Fiches méthode Bac de français 2020

Bonjour, j'ai un commentaire à faire sur un extrait de texte sur l'oeuvre de Victor Hugo Hernani, Acte I scène II.
Voici le texte que je dois étudier :
Dona Sol
Je vous suivrai.

Hernani
Parmis mes rudes compagnons,
Proscrits dont le bourreau sait d'avance les noms,
Gens dont jamais le fer ni le coeur ne s'émousse,
Ayant tous quelques sang à venger qui les pousse ?
Vous viendrez commander ma bande, comme on dit ?
Car, vous ne savez pas, moi je suis un bandit !
Quand tout me poursuivait dans toutes les Espagne,

Seul, dans ses forêts, dans ses hautes montagnes,
Dans ses rocs, ou l'on n'est que de l'aigle aperçu,
La vieille Catalogne en mère m'a reçu.
Parmi ses montagnards, libres, pauvres et graves,
Je grandis, et demain, trois mille de ses braves,
Si ma voix dans leurs monts fait résonner ce cor.
Viendront... -Vous frissonez ! Réfléchissez encor.
Me suivre dans les bois, dans les monts, sur les grèves,
Chez des hommes pareils aux démont de vos rêves,
Soupçonner tout, les yeux, les voix, les pas, le bruit,
Dormir sur l'herbe, boire au torrent, et la nuit
Entendre, en allaitant quelque enfant qui s'éveille,
Les balles des mousquets siffler à votre oreille,
Etre errante avec moi, proscrite et s'il le faut
Me suivre ou je suivrai mon père, -à l'échafaud.

Dona Sol
Je vous suivrai.
J'avais penser à deux plans différents, et je voudrais savoir s'ils sont corretes ou non et savoir lequel des deux je doit choisir.

Plan N°1 :
I) Scène d'amour
1) Dona sol amoureuse déterminée à partir avec Hernani.
2) Hernani protégeant sa bien aimée.

II) Un amour impossible
1) Classe sociale différente.
2) Hernani décrit sa vie de bandit qui est inadapté à Dona Sol.

Plan N°2 :
I) Une scène d'exposition.
1) Présentation des personnages.
2) Noeud de l'action.

II) Un amour impossible
1) Classe sociale différente.
2) Hernani et sa viede bandit.
3) Détermination de Dona Sol.

Merci , j'attend vos réponses et vos conseils
Mots clés :

Réponses

  • C'est un commentaire descriptif que tu dois faire ? Si non, à mon avis, ton plan est trop descriptif et n'éclaire pas réellement le texte
  • Ma consigne et "Faites un commentaire du texte de Victor uog" que je vous ai joint.
    Mercide votre réponse Bonjour.. S'il vous plat mon commentaireets pour lundi et je voudrais avoir des conseils sur ms plans, et lequel je doit choisir!
    Merci beaucoup
  • slt , moi je doit aussi le faire , mais ma prof ma donné le plan , jte le passe mais après tu fais se que tu en veu:

    I)L'évocation de la vie d'hernani: vie mouvementé d'hernani ( et de dona sol si elle le suit)

    1)une vie banni , de proscrit , d'éxil pour hernani
    2) une vie sans confort pour dona sol si elle suit hernani
    3)une vie risqué , dangereuse qui peut mener a la mort

    II)L'évocation de la passion ( amour) romantique entre dona sal et hernani

    1)un amour vital ( concidéré comme un besoin vital pour dona sol)
    2)un amour passionel , fusinnel
    3) un amour risqué qui peut aller jusqu'a la mort

    voila , mais bien sur , chaque sujet du plant se ressemble mais sont différent à la fois! bon bas je te laisse sur mes mot , et bon courage :D
  • Bonjour j'ai un commentaire à faire sur Hernani Acte I scène 2 de Victor Hugo le passage est le suivant:
    DOÑA SOL.

    Je vous suivrai.

    HERNANI.

    Parmi mes rudes compagnons ?
    Proscrits dont le bourreau sait d’avance les noms,
    Gens dont jamais le fer ni le coeur ne s’émousse,
    Ayant tous quelque sang à venger qui les pousse ?
    Vous viendrez commander ma bande, comme on dit ?
    Car, vous ne savez pas, moi, je suis un bandit !
    Quand tout me poursuivait dans toutes les Espagnes :
    Seule, dans ses forêts, dans ses hautes montagnes,
    Dans ses rocs où l’on n’est que de l’aigle aperçu,
    La vieille Catalogne en mère m’a reçu.
    Parmi ses montagnards, libres, pauvres et graves,
    Je grandis, et demain, trois mille de ses braves,
    Si ma voix dans leurs monts fait résonner ce cor,
    Viendront... vous frissonnez, réfléchissez encor.
    Me suivre dans les bois, dans les monts, sur les grèves,
    Chez des hommes pareils aux démons de vos rêves ;
    Soupçonner tout, les yeux, les voix, les pas, le bruit,
    Dormir sur l’herbe, boire au torrent, et la nuit
    Entendre, en allaitant quelque enfant qui s’éveille,
    Les balles des mousquets siffler à votre oreille.
    Etre errante avec moi, proscrite, et, s’il le faut,
    Me suivre où je suivrai mon père, - à l’échafaud.

    DOÑA SOL.

    Je vous suivrai.


    HERNANI.

    Le duc est riche, grand, prospère.
    Le duc n’a pas de tache au vieux nom de son père.
    Le duc peut tout. Le duc vous offre avec sa main
    Trésors, titres, bonheur...

    DOÑA SOL.

    Nous partirons demain.
    Hernani, n’allez pas sur mon audace étrange
    Me blâmer. êtes-vous mon démon ou mon ange ?
    Je ne sais, mais je suis votre esclave. écoutez,
    Allez où vous voudrez, j’irai. Restez, partez,
    Je suis à vous. Pourquoi fais-je ainsi ? Je l’ignore.
    J’ai besoin de vous voir, et de vous voir encore,
    Et de vous voir toujours. Quand le bruit de vos pas
    S’efface, alors je crois que mon coeur ne bat pas ;
    Vous me manquez, je suis absente de moi-même ;
    Mais dès qu’enfin ce pas que j’attends et que j’aime
    Vient frapper mon oreille, alors il me souvient
    Que je vis, et je sens mon âme qui revient !
    Voilà si vous pouviez me donner un petit coup de main pour le plan car je ne sais trop quoi faire. Merci d'avance Dois je garder le même plan ? car ce n'est pas exactement le même passage celui ci est un peut plus long
  • Bonjour je dois faire un commentaire, notre professeur nous a demandé 2 grandes parties principales :

    I-La nature, un refuge pour les proscrits
    II-Un héro révolté, en marge de la société, menacé par la mort
    A-Un héro révolté, à l'écart de la société
    B-Un héro menacé par la mort

    Pour la 2 eme partie j'ai trouvé les 2 parties, je n'en ai aucune idée pour la 1ere parce que dans le texte il n'y a pas beaucoup d'adjectifs ou autre qui qualifient la nature.
    Je pensais à A-Une nature protetrice et B-Son lieu de vie ?


    voilà le texte:
    Hernani:

    parmi mes rudes compagnons,
    Proscrits dont le bourreau sait d'avance les noms,
    Gens dont jamais le fer ni le coeur ne s'émousse,
    Ayant tous quelques sang à venger qui les pousse ?
    Vous viendrez commander ma bande, comme on dit ?
    Car, vous ne savez pas, moi je suis un bandit !
    Quand tout me poursuivait dans toutes les Espagne,

    Seul, dans ses forêts, dans ses hautes montagnes,
    Dans ses rocs, ou l'on n'est que de l'aigle aperçu,
    La vieille Catalogne en mère m'a reçu.
    Parmi ses montagnards, libres, pauvres et graves,
    Je grandis, et demain, trois mille de ses braves,
    Si ma voix dans leurs monts fait résonner ce cor.
    Viendront... -Vous frissonez ! Réfléchissez encor.
    Me suivre dans les bois, dans les monts, sur les grèves,
    Chez des hommes pareils aux démont de vos rêves,
    Soupçonner tout, les yeux, les voix, les pas, le bruit,
    Dormir sur l'herbe, boire au torrent, et la nuit
    Entendre, en allaitant quelque enfant qui s'éveille,
    Les balles des mousquets siffler à votre oreille,
    Etre errante avec moi, proscrite et s'il le faut
    Me suivre ou je suivrai mon père, -à l'échafaud.
    J'attend vos réponses avec imaptience merci d'avance !
  • Bonjour, j'ai un commentaire à faire sur l'acte I, scène 2 de "hernani" de victor hugo donc le texte est le suivant :
    Doña Sol
    Je vous suivrai.

    Hernani
    Parmis mes rudes compagnons,
    Proscrits dont le bourreau sait d'avance les noms,
    Gens dont jamais le fer ni le coeur ne s'émousse,
    Ayant tous quelques sang à venger qui les pousse ?
    Vous viendrez commander ma bande, comme on dit ?
    Car, vous ne savez pas, moi je suis un bandit !
    Quand tout me poursuivait dans toutes les Espagne,

    Seul, dans ses forêts, dans ses hautes montagnes,
    Dans ses rocs, ou l'on n'est que de l'aigle aperçu,
    La vieille Catalogne en mère m'a reçu.
    Parmi ses montagnards, libres, pauvres et graves,
    Je grandis, et demain, trois mille de ses braves,
    Si ma voix dans leurs monts fait résonner ce cor.
    Viendront... -Vous frissonez ! Réfléchissez encor.
    Me suivre dans les bois, dans les monts, sur les grèves,
    Chez des hommes pareils aux démont de vos rêves,
    Soupçonner tout, les yeux, les voix, les pas, le bruit,
    Dormir sur l'herbe, boire au torrent, et la nuit
    Entendre, en allaitant quelque enfant qui s'éveille,
    Les balles des mousquets siffler à votre oreille,
    Etre errante avec moi, proscrite et s'il le faut
    Me suivre ou je suivrai mon père, -à l'échafaud.

    Doña Sol
    Je vous suivrai.
    mon professeur m'a demander de montrer qu'il s'agit d'une scène d'exposition et que le personnage d'Hernani est le type du héros tourmenté et révolté.

    pouvez-vous m'aider a formuler une phrase de transition entre les 2 parties et une conclusion je bloque litteralement.
    je vous en serai très reconnaissante
    Merci d'avance
  • Bonjour. Je suis en seconde et mon prefesseur de français nous a demandé de faire un commentaire de texte sur la scène ci-dessous. Je pense avoir bien compris le texte mais je ne suis pas vraiment sûre de mes trois grands axes, surtout que je ne vois pas quelles sous parties je pourrai faire... Pour l'instant j'ai trouvé :
    I) Un héros malheureux et solitaire
    II) L'expression de la passion amoureuse
    III) Une rencontre dangereuse

    Pourriez-vous, s'il vous plait, me dire si je suis dans la bonne voie et bien sur, si vous avez de idées ou autre pour m'aider...

    Je vous laisse lire l'extrait et vous remercie d'avance. =)

    SCENE 2

    Dona Josefa, Don carlos caché, Doña Sol, puis Hernani.

    DOÑA SOL.
    Josefa!

    DOÑA JOSEFA.
    Madame!

    DOÑA SOL.
    Ah! Je crains quelque malheur.

    Hernani devrait être ici.
    Bruit de pas à la petite porte.
    Voici qu'il monte.

    Ouvre avant qu'il ne frappe, et fais vite, et sois prompte.



    Josefa ouvre la petite porte. Entre Hernani. Grand manteau, grand chapeau. Dessous, un costume de montagnard d'Aragon, gris, avec une cuirasse de cuir, une épée, un poignard, et un cor à sa ceinture.



    DOÑA SOL, courant à lui.
    Hernani!


    HERNANI.
    Doña Sol! Ah! C'est vous que je vois
    Enfin! Et cette voix qui parle est votre voix?
    Pourquoi le sort mit-il mes jours si loin des vôtres?
    J'ai tant besoin de vous pour oublier les autres!


    DOÑA SOL, touchant ses vêtements.
    Jésus! Votre manteau ruisselle. Il pleut donc bien?


    HERNANI.
    Je ne sais.


    DOÑA SOL.
    Vous devez avoir froid?

    HERNANI.
    Ce n'est rien.

    DOÑA SOL.
    Ôtez donc ce manteau.


