Prépa littéraire Licence lettres modernes
Capes lettres modernes

16781012

Réponses

  • Je sais ... Mais mon cursus est un peu compliqué ... Je vivais dans le nord et étais scolarisée dans un collège de secteur dit ZEP, j'étais latiniste depuis la 5eme, au cours de mon année de 3eme, je suis partie habiter à Strasbourg et ai continué le latin la fin de mon année de 3eme. Seulement voila... arrivée au lycée qui a un très bon niveau, je me suis aperçue que j’avais énormément de retard en latin, comparé aux autres latinistes qui eux avaient beaucoup plus que les pseudo "bases" que j'avais ... J'ai décidé de continuer le latin lors de mon année de première en essayant de m'accrocher ! Mais je ne suis vraiment pas parvenue à rattraper le niveau, j'ai accumulé beaucoup trop de retard lors de mes années de collège dans le nord, voila pourquoi j'ai décidé d'arrêter ... Cependant, si je dois reprendre le latin dans un cours débutant afin de pouvoir faire le métier que je souhaite, je le ferai volontiers !


    Je souhaiterai également si possible quelques renseignements sur les débouchés ... je souhaite poursuivre vers une fac de lettres modernes ou bien si j'en ai la possibilité vers hypokahgne ... Ce qui me préoccupe, se sont les débouchés ! Je me dirige surtout vers le métier de professeur de français, le plus connu après une fac de lettres, mais j'ai peur de ne pas être assez renseignée sur les éventuels autres métiers possibles ... J'ai fais des recherches, mais le métier de professeur revient sans cesse ...
  • Bonsoir,
    Je voudrais savoir quelles autres perspectives s'offrent à moi après un bac L, sachant que je souhaiterais éviter les prépas et les bancs de la fac :)
    Merci à tous !
  • EFAP, SciencesPo, ENA, ESSEC.
  • Raye l'ENA (bac+3) et l'ESSEC (bac+2) parmi les propositions de CandyCandy.
    Vois les BTS, les DUT, certaines écoles spécialisées et de nombreuses écoles privées. Pour être plus précis, il faudrait savoir ce que tu veux faire...
  • CandyCandy veut sans doute parler de l'ESSEC-Business School qui propose aux bacheliers d'intégrer le programme du BBA, bachelor in business administration, sur concours SESAME (http://www.concours-sesame.net/).
    Anne se réfère quant à elle à l'ESSEC-Business School-programme "Grande Ecole", dont la 1e année est accessible sur concours après deux ou trois ans de classe préparatoire...
  • je suis actuellement en fillière L et je me pose des questions sur les débouchés plutôt concret :
    DES METIERS

    merci de votre aide :)
  • Bonjour à tous,

    pour exposer brièvement ma situation, à 26 ans je serai en reprise d'études (L1) de Lettres Modernes à partir de la rentrée prochaine. Actuellement je suis en recherche d'emploi (job alimentaire) et suis régulièrement confrontée à ma conseillère au pôle emploi, qui ne regarde naturellement pas mon projet de retour à la fac d'un œil très enthousiaste.

    J'ai bien conscience qu'en intégrant un tel cursus j'en ai pour plusieurs années et je ne choisis pas la meilleure voie pour au final décrocher avec certitude un emploi stable. Aussi je comprends tout à fait son point de vue.
    Cependant, ayant bien réfléchi, malgré des doutes qui subsistent et malgré le risque de "galérer" par la suite, je crois que j'ai besoin de suivre cette voie et que je regretterai d'y avoir renoncé sans même tenter quoi que ce soit et voir où cela peut me mener. Je suis très motivée pour réussir et j'avais un bon niveau, à l'époque. Et en tous les cas je compte avoir un job à côté.

