Grammaire du français

Leur / Leurs

Voilà depuis que je suis toute petite, j'ai jamais compris la différence et l'emploi entre les *Leur et Leurs*

Quelqu'un peut-il m'expliquer ?
«13456716

Réponses

  • EdyEdy Membre
    Voici Fuly !

    Je suppose que vous ne parlez que du déterminant possessif.
    Vous savez en effet :
    - que leur peut aussi être un pronom personnel
    - et que leur entre dans la formation du pronom possessif le leur.

    1. On utilise leur lorsqu'il y a pluralité de possesseurs ; sinon, on emploie son ou sa.
    • Il faut pleurer les hommes à LEUR naissance et non à LEUR mort. (Montesquieu)
    → Il faut pleurer l'homme à SA naissance et non à SA mort.
    • L'homme est comme un temple. Quand la colonne est brisée, les femmes n'y portent plus LEURS dévotions. (Jules Renard)
    → La femme n'y porte plus SES dévotions.


    2. Leur ou leurs ?
    Tout dépend du nombre : leur avec un singulier (masculin ou féminin), leurs avec un pluriel (masculin ou féminin).
    • Regarde LEUR note.
    • Regarde LEURS notes.

    Dans certains cas, on peut hésiter ; c'est sans doute le sens de votre question.

    Sauf lorsque le nom n'a pas de singulier ou n'a pas de pluriel,
    • Ils ont LEUR avenir derrière eux.
    • LEURS appointements ne suffisent pas à faire taire LEURS entrailles.

    il faut envisager trois hypothèses :

    a) Les possesseurs ont un objet en commun. → singulier
    • Elle et lui entrent dans LEUR lit (à deux places) comme s'ils entraient dans une salle d'attente.

    b) Chaque possesseur a plusieurs objets → pluriel
    • Aujourd'hui, les femmes font de l'oeil avec LEURS jambes. (Richepin)

    c) Chaque possesseur a un objet. → C'est selon qu'on insiste sur la singularité ou sur la pluralité.
    • Les hommes portent LEUR coeur dans LEUR sexe ; les femmes portent LEUR sexe dans LEUR coeur. (Malcolm de Chazal)
    • La route du succès est encombrée de femmes poussant LEURS maris devant elles. (Dewar)

    Est-ce plus clair ?
  • En effet c'est bien plus clair que ce qu'on m'avait toujours !

    Merci beaucoup Edy :)
  • Bonjour,

    Ma petite question porte sur la formule "depuis que je suis toute petite" : j'ai lu récemment que cette formule reviendrait à dire que la personne n'a pas toujours été petite. Alors si j'ai bien compris, "depuis que je suis toute petite" n'aurait pas la même signification que "depuis ma toute petite enfance" ?

    Quelqu'un pourrait-il m'éclairer sur ce point là ? Merci
  • EdyEdy Membre
    Bonjour, Orientale !

    DEPUIS QUE JE SUIS TOUTE PETITE / DEPUIS MA TOUTE PETITE ENFANCE

    Je pense que les deux formules (avec des syntaxes différentes) ont la même signification : la situation ou l’événement a commencé à la toute petite enfance.
    J’ai déjà rencontré : « depuis toute petite », mais ce style elliptique semble relâché.

    S'il y avait eu indication d’un terme, elles auraient signifié aussi que la situation se place à l'intérieur de deux limites.
    * Depuis que je suis toute petite jusqu’à ma majorité, …

    Chacun comprend, mais, si l’on y regarde de plus près, « depuis que je suis toute petite » soulève deux questions ; la première vous a été objectée.

    1 Elle peut signifier que la « petitesse » N’A PAS TOUJOURS EXISTé.
    A mon avis, c’est tiré par les cheveux, puisque le seul point de départ de la petitesse est la naissance et que, selon les lois de la nature, on ne REdevient pas petit au cours de la vie (sauf un peu avec un tassement de vertèbres…).
    La formule ne peut donc s’interpréter autrement que « depuis la prime enfance », voire « depuis la naissance ».
    Autre chose serait de dire : « Depuis que je suis chauve » ; dans ce cas, l’énoncé postulerait un temps où j’ai eu des cheveux : je n’ai pas toujours été chauve.

    2 Il est étrange d’utiliser un indicatif présent à propos d’une situation qui N’EXISTE PLUS et qui est donc accomplie. Il est évident que l’énonciatrice a cessé d’être petite. De sorte qu’il serait sans doute plus cohérent de dire
    « depuis que j’ai été toute petite ».

    DEPUIS se référant à un moment du passé, on peut considérer ce passé :
    a) comme le TERME D’UNE SITUATION ANTERIEURE DEVENU POINT DE DEPART D’UNE SITUATION NOUVELLE,
    * Depuis que j’ai été sevré, je déteste les laitages.
    b) ou comme le POINT DE DEPART D’UNE SITUATION NOUVELLE.
    * Depuis que je suis sevré, je déteste les laitages.
    L’analyse préfère voir un attribut dans « sevré » (attribution d’une qualité au sujet), plutôt que de voir dans l’énoncé une forme passive (d’autant qu’il n’y a pas de complément d’agent).
  • Mille mercis pour votre réponse, Edy
  • merci beaucoup je comprends beaucoup mieux maintenant !
  • Bonjour,

    J'aurais écrit
    "leurs âges" au lieu "leur âge"
    dans le texte suivant que je trouve dans la
    "FICHE_60.pdf"
    de la page
    [Lien invalide.]
    "- Bonjour mon capitaine, je voudrais connaître l'âge de vos trois enfants.
    - Le produit de leur âge est égal à 36."