    HERNANI.
    Doña Sol, mon amie,
    Dites-moi, quand la nuit vous êtes endormie,
    Calme, innocente et pure, et qu'un sommeil joyeux
    Entr'ouvre votre bouche et du doigt clôt vos yeux,
    Un ange vous dit-il combien vous êtes douce
    Au malheureux que tout abandonne et repousse?


    DOÑA SOL.
    Ami, vous avez bien tardé! Mais dites-moi
    Si vous avez froid.


    HERNANI.
    Moi? Je brûle près de toi.
    Ah! Quand l'amour jaloux bouillonne dans nos têtes,
    Quand notre cœur se gonfle et s'emplit de tempêtes,
    Qu'importe ce que peut un nuage des airs
    Nous jeter en passant de tempête et d'éclairs?


    DOÑA SOL, lui défaisant son manteau.
    Allons! Donnez la cape et l'épée avec elle!


    HERNANI, la main sur son épée.
    Non. C'est mon autre amie, innocente et fidèle!
    Doña Sol, le vieux duc, votre futur époux,
    Votre oncle est donc absent?


    DOÑA SOL.
    Oui, cette heure est à nous.

    HERNANI.
    Cette heure! Et voilà tout. Pour nous, plus rien qu'une heure,
    Après, qu'importe? Il faut qu'on oublie ou qu'on meure.
    Ange! Une heure avec vous! Une heure, en vérité,
    A qui voudrait la vie, et puis l'éternité!
  • Bonjour, mon professeur de français nous a demander de faire une lecture analytique sur l'extrait ci-dessous...
    J'ai compris le texte, mais je cherche un bon plan pour bien développer ma Lecture analytique
    J'ai trouver ça :

    I) La vie mouvementé d'Hernani

    a)Une Vie de banni (on parle des éléments qui montre qu'il était noble)
    b)Une vie sans confort (on parle du fait qu'il vive dans la nature, sans richesse, et de le comparaison avec le duc qui lui est riche)
    c)Une vie dangereuse (on parle de sa possible mort, etc..)

    Par contre, en II) je ne vois pas dutout de quoi parler...
    Si ce n'est de l'assurance de Dona Sol, qui malgré les mise en garde d'Hernani dis je vous suivrais 2 fois, et "nous partirons demain.."
    Si quelqu'un peut m'aider dans les plus bref délais :)
    Merci..


    Le texte est le suivant:

    HERNANI-

    Ecoutez. L'homme auquel, jeune, on vous destina,
    Ruy De Silva, votre oncle, est duc de Pastrana,
    Riche-homme d'Aragon, comte et grand de Castille.
    Ô défaut de jeunesse, il peut, ô jeune fille,
    Vous apporter tant d'or, de bijoux, de joyaux,
    Que votre front reluise entre des fronts royaux ;
    Et pour le rang, l'orgueil, la gloire et la richesse,
    Mainte reine peut-être enviera sa duchesse !
    Voilà donc ce qu'il est. Moi, je suis pauvre, et n'eus
    Tout enfant, que les bois où je fuyais pieds nus.
    Peut-être aurais-je aussi quelque blason illustre
    Qu'une rouille de sang à cette heure délustre ;
    Peut-être ai-je des droits, dans l'ombre ensevelis,
    Qu'un drap d'échafaud noir cache encor sous ses plis,
    Et qui, si mon attente un jour n'est pas trompée,
    Pourront de ce fourreau sortir avec l'épée.
    En attendant, je n'ai reçu du ciel jaloux
    Que l'air, le jour et l'eau, la dot qu'il donne à tous.
    Or du duc ou de moi souffrez qu'on vous délivre,
    Il faut choisir des deux, l'épouser, ou me suivre.





    Dona Sol
    Je vous suivrai.



