* Je vais donc enfin vivre seul ! Et déjà, je me demande avec qui. (SACHA GUITRY. TOUTES REFLEXIONS FAITES)
* L'amour est aussi une affection de la peau. (PAUL MORAND. FERME LA NUIT)
* Les hôtels des riches ont jusqu’à cinq étoiles ; ceux des pauvres en ont une infinité. (PHILIPPE GELUCK)
* Ma décision prise, je balance longuement. (JULES RENARD. JOURNAL)
* Elle était belle comme Vénus, riche comme Crésus et innocente comme Dreyfus. (EMMANUEL BERL)
«1345

Réponses

  • EdyEdy Membre
    * Jusqu’au jour où les maris pourront, eux aussi, gagner les faveurs du juge en croisant haut les jambes, pas d’égalité des sexes ! (MAURICE DEKOBRA)
    * Il y a les avocats qui connaissent bien la loi, il y a ceux qui connaissent bien le juge. (COLUCHE)
    * La langue n’est ni réactionnaire, ni progressiste. Elle est tout simplement fasciste, car le fascisme, ce n’est pas d’empêcher de dire, c’est d’obliger à dire. (ROLAND BARTHES. COLLOQUE DE CERISY)
    * Le doux Roland Barthes nous a appris que la grammaire elle-même est fasciste. (CLAUDE ROY)
    * Il n'y a pas de bonheur parfait, comme disait l'homme à qui l'on présentait la note de l'enterrement de sa belle-mère. (JEROME K. JEROME. TROIS HOMMES DANS UN BATEAU)
  • EdyEdy Membre
    * Pour parler correctement le russe, apprenez d'abord l'anglais ; ça vous permettra de vous rendre compte que ces deux langues n'ont absolument aucun rapport entre elles. (PIERRE DAC. L’OS A MOELLE)
    * J’ai lu l’Odyssée. - Vous l’avez lue dans le texte ? - Non, dans le train ! - Ça va plus vite. - Oui, d’autant que c’était un rapide. Évidement quelques passages m’ont échappé. Les passages à niveau, naturellement.
    (PIERRE DAC. ESSAIS, MAXIMES ET CONFERENCES)
    * Si un homme offre des fleurs sans raison à sa femme, c'est qu'il y a une raison. (MOLLY MC GEE)
    * Donner avec ostentation, ce n'est pas très joli ; mais ne rien donner avec discrétion, ça ne vaut guère mieux. (PIERRE DAC. L’OS A MOELLE)
    * J'écris lorsque je suis inspiré, et je m'arrange pour avoir de l'inspiration chaque matin à neuf heures. (PETER DE VRIES)
  • EdyEdy Membre
    * Les guerres s'arrêtent quand les marchands de canons sont trop gras pour avoir la force d'empêcher les marchands de béton de prendre leur place. (FRANÇOIS CAVANNA)
    * Des bruits couraient que le ballet La Mort du cygne avait été commandité par des bookmakers du nord de l'État de New York et que l'on pariait gros sur la survie de l'oiseau. (WOODY ALLEN)
    * Un impôt qui doit rentrer facilement, c'est celui sur les portes et fenêtres. (ALPHONSE ALLAIS. LES PENSEES)
    * Le sel de l’existence est essentiellement dans le poivre qu’on y met. (ALPHONSE ALLAIS. LES PENSEES)
    * Quand les femmes seront enfin aussi savantes que des hommes savants, ô amour, vous ne serez plus le sel de la vie, vous en serez le chlorure de sodium. (PAUL-JEAN TOULET. LES TROIS IMPOSTURES)
  • Jean-LucJean-Luc Modérateur
    Cher Edy,

    Dans le genre "poétique", connaissiez-vous cette perle du grand Hugo citée par Jean Paulhan :
    "Mac-Mahon tant de fois vaincu,
    Es-tu donc avide de gloire
    Au point de jouer dans l'histoire
    Le même rôle que Monk eût ?"

    Maurice Donnay cité par Marcel Pagnol avait une vocation d'écrivain : "si j'avais dit à mon père, sévère ingénieur, que je voulais écrire, il m'aurait demandé : à qui ?"

    Amicalement.

    Jean-Luc
  • EdyEdy Membre
    Merci, cher Jean-Luc !

    Je suppose que ce Monk est le général et homme politique anglais du XVIIe siècle.
    Je n'ai pas cette citation ; elle va aller tout droit dans ma besace.
    Une petite question cependant. Ne faut-il pas écrire "eut" ?

    La seconde citation est déjà dans mon livre. Je vais y ajouter "sévère ingénieur" ; on comprendra mieux le décalage.

    Pour gouverne, j'en ai d'autres d'Alphonse Allais. Je distille...

    Amicalement,
    Edy
  • Jean-LucJean-Luc Modérateur
    Bonsoir Edy,

    Monk est bien le soldat et homme politique anglais qui a joué un rôle dans la restauration de la monarchie britannique. Comme Mac-Mahon, il dut se soumettre à un régime qu'il n'appréciait pas, mais, à sa différence, il ne chercha pas à s'incruster dans la vie politique, d'où le "eût" dubitatif et critique. A lire donc comme "que Monk eût pu jouer" (Attention à ne pas trop chercher)...

    En cadeau, une autre perle de Georges Marchais, vous savez ce Georges qui voulait nous faire marcher comme un ;) : "Je crois que le respect de la démocratie voudrait que j'aie le dernier mot". (Le 26 février 1973 sur Europe 1). Bien entendu, il devait s'agir dans son esprit du respect de la démocratie populaire.

    A bientôt !

    Jean-Luc
  • EdyEdy Membre
    * L'amour est aveugle, mais le mariage lui rend la vue. (GEORG LICHTENBERG. APHORISMES)
    * Aimer est un verbe qui se conjugue par tous les temps. (ANONYME)
    * Elle cherche un mari pour sa fille et une femme mariée pour son fils. (ALFRED CAPUS. LES PENSEES)
    * On ne peut pas être amoureuse de papa : maman a essayé. (MICHEL AUDIARD)
    * La veuve est l’avenir de l’homme. (ALAIN SCHIFRES)
  • * Soyons aussi distants que si nous avions été mariés pendant longtemps et aussi bien élevés que si nous n'étions pas mariés du tout. (WILLIAM CONGREVE)
    * Est-ce que cela porte vraiment malheur de se marier un vendredi ? - Bien sûr ! Pourquoi voulez-vous que le vendredi fasse exception ? (BERNARD SHAW)
    * Tu m’as épousée parce que j’avais de l’argent. - Non, je t’ai épousée parce que je n’en avais pas. (LEO CAMPION. LE PETIT CAMPION)
    * Mon fiancé est intelligent comme Albert Einstein et beau comme Frank Sinatra. - Et comment s’appelle-t-il ? - Frankenstein. (ANONYME)
    * Quand vous voyez qui certaines femmes épousent, ça vous fait mesurer leur horreur du travail. (HELEN ROWLAND. REFLEXIONS D’UNE CELIBATAIRE)
  • Jean-LucJean-Luc Modérateur
    Bonjour Edy,

    Je tente ma chance avec ces deux citations loufoques de Groucho.
    Si par hasard elles vous avaient échappé, refermez vivement la souricière sur elles.

    Elle m'aime tellement qu'elle en perd la raison. C'est d'ailleurs pour ça qu'elle m'aime.
    Marx Brothers

    Ne vous fiez pas aux couples qui se tiennent par la main. S'ils ne se lâchent pas, c'est parce qu'ils ont peur de s'entretuer.
    Marx Brothers

    et celles-ci encore :

    L'homme et la femme ne se rencontrent qu'une fois.
    Jacques Audiberti
    Le Mal court

    Il n'y a jamais eu de créature. Il n'y a jamais eu que le couple.
    Jean Giraudoux
    Sodome et Gomorrhe

    Le couple, c'est autrui à bout portant.
    Jacques Chardonne
    L'Amour, c'est beaucoup plus que l'amour

    Celui qui a inventé le nœud du mariage a trouvé un bel et spécieux expédient pour se venger des humains, une chausse-trape ou un filet pour attraper les bêtes ; et puis les faire languir à petit feu.
    Pétrus Borel
    Champavert

    Le mariage est comme la mort : peu de gens y arrivent préparés.
    Niccolo Tommaseo
    Pensieri morali

    On s'étudie trois semaines, on s'aime trois mois, on se dispute trois ans, on se tolère trente ans et les enfants recommencent.
    Hippolyte Adolphe Taine
    Vie et opinions de Thomas Graindorge

    L'avantage d'être célibataire, c'est que, lorsqu'on se trouve devant une très jolie femme, on n'a pas à se chagriner d'en avoir une laide chez soi.
    Paul Léautaud
    Propos d'un jour

    Pour tuer quelqu'un, [le mariage] est quand même moins sûr que la mort.
    Jean Giraudoux
    Électre

    Les hommes sont avril quand ils font la cour et décembre une fois mariés. Les filles sont mai tant qu'elles sont vierges, mais le ciel change dès qu'elles sont femmes.
    Shakespeare
    Comme il vous plaira

    Il y a de bons mariages, mais il n'y en a point de délicieux.
    François, duc de La Rochefoucauld
    Maximes

    Aujourd'hui, il n'y a plus que les prêtres qui veulent se marier.
    Louise de Vilmorin
    À la princesse Bibesco

    L'amour plaît plus que le mariage, par la raison que les romans sont plus amusants que l'histoire.
    Nicolas de Chamfort
    Maximes et pensées

    Ne pouvant pas supprimer l'amour, l'Église a voulu au moins le désinfecter, et elle a fait le mariage.
    Charles Baudelaire
    Mon cœur mis à nu

    L'amour fait des fous, le mariage des cocus, le patriotisme des imbéciles malfaisants.
    Paul Léautaud
    Passe-temps

    Quand nous sommes jeunes, nous souhaitons de chastes épouses, sans savoir tout ce que nous coûtera leur vertu.
    André Gide
    Les Faux-Monnayeurs

    Damis est un plaisant homme, de vouloir avoir deux femmes, pendant que tant d'honnêtes gens sont si fâchés d'en avoir une !
    Alain René Lesage
    Crispin rival de son maître
  • Quel régal ! Il va vraiment falloir que je commande à Edy, l'un de ses ouvrages.
  • Bonsoir, Katarina !

    Je vous signale que les 22.000 ne sont pas toutes de la même veine : j'ai pratiqué le mélange des genres ; il y a aussi beaucoup de classiques.
    Quoi qu'il en soit, vous ne regretterez pas votre achat. Ne tardez pas, car le tirage s'épuise et ne sera sans doute pas renouvelé : la durée de vie des livres est de plus en plus brève, et le mien remonte à 2003.

    Bonsoir, Jean-Luc !
    Merci pour cette nouvelle provision de bons mots. J'en ai déjà une partie, mais le reste ira allègrement dans mon nouveau projet.

    Bonne soirée à vous !
    Cordialement,
    Edy
  • Si vous n'êtes pas encore fatigués ou lassés...

    * La forme même des pyramides d'Égypte montre que déjà les ouvriers avaient tendance à en faire de moins en moins. (WILL CUPPY)
    * Un escalier de ministère est un endroit où des gens qui arrivent en retard croisent des gens qui partent en avance. (GEORGES CLEMENCEAU OU GEORGES COURTELINE)
    * Il y a quatre âges dans la vie de l'homme : celui où il croit au Père Noël, celui où il ne croit plus au Père Noël, celui où il est le Père Noël, celui où il ressemble au Père Noël. (ANONYME)
    * Vous n’avez pas 80 ans, Maître, mais quatre fois 20 ans. - Pourquoi pas vingt fois 4 ans ? (HENRI BERGSON)
    * Dans une bible d’hôtel, il y a une note : « Si vous êtes déprimé, lisez à la page 125 ce qu’écrit Mathieu. » À la page 125, il y a une autre note : « Si après cela, vous êtes toujours déprimé, appelez-moi au numéro untel. » (HUMOUR U.S.A.)
  • Qui ne dit mots consent !

    * L'amour, tel qu'il existe dans la société, n'est que l'échange de deux fantaisies et le contact de deux épidermes. (CHAMFORT. MAXIMES)
    * Trois allumettes une à une allumées dans la nuit / La première pour voir ton visage tout entier / La seconde pour voir tes yeux / La dernière pour voir ta bouche / Et l'obscurité tout entière pour me rappeler tout cela / En te serrant dans mes bras. (JACQUES PREVERT)
    * L'amour n'est pas seulement la plainte déchirante d'un lointain violon, c'est aussi le craquement triomphant d'un ressort de sommier. (S.J. PERELMAN)
    * Le plus beau moment est celui où, assurés de son amour, nous ne le sommes pas de ses faveurs. (PIERRE CHODERLOS DE LACLOS. LES LIAISONS DANGEREUSES)
    * J’ai entretenu des relations fort différentes avec mes maîtresses : la plupart d’entre elles m’étaient indifférentes, quoique certaines me fussent antipathiques. Je n’en ai haï qu’une seule, ce fut la grande passion de ma vie. (ARTHUR SCHNITZLER. RELATIONS ET SOLITUDES)
  • Décidément !

    → Qui ne dit mot consent !
  • Qui ne dit mot qu'on sent?
  • * On ne saurait aller chercher trop loin le plaisir de rentrer chez soi. (PAUL MORAND)
    * Si la vie avait une seconde édition, comme je corrigerais les épreuves ! (OSCAR WILDE. LES PENSEES)
    * La vie m’intéresse parce que c’est là que je vais passer mes prochaines années. (WOODY ALLEN)
    * Une femme met plus de temps qu’un homme pour s’habiller parce qu’elle doit ralentir dans les courbes. (JEAN DELACOUR)
    * Bonté divine ! comment avez-vous fait pour vous payer ce vison ? - Mais cela n'a rien à voir avec la bonté divine ! (REPONSE DE MAE WEST)
  • EdyEdy Membre
    * Le tourisme est une industrie qui consiste à transporter des gens qui seraient mieux chez eux, dans des endroits qui seraient mieux sans eux. (JEAN MISTLER. FAUBOURG ANTOINE)
    * J'ai retourné ma veste le jour où je me suis aperçu qu'elle était doublée de vison. (SERGE GAINSBOURG)
    * Il n'y a que deux sortes de gens : ceux qui sont en prison et ceux qui devraient y être. (MARCEL ACHARD. LES COMPAGNONS DE LA MARJOLAINE)
    * Le verbe aimer est difficile à conjuguer : son passé n'est pas simple, son présent n'est qu'indicatif et son futur est toujours conditionnel. (JEAN COCTEAU)
    * Il y a plein de jeunes filles qui cherchent un mari. Heureusement pour elles, il y a plein de maris qui cherchent des jeunes filles. (ANONYME)
  • EdyEdy Membre
    * Le travail est si bien divisé que l'un travaille et que l'autre récolte. (LANZA DEL VASTO. PRINCIPES ET PRECEPTES)
    * Grâce à son intelligence, l'homme peut visser des boulons chez Renault jusqu'à soixante ans sans tirer sur sa laisse. (PIERRE DESPROGES. CHRONIQUES DE LA HAINE ORDINAIRE)
    * Si vous voulez obtenir quelque chose, adressez-vous à quelqu'un de très occupé : les autres n'ont pas le temps. (PIERRE DANINOS)
    * Un confrère est un personnage sans aucun talent qui fait, inexplicablement, le même métier que vous. (PIERRE DANINOS)
    * La différence entre un ouvrier et un intellectuel : l'ouvrier se lave les mains avant de pisser et l'intellectuel après. (JACQUES PREVERT)
  • EdyEdy Membre
    * Échangerais quinze jours de vacances pris au mois de juillet contre quinze jours à prendre en septembre. (PIERRE DAC. L’OS A MOELLE)
    * Il doit y avoir quelque chose de vrai dans la réincarnation, puisque certaines femmes de trente-cinq ans se souviennent d'événements vieux d'un demi-siècle. (JEAN ROSTAND)
    * On s'éveille, on se lève, on s'habille et l'on sort. / On rentre, on dîne, on soupe, on se couche, on s'endort. (ANTOINE DE PIIS. L’HARMONIE IMITATIVE DE LA LANGUE FRANÇAISE)
    * Sa vie n'intéresserait même pas un spécialiste des voies urinaires. (SAN-ANTONIO. LES MOTS EN EPINGLE)
    * On n'insistera jamais assez sur les inconvénients que présente l'abus de cyanure de potassium dans l'alimentation des nouveau-nés. (ALPHONSE ALLAIS. LES PENSEES)
  • EdyEdy Membre
    * L'amour naquit entre deux êtres qui se demandaient le même plaisir. (ANTOINE DE RIVAROL. FRAGMENTS ET PENSEES PHILOSOPHIQUES)
    * On ne baise plus, on s'aime. (JEAN-MARC REISER)
    * L'amour est aveugle, mais le mariage lui rend la vue. (GEORG LICHTENBERG. APHORISMES)
    * « L'amour, écrit Stendhal, se forme par cristallisation. » Pour certains cœurs prompts à s'attendrir, c'est caramélisation qu'il faudrait dire. (MARCELLE AUCLAIR. L’AMOUR)
    * Dire que j’ai gâché des années de ma vie, que j’ai voulu mourir, que j’ai eu mon plus grand amour pour une femme qui ne me plaisait pas, qui n’était pas mon genre ! (MARCEL PROUST. UN AMOUR DE SWANN)
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.