Salarié des télécoms et études de lettres

VisnoniaVisnonia Membre
décembre 2022 modifié dans La filière littéraire

Bonjour aux utilisateurs de ce forum.

Salarié d'une grande entreprise de télécommunications, de formation initiale scientifique et technique, j'ai pu faire un petit bout de chemin professionnel dans des métiers techniques ainsi que transversaux (qualité, support aux clients).

Je dois dire que mon métier de base ne m'intéresse plus vraiment, mais le confort de mon poste m'a permis de me cultiver à ma guise dans divers domaines. J'ai suivi, en particulier, une première année de Master d'enseignement (MEEF) où ce sont les cours de français qui m'ont apporté le plus de plaisir. D'excellentes notes ont sanctionné mon travail. C'est la baisse de salaire qui m'a fait renoncer à la carrière d'enseignant. Par ailleurs, j'ai utilisé mon CPF pour perfectionner mon niveau d'anglais jusqu'à obtenir 955 points au TOEIC en 2021. Actuellement, je m'efforce de lire les classiques de langue française que je n'ai pas eu l'opportunité de lire auparavant et je lis également de la littérature de langue anglaise.

Je suis arrivé à un moment où je dois soit réactiver ma carrière dans les télécoms en me perfectionnant (dans les domaines techniques, managériaux ou de la relation client), soit envisager autre chose. La première option me motivant très peu, l'autre « chose » est à définir ! Le principe de plaisir étant important, je me pose la question de démarrer un cursus de lettres (idéalement classiques afin d'aborder les questions de linguistique qui m'intéressent également).

Cependant, peu enclin à voir mon salaire diminuer, j'aimerais pouvoir mettre en valeur dans mon entreprises ces nouvelles compétences que j'espère acquérir plutôt que de me reconvertir. Spontanément, je songe aux métiers de la communication, de la rédaction technique ou de la traduction. Mais je ne connais concrètement aucun collègue arrivé dans mon entreprise après des études de lettres.

Est-ce que de sympathiques usagers de ce forums auraient des pistes ou expériences à partager ?

Réponses

  • VisnoniaVisnonia Membre
    décembre 2022 modifié

    Une seconde question apparaitra rapidement après avoir commencé à définir mon projet : celle de l'université à retenir. Ayant l'intention de rester en poste, une licence de lettres entièrement à distance, c'est à dire avec un minimum de regroupements physiques, me faciliterait la vie. Une amie est parvenue à obtenir, par exemple, un Master de gestion de projet en informatique auprès d'une université en Suède sans jamais avoir à s'y déplacer.

    Est-ce qu'une université française ou belge offrirait ce genre de possibilité ?

  • VisnoniaVisnonia Membre
    10 janv. modifié

    Bonjour,

    Il semble que mon sujet suscite assez peu de retours. Peut-être que les études de lettres mènent très majoritairement aux métiers de l'enseignement ou aux carrières universitaires.

    Pour ma part, je tâtonne et expérimente des choses dans mon cadre professionnel actuel : formations aux collègues sous un format original et enquête de type journalistique sur une problématique propres à mon métier, la sécurité (je compte en sortir un article et une présentation). Cela me fait utiliser des compétences autres que techniques. On verra où cela me mènera.

  • loglog Membre

    Bonjour,

    Tout d'abord, je pense que vous pouvez trouver beaucoup d'informations sur les questions que vous abordez sur ce forum en faisant une recherche. Il y a bcp de retours d'expérience d'études en EAD.

    Pour faire une licence de LC, à ma connaissance il est nécessaire d'aller sur place pour passer les examens. J'ai suivi celle de Toulouse en EAD, qui m'a semblé bien organisée et très dense du point de vue linguistique, justement. En outre, il n'est pas nécessaire de faire des lettres modernes en plus des LC, on peut choisir par exemple plutôt une mineure Histoire.

    En master de LC, en revanche, certaines formations permettent de tout faire à distance, même la soutenance du mémoire pour ceux qui sont loin. C'est le cas à Montpellier. À Nanterre, en revanche, il faut aller sur place aux examens.

Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.