Tenter les concours proposés à la fin des prépa littéraires sans avoir fait prépa

kolokolo Membre
décembre 2022 modifié dans La filière littéraire

Bonjour,

Je suis actuellement en deuxième année de lettres modernes avec option littérature anglaise. J'ai choisi egalement de faire du latin. Je voulais donc savoir si passer les concours auxquels préparent les grandes écoles littéraires et espérer réussir est une bonne idée ou alors est-ce plutôt perdu d'avance ?

Merci beaucoup d'avance

Réponses

  • HippocampeHippocampe Membre
    décembre 2022 modifié

    Bonsoir,

    Je ne suis pas qualifié pour te répondre, d'autres ici le sont.

    Je fais juste une remarque : ce que tu veux passer, ce sont les concours des grandes écoles littéraires.

    Les CPGE recrutent sur dossier et non sur concours.

  • Je pense que Kolo veut dire : "passer les concours auxquels les CPGE préparent".

  • kolokolo Membre
    décembre 2022 modifié

    Oui effectivement je vais modifier le titre de suite merci !

  • Lucid_LynxLucid_Lynx Membre
    décembre 2022 modifié

    Des grandes écoles littéraires ?! Belle utopie. 😃

  • @Lucid_Lynx comment ça ?

  • Lucid_LynxLucid_Lynx Membre
    décembre 2022 modifié

    @kolo : Il n'existe pas de grandes écoles littéraires. A la limite, la littérature peut constituer une matière dans la maquette de certains écoles prestigieuses (écoles de cinéma, écoles d'arts appliqués, chartes, etc.).

    À mon avis, vous voulez savoir s'il est possible de tenter les concours d'entrée de diverses écoles, sans être forcément passé par les classes préparatoires (CPGE) littéraires (hypokhâgne-khâgne), mais seulement muni de votre licence LM.

  • kolokolo Membre
    décembre 2022 modifié

    @Lucid_Lynx oui c'est ce que je veux savoir mais je n'arrive plus à modifier ma publication

  • Re-bonjour,

    Jai déjà posté une discussion similaire où j'ai mal formulé ma question, j'ai donc décidé de la reformuler ici. Je voulais savoir s'il est possible de tenter les concours d'entrée, qui sont normalement passés à la fin des classes préparatoires littéraires (hypokhâgne-khâgne), suite à l'obtention d'une licence de lettres modernes uniquement. Ou pensez-vous que c'est peine perdue d'avance ?

    Merci encore d'avance

  • Même si l’on est passé par les classes préparatoires, c’est déjà difficile de se présenter en candidat libre après un échec. Alors, sans avoir jamais fréquenté ces classes préparatoires, je n’y crois pas beaucoup.

    Mais il y a toujours des exceptions…

  • Lucid_LynxLucid_Lynx Membre
    décembre 2022 modifié

    Moi je pense qu'il y a toujours une chance et qu'il ne faut pas se décourager avant d'avoir essayé. Question de philosophie personnelle, je suppose... Et si on rencontre un échec, est-ce si grave ? Au moins, nous n'aurons aucun regret.

    Il faut regarder les matières présentes aux différents concours que vous visez et faire le point, lucidement et sans prétention, sur votre niveau dans ces matières. Aucune impasse (du genre "j'ai jamais fait de telle ou telle matière, tant pis, je me rattraperai avec le reste") n'est possible, sinon c'est la catastrophe garantie.

    Si vous n'avez pas étudié certaines matières, ou certains chapitres/domaines, il faudra un effort supplémentaire et personnel pour vous préparer seul, ce qui est difficile, mais pas impossible. La charge de travail réduite en licence LM permet de bosser à côté, justement.

    Vérifiez également le niveau de diplôme requis pour ces concours, car certains (beaucoup ?) imposent le niveau Master minimum.

  • Et si on rencontre un échec, est-ce si grave ? Au moins, nous n'aurons aucun regret.

    Cela peut l’être. Et les regrets peuvent perdurer. Tout dépend de l’individu et de l’importance qu’il accorde à la réussite à de tels concours.

  • dinozordinozor Membre
    décembre 2022 modifié

    Vous ne perdez rien à vous inscrire à ces concours, mais vos chances de réussite à l'ENS sont nulles, et minces si vous êtes excellent élève (c'est-à-dire si vous êtes en mesure de cerner, rapidement, ce qui est attendu). Pour les écoles de commerce, à partir de la 6e (je ne connais plus le classement), vous avez des chances réelles, la barre étant basse et ces concours boudés par les littéraires.

    J'ai passé Ulm en candidat libre en parallèle de ma L3 (sous-a) et j'ai été admis l'année suivante (après une khâgne ; je pense que je n'aurais pas réussi Ulm sans cet environnement) ; n'hésitez pas à me contacter si vous avez des questions. A titre d'exemple et pour vous donner une idée, un ami était peu ou prou dans votre cas, et, de sa première tentative à sa dernière (après deux khâgnes), a dû gagner, environ, 8 points de moyenne au concours.

  • duduledudule Membre
    décembre 2022 modifié

    Bonsoir,

    Je suis d'accord avec tout ce qui précède : qu'avez-vous à perdre ?

    Je comprends aussi la remarque de @Laoshi : mais je pense qu'on est dans une situation peu-être un peu différente de ce qu'elle exprime (tu me corrigeras, Laoshi). Dans le fait d'intégrer une classe prépa littéraire (ou scientifique, d'ailleurs), il y a, à mon sens, une sorte de contrat moral (vis-à-vis de soi-même, de sa famille, de ses professeurs) pour en sortir en intégrant une "grande école" (laquelle n'est d'ailleurs pas toujours celle que l'on visait initialement). Ici, vous êtes dans une démarche un peu différente : c'est un choix proactif et raisonné et dont vous savez qu'il sera - peut-être - difficile de faire aboutir. Votre vie n'en sera pas nécessairement bouleversée en cas d'échec. Je ne peux qu'encourager ce genre d'initiative. Le seul fait que vous vous interrogiez ici, sur ce forum, et demandiez des avis et conseils me semble montrer que vous avez déjà bien réfléchi à l'affaire.

    Allez-y ! Que risquez-vous ? Rien.

    J'aurais cependant trois conseils :

    • lire et relire les programmes, et les œuvres qui y sont inscrites
    • bien choisir parmi les éventuelles options proposées pour les concours
    • lire et relire les rapports de jurys de concours des écoles visées (et pas seulement les rapports de l'année passée : tous les rapports disponibles !) : vous y trouverez de très bons conseils et évaluerez le niveau demandé
    • sans prépa, si vous êtes admissible (après l'écrit), le plus dur sera l'oral car votre cursus ne vous y aura pas nécessairement préparé : les oraux sont des épreuves assez codifiées ; là-aussi, imprégnez-vous des rapports.


  • ArtzArtz Membre

    Je rappelle également que l'on peut candidater aux ENS (Ulm et Lyon) sur dossier. Les modalités varient selon les écoles et les départements (du moins, c'était le cas dans le temps longtemps) mais ils recrutent également des gens venus de l'Université.

    Ce mode de recrutement ne donne pas tout à fait les mêmes droits / privilèges que le concours d'entrée (notamment en ce qui concerne le salaire) mais je pense que vous devriez y jeter un oeil.

Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.