    Ma conseillère me "demande" d'avoir une idée précise de projet professionnel, de savoir avec certitude quel métier je pourrai exercer dans trois ou cinq ans - et j'avoue que je suis loin d'en avoir une idée très élaborée. Je n'ai pas vraiment de plan, et j'imagine, peut-être à tort, que les deux premières années de licence m'offriront l'opportunité de mieux cerner mes envies et mes possibilités, de façon à ce que je me spécialise un minimum par la suite.
    A priori je ne suis pas très tentée par l'enseignement en collège/lycée - même si cela changera peut-être, il ne s'agit pas d'un rejet catégorique ; en tous les cas je me tiendrai prête à passer le CAPES. Mais voilà, ma conseillère avance que dans cinq ans, il n'y aura pratiquement plus de postes à pourvoir, et qu'en partant de cette idée je cours un peu à la catastrophe. Quelqu'un pourrait-il infirmer ou confirmer cette assertion ?

    Avec ceux des personnels des bibliothèques, existe t-il d'autres concours auxquels un détenteur de licence ou de maîtrise de Lettres peut prétendre ?

    Je pense être plutôt intéressée par la recherche et par les métiers de la rédaction. Auriez-vous un avis à donner à ce sujet par rapport à ma situation/mon futur parcours ?

    Tout conseil est le bienvenu. Merci.
  • Le message est ancien mais relève une question récurrente, les postes pour les profs.
    On manque de profs partout, ils sont rares, donc c'est une voie oùil y a un avenir professionnel, si vous hésitez foncez!
  • Bonjour à tous.
    Cela va faire quelques mois que je me pose une question sans parvenir à trouver de réponse claire.

    Quelles sont les débouchées d'un bac L ?

    Je vous explique ma situation. Je passe en première en septembre, et pour moi le choix de la filière L a toujours été évident, étant donné que seules les matières littéraires m'intéressent. Vient la question (et je sais que c'est tôt, que j'ai encore le temps, mais j'ai toujours eu tendance à être très stressée sur tout ce qui est futur), que faire après ?
    Le problème est que lorsque je cherche sur internet, je ne vois que 'enseignement et traduction, sciences humaines et sociales'. Or, j'aimerais savoir si un bac L peut mener à d'autres choses ??

    Je ne sais pas si ce post est complètement clair, si ce n'est pas le cas n'hésitez pas à me le faire remarque pour que j'explique.

    Merci d'avance.
  • Bonjour :)

    Et bien pour te donner des exemples autres que ceux que tu as déjà cité je vais te dire : il y en a beaucoup plus que l'on pense!

    Par exemple j'ai une amie qui se dirige vers une prépa orthophoniste. D'autres personnes de mon lycée ont été prises à sciences politiques. Personnellement j'entre à la rentrée en BTS tourisme qui comporte tout un éventail de métiers (guide interprète, hôtesse de l'air, guide de musée ...).
    Mais tu peux également choisir tout ce qui est accessible à partir d'un concours (aide soignant, infirmière, éducateur spécialisé, assistant social...). Après, il n'est pas interdit, bien que complètement fou, je te l'accorde de tenter médecine. Ca reste un choix idiot vu ton orientation mais ce que je veux dire c'est qu'aucun texte n'existe où il est indiqué "cette formation est interdite aux L" enfin tu vois ce que je veux dire ...
    Les écoles de commerce peuvent également être accessible avec une formation littéraire il me semble, mais à vérifier.
    Tu peux également faire des études artistiques (théâtre, cirque, photographie...)
    Voilà pour tout te dire je n'ai pas exploré toutes les débouchées car en gros je sais ce qu'il me plait. Mais n'hésites pas à consulter la conseillère d'orientation ou le CIO (centre d’information et d'orientation) si tu en as un près de chez toi. Ils te font passer des "tests de personnalité" et selon moi ça aide à voir plus clair.

    Il n'y pas de débouchées "interdites" après c'est toi. Il faut que tu réfléchisses. Qu'est ce qui t'intéresserais le plus ?
    Oui je sais c'est dur, j'ai moi même changé au moins 5 fois de choix de métier ;) Mais le plus important je pense : il faut regarder si ta formation ne sera pas bouchée d'ici 3-4 ans. Parce que faire une super formation qui te plait vraiment et au final devoir retourner sur une licence de langue car tu n'aura pas trouvé d'emplois c'est un peu dommage.

