Doute dans le choix de ma spécialité en seconde année

Bonsoir à tous,


Je suis scolarisée en hypokhâgne, dans un bon, voire très bon lycée parisien. L'année n'a pas été de tout repos mais elle touche à sa fin (ouf). Demain, je reprends les cours et je sais qu'il va falloir que je décide définitivement de ma spécialité pour ma khâgne. J'hésite entre lettres, histoire-géo et anglais (très peu probable).


Je commence à recevoir les résultats des épreuves de concours blancs que j'ai passées avant les vacances, et les résultats sont mitigés.

Plus globalement, mes résultats tout au long de l'année ont été assez contrastés, avec du bon et du mauvais. Au mois de février, j'ai été convoquée par la CPE pour faire le point. Elle m'a dit que mon passage en khâgne était "compromis" à cause de mes résultats, qu'il fallait que je donne tout au second semestre, ect ...

Je pense désormais passer en khâgne, mais j'ai un autre problème.

Concernant le choix de la spécialité, je voudrais devenir prof de lettres depuis longtemps.

Le problème étant que je ne supporte pas ma prof de cette année, et c'est elle qui s'occupe de la khâgne lettres. Je comprends qu'elle veuille nous brusquer pour qu'on puisse ensuite donner le meilleur de nous-mêmes. Mais je ne supporte pas son attitude. Elle m'a humiliée à l'oral, à l'écrit et j'en passe ... Je tiens à dire que c'est la seule à avoir ce genre de comportement à notre égard, sinon j'aurais été plus compréhensive ... Tous les autres profs sont des crèmes, donc rien à voir avec la "méthode prépa"

Bref j'ai pris sur moi toute l'année.

Durant la dernière khôlle de lettres, lorsque je lui ai fait part de ma volonté d'aller en khâgne lettres avec elle, elle a fait les grands yeux et m'a dit que j'étais un peu (trop) en difficultés. J'ai expliqué que je souhaitais devenir prof de lettres, donc que la khâgne lettres me semblait plus appropriée. Elle m'a expliqué que l'année dernière, ils ont fait passé une élève dans mon cas mais qu'elle souffrait cette année en lettres. Bref, elle m'a aussi dit que mon passage en khâgne lettres dépendra des résultats au second concours blanc.


TADAM ! J'ai eu 6/20 (moyenne de classe: 9,27).

Bon, mon classement n'est pas dégueu (36/48) et je m'améliore depuis le début, mais ça reste très faible.


Donc, j'en suis venue à me tourner vers la spé histoire-géo. Les profs sont adorables et j'aime bien les deux matières, mais le volume horaire est plus chargé que le spé lettres et ça colle moins bien à mon projet pro. A noter que mes résultats sont assez bons et que je suis pratiquement certaine d'y être admise si je demande cette spé.

Je pense aussi à la spécialité anglais, mais en dernier recours.


Enfin bref, j'ai beaucoup de doutes et mon orientation ne dépend plus de moi, désormais.

Je finis les cours dans trois semaines et le stress augmente.

Je souhaite aller en spé lettres mais j'ai bien peur qu'elle me soit refusée, malgré mes efforts.

J'aime l'histoire-géo, mais au point d'en avoir huit heures par semaine en plus ?


PS: J'en ai parlé à mes profs et je n'ai pas non plus eu de réponses claires.

A noter aussi que je veux rester dans ma prépa si possible, et ne pas changer pour l'année pro.


Voilà, désolée pour le pavé.

En tout cas, bonne soirée.

Merci à ceux qui m'ont lue, et qui répondront si l'envie y est.


Loustik, hypokhâgneuse

Réponses

  • dinozordinozor Membre
    8 mai modifié

    A vous lire, je vois mal comment on pourrait vous conseiller autre chose que l'histoire ; personne ne devrait avoir à s'infliger volontairement un professeur imbuvable l'année de khâgne. Je vois mal, mais je le vois quand même :

    si vous souhaitez absolument intégrer et que cuber ne vous effraie pas, je vous conseille l'anglais.

    si l'intégration vous est indifférente, et que c'est la spé lettres qui vous intéresse et vous passionne le plus, que perdez-vous à demander lettres ? Le professeur excepté (ce qui certes n'est pas rien, mais certains professeurs sont plus diligents en petits effectifs, et il n'y a de toute façon pas de colles en spécialité), quand bien même elle vous serait refusée, vous devriez pouvoir demander, dans un second temps, histoire ou anglais.

    Votre spécialité n'engage pas nécessairement la suite de votre cursus : sous couvert de résultats suffisants, on peut intégrer une L3 de lettres en ayant suivi spé histoire.

  • LoustikLoustik Membre

    Bonjour, Merci beaucoup pour votre réponse !

    Je ne tiens pas vraiment à intégrer, mais ça serait un plus, évidemment. Mon objectif principal reste vraiment de devenir prof (au collège).

    Et je compte cuber de toutes les manières pour passer directement en master après, quelque soit la spécialité.

    Après réflexion, je vais demander les lettres en premier. Si la professeure ne veut pas m'accepter, alors je me dirigerais soit vers l'histoire, soit vers l'anglais. En vérité, l'anglais m'attire, notamment car cela me permet de réviser ma LV1 et donc de faire une pierre deux coups. L'anglais est aussi une matière qui m'apparaît comme moins "stressante" que les autres, dans le sens où elle ne demande pas forcément un apprentissage par cœur systématique, comme c'est le cas de l'histoire (même si je me doute qu'un travail régulier est obligatoire en anglais également).

    Je ne pense finalement pas être assez passionnée par l'histoire-géo pour être motivée pendant neuf mois à apprendre tout un tas de choses, surtout que je sais que je ne me dirigerai pas vers l'histoire à la fac dans tous les cas (je viens d'avoir mes résultats de l'épreuve: 38/48, pas très enthousiaste ... )

    Encore merci pour votre réponse, elle me rassure et me permet de prendre conscience que tout n'est pas forcément perdu.

  • dinozordinozor Membre

    Effectivement, l'anglais est une matière plus technique, moins soumise à l'aléatoire (la reine indiscutable étant la spé L.C.), mais il faudra toutefois passer par un apprentissage lexical, qui peut être laborieux. D'autre part, si votre classement est identique en histoire et en lettres, oui, vous n'avez aucune raison de ne pas demander ce qui vous intéresse le plus (si ce n'est que L.M. est, pour Lyon, la seule spécialité sans programme, si vous passez bien Lyon et pas Ulm).

  • LoustikLoustik Membre

    Oui, je passe l'ENS Lyon. Mon lycée ne propose que cette khâgne.

    C'est vrai qu'il y a beaucoup de vocabulaire à apprendre en anglais, et il faut comprendre la grammaire.

    Cependant, je me dis qu'apprendre le vocabulaire anglais me sera plus utile plus tard qu'apprendre à lire une carte en spécialité géo. Je sais que je ne poursuivrai pas dans cette voie de toutes les manières, donc autant choisir le plus utile. En plus, on peut plus facilement avoir une meilleure note en version d'anglais sans avoir réviser que dans une dissertation d'histoire sans avoir appris le cours.

    Pour l'histoire et les lettres, mes résultats sont globalement meilleurs en histoire, mais je vais laisser mon cœur choisir. Je pense que c'est la meilleure solution, surtout si je dois avoir cette matière six heures dans la semaine.

    En tout cas, merci beaucoup de prendre de votre temps pour m'aider.

  • TheRedRoomTheRedRoom Modérateur

    Bonjour,

    L'anglais présente un autre avantage : en anglais, on fait... des lettres ! mais des lettres en anglais. Par conséquent en spé anglais, vous aurez 2h de travail sur un programme littéraire, avec une œuvre de Shakespeare, un recueil de poèmes, et un roman. Par conséquent, je trouve que la spé anglais est tout de même la moins éloignée de la spé lettre, et il me semble plus aisé par la suite de raccrocher les wagons avec un master de LM afin de passer les concours de recrutement.

    En revanche, si j'étais vous, je considèrerais avec attention la possibilité de faire une khâgne dans un autre lycée... certes, c'est un investissement d'énergie de changer de lycée, d'avoir de nouveaux camarades, etc..., mais à vrai dire, envisager de changer de matière impliquera sans doute pas mal d'énergie à la suite de votre khâgne pour réintégrer un parcours Lettres Modernes. En d'autres termes, vous n'êtes pas sûre qu'un master de Lettres moderne vous acceptera si vous avez fait une khâgne anglais ou HG. (en général, ca passe, surtout si vous êtes dans un lycée un peu prestigieux, mais ce n'est pas garanti).

  • LoustikLoustik Membre

    Bonjour,

    Alors, il ne me reste plus que trois semaines de cours désormais. Tout est presque déjà joué.

    Compte tenu du fait que je souhaite vraiment devenir professeure de lettres modernes, je vais demander cette spécialité en premier choix. Si on ne m'accepte pas, je serais un peu perdue, mais je me tournerais vers l'anglais. De toutes les façons, j'envisage une année de césure aux USA après ma troisième année de prépa, si j'y arrive (pour enseigner à l'étranger). L'anglais me sera toujours utile. Mais tout cela est encore loin, évidemment.

