Grammaire française Participe passé

Bonsoir. Voilà j'expose mon "problème".
J'ai deux phrases en tête depuis de nombreuses années et personne n'a su me donner une explication compréhensible et précise...

"Je ne t'oublierais jamais"

"Jamais je ne t'oublierai"

Pourquoi mettons-nous du conditionnel dans la première phrase et du futur dans la seconde ? Ce ne sont pas les mêmes phrases ?

Si quelqu'un peut m'éclairer... Merci XD

Réponses

  • Bonsoir !

    * JE NE T’OUBLIERAI(S) JAMAIS.

    Le FUTUR SIMPLE situe le procès dans l’avenir, mais avec les incertitudes que le futur comporte.
    * Je ne t’OUBLIERAI jamais.
    → Tu SERAS toujours présent dans ma mémoire.

    Le CONDITIONNEL PRÉSENT est la forme de l’éventuel : le procès est énoncé comme étant ALÉATOIRE, FICTIF OU HYPOTHÉTIQUE.

    Sans entrer dans tous les emplois, VOICI QUATRE SITUATIONS IMPORTANTES :

    1 Dans une PROPOSITION INDÉPENDANTE, il exprime les nuances précitées.
    * Grâce à une mémoire exceptionnelle, je ne t’OUBLIERAIS jamais.
    → SI J’AVAIS une mémoire exceptionnelle, je ne t’OUBLIERAIS jamais.
    J’enchaîne sur le conditionnel passé :
    * Sans une mémoire exceptionnelle, je t’AURAIS déjà OUBLIÉ.

    2 Dans une proposition PRINCIPALE liée à une SUBORDONNÉE DE CONDITION, il exprime L’IRRÉEL DU FUTUR.
    * Je ne t’OUBLIERAIS jamais SI tu me DISAIS le montant [positif] de ton compte en banque.
    J’enchaîne sur le conditionnel passé :
    → Je ne t’AURAIS jamais OUBLIÉ, si tu me l’AVAIS DIT.

    3 Dans une JUXTAPOSITION de propositions (avec inversion du sujet et du verbe dans la première), le conditionnel de part et d’autre marque l’irréalité des situations et leur opposition.
    * SERAIS-tu DEVENU riche, je ne t’OUBLIERAIS jamais. (Œuvre de fiction !)
    → MÊME SI tu DEVENAIS riche, je ne t’OUBLIERAIS jamais.

    4 Dans une proposition SUBORDONNÉE faisant partie du DISCOURS RAPPORTÉ (lié), il exprime un PROCÈS FUTUR par rapport à un PROCÈS PASSÉ. Sans nuances.
    * Je t’AI déjà DIT mille fois QUE je ne t’OUBLIERAIS jamais. Mais tu m’énerves !
    → Je t’ai déjà dit mille fois : « Je ne t’OUBLIERAI jamais. » (Futur simple)

    Vous aurez remarqué que le terme conditionnel est restrictif : le point 4 n’exprime pas une condition et les points 1 et 3 ne le font que d’une manière indirecte.
  • Bonjour c'est encore moi !

    Voici une formule très excentrique que je vous propose :

    "Demain, j'irai téléphoner à la banque."

    Cette formule est-elle valable ? On dirait un "futur progressif" :d

    Moi et mes délires temporels...

    Qu'en pensez-vous ?

    Merci d'avance, cette affaire m'intrigue !
  • futur simple du groupe verbal (aller téléphoner)

    j'irai telephoner, tu iras telephoner (futur de aller telephoner)
    je telephonerai, tu telephonera (futur de telephoner)

    je vais telephoner, tu vas telephoner (futur proche d'aller telephoner)

    le modal "aller" permet de former le futur proche, ce qui permet par glissement temporel de le former au futur et au différent temps du passé, comme une action futur dans le futur, ou passé dans le passé.

    demain tu sera a l'aéroport et tu iras telephoner a la cabine n°3.
    il y a trois jours tu etais à l'aéroport et tu allas telephoner à la cabine n°3
  • Pas de "futur progressif" en français.
    Le futur proche est constitué avec le présent du verbe aller : je vais téléphoner.
    J'irai téléphoner : futur de aller et un complément téléphoner.
  • JehanJehan Modérateur
    Tokamac a écrit :
    Demain, tu seras à l'aéroport, et tu iras téléphoner à la cabine n°3.
    Il y a trois jours, tu étais à l'aéroport, et tu allas téléphoner à la cabine n°3.
    Dans ces deux phrases exemples au futur et au passé simple, comme dans la phrase au futur proposée par Jérémy, le verbe "aller" n'est pas utilisé comme auxiliaire d'aspect exprimant l'imminence, mais il garde en fait son sens propre de "se déplacer pour".

    Véritables exemples d'emploi en auxiliaire d'aspect exprimant l'imminence :

    II est chez lui, à côté du téléphone. "C'est décidé, je vais lui téléphoner". (Je ne tarderai plus).
    Imminence par rapport au présent.

