Fiches méthode Bac de français 2021

J'aurais aimé avoir les témoignages de personnes qui ont été déçues par leur note en ayant pris le sujet d'invention (cf. Alphonse Daudet).
Mots clés :
«1

Réponses

  • Malheureusement pour moi, j'ai eu la désastreuse note de 4/20 et c'est pourquoi je vais demander à consulter ma copie...

    A suivre
  • bonjour à vous deux!
    je n'ai jamais essayer le sujet d'invention, car dans mon lycée il est fortement déconseillé car très mal vu par les professeurs... :/
    ils estiment que de prendre le sujet d'invention est un moyen d'echapper au commentaires ou aux dissertations, donc un moyen de facilité ;-)
    Etant donné le fait que je pense que ce n'est pas ton caset que je ne connais pas ton niveau d'écriture, je peux seulement t'orienter en te disant qu'il faut avoir "une plume d'or" pour reussir ses sujets d'invention..
    en espérant t'avoir orienté, je te dis à bientôt! :)
  • Coucou!,
    L'année dernière lors des entrainements de DS type bac en français,j'ai toujours pris le sujet d'invention,que je réussissais(environ 12/20 à l'écrit durant toute l'année)...donc quoi de plus normal,le jour du bac, stressée, je n'ai évidamment pas tenté le commentaire ou la dissertation...et à ma grande surprise ma note a été de 8/20...

    Sujet d'invention le jour du bac = attention aux mauvaises surprises!!!

    Bisous.
  • Bonjour,
    Quant à moi, je vais passer l'EAF à la fin de l'année, et mon prof nous déconseille déjà très fortement le sujet d'invention... En attendant, nous devons rendre un devoir toutes les trois semaines... Le premier était un commentaire, le second un sujet d'invention. (je fais actuellement le troisième, qui est une dissertation...)
    Bref. Au commentaire, j'ai eu 15 et au sujet d'invention 12... Et je pense avoir davantage travaillé le sujet d'invention que le commentaire... Conclusion : le sujet d'invention "paye" moins bien qu'un commentaire, ou qu'une dissertation. En fait, je pense que la notation du sujet d'invention est plus subjective que la correction d'une simple dissert' ou d'un commentaire... De plus, il est plus facile de "rater" un sujet d'invention, car on peut s'éloigner assez rapidement du sujet...
    Voilà :)
  • Moi j'ai pris le sujet de commentaire j'ai eu un 6/20, je suis evidémment très décu.
  • A voir les deceptions, je pense m'orienter dans tout les cas vers le commentaire littéraire.
    Il n'est pas faux de dire, qu'une fois les bases du commentaire et le plan tracé,il suffit de mettre en forme et de tenter de s'exprimer clairement sur les grandes lignes et les principales intentions et ressentiments de l'auteur.
    Je pense qu'en procédant méthodiquement et ,en ayant quelques heures de travail,d'entrainement ainsi que de révisions derrière sois il est peu probable que le correcteur ne mette pas la moyenne.
  • Les notes déplorables au sujet d'invention vient d'une part du fait que c'est le sujet que beaucoup d'élèves prennent et certains prof sont donc plus exigent. Et d'autres part que ça demande une grande technique d'écriture. En effet le texte doit faire ressortir des connaissances et mettre en valeur les procédés littéraires que l'élève doit savoir maîtriser et donc aussi dans le sujet d'inention mettre en pratique. En tout cas je sais que mon professeur au lycée était autant exigente que cela et je penses qu'il y en a beaucoup comme ça.