    Hernani
    Parmis mes rudes compagnons,
    Proscrits dont le bourreau sait d'avance les noms,
    Gens dont jamais le fer ni le coeur ne s'émousse,
    Ayant tous quelques sang à venger qui les pousse ?
    Vous viendrez commander ma bande, comme on dit ?
    Car, vous ne savez pas, moi je suis un bandit !
    Quand tout me poursuivait dans toutes les Espagne,

    Seul, dans ses forêts, dans ses hautes montagnes,
    Dans ses rocs, ou l'on n'est que de l'aigle aperçu,
    La vieille Catalogne en mère m'a reçu.
    Parmi ses montagnards, libres, pauvres et graves,
    Je grandis, et demain, trois mille de ses braves,
    Si ma voix dans leurs monts fait résonner ce cor.
    Viendront... -Vous frissonez ! Réfléchissez encor.
    Me suivre dans les bois, dans les monts, sur les grèves,
    Chez des hommes pareils aux démont de vos rêves,
    Soupçonner tout, les yeux, les voix, les pas, le bruit,
    Dormir sur l'herbe, boire au torrent, et la nuit
    Entendre, en allaitant quelque enfant qui s'éveille,
    Les balles des mousquets siffler à votre oreille,
    Etre errante avec moi, proscrite et s'il le faut
    Me suivre ou je suivrai mon père, -à l'échafaud.



    Dona Sol
    Je vous suivrai.



    HERNANI.

    Le duc est riche, grand, prospère.
    Le duc n’a pas de tache au vieux nom de son père.
    Le duc peut tout. Le duc vous offre avec sa main
    Trésors, titres, bonheur...

    DOÑA SOL.

    Nous partirons demain.
  • Bonjour je suis complètement paumé .. Jai passé toute mon apres midi a me casser la tête pour une dissertation je nai pas eu le temps de faire mon commentaire ! Cest une partie de l'acte I scène 2 de Hernani de Victor Hugo S'il vous plait je vous en serait très reconnaissante ! Je suis en première ES
    DOÑA SOL.

    Nous partirons demain,
    Hernani, n’allez pas sur mon audace étrange
    Me blâmer. Êtes-vous mon démon ou mon ange ?
    Je ne sais. Mais je suis votre esclave. Écoutez,
    Allez où vous voudrez, j’irai. Restez, partez,
    Je suis à vous. Pourquoi fais-je ainsi ? je l’ignore.
    J’ai besoin de vous voir et de vous voir encore
    Et de vous voir toujours. Quand le bruit de vos pas
    S’efface, alors je crois que mon cœur ne bat pas,
    Vous me manquez, je suis absente de moi-même ;
    Mais, dès qu’enfin ce pas, que j’attends et que j’aime
    Vient frapper mon oreille, alors il me souvient
    Que je vis, et je sens mon âme qui revient.

    HERNANI, la serrant dans ses bras.

    Ange !

    DOÑA SOL.

    À minuit. Demain. Amenez votre escorte
    Sous ma fenêtre. Allez, je serai brave et forte.
    Vous frapperez trois coups.

    HERNANI.

    Savez-vous qui je suis,
    Maintenant ?

    DOÑA SOL.

    Monseigneur, qu’importe ! je vous suis.

    HERNANI.

    Non. Puisque vous voulez me suivre, faible femme,
    Il faut que vous sachiez quel nom, quel rang, quelle âme,
    Quel destin est caché dan-; le paire Hernani.
    Vous vouliez d’un brigand, voulez-vous d’un banni ?

    DON CARLOS, ouvrant avec fracas la porte de l’armoire.

    Quand aurez-vous fini de conter votre histoire ?
    Croyez-vous donc qu’on soit à l’aise en cette armoire ?
  • Bonjour à toutes et à tous,

    Je suis nouvelle sur ce forum mais je sais néanmoins que cette question a déjà été posée, mais je n'ai pas trouvé la réponse que j'attendais. En effet, je dois faire un commentaire composé sur la scène 2 de l'acte I d'Hernani mais je bloque au niveau de mon plan, même si je me suis un peu inspirée de plusieurs topics similaires. Voilà donc mon plan :

    PROBLEMATIQUE : En quoi cette scène nous présente un drame romantique

    PLAN : I)
    1)
    2) Vie inadaptée pour Dona Sol (je parlerai du fait qu'H. ne veut pas que sa bien aîmée le suive dans cette vie de "bandit")

    II) Amour mis à l'épreuve OU Amour impossible
    1) Sacrifice des sentiments d'Hernani (j'ai pensé à cela car ma question de corpus portait sur le sacrifices des sentiments des différents personnages des différents extraits proposés)
    2) Détermination de Dona Sol à suivre Hernani

    Voilà, j'espère que vous me donnerez une confirmation des axes que j'ai déjà dégagé et que vous m'aiderez à trouver les axes manquants, merci beaucoup :)

    Voici l'extrait à analyser :
    DOÑA SOL.