    Il allait téléphoner à son amie (Il s'apprêtait à le faire) quand il l'aperçut qui arrivait.
    Imminence d'un fait passé qui est resté virtuel.
  • tu a raison jehan, j'ai oublié le coté progréssif dans mes phrases exemples.

    demain a midi, tu sera a l'aéroport, tu iras telephoner a la cabine n°3 quand un charriot te coupera le chemin. je serais dessus.

    il y a trois jours tu etais à l'aéroport, tu allais telephoner à la cabine n°3, quand un charriot te coupa le chemin. j'étais dessus.

    cela te semble-t-il plus correct?
  • JehanJehan Modérateur
    Bonsoir, Tokamac.

    Je ne sais pas exactement ce que tu entends par "futur progressif".
    Anne a très bien dit que cela n'existait pas en français.

    Il n'existe qu'un "futur proche", exprimant l'imminence (présent ou imparfait du verbe aller + infinitif ) et dans lequel le verbe "aller" est simple auxiliaire d'aspect et n'a plus son sens premier de "se déplacer".

    Mais selon le contexte et le verbe qui suit, les deux sens sont parfois possibles; comme dans tes exemples, justement.
    Il va téléphoner = "Il se déplace pour téléphoner" (pas de valeur d'aspect) ou bien "Il téléphonera dans un instant" (valeur d'aspect : imminence).
    En revanche, pour Le feu va s'éteindre, par exemple, la valeur ne saurait être qu'aspectuelle.

    En dehors de son emploi au présent et de l'imparfait (comme dans ta phrase où il est conjugué au futur) le verbe "aller" perd toute valeur aspectuelle, et reprend le seul sens possible de "se déplacer".

    Je te conseille à nouveau de faire un petit effort pour l'orthographe, et notamment de bien distinguer le futur du conditionnel; ça devrait te rappeler une récente discussion où tu es intervenu ! ;)
    Un charriot te coupera le chemin. Je serais serai dessus.
    Car demain "Tu seras dessus", et non "tu serais".
  • Certains distinguent le futur proche du futur immédiat : je vais téléphoner / je suis sur le point de téléphoner...
  • JehanJehan Modérateur
    Autres périphrases :
    Je suis en passe de...
    Je m'apprête à...
  • Bonjour,

    Doit-on dire:
    " Sur une île déserte, j'emporterai des livres."
    "Sur une île déserte, j'emporterais des livres."

    Merci.
  • Flossie a écrit:
    Doit-on dire:
    " Sur une île déserte, j'emporterai des livres."
    "Sur une île déserte, j'emporterais des livres."
    On peut dire l'une ou l'autre phrase et ce, d'autant plus qu'il n'y a aucune différence audible entre les deux.
    À l'écrit il en va différemment. Sans contexte, il est évidemment difficile de trancher entre le mode indicatif (futur en -erai) et le conditionnel (présent en -erais). Cependant, l'article indéfini devant «île» indique qu'il ne s'agit pas d'une décision ferme — qui entraînerait l'indicatif —, mais d'une hypothèse et donc le conditionnel, sans contexte, semble plus logique ici. «Sur une île déserte, j'emporterais des livres». Il en aurait été autrement si l'on avait écrit «Sur mon île déserte,...». On fait alors état d'une décision ferme, le mode étant l'indicatif, le verbe étant au futur : «Sur mon île déserte, j'emporterai des livres».
  • Merci de votre réponse.
    Bonjour,

    En réponse à la question: ”En quoi aimeriez-vous vous réincarner?”
    Il y a les deux réponses suivantes?
    ”?Moi, je pense que je me réincarnerai dans un personnage d'une autre époque.”
    ”-Moi, je me réincarnerai en animal.”

    Et en réponse à la question:”Que voudriez-vous manger avant de mourir?”
    Il y a la réponse:
    ” -Moi, je mangerai du fromage.”

    Pour toutes les réponses, le futur est-il correct, ou bien faut-il utiliser le conditionnel?

    Merci.
  • Non seulement la réincarnation est une hypothèse, ce qui entraîne forcément le conditionnel, mais il m'a semblé que les bouddhistes qui y croient ne sont pas maîtres de choisir quelle sera la forme de leur réincarnation.
    La deuxième question a deux réponses :
    — si vous êtes certain(e) du moment de votre mort (suicide, exécution, etc.), c'est pas gai, mais c'est pour la démonstration alors vous mangerez (au futur de l'indicatif) du fromage parce que vous l'aurez décidé et que ce sera matériellement possible.
    — si le moment de votre mort est aléatoire (accident, crise cardiaque, agression, etc.), :cool: il est très improbable que vous puissiez manger du fromage juste avant. Le conditionnel s'impose.
  • Merci infiniment de votre explication très claire !
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.