    Si tu es bon en écriture que tu connais ton histoire littéraire, ta grammaire, tes procédés stylistiques et littéraires et que tu à une belle écriture agréable à lire lance toi.
  • J'ai eu 14 à l'invention. Je suis un peu déçu aussi, cela dit on peut quand même avoir la moyenne en le prenant ! ...
  • Je n'ai jamais dit ça au contraire. C'est juste pour rapeler que le sujet d'invention ne demande pas seulement de l'imagination mais un bon niveau d'écriture.
  • Ca ne s'adressait pas à toi, mais aux ? plus haut, largement véhiculés par les professeurs il est vrai...
  • Arthur a écrit:
    J'ai eu 14 à l'invention. Je suis un peu déçu aussi, cela dit on peut quand même avoir la moyenne en le prenant ! ...
    C'est une très bonne note pour une écriture d'invention, je trouve: c'est l'exercice que j'ai toujours trouvé très difficile puisqu'il fait appel, -bien sûr à de l'imagination-, mais bien au-delà, qu'il requiert une rigueur stylistique. "Ecrire à la manière de..." exige à la fois de bien connaître le style de l'écrivain en question mais aussi -et surtout- de le reproduire, ce qui est loin d'être facile.
  • Personnellement je l'ai pris au bac en juin dernier et j'ai eu 15. Je pense que le sujet d'invention nécessite une construction aussi réfléchie que celle d'un commentaire. Si on élabore pas un plan et que l'on se jette sur sa plume il est clair que la note ne suivra pas forcément.
    Mais bon, j'affectionne ce sujet, et c'est un réel plaisir d'en faire un, alors oui je prenais aussi cela un peu par facilité et par goût.
    Pour les sujets du type "écrire à la manière de", connaître la biographie de l'auteur est loin d'être indispensable, en général tous ses procédés stylistiques favoris sont dans le texte donné, alors ça revient aussi à une étude de texte.

    Petite erreur de ma part, le jour du bac je me suis un peu laissée emporter par le sujet, et j'ai quelque peu dépassé les limites données, je suis sortie enchantée de la salle parce que faire ce travail m'avait franchement plu. Mais dans les jours qui ont suivi j'ai douté. Au final cela s'est bien passé...

    Par contre ne pas prendre ce sujet si c'est la première fois qu'on le fait.
  • Moi j'ai fait plusieurs sujets d'invention en cours (en moyenne j'ai 17/20) et d'après mon prof : "J'ai beau être infernal, j'ai peut-être du talent". Ca fait plaisir :)

    Mais pour le bac, je ne le prendrai pas. Pour essayer d'approcher la qualité, je dois me relire sans arrêt et tomber sur un bon sujet, j'ai peur qu'en 2h ça soit un peu juste. Même si je n’ai aucune technique, je préfère réviser bêtement une méthodologie sur le commentaire que de choisir un devoir que les profs n'apprécient pas trop.

    Enfin, si vous voulez vous entrainer, je peux vous les envoyer.

    A bientôt
  • En tant qu'enseignant, je dirai(s) qu'il n'y a pas de règle sur ce problème de choix de sujet... C'est vrai que, comme prof de français, on préfère corriger des commentaires ou des disserts', mais la maîtrise des techniques de ces deux exercices sont parfois tellement boîteuses que le sujet d'invention nous permet aussi de souffler un peu...

    Pour ma part, je pense que le commentaire est le plus porteur. Un minimum d'analyse sur les faits textuels essentiels du support proposé, un plan "potable", quelques figures de style repérées et commentées: tout cela permet de viser une bonne note... Une fois qu'on a pigé qu'il ne faut pas relever sous la forme d'un catalogue les procédés du texte mais qu'il faut montrer en quoi ils servent le sens du texte, alors, tous les espoirs sont permis pour une bonne note. S'entraîner pour le commentaire à l'écrit, c'est aussi s'entraîner pour l'oral, d'ailleurs... Cet exercice ne saurait donc être négligé outre-mesure, au profit de l'invention.

    Ce qui est hasardeux, en revanche, c'est de ne s'entraîner que sur un type de sujet et d'en choisir un autre le jour J. Comme je dis à mes élèves, quitte à forcer la chance, autant, ce jour-là, acheter un billet de loto ;-) Sérieusement, en français comme dans n'importe quelle matière, une impasse est un pari risqué. Dissert', commentaire, invention: il faut être au top, tout simplement et maîtriser ce dont il est question.