    Je vous suivrai.

    HERNANI.

    Parmi mes rudes compagnons ?
    Proscrits dont le bourreau sait d’avance les noms,
    Gens dont jamais le fer ni le coeur ne s’émousse,
    Ayant tous quelque sang à venger qui les pousse ?
    Vous viendrez commander ma bande, comme on dit ?
    Car, vous ne savez pas, moi, je suis un bandit !
    Quand tout me poursuivait dans toutes les Espagnes :
    Seule, dans ses forêts, dans ses hautes montagnes,
    Dans ses rocs où l’on n’est que de l’aigle aperçu,
    La vieille Catalogne en mère m’a reçu.
    Parmi ses montagnards, libres, pauvres et graves,
    Je grandis, et demain, trois mille de ses braves,
    Si ma voix dans leurs monts fait résonner ce cor,
    Viendront... vous frissonnez, réfléchissez encor.
    Me suivre dans les bois, dans les monts, sur les grèves,
    Chez des hommes pareils aux démons de vos rêves ;
    Soupçonner tout, les yeux, les voix, les pas, le bruit,
    Dormir sur l’herbe, boire au torrent, et la nuit
    Entendre, en allaitant quelque enfant qui s’éveille,
    Les balles des mousquets siffler à votre oreille.
    Etre errante avec moi, proscrite, et, s’il le faut,
    Me suivre où je suivrai mon père, - à l’échafaud.

    DOÑA SOL.

    Je vous suivrai.


    HERNANI.

    Le duc est riche, grand, prospère.
    Le duc n’a pas de tache au vieux nom de son père.
    Le duc peut tout. Le duc vous offre avec sa main
    Trésors, titres, bonheur...

    DOÑA SOL.

    Nous partirons demain.
    Hernani, n’allez pas sur mon audace étrange
    Me blâmer. êtes-vous mon démon ou mon ange ?
    Je ne sais, mais je suis votre esclave. écoutez,
    Allez où vous voudrez, j’irai. Restez, partez,
    Je suis à vous. Pourquoi fais-je ainsi ? Je l’ignore.
    J’ai besoin de vous voir, et de vous voir encore,
    Et de vous voir toujours. Quand le bruit de vos pas
    S’efface, alors je crois que mon coeur ne bat pas ;
    Vous me manquez, je suis absente de moi-même ;
    Mais dès qu’enfin ce pas que j’attends et que j’aime
    Vient frapper mon oreille, alors il me souvient
    Que je vis, et je sens mon âme qui revient !

    EDIT : Finalement je pense laisser mon plan comme ça, avec une seule sous partie pour le premier grand axe, j'espère que c'est "admis" et que le professeur ne va pas voir ça d'un mauvais oeil
  • AmmyAmmy Membre
    Non, une seule sous-partie ce n'est pas possible. Pourquoi ne t'inspires-tu pas de la page 1 de cette discussion ?
  • Bonjour, je suis en 1ère. Afin de nous entraîner à l'écriture d'un commentaire de texte, notre professeur de français nous a donné à commenter un extrait de la scène 2 de l'acte I d'Hernani:
    Hernani

    Ecoutez. L’homme auquel, jeune, on vous destina,
    Ruy De Silva, votre oncle, est duc de Pastrana,
    Riche-homme d’Aragon, comte et grand de Castille.
    A défaut de jeunesse, il peut, ô jeune fille,
    Vous apporter tant d’or, de bijoux, de joyaux,
    Que votre front reluise entre des fronts royaux ;
    Et pour le rang, l’orgueil, la gloire et la richesse,
    Mainte reine peut-être enviera sa duchesse !
    Voilà donc ce qu’il est.Moi, je suis pauvre, et n’eus
    Tout enfant, que les bois où je fuyais pieds nus.
    Peut-être aurais-je aussi quelque blason illustre
    Qu’une rouille de sang à cette heure délustre ;
    Peut-être ai-je des droits, dans l’ombre ensevelis,
    Qu’un drap d’échafaud noir cache encor sous ses plis,
    Et qui, si mon attente un jour n’est pas trompée,
    Pourront de ce fourreau sortir avec l’épée.
    En attendant, je n’ai reçu du ciel jaloux
    Que l’air, le jour et l’eau, la dot qu’il donne à tous.
    Or du duc ou de moi souffrez qu’on vous délivre,
    Il faut choisir des deux, l’épouser, ou me suivre.

