Fiches méthode Bac de français 2021

Je suis en classe de première et je bute sur un commentaire littéraire que j'ai à rendre dans une semaine. Je ne trouve pas vraiment une problématique fiable et un plan. J'espère que vous pourrais m'aider et proposer vos idées.


Pour problématique j'avais pensé à quelque chose qui ressemblait à ceci :

-Comment Voltaire tourne en ridicule les pensées de Pascal tout en faisant prendre parti le lecteur ?

Pour le plan j'ai réfléchi à plusieurs chose comme :

I-Le genre épistolaire
II-L'ironie
III- La viruosité d'écriture de Voltaire

Donnez moi votre avis sur ces bribes d'idées =)

Voici le texte (extrait des lettres philosophiques 25eme le tout début) :

Je vous envoie les remarques critiques que j'ai faites depuis longtemps sur les Pensées de M. Pascal. Ne me comparez point ici, je vous prie, à Ézéchias, qui voulut faire brûler tous les livres de Salomon. Je respecte le génie et l'éloquence de Pascal ; mais plus je les respecte, plus je suis persuadé qu'il aurait lui-même corrigé beaucoup de ces Pensées, qu'il avait jetées au hasard sur le papier, pour les examiner ensuite : et c'est en admirant son génie que je combats quelques-unes de ses idées.

Il me paraît qu'en général l'esprit dans lequel M. Pascal écrivit ces Pensées était de montrer l'homme dans un jour odieux. Il s'acharne à nous peindre tous méchants et malheureux. Il écrit contre la nature humaine à peu près comme il écrivait contre les jésuites. Il impute à l'essence de notre nature ce qui qu'à certains hommes. Il dit éloquemment des injures au genre humain. J'ose prendre le parti de l'humanité contre ce misanthropes sublime ; j'ose assurer que nous ne sommes ni si méchants ni si malheureux qu'il le dit ; je suis, de plus, très persuadé que, s'il avait suivi, dans le livre qu'il méditait, le dessein qui paraît dans ses Pensées, il aurait fait un livre plein de paralogismes éloquents et de faussetés admirablement déduites. Je crois même que tous ces livres qu'on a faits depuis peu pour prouver la religion chrétienne, sont plus capables de scandaliser que d'édifier. Ces auteurs prétendent-ils en savoir plus que Jésus-Christ et les Apôtres ? C'est vouloir soutenir un chêne en l'entourant de roseaux ; on peut écarter ces roseaux inutiles sans craindre de faire tort à l'arbre.

J'ai choisi avec discrétion quelques pensées de Pascal ; je mets les réponses au bas. C'est à vous à juger si j'ai tort ou raison.
Voilà, en espérant des réponses au plus vite je vous souhaite une bonne année ;)

Hugo Des gens me font dire que mon plan serait mauvais, mais ne me propose rien en échange. :(
Je m'en doute bien qu'il soit pas terrible du tout mais bon.


ps : faute de frappe dans le III- virtuosité*

Réponses

  • J'ai déjà étudier la lettre XXV en cours, mais nous n'avons pas fait de commentaire à ce sujet.

    L'ironie de Voltaire est obligatoirement à développer mais le genre épistolaire et la virtuosité de l'écriture de Voltaire ceci m'étonnerais.
    Je me renseigne et je t'apporte plus de réponses ;)
  • Je mets à jour mon message :

    J'ai eu quelques autres idées depuis la derniere fois : (plutot différente de la premiere fois)

    I) Le genre épistolaire
    1-Prise à partie du lecteur
    2-Fausse modestie de voltaire
    3-La lettre, une facilité ?

    II) Une critique organisé des idées de Pascal.
    1-Prise de précautions de la part de voltaire. (pour mieux pouvoir le critiquer ?) (génie, éloquence de Pascal..)
    2- La légèreté des idées de Pascal. (il aurait pu modifié ses idées si il avait relu, inconséquence de Pascal ?)
    3- Voltaire affirme ses positions (j'ose prendre parti ...)

    III) Que veut t'il faire paraitre ?
    1-?
    2-?
    3-?


    Voilà j'aimerais avoir vos opinions sur ceci =) Pour la troisieme partie je ne suis vraiment pas sur que ça peut être dévelopable x). Proposer moi vos idées svp =)

    HUGO
  • Bonjour à tous,

    je dois faire un commentaire d'un texte de Voltaire mais j'ai des difficultés de compréhension. Le texte se situe dans le Lettres anglaises, Voltaire parle de Blaise Pascal. Il y a une phrase que j'ai du mal à comprendre. Juste avant la phrase qui pose problème, Voltaire critique Pascal, auteur misanthrope qui n'aime pas le genre humain (janséniste). Ensuite, Voltaire dit:
    "Je suis, de plus, très persuadé que, s'il avait suivi, dans le livre qu'il méditait, le dessein qui paraît dans ses pensées, il aurait fait un livre plein de paralogismes éloquents et de faussetés admirablement déduites".

