Méthode commentaire Méthode dissertation

Marie NDiaye, Trois Femmes puissantes

Bonjour où bonsoir,

Pour ma lecture cursive j'ai choisi Trois femmes puissantes de Marie Ndiaye et je dois rattacher cette œuvre au parcours littéraire associé qui est: La Déclaration des droits de la femme et des citoyennes d'Olympe de Gouges.

Cependant je ne vois pas le rattachement à faire puisque dans La Déclaration des droits de la Femme et des Citoyennes Olympe de Gouges lutte pour l'émancipation de la femme et pour la reconnaissance de sa place sociale et politique. Je ne vois pas le lien à faire.

Pourriez-vous m'éclairer sur ce problème.

Merci d'avance et passez une bonne journée ou soirée.

Réponses

  • duduledudule Membre
    7 mai modifié

    Bonsoir,

    Pas sûr de bien comprendre la question.

  • abcdeabcde Membre
    7 mai modifié

    Bonsoir,

    Je dois faire un lien entre cet ouvrage et celui d'Olympe de Gouges.

  • duduledudule Membre

    As-tu lu le texte mentionné d'Olympe de Gouges ?

  • abcdeabcde Membre

    Oui, je les lu.

  • Lucid_LynxLucid_Lynx Membre

    Bonjour,

    D'abord, je tiens à rappeler que vous avez choisi cette œuvre de Marie NDiaye. 😄

    La question à se poser est la suivante : pourquoi votre professeur a-t-il choisi de compléter La Déclaration des droits de la Femme et des Citoyennes d'Olympe de Gouges par la lecture de Trois femmes puissantes de M. NDiaye ? Il faut trouver et explorer ce lien.

    D'abord le thème de la condition féminine est central, à des époques différentes. On peut réfléchir aux pistes suivantes : quels obstacles, dont parlait déjà O. de Gouges, ces femmes ont-elles rencontrés ? La société a-t-elle évolué sur ces questions entre la fin du XVIIIe s. et aujourd'hui, le cas échéant dans quelle mesure ? Les inégalités que subissent les femmes sont-elles seulement une affaire d'hommes ? Ou de femmes ? etc.

    En somme, il s'agit d'extraire les problématiques majeures du texte d'O. de Gouges (œuvre "officielle" au programme) et de les actualiser, de les transposer et d'y trouver des réponses (ou de nouvelles questions) après la lecture du roman de M. NDiaye.

    PS : Un petit effort sur l'orthographe serait bienvenu, parce que "Oui, je les lu", ça fait mal...

  • duduledudule Membre

    Ca fait même TRES mal ;-)

  • Lucid_LynxLucid_Lynx Membre

    Ce "les" en lieu et place d'un "l'ai" est très laid, on pourrait sans délai, en délayant, en faire un lai.

  • lamaneurlamaneur Modérateur
    8 mai modifié

    C'est une faute qu'une relecture*** aurait certainement évitée. Mais elle fait partie de ces fautes relativement fréquentes aujourd'hui sur Internet, même sous la plume de gens instruits et qui connaissent l'orthographe. Il y a un mécanisme d'écriture phonétique automatique qui confond les outils grammaticaux homophones, indépendamment du sens : on retrouve souvent des mélanges c'est/sait/ces, quand/qu'en, son/sont, l'est/les/l'ai (mais rarement "lait"). C'est un aparté qui nous éloigne un peu de la belle Olympe.


    ***Apprendre à se relire est une bonne chose pendant la scolarité. Ça évite des erreurs stupides, comme celle-ci et incite les examinateurs et correcteurs à la bienveillance; alors qu'un travail non relu semble indiquer un je-m’en-foutisme qui ne mérite pas qu'on s'attarde ou qu'on cherche à aider . Plus tard, dans la vie d'adulte, se relire est aussi une bonne chose qui prédispose vos interlocuteurs en votre faveur ; un interlocuteur qui constate que vous n'avez pas pu passer deux minutes à vous relire risque de penser qu'il n'a aucune raison d'avoir deux minutes à vous consacrer. C'est un peu bête, mais c'est souvent comme ça. Fin de la séquence prêchi-prêcha !

  • dinozordinozor Membre

    Erreurs que la simple phonétique devrait d'ailleurs suffire à éviter, puisque l'ai = é, l'est/l'es/lait : è

  • JehanJehan Modérateur

    Quoique cette distinction é / è ne soit pas toujours patente... Cela peut varier beaucoup selon les accents régionaux.

    Voir cette ancienne discussion :


  • HippocampeHippocampe Membre

    Je ne fais pas cette distinction et je ne suis pas le seul dans ce cas.

  • LaoshiLaoshi Membre

    Erreurs que la simple phonétique devrait d'ailleurs suffire à éviter, puisque l'ai = é, l'est/l'es/lait : è

    Non. Ici la simple phonétique ne suffit pas. Étant donné la diversité des accents, il vaut mieux passer par le sens de ce l’on écrit. Et c’est encore plus simple.

    -Je les lis = je lis ces livres (lis = présent du verbe lire). Je suis en train de lire plusieurs livres. Les est un pronom personnel COD qui remplace les livres.

    -Je l’ai lu = passé composé du verbe lire, formé avec le présent du verbe avoir et le participe passé du verbe lire => J’ai lu le livre. L’ est un pronom personnel masculin singulier qui remplace le livre. Fonction : COD du verbe lire.

    Cela m’irrite prodigieusement de voir que des élèves de lycée censés traiter des sujets prétentieux en des termes prétentieux, en sont encore au b-a-ba de l’expression écrite. Et qu’on ne me dise pas que c’est de l’étourderie. C’est de la négligence et du mépris pour le lecteur. Fin du prêchi-prêcha.

  • dinozordinozor Membre

    En tout cas, "mai" rime avec "embaumé" chez Rimbaud, même chose chez Hugo (mais je n'ai plus les vers précis en tête). Voici ce qu'en dit l'Académie, qui pourrait être plus dogmatique, pour les éventuels curieