Prépa littéraire Licence lettres modernes
Capes lettres modernes

145791016

Réponses

  • Asia Vanilkovà,
    Je trouve tes propos bas, abjects et déplacés quand tu dis que la filière littéraire est une série de guignols. Qu'en sais-tu? je suis complètement outré qu'on puisse tenir ce genre de propos sans preuve ni rien. S'il y a quelque chose que la série L apprend c'est bien l'ouverture d'esprit et tu as l'air d'être assez borné. Quant à l'expression "castration intellectuelle" elle se passe de commentaires .Tu veux t'ériger en modèle d'élève de première S ? si c'est de cette manière que l'on vous apprend à raisonner alors ça promet. De plus les professeurs de français sans qui l'apprentissage de la langue serait nulle sont pour certains passés par des Bac L et cela ne fait pas d'eux des "guignols". A l'avenir apprends à respecter et à ne pas juger. C'est vraiment dommage parce que tu passes pour quelqu'un que tu n'est peut-être pas.
  • De même. De plus, affirmer qu'ils se privent pour le reste de leur vie des joies scientifiques c'est les prendre pour des gens incapables d'assimiler autre chose s'ils en ont envie. Sur le tard je me suis remise aux mathématiques, particulièrement à la géométrie, avec aisance.
    Une affirmation aussi outrée sans fournir de preuves se retourne contre son auteur. Car nous autres les “littéraires” n'avons pas l'habitude de dire “c'est ainsi” sachant bien qu'on peut nous opposer des arguments contraires.
    Je pourrais te rétorquer qu'un scientifique, n'ayant pas étudié à fond les textes et leurs corrélations, est capable certes de lire romans ou poésies ; mais qu'il n'est pas “formé” pour en apprécier toutes les subtilités. C'est seulement lors d'un cours génial sur les Fables de la Fontaine, à la fac, que j'ai pu vraiment comprendre le charme (au sens premier) de cette œuvre ; de même que j'ai pu apprécier l'évolution de la langue lors des cours d'ancien français et de phonétique.
    Et tu vois, je sais au moins le dire sans être insultante.
  • ChoseChose Membre
    Asia Vanilková a écrit:
    1.Enfin je n'ai assurément pas une connaissance de l'histoire littéraire moindre que celle d'un élève "littéraire" quelconque. C'est là le bagage que m'a donné, seul, le lycée (il s'est un peu étoffé depuis).

    2.Certes, j'étais "bonne élève". Mais sûrement pas un génie non plus, ni une bosseuse. J'aurais pu tout faire.

    3. À savoir que la série L est une série de guignol !

    4.Ma sœur, titulaire d'un baccalauréat scientifique également, a toujours déclaré avec un enthousiasme de prosélyte que la matière qui l'avait le plus enchantée de tout son lycée fut le latin. Pendant son DEUG, avant d'être reçue à l'École Normale Supérieure dans la section de sciences physiques, elle donnait des cours de soutien à des collégiens en latin et en allemand (qu'elle parle, contrairement à moi).

    5.Tandis qu'un bon élève de L, comparativement plus calé en littérature, aura été volé à vie des joies que procurent les sciences et, je crois, bien incapable de jamais recouvrir les lacunes qu'on lui aura ouvertes.

    6.Qui s'amuse, dans ses heures creuses, à bouquiner un manuel de mathématiques ? Sans le support du cours vivant, c'est une lecture bien imbuvable.

    7.et je ne parle même pas de la littérature elle-même, qui est du petit-lait pour bien des "scientifiques"...
    1. Il y a eu une faille de l'inter espace qui s'est ouverte dans tous les cours de littérature, cela doit être pour ça... (Il ne faut pas croire que des professeurs soient payés, des cours donnés, des élèves intéressés pour la transmission d'un savoir, quand-même, quelle idée!)
    Vite une réforme pour que le bac vaille autant qu'un diplôme en études de lettres!

    2. Et c'est pas du génie, ça? :)

    3. J'aurais envie de dire: "Et ta soeur?"

    4. ...

    5. Le pauvre! Il faut appeler la police!

    6. Même pour toi?!

    7. Quelle chance on a, quel honneur ils nous font, de bien vouloir se baisser du haut de leur sommet pour jeter un oeil sur notre misérable et simpliste pâture qu'est la littérature! :D J'en ai la larme à l'oeil, devant tant de magnanimité!

    Le siècle des Lumières a-t-il bien eu lieu?...
  • Je pense qu'une formation scientifique sans une bonne dose d'enseignements littéraires mène à former de bons techniciens supérieurs, qui vont pouvoir construire des ponts, des immeubles, des autoroutes mais pas vraiment des gens qui vont améliorer ces techniques apprises ou en inventer de nouvelles ! Il leur manquera un souffle pour se projeter, pour penser leurs savoirs par rapport à l'Homme et le faire progresser dans son univers.
    Avant que l'homme n'aille réellement sous la mer ou sur la Lune, il y est allé fictivement dans la littérature, et ce depuis ses origines antiques ! Tout ce que l'Homme a réalisé a d'abord été pensé et l'on trouve la trace de ses pensées dans les textes écrits.

    Les enseignements littéraires ont bien d'autres qualités, la principale est à mon avis l'enseignement des valeurs : respect, tolérance, justice, courage, sens du bien commun, bref des valeurs civiques ... valeurs dont notre société est en carence. Si l'on mettait plus fréquemment les jeunes en rapport avec ces textes, notre société serait bien moins divisée ! Les maximes qu'on propose de remettre sur les tableaux noirs dans les classes sont bien insuffisantes, il faudrait poursuivre au collège et aborder les textes, en puisant dans la littérature grecque par exemple. Cela fait réac' de dire cela mais bon, il n'y a qu'à voir ce qu'il se passe tous les jours en France pour voir que l'enseignement de ces valeurs s'est perdu en partie depuis qu'on a réduit les programmes des enseignements littéraires.

    Voilà pourquoi je pense que la filière L, filière littéraire par excellence (pardon pour le pléonasme) n'est pas une filière de guignols et qu'à force de tapper dessus, de la ridiculiser, on fait passer comme message aux parents et aux élèves que l'Histoire, la philo, la littérature, tout ça au fond n'est pas important alors que c'est primordial pour notre démocratie, pour notre société !
  • Que de bonnes remarques, c'est rassurant de retrouver des gens qui partagent les mêmes opinion, tout de même ! D'ailleurs, critiquer la filière L sur un site qui se veut aider les matières littéraires n'est pas très sage...

    "Science sans conscience n'est que ruine de l'âme", disait Rabelais.

    Zadek
  • Bonjour :D

    Alors en fait j'avais pour ambition d'être psychiatre mais le problème c'est que les matière scientifique ... c'est pas mon truc ...

    Alors faudrait que je m'oriente vers un bac L ... mais je sais pas trop quelle métier faire ensuite :s

    Quelqu'un peut-il m'aider?
  • Bonsoir, Aalleexx.
    As-tu vu les posts de C Bréchet ici ?
  • Je ne sais pas si ma question se prête vraiment au sujet, mais enfin, comme je suis nouvelle, je ne vois pas trop où poster ma demande autre part.
    voilà, je suis en première S. Je suis peut-être un peu l'intrue à ce niveau mais j'adore le français, la littérature, l'écriture et la lecture. Je voulais passer un bac L, mais n'ayant pas de projets concrets pour après mon bac et me débrouillant très bien dans les matières scientifiques, j'ai décidé de passer un bac S, histoire de ne pas me fermer trop de portes.
    Cependant, même si la médecine m'attire assez, je cherche toujours à trouver mon projet dans le monde de la littérature.
    J'ai fait des recherches sur les métiers qui existent dans cette filière : dans l'enseignement, le journalisme, l'édition... Mais je n'ai toujours pas le déclic pour un cas particulier.
    Je voulais donc vous demander ce que vous connaissez sur les débouchés des études littéraires, les métiers en rapport avec l'écriture et les livres. Peut-être vais-je découvrir un métier auquel je n'avais jamais songé ? J'ai encore un peu de temps, mais j'ai vraiment envie d'avoir le maximum d'informations sur ce sujet.
    En attendant la révélation...
  • Moi aussi je suis une fana de l'écriture et des livres, j'ai fait différents stages dans les branches suivantes:
    - rédactrice pour une revue
    - attachée de presse
    - assistante d'édition
    - scénariste de parcours d'exposition
    - actuellement je suis conceptrice rédactrice en agence de pub: j'écris les textes des pubs, les slogans.
    Sinon d'autres pistes:
    - rédacteur de discours (milieu politique)
    - scénariste
    - libraire
    - documentaliste
    - bibliothécaire
    - conservateur du patrimoine
    - éditeur
    bon courage!
  • nadja21nadja21 Membre
    Pour celles (et ceux) qui cherchent un métier en rapport avec l'écriture : aujourd'hui, de plus en plus, les entreprises et les associations recherchent des rédacteurs pour leur site web. Les compétences demandées : des qualités de rédaction (pas besoin d'être écrivain, il faut juste être capable de faire des phrases construites) et une bonne orthographe, ainsi que des connaissances dans le domaine du site web en question.
  • pauline84 a écrit:
    - scénariste de parcours d'exposition
    J'ai lu "scénariste", j'ai tilté.
    Mais "scénariste de parcours d'exposition", qu'est-ce que c'est ?!
  • scénariste de parcours d'exposition, ça consiste à définir des concepts d'exposition, puis à proposer un parcours de visite.
    Par exemple si je fais un parcours sur le chocolat:
    1. Histoire du chocolat
    2. La plantation
    3. La fabrication
    4. Atelier

    enfin grossièrement, hein!! En fait, tu définis le contenu des expos. Tu peux aussi être chargé d'inventer des outils de médiation (des ateliers, des manipulations, des bornes interactives...), et éventuellement tu rédiges les panneaux de l'expo. C'est plutôt intéressant car tu travailles sur un thème différent pour chaque expo et donc tu apprends plein de choses. Tu travailles en collaboration avec des scénographes, qui eux sont chargés de tout ce qui est organisation de l'espace et architecture intérieure. J'ai fait un stage de 6 mois dans cette branche, c'était vraiment intéressant!
  • Justement, je me demandais si c'était la même chose que scénographe !
    Merci pour ta réponse en tout cas, c'est vrai que ça a l'air intéressant, et c'est bien de connaître des débouchés littéraires de ce type dont on ne nous parle jamais ou presque ! :)
  • Bonjour ! Merci beaucoup pour cette réponse très fructueuse ! Maintenant, je n'hésite plus : je suis parée pour le bac L !! Mais autre chose me tracasse : Je ne fais pas de latin, et pour devenir prof de français, cela doit être très gênant !!! Même peut être impossible ! Ai-je un espoir ? merci de me donnez votre avis !!!
  • ce n'est pas forcément génant de ne pas en avoir fait au lycée. Si tu fais une prépa il existe des cours de latin intensif pour les débutants mais il faut s'accrocher!!
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.