    Mes réflexions
    livre = livre imaginaire, livre supposé puisque "s'il..."

    déduction, paralogisme = erreurs logiques de Pascal

    dessein = projet de Pascal. Mais à quoi renvoie ce dessein...??

    Je ne comprends pas cette phrase.

    Merci beaucoup pour votre aide.
  • Je suppose d'après cette phrase que Pascal avait le projet d'écrire un autre livre pour servir à peu près le même projet que dans Les Pensées. Il lui reproche dans cette phrase de très bien écrire et très bien prouver des idées que Voltaire conteste. En bref, Voltaire trouve que Pascal a du génie pour écrire et argumenter, mais il s'oppose aux idées qu'il démontre grâce à cet art de l'écriture.
  • Jean-LucJean-Luc Modérateur
    Bonjour,

    Les Pensées de Pascal sont des notes que le philosophe destinait principalement à l'élaboration d'une Apologie de la religion chrétienne. Mais le penseur chrétien est mort avant de pouvoir réaliser son projet. Le texte est donc parcellaire et non ordonné. C'est un matériau brut. Voilà pour le "dessein".
    Ce texte séduit par son caractère abrupt, ses formules concises.
    Dans le projet de Pascal elles auraient été développées, démontrées, travaillées mais n'auraient pas perdu leur "faussetés" logiques selon Voltaire, dont le style de vie mondain et libre-penseur était tout à l'opposé de celui de Pascal.
  • Merci Jean-Luc, je ne savais pas que ce n'était qu'une ébauche.
  • D'accord j'ai saisi merci beaucoup

    Bonjour,

    je reviens encore avec mon Pascal. Je crois qu'il me hante l'esprit. J'aurais besoin de quelques renseignements si quelqu'un peut me les fournir. Alors voilà:

    - Voltaire publie ses Lettres anglaises en 1734, mais j'aimerais bien savoir où?
    - Les remarques sur Pascal ne sont pas dans toutes les éditions du XVIIIe, est-ce qu'elle ont été publiées plus tard?
    - Dans le début des remarques, Pascal semble s'adresser à quelqu'un (et en effet on parle bien de "lettres philosophiques". I l dit: "Je vous envoie les remarques critiques que j'ai faites depuis longtemps sur les pensées de Pascal". Est-ce qu'il s'adresse vraiment à quelqu'un ou est-ce que c'est un "vous fictif"? Quel intérêt?

    - Enfin, j'ai encore un autre passage qui me pose problème.
    « Les grandeurs et les misères de l'homme sont tellement visibles qu'il faut nécessairement que la vraie religion nous enseigne qu'il y a en lui quelque grand principe de grandeur, et en même temps quelque grand principe de misère. Car il faut que la véritable religion connaisse à fond notre nature, qu'elle connaisse tout ce qu'elle a de grand et tout ce qu'elle a de misérable, et la raison de l'un et de l'autre. Il faut encore qu'elle nous rende raison des étonnantes contrariétés qui s'y rencontrent." (citation Pascal)

    Cette manière de raisonner paraît fausse et dangereuse : car la fable de Prométhée et de Pandore, les androgynes de Platon et les dogmes des Siamois rendraient aussi bien raison de ces contrariétés apparentes. La religion chrétienne n'en demeurera pas moins vraie, quand même on n'en tirerait pas ces conclusions ingénieuses, qui ne peuvent servir qu'à faire briller l'esprit.
    Le christianisme n'enseigne que la simplicité, l'humanité, la charité ; vouloir le réduire à la métaphysique, c'est en faire une source d'erreurs.


    Ce qui me pose problème c'est que: j'ai l'impression que Voltaire pointe du doigt les erreurs de raisonnement de Pascal: Pascal se trompe car il use de sa raison, là où il n'y a pas lieu d'en user. La religion chrétienne renvoie au mystère, à la foi et non à la raison. En matière de religion, il ne s'agit pas de démonstration.

    A la première lecture j' avais presque compris l'inverse. J'avais cru que Voltaire pointais du doigt les erreurs de raisonnement de Pascal, alors que la religion n'est qu'affaire de foi. J'avais compris que c'était Voltaire le raisonneur face à un Pascal qui prône la vérité de la foi. Alors qu'en fait c'est Pascal qui est dans le raisonnement et c'est Voltaire qui discrédites toutes ces spéculations.

    Voilà comment je comprends le passage. Simplement j'aimerais savoir si c'est bon parce que c'est la structure argumentative qui est suivie tout au long de cette lettre 25.

    Merci d'avance.
  • Jean-LucJean-Luc Modérateur
    Bonsoir,

    Ces lettres anglaises ou philosophiques ont été publiées à Bâle, en terre protestante.
    Ce qui oppose Voltaire à Pascal ici :
    - le fondement de la religion, métaphysique pour le second, morale pour le premier,
    - conception pessimiste de la nature humaine pour le second, optimisme foncier de l'homme des Lumières qui ne croit pas au péché originel d'où ces références à la mythologie pour contrecarrer Pascal.
    Pour ce qui concerne le destinataire, voir le lien
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Lettres_philosophiques
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.