, si je ne m'accepte pas, cela n'est pas conscient. Le "je suis moi" suivi du vertige n'est pas du tout, enfin dans mon idée, révélatrice de ma non acceptation de mon être.
    C'est simplement, je crois, la prise de conscience que je suis existant et que donc je suis inclue dans un monde, un schéma.
    comment espérer que les autres t'aimeront
    Euh. Je ne sais pas si j espère que les autre m'aime, sans doute que si puisque je suis humain. Mais dis comme cela, sa fait un peu le mec désespéré qui n'attend qu'une chose : "être aimer". De plus, je ne sais pas si on m'aime, j'ose croire que certain m'apprécie. Mais conclure directement que le fait que la constatation du :"Je suis moi" et des vertiges qui suivent cette constatation est une preuve que je ne m'accepte pas c'est quand même aller un peu vite en besogne non ?


    "Connais-Toi Toi-même"
    Socrate non ?
  • C'est plus complexe JSC ...
    Moi aussi Galain, pas forcément perdu dans mes pensées, en fait n'importe quand, on s'en rend compte, on est. Il n'y a pas de mot assez fort pour exprimer cette sensation disant à peu près " qu'est-ce que je fous là ? pourquoi moi ? pourquoi suis-je moi ? pourquoi pas un autre ..."
    C'est assez étrange et cela mérite réflexion, peut-être toute une vie ...
  • Une pensée qui se traduit par un symptome physique est une chose forte. :rolleyes:

    L'acceptation de Soi et la connaissance de Soi sont liées.
    Galain a écrit:
    si j espère que les autres m'aiment, sans doute que si, puisque je suis humain.
    Bien dit, Galain. Chaque Homme a le droit de chercher le bonheur.

    Socrate: à explorer.
    Bonus a écrit:
    qu'est-ce que je fous là ? pourquoi moi ? pourquoi suis-je moi ? pourquoi pas un autre

    1. Ce sont des questions que presque tout le monde se pose. Vous n'êtes pas exceptionnels de ce fait.
    2. Ton Moi n'est qu'un Moi parmi des Milliards. Je ne sais plus qui a dit Moi est un 'autre'.
    3. On se donne une raison d'être très souvent:
    - un accident
    - j'ai un destin
    - Dieu me veut
    - Chacun ajoute sa miette au pain que fabrque l'humanité
    - Je commence un chemin
    -
    -
    Ce n'est pas à la naissance, à 10 ans ou à 20 ans que l'on va détenir bcp de réponses.....enfin, elles changent tout le temps et sont le résultat de recherche, cheminement, réflexion, expériences....


    On EST. Pourquoi chercher le pourquoi? Déjà vivre cet être est un boulot à plein temps; :)
    Pourquoi se donner mal en cherchant?
    Laissez venir les réponses....vous avez le temps devant vous. :cool:
    Courage.
  • Arf, je n'ai pas dis que mon "Je suis Moi" était une idée qui n'avait traversé que moi, et que cette idée me définissait comme particulier, spécial, ou je ne sais quoi encore. Je n'ai pas la prétention d'être autre chose que ce que je suis (Van Damme : sort de ce corp) ni plus haut, ni plus bas. Ne deformons pas tout les propos :P. Jamais, ni moi, ni Bonus, je crois, n'avons sous-entendu, d'une façon ou d'une autre, que nous nous considerions comme "exeptionnel".
    On EST. Pourquoi chercher le pourquoi?
    Je ne pense pas en effet que Pourquoi nous sommes là est important.
    Mais le fait de savoir que nous sommes là est quelque chose d'assez déroutant quand on y réfléchis bien. Sans aucune idée religieuse ou je ne sais quoi, sans aucune idée de but de la vie, ou d'autre chose. Simplement savoir que nous existons, au milieu d'autre et que nous sommes Moi et pas un Autre, que nous sommes "tombés" dans cette vie, cette pensée (si tant est que la pensée est particulière a chaque individu).
  • ENSENS Membre
    Galain a écrit:
    son relativisme (parce que si elle existe, elle aurais tout aussi bien pû ne pas exister)
    Petite erreur de vocabulaire : compte tenu de l'idée exprimée entre parenthèses, tu veux parler de la contingence de l'existence. "Relativisme" est un terme intrus ici.
  • Mais c'est magnifique d'être toi ! il n' y a rien d'angoissant là-dedans. Ou alors, c'est une révélation d'ordre mystique, et je comprends que ça puisse t'affoler
  • La sensation de vertige, suivis de cette idée : "je vais devenir fou" n'est pas mon refus d'être moi mais plutôt ma peur de ne plus l'être.
    En réalité, j'ai l'impression lorsque cette évènement m'arrive que, si je restais trop longtemps dans cette idée "je suis moi, je suis moi" tournant dans ma tête, et bien d'une certaine façon je serais justement extrait de Moi.
    Peut-être en réalité suis-je déjà fou :P.