    C'est bien de s'y prendre à l'avance mais n'en devient pas super stressée tu as encore le temps ;)
    Bon courage
  • On dit souvent que la filière L offre très peu de débouchés, c'est vrai et faux à la fois.

    C'est sûr qu'il est quasiment impossible d'entreprendre des études scientifiques avec un bac littéraire, à moins de suivre une remise à niveau drastique (mais ce type de préparation existe).

    Cependant, il faut également admettre que les débouchés du bac ne dépendent pas que de la filière, mais aussi des élèves eux-mêmes. Un élève moyen qui s'oriente en L par défaut aura nécessairement moins d'opportunités d'études qu'un très bon L. Et c'est là tout le problème de la série L qui n'accueille pas toujours les meilleurs élèves de la filière générale.

    Théoriquement, pratiquemment toutes les études non-scientifiques sont accessibles aux L, notamment le droit, voire les préparations aux écoles de commerce (avec la spécialité Maths), les formations plus prestigieuses étant les grandes classes préparatoires littéraires et les Instituts d'Etudes Politiques, y compris bien sûr Sciences-Po Paris. Après, c'est affaire de capacité, mais cela est vrai pour toutes les filières du bac.
  • la filière L, aujourd'hui est une voie d'avenir, les écoles de commerce cherchent des profils littéraires, les IEP aussi...
    on peut faire beaucoup avec une filière L, pour te donner des exemples de gens que je connais tu peux faire des choses aussi variées que:
    - philisophie,
    - psychologie, et tous les métiers du social
    - communication
    -métiers de la culture (attaché culturel, historien, conservateur de musées, bibliothécaire, archiviste...)
    - métiers politiques (plume d'hommes politiques, politique... en faisant l'ENA par exemple)
    - métiers très littéraires (théâtre, metteur en scène, écrivain, cinéma aussi..)
    - professeur et enseignement ( conférencier, guide touristique, prof au collège-lycée, mais aussi en prépa, en fac, en école supérieure...)
    - plus insolites: haute couture, bijouterie, styliste...
    - en faisant une remise à niveau ou en repassant un bac S (qui est une année pas très difficile à faire si on n'abhorre pas les maths), tous les métiers scientifiques : ingénieur, polytechnicien (si si c'est possible :P )...

    en fait tu peux tout faire ou presque si tu te donnes à fond dans ce que tu fais
  • ArtzArtz Membre
    Aucun de ces métiers n'est un véritable débouché. On ne peut pas conseiller à des gens de faire une filière L pour devenir écrivain ou ... polytechnicien.

    Conseiller les lycéens, c'est aussi faire preuve de réalisme.
  • ok, polytechnicien n'est pas un débouché en soi, mais une voie d'études qui ouvre à des métiers d'ingénieurs.
    je ne dis pas fais L pour être polytechnicien, mais faire L ne t'empêche pas après de te réorienter. D'autant que la L forme ta culture personnelle, ton caractère, t'apprend à réfléchir de manière structurée (on fait plus de philo et de lettres que dans les autres filières), autant de qualités qui sont appréciées dans ce genre de métiers. Faire L peut être un choix basé non pas sur la recherche d'un métier directement mais sur le désir de faire les matières qui sont proposées dans ce cursus.
    quand on choisit de s'orienter dans une filière à la fin de la seconde, il y a certes le désir d'exercer un métier précis, mais aussi de faire certaines études... Combien de gens exercent le métier auxquelles leurs études les avaient préparés ?
    je suis désolée mais je ne vois pas en quoi styliste , prof, conférencier, plume de politique, attaché culturel .. ne sont pas des métiers...?