    Dona Sol

    Je vous suivrai.

    Hernani
    Parmis mes rudes compagnons,
    Proscrits dont le bourreau sait d'avance les noms,
    Gens dont jamais le fer ni le coeur ne s'émousse,
    Ayant tous quelques sang à venger qui les pousse ?
    Vous viendrez commander ma bande, comme on dit ?
    Car, vous ne savez pas, moi je suis un bandit !
    Quand tout me poursuivait dans toutes les Espagne,
    Seule, dans ses forêts, dans ses hautes montagnes,
    Dans ses rocs, ou l'on n'est que de l'aigle aperçu,
    La vieille Catalogne en mère m'a reçu.
    Parmi ses montagnards, libres, pauvres et graves,
    Je grandis, et demain, trois mille de ses braves,
    Si ma voix dans leurs monts fait résonner ce cor.
    Viendront... -Vous frissonez ! Réfléchissez encor.
    Me suivre dans les bois, dans les monts, sur les grèves,
    Chez des hommes pareils aux démont de vos rêves,
    Soupçonner tout, les yeux, les voix, les pas, le bruit,
    Dormir sur l'herbe, boire au torrent, et la nuit
    Entendre, en allaitant quelque enfant qui s'éveille,
    Les balles des mousquets siffler à votre oreille,
    Etre errante avec moi, proscrite et s'il le faut
    Me suivre ou je suivrai mon père, -à l'échafaud.

    Dona Sol

    Je vous suivrai.

    Hernani

    Le duc est riche, grand, prospère.
    Le duc n'a pas de tache au nom de son vieux père.
    Le duc peut tout. Le duc vous offre avec sa main
    Trésors, titres, bonheur...

    Evidemment, j'ai déjà procédé à l'analyse du texte. Je pense choisir la problématique suivante: "En quoi cet extrait illustre le drame romantique?" Seulement, je rencontre souvent la même difficulté: j'ai du mal à établir un plan. Comme notre professeur favorise les plans ternaires, je me suis efforcée d'en faire un:

    I.La liberté d'un héros romantique
    1) La nature, lieu d'isolement et de liberté
    2)Un héros lyrique
    3)Hernani, figure de la liberté

    II. Aparté sociale, seuls face à la société
    1) L'isolement et la liberté plutôt que la contrainte noblière
    2)La solidarité entre proscrits
    3) Les valeurs incarnées par Hernani

    III.L'avènement d'un soulèvement social
    1)La remise en cause de la noblesse et sa main mise sur la société
    2)Une volonté de revanche nourrie par un sentiment d'injustice
    3)Le sacrifice, issue fatale de la pièce

    J'ai l'impression que mon plan est redondant, le 3) du I. me semble évoquer la même chose que le 3) du II.
    Avez-vous des conseils ou des modifications à me suggérer?
    Merci d'avance pour votre réponse!
  • Bonjour, je pense que ta première partie est nickel, ensuite je pense que pour le 3) II pourrais parler du choix de dona sol, la troisième partie est pas mal aussi pour amener la conclusion. Tu comptes mettre quoi en conclusion ?
  • Merci beaucoup!
    Dona Sol a des répliques très courtes. Pour ma part j'ai eu du mal à tirer quoi que ce soit de ses répliques du coup je n'ai pas pensé à lui consacrer une partie. Aucune idée précise pour la conclusion, je pensais finir en ouvrant sur l'implication de grandissante de l'auteur dans la politique au fil du temps. A voir.
  • De rien.
    Oui justement, il faut parler du contraste entre la longueur des répliques d'Hernani et de Dona Sol. Je pense aussi qu'il serait intéressant d'y intégrer des idées de la représentation théâtrale de la scène.
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.