    Je pense que l'on peut faire le rapprochement avec les projections astrales (c'est bien ça non ?) où l'on se voit dormir par exemple. Et bien là c'est un peu pareil, en prenant de mon existence, je me vois exister et sa fait très très bizarre, trop bizarre même pour mon esprit qui chancelle alors.
  • Galain a écrit:
    Ne déformons pas tout les propos
    Si tu crois cela, Galain, j'arrête.
    Puisque tu ne dis pas plus que "quand je pense à mon existence, j'ai le vertige*", soit on consulte un médecin, soit on échange d'idées.
    Je réagis à tes paroles avec le sentiment qu'elles m'évoquent.
    Nos vécus ne peuvent pas être semblables et mes 17 ans ne me permettèrent pas le temps pour glander: Bacs Scientifique + Musique + Options Fortes + Prepa Cambridge + Permis de conduire + Certificat Fin d'Études en Théorie de la Musique et Piano + Organiste et Chef de Chœurs d'une église + Jouer mon premier engagement pro au piano + composer la musique pour une pièce de théâtre + gagner un concours de composition + ne pas obtenir mon premier Diplôme orgue (j'au dû le repasser un an plus tard à l'Université).
    C'est pas pour t'impressionner ou me vanter. Juste pour te faire comprendre que l'on n'a pas besoin d'occuper la tête de considérations philosophiquement complexes qui semblent te causer un désarroi.

    Je ne trouve pas que l'on soit pour la plupart "tombés" dans la vie. De nos jours, les naissances sont plutôt fortement souhaiteés et planifiées.

    Comme Léah, je trouve que
    nous existons, au milieu d'autre et que nous sommes Moi et pas un Autre
    est rassurant (on n'est pas seul) et, si miraculeux en quelque sorte, cause de joie et activité.

    Je préfère l'attitude au réveil:
    "aujourd'hui je commence le premier jour du reste de ma vie, qu'est-ce que je vais faire pour profiter un max de la vie et porter qq chose dans le monde?"

    *Qu'en pensent tes amis, Ta famille?
  • Ne déformons pas tout les propos
    Si tu crois cela, Galain, j'arrête.
    Tu as oublié de quoter le ":P", qui signifiais que je savais parfaitement que tu n'avais pas voulu déformer nos propos...
    'fin bref.