    Je rappelle qu'un sujet est fait pour être lu, véritablement lu et analysé et que cette précaution indispensable n'est pas toujours appliquée par les candidats qui foncent souvent tête baissée après avoir parcouru le sujet d'invention qui n'est pas un sujet d'imagination pure. Des contraintes sont imposées. D'où les désillusions de nombreux candidats.

    Dans le paquet de copies que j'ai corrigé en juin dernier, les copies les "pires" étaient en commentaire, faute d'une maîtrise de la méthode; venaient ensuite les sujets d'invention à peu près tous aussi plats les uns que les autres (c'était le sujet d'ES et, si je me souviens, il s'agissait d'écrire un article de journal pour présenter les trois supports poétiques du corpus); concluaient en beauté les disserts qui se battaient en duel (deux copies sur une cinquantaine) mais qui présentaient une bonne technique et qui, surtout, collaient au sujet...

    Séb
  • Moi pour ne rien vous cacher, j'adore les écritures d'invention. Ce sont celles que je réussis le mieu... mais j'ai peur que ce ne soit que des coups de chance, et j'ai surtout peur d'opter pour l'invetion en juin et de me ramasser une sale note. Alors je demande à "Seb" l'enseignant de français de me dire sur quoi je devrai baser mon choix parcqu'il faut quand même savoir que presque aucun élève "normal" n'a assimilé les trois méthodes parfaitement, forcément on se sent plus à l'aise dans l'une plutôt que dans l'autre.
  • hasnaa07 a écrit:
    Moi pour ne rien vous cacher, j'adore les écritures d'invention. Ce sont celles que je réussis le mieu... mais j'ai peur que ce ne soit que des coups de chance, et j'ai surtout peur d'opter pour l'invetion en juin et de me ramasser une sale note. Alors je demande à "Seb" l'enseignant de français de me dire sur quoi je devrai baser mon choix parcqu'il faut quand même savoir que presque aucun élève "normal" n'a assimilé les trois méthodes parfaitement, forcément on se sent plus à l'aise dans l'une plutôt que dans l'autre.
    Attention, je ne prétends pas avoir la science infuse... cela ne fait que sept ans que j'enseigne et je n'ai fait que deux ans de lycée (avec une 1L, l'an dernier)

    Je pense vraiment, mais c'est discutable, que le commentaire peut être le plus payant et le plus rentable dans la mesure où l'oral impose aussi un commentaire, certes différent mais sur le principe d'analyse assez semblable quand même. Les élèves qui se plantent à l'oral ou à l'écrit (sur le commentaire) rencontrent les mêmes difficultés: paraphrase et, donc, aucune analyse digne de ce nom. Beaucoup croient que, en connaissant un minimum les textes, ils vont s'en sortir et baratiner. C'est archi-faux, d'autant que les questions pour orienter le commentaire à l'oral sont parfois franchement "casse-gueule". Un travail de fond (et de forme, plutôt) doit être fait sur le commentaire.

    Pour les élèves n'étant pas en ES ou L, on peut à mon avis se dispenser de la dissert' (j'ai des collègues qui font d'ailleurs l'impasse sur la méthodo de la dissert' qui est pourtant assez proche de celle du commentaire dans la démarche) Mais se dire à tout prix que, quoi qu'il advienne, je prends l'invention ou le commentaire ou la dissert', c'est nul, vraiment... Il faut être le plus polyvalent possible car le sujet, on ne le choisit pas. On aura l'air fin en se disant: "zut, l'invention ne me tentait pas mais je l'ai quand même choisie alors que le commentaire me séduisait davantage mais j'ai eu peur de ne pas assurer sur la méthodo!"