    la question certes avant de s'orienter est: est ce que je choisis une filière parce que ce qu'on m'y apprendra me passionne, ou Est-ce que je choisis ça parce que je suis sûr d'avoir un métier rémunéré dans 6-7 ans?
  • mchartes a écrit:
    je suis désolée mais je ne vois pas en quoi styliste , prof, conférencier, plume de politique, attaché culturel .. ne sont pas des métiers...?
    Quand on fait nègre, c'est que les finances vont mal malgré d'excellentes études.
  • en général mais pas nécessairement, certaines plumes sont bien connues.
    et puis c'est un rôle qui permet de faire passer des idées, des valeurs que l'on aime dans les discours des hommes politiques... C'est une manière aussi de collaborer à la vie politique du pays...
    ça dépend comment on envisage le métier, c'est sûr! ;)
  • Dans le cas de Marie de Gandt, de gauche, elle est ressortie du quinquennat de M. Sarkozy avec une toute autre idée de la droite, de l'Elysée et de la politique et en ayant perdu ses repères socialistes.

    En général, les nègres ne révèlent pas les noms de leurs clients ou cachent eux-mêmes leur profession.
  • ArtzArtz Membre
    Grand débat que de savoir s'il faut conseiller une matière que l'on aime apprendre ou une discipline qui mène à un métier que l'on aimera exercer. En ce qui concerne cet endroit, j'ai tendance à penser qu'il vaut mieux présenter les débouchés parce que les gens savent en venant ici s'ils aiment les lettres ou non, en revanche, ils ne savent pas forcément où ça mène, comment et à quelle condition.

    Quant aux métiers que tu présentes : la philosophie n'a pas beaucoup de débouchés, pas plus que la psychologie, les métiers de la culture sont de plus en plus attaqués (il faudrait distinguer la situation des historiens et celle des attachés culturels, mais ce n'est pas le lieu ici). Les métiers politiques et "très littéraires" ne concernent qu'une très petite minorité de gens. Le professorat c'est le plus souvent au collège et au lycée, et assez rarement en prépa ou à fac... Quant aux insolites, je ne sais pas réellement quels sont les débouchés en haute couture et en bijouterie...

    Si on accumule des métiers qui ne concernent que quelques poignées de gens, sans le signaler, il ne me semble pas que ce soit un panorama honnête des métiers à la sortie d'une L.
  • la philo: prof, journaliste, DRH... (ça ce sont des métiers non? )
    la psycho: et bien psychologue, psychothérapeute, graphologue.. (ce sont aussi des métiers réels)
    les métiers de la culture, c'est parce que le budget de la culture est en berne qu'on n'a pas le droit de s'orienter vers ces métiers non? ils existent, il y a du boulot pour les bons, on peut les proposer!

    question à Artz: on demande quels sont les débouchés de la filière L, je donne des métiers réels qu'on peut faire avec. je ne vois pas où est le problème... quels métiers proposez-vous après une filière L qui soient universels? je donne des voies larges, vous me dites que je ne donne pas des métiers réels, je donne des métiers, vous me dites que je suis trop précise...
  • Le problème c'est que ces métiers sont des métiers certes passionnants, mais de fait aux places limitées, donc très chères et réservées aux meilleurs. Journaliste est un métier qui fait rêver, mais sans chance, talent, chance et excellent profil on se destine à une vie de galère.

    Un bac général n'amène qu'à des études supérieures, et le panel est de fait moins vaste après un bac littéraire qu'après un bac scientifique.

    On devient bien plus facilement drh après une école de commerce qu'après un master de philosophie. Sur une promotion de fac de psycho, combien trouveront un poste, et combien devront chercher un emploi dans un autre domaine ? Combien réussissent dans la filière artistique, combien n'ont pas la possibilité de percer ? Ce sont des métiers qui existent certes, mais un bête examen statistique permet de se rendre compte des chances de succès, si faibles qu'employer le terme de débouché pour ces métiers me paraît pour le moins présomptueux.

    L'enseignement est une valeur sûre, en ce moment du moins, mais il n'est pas sûr que la conjoncture soit aussi favorable dans quelques années. La communication en entreprise, les ressources humaines, en passant par une filière directement faite pour, sont des débouchés courants et me semble-t-il réalistes.
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.