    Il est vrai que changer de lycée est une option envisageable mais cela représente une grande source de stress pour moi, qui a constamment du mal à s'intégrer dans un groupe, d'autant plus lorsque celui-ci est déjà formé depuis un an. Je vais y réfléchir, mais c'est vraiment la dernière chose dont j'ai envie pour l'instant. Après, j'attends encore la décision du conseil de classe qui aura lieu dans trois semaines.

    Pensez-vous que l'on peut me donner le passage en khâgne, mais me le refuser dans une spécialité en particulier (à cause de mauvaises notes) ? Ou est-ce que le lycée est obligé de m'accepter dans mon premier choix de spé s'il m'autorise le passage ?

    C'est une de mes grandes questions.

    Merci.

    Loustik

  • dinozordinozor Membre

    Je me souviens, après une admission en khâgne, avoir reçu un document portant : "untel est admis en khâgne spécialité x". Je crois donc qu'on est admis en khâgne avec une spécialité, et pas "admis" abstraitement. Sed contra : mon bulletin d'hk portait "autorisé à passer en khâgne" sans précision supplémentaire...

  • LoustikLoustik Membre

    C'est plutôt rassurant ! Cela veut peut-être dire que la spécialité n'est pas si importante qu'on le dit, non ?

    C'est surtout le passage qu'il faut avoir.

  • TheRedRoomTheRedRoom Modérateur
    17 mai modifié

    @Loustik puis-je te demander combien d'élèves il y a dans ton hypo ? et en kh ? et combien y a-t-il de classes d'hypokhâgne et de khâgne dans ton lycée ?

  • LoustikLoustik Membre

    Il y a une seule classe d'hypokhâgne avec 48 places au total.

    Par contre, il y a deux khâgnes de chacune 48 élèves, soit le double que ma petite classe d'hypokhâgne (mon lycée est surtout scientifique)

    Mais je ne sais pas encore combien vont cuber, dont il y a toujours un risque que je ne passe pas.


    En réalité, ce n'est pas tant le passage en khâgne qui m'inquiète mais l'admission en spé lettres modernes, beaucoup moins garantie.

    Ma professeure de lettres avait l'air de dire que certains auraient plus d'intérêt à se spécialiser directement en lettres à l'université au lieu de partir en khâgne (sachant qu'elle sait que je souhaite devenir prof de lettres, je me suis sentie visée).

  • AscagneAscagne Membre

    Quand on a le niveau et qu'on a déjà fait une hypokhâgne, je ne vois pas trop d'intérêt à ne pas faire de khâgne, à moins que le système ou le rythme ne soient jugés particulièrement rebutants par l'étudiant. Cela permet de se frotter aux concours et concrètement, pour un bon élève issu de khâgne, le "rattrapage" de début de L3 permet de compenser l'inconvénient éventuel derrière ce choix. L'expérience de la prépa, complète, est utile pour la suite. C'est d'ailleurs utile d'avoir goûté davantage qu'à la fac (si on pense à un cursus normal, pas à une double-licence par exemple) aux fondamentaux des autres disciplines (histoire, langues) et d'avoir ainsi plus de références communes avec les collègues du secondaire, quand on finit par devenir enseignant.

  • LoustikLoustik Membre

    J'ai eu les résultats de mon conseil qui s'est déroulé vendredi et je suis finalement prise en khâgne lettres modernes.

    Cependant, je suis également acceptée à l'école du Louvre, ce qui complique ma décision. Peut-être que cette voie serait plus intéressante si jamais le secteur de l'enseignement ne m'attire plus dans cinq ans ... Mais s'inscrire à l'école du Louvre implique aussi de recommencer à Bac + 0, ce qui est assez embêtant.

    Je suis assez perdue, je ne m'attendais pas du tout à réussir les concours d'entrée au Louvre mais je n'ai pas envie de faire un choix que je regretterai par la suite.

  • LaoshiLaoshi Membre

    Je suis assez perdue, je ne m'attendais pas du tout à réussir les concours d'entrée au Louvre…

    Mais alors, pourquoi les préparer et les présenter ?!?!

  • LoustikLoustik Membre

    Ah, je n'avais vraiment rien préparé avant l'épreuve.

    C'était surtout histoire de voir ce à quoi pouvait ressembler un concours d'entrée à une grande école. C'était aussi une manière d'être en compétition avec des centaines de personnes en même temps, comme ce sera le cas l'année prochaine (puisque je passe en khâgne).

  • LaoshiLaoshi Membre

    Alors, si tu réussis facilement aux concours, je te suggère d’aller en khâgne et je te souhaite de réussir tout aussi bien le concours de l’ENS. (Prépare un peu quand même et surtout l’oral, pour ne pas être prise au dépourvu.)

Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.