    Séb
  • d'apres ce que j'ai pu comprendre, l'oral, en fait c'est une sorte de commentaire finalement.. et la question posée par le prof correspond a la problématique à laquelle il faut répondre dans le développement du commentaire... C'est ca? sérieu je suis perdue.. surtout par rapport à l'oral blanc, vu que c'est le plus proche! J-4!
  • L'oral de français se décompose en deux temps:

    1. Le commentaire proprement dit qui se présente sous la forme d'une question proposée au candidat. Cette question reprend généralement l'un des aspects de la problématique avec laquelle le texte a été abordé en classe par l'enseignant, mais la formulation peut déboussoler parfois... C'est la raison pour laquelle il faut avoir un certain nombre de "trucs" tout prêts à balancer sur chacun des textes dans la perspective de les incorporer à n'importe quel type de question. C'est ce que j'appelle avec mes élèves "les points de passage obligés" qui risquent d'intervenir dans n'importe quel aspect d'étude du texte.

    Ce qu'il ne faut pas perdre de vue, comme à l'écrit, c'est qu'on ne de mande pas une paraphrase. Il faut deux choses: répondre à la question et analyser le texte. On peut avoir de très bonnes analyses qui évacuent complètement la question initiale. C'est pour vous inviter à construire une répons eprécise à une question donnée que l'oral de l'EAF a été réformé il y a déjà quelques années.

    2. L'entretien que je conçois personnellement comme une véritable perche tendue au candidat, surtout s'il s'est planté. C'est aussi l'occasion de mettre le texte en relation avec les autres textes de la séquence. Cela m'est rarement arrivé mais j'ai eu l'an dernier un entretien passionnant avec un candidat (belge): on sortait des sentiers battus.

    Evidemment, pour l'oral, l'examinateur met en principe à l'aise le candidat car il est conscient que ce n'est pas un moment très rigolo pour lui. De son côté, le candidat doit être poli, éviter d'avoir oublié ses papiers dans sa voiture (!), avoir ses textes et, surtout, éviter d emontrer qu'il n'en a rien à faire... Dire bonjour et au revoir est un minimum exigé. Venir en tongs est à proscrire. De même que le "marcel" pour les messieurs et le décolleté plongeant pour les demoiselles!

    Séb
  • les décoletés plongeants pour les demoiselles, ca risuqe de jouer en leur faveur! je plaisante!:) Mais honnêtement je trouve que ces recommandations données par rapport à la tenue vestimentaire nous font penser que la notation des profs sera guidée en quelques sortes par ca... on s'éloigne donc de l'objectivité des profs!
    ps: merci "seb" de répondre à mes questions... tes réponses m'aident vraiment beaucoup!:):)
  • hasnaa07 a écrit:
    on s'éloigne donc de l'objectivité des profs!
    Non, non, je te rassure... Au contraire, en ce qui me concerne, j'ai eu un fille en tongs l'an dernier et ça fait mauvais effet. Il faut évaluer le fond, bien sûr, mais l'oral est un oral et, à ce titre, la présentation joue aussi. D'ailleurs, j'ai eu un gars en "marcel" aussi et la qualité de son exposé m'a fait dépasser la mauvaise impression que j'avais eue a priori. L'oral, c'est un tout, encore une fois. Du moment où tu entres dans la salle à celui où tu en sors.

    J'oubliais de dire, au sujet de l'oral, que je recommande de préparer des introductions "toutes prêtes" pour chacun des textes. Quand je dis "toutes prêtes", ça veut dire un canevas solide qui pourra être exploité quelle que soit la question posée: la présentation du texte, quatre ou cinq aspects majeurs du texte dont on pense que l'un d'eux au moins permettra d'introduire la question posée, une présentation-type de plan "nous verrons donc d'abord... puis... avant de...". Le "donc" est important car il montre l'effort de cohérence qui est fait entre le plan annoncé et la question posée. Il faut être rapide et efficace le jour J. Comme je dis toujours, le coureur de 110 m haies ne découvre pas l'épreuve le jour de la finale, il s'est entraîné auparavant en confrontant plusieurs techniques selon le vent, selon les adversaires, etc.

    Séb
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.