    Bon.
    Premièrement, je ne suis pas seulement un glandeur philosophique, arpentant les forums à la recherche de débat, pour alimenter sa morne et triste vie d'un petit peu de... vie justement :P.
    Deuxièmement ce n'est pas une considération philosophique, ce n'est pas comme ça que je le vis. Il faut imaginer une idée qui traverse ta tête, simplement, pas plus de réflexion qu'une phrase qui passe dans ton esprit. Et, dans les rares moments ou elle s'impose à moi, je suis pris de vertige mais d'un vertige semblable a celui qui veut compter l'infini ou je ne sais quoi encore. :P
    "aujourd'hui je commence le premier jour du reste de ma vie, qu'est-ce que je vais faire pour profiter un max de la vie et porter qq chose dans le monde?"
    Mais c'est évident ! Je suis d'accord avec toi...
    Ce n'est pas plaisir pervers que je me lance dans des réflexions bizarres. Mais je ne contrôle pas toute mes idées, je vois pas ce que je peut dire de plus. Si toi, en tout instant, a tout tes matins, tu peux te réveiller avec le même sentiment, la même idée en tête et bien sache que ce n'est pas mon cas :s
  • Galain, je comprends très bien cette (comment dit-on ? je trouve comme ça spontanément un mot, dériliction, mais bah j'suis pas sure) dérilection donc de ton existence; Le JE n'est pas un truc stable et bien établi. En fait on est plein de trous !
    Si tu as regardé les quelques émissions sur de Beauvoir, on a dit que plusieurs Simone se révélaient au-travers de ses écrits, et qui est la vraie Simone ? Quand de plus on se projette dans l'écriture quelles facettes de soi ne se révèle-t-on pas ! Elle-même arrivée à l'âge mûr a éprouvé ce besoin de redonner consistance à la jeune fille qu'elel avait été, pour que cele-ci ne disparaisse pas.
  • On se met des idées dans sa tête.

    J'aimerais avoir l'idéee que je t'avais exposée dans ma tête tous les matins, car elle est constructive. Ce n'est pas toujours le cas.
    La construction cependant n'est jamais pareil d'un jour à l'autre, ce qui évite à la vie d'être morne ou angoissante en soi.

    :P pour moi indique ironie, mal venue dans un sujjet sérieux qui semblait avoir des conséquences sérieuses.

    Si on se mets des idées dans la tête, on peut aussi les en enlever!
  • Ca m'arrive le matin quand je me leve et je regard le miroire. J'ai l'impression d'etre ridicule et de voir une autre personne sur le miroire.
    Je ne sais pas si c'est normale ou pas? :/
  • ENSENS Membre
    Le "café philo" devient "café psycho". ..
  • Si on se mets des idées dans la tête, on peut aussi les en enlever!
    De nombreuses personnes ont des idées dans la tête sans pouvoir se les enlever. Les hommes ne sont pas des disques durs, dans lesquels les programmes s'amassent et se détruisent aussi facilement. Nous sommes pensant, nous analysons, construisons, mais nous ne sommes pas maître absolu de notre pensée et de ce qui en découle.
    Il est facile de dire à quelqu'un : " la solution est en toi" mais cela n'avance à rien. Il est facile de dire pense comme ça, ou comme ceci, mais cela ne change rien.

    Remplir ça vie...
    Se serait ça la solution. Bourrez votre vie d'activité, remplissez là à tel point que les idées saugrenus qui avant parvenaient à votre esprit en repos n'y arrive plus. Cela ressemble trop à de l'abrutissement pour que j'applique ces préceptes. Je ne veux pas être asservis par les choses extérieur dans le seul but de ne plus réfléchir au idées complexes et sans réponses.

    Alors soyons sérieux, puisque il le faut. Que faire ?
    Sans doute rien, laisser couler et chercher, réfléchir, même si sa n'a pas de sens, même si sa ne sert à rien. A quoi bon servir d'ailleurs, et pourquoi être heureux si l'on ne comprend pas ? Autant être une moule...

    Donc voilà, je serais morne, flasque, gris mais au moins je réfléchirais à l'insoluble, pour voir ce que sa donne.
  • Je ne sais pas pourquoi, mais vous me faites penser à ce livre de Sartre où il découvre qu'il existe.
    Vous me faites penser aussi ( et je n'y mets pas d'allusion maligne ou blessante) à cette période de la vie des enfants où ils répondent systématiquement "non" à toute demande parce qu'enfin ils arrivent à se différencier de leur mère.
    J'ai l'impression que vous vous êtes différencié du monde qui vous entoure: quelquechose comme la mort de l'ancien "Vous" vers la naissance du nouveau: une initiation auto déterminée en quelque sorte.
    Et c'est probablement l'occasion à saisir, car ce genre de situation ouvre grand la porte aux possibilités qui sont en vous.
    A votre place, je verrais cela comme une chance: vous vous êtes ouvert la porte du monde et tout vous est possible.....
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.