    Vous comprenez que ma question vise à obtenir une référence indépendante dans une discussion.
    Bien à vous.
    R.
  • Ah mes amis !
    Je voudrais attirer votre attention sur cette expression :
    "La réussite leur fuit" OU "la réussite les fuit" ; depuis hier soir, l'expression me ronge, et je ne sais pas laquelle est la bonne. Votre point de vue ?
    Merci :P
  • Pour répondre à Jérémy, je dirais : « La réussite les fuit », « fuir » étant en l'occurence un verbe transitif direct, ou bien : « La réussite leur échappe » en raison de la construction indirecte de « échapper ».

    * Le repos m'a fuie !... hélas! la paix de mon coeur malade, je ne la trouve plus, et plus jamais! (Goethe, traduit par Gérard de Nerval)
  • D'accord. Je sens que j'ai un gros problème à ce niveau alors. Quand doit-on mettre "leur" et quand doit-on mettre "les" dans une phrase pareille ?
    Au départ, je voulais mettre "la chance leur fuit" car dans "leur", il y a un sentiment d'appartenance, c'est un possessif ; or, on dit bien que la chance fuit à eux. Aie, désolé, j'ai du mal à saisir.... :(
  • Bonsoir Jérémy,

    "La chance LES fuit" parce : "La chance fuit QUI ?... EUX.

    "La chance LEUR sourit" parce que : "La chance sourit A QUI? ... A EUX ; (mais ce n'est pas un "A" d'appartenance, c'est un "A" de destination, vous pouvez remplacer par "vers"... "en direction de...".

    Muriel
  • Impeccable, merci de me remettre les pendules à l'heure :)
  • Et s'il subsiste un doute : remplacez les COD/COI pluriels par le singulier :

    "La chance fuit Jérémy" : la chance LE fuit.

    "La chance sourit à Jérémy" : la chance LUI sourit.

    Je vous souhaite le deuxième exemple !!!

    Muriel
  • :D C'est gentil ça. Merci encore :)
  • Bonjour,
    Vous ne penseriez pas à moi qui ai initialisé le débat?
    Merci.
    R.
  • Bonsoir Moors,

    Vous avez raison, ils sont durs avec vous ;→ >>

    Pour choisir entre le singulier et le pluriel de LEUR il faut comme souvent rechercher la solution dans le sens de la phrase.

    Si chaque personne ne peut posséder qu’une seule chose, on laisse au singulier :
    Le produit de leur âge est égal à 36 (chaque enfant ne peut posséder qu’un âge)

    Si chaque personne peut posséder plusieurs choses, on met au pluriel :
    Le produit de leurs billes est égal à 72 (chaque enfant peut posséder plusieurs billes)
  • Mille excuses à Moors :o Je ne recommencerai plus cet acte d'incivisme !
  • Merci Henry,
    C'est bien ce que j'avais appris en son temps.
    Mais le produit porte sur plusieurs âges. Et leur(s) semble se rapporter à l'ensemble des enfants.
    Regardez ceci, qui n'éclaire pas le problème :
    Le produit de l'âge est 36!!!
    Une équipe de nageurs est de bon niveau si tout leur temps minimum sur cent mètres est inférieur à...
    Bien à vous.
    R.
  • Voici la règle de Grevisse (1) si un nom désigne une réalité dont plusieurs possesseurs possèdent chacun un exemplaire, on met le plus souvent au pluriel ; (2)mais le singulier se rencontre aussi lorsqu’on considère l’exemplaire de chacun des possesseurs :
    (1)Tous penchés sur leurs lances.
    (2)Les Parisiens regagnent leur ville en fin de vacances.*
    Avec de telles règles on n’est pas prêt de faire rentrer la langue dans toutes les têtes. Mais revenons à une analyse que j’estime plus facile à gérer :

    A mon avis, vous posez mal la question.
    Non il ne s’agit pas d’un produit comme dans une division, et effectivement ce terme peut induire en erreur. Il faut considérer qu’on ne peut se servir que d’un seul âge pour chaque personne concernée, et le singulier s’impose.
    Les hommes prirent leur chapeau avant de sortir (chaque homme n’a qu’un chapeau)
    Les femmes racontent leurs souvenirs (chaque femme possède plusieurs souvenirs)
    Les enfants étaient accompagnés de leur mère.(chaque enfant n’a qu’une mère)
    Les enfants étaient accompagnés de leurs parents (le père et la mère)


    Quand vous dites : le produit de l’âge est 36, vous sous-entendez que vous faites du calcul et sans verbe et sans utiliser LEUR, donc difficile de répondre.

    Dans l’exemple : Une équipe de nageurs est de bon niveau si tout leur temps minimum sur cent mètre est inférieur à...
    (attention vous écrivez tout et le verbe au singulier et leurs temps au pluriel et vous considérez minimum comme adjectif ou comme adverbe, sans parler des rectifications d’orthographe pour les mots d’origine étrangère).

    Mais en plus vous ajoutez le terme TOUS ce qui commande l’accord bien entendu, voulant dire que le temps minimum de chaque nageur sans exception est pris en compte.
    Sans TOUS = Une équipe de nageurs est de bon niveau si leur temps minimum sur cent mètres est inférieur à...

    En effet chaque nageur ne peut avoir qu’un temps minimum (le mot minimum correspond à ne retenir qu’un seul résultat) ou bien on parle de l’équipe mais ce nom collectif ne recouvre lui aussi que le terme minimum et le singulier s’impose.
    Au final : : Une équipe de nageurs est de bon niveau si leur temps minimum sur cent mètres est inférieur à..
    amha
    @.
  • Merci Henry,
    Je raccroche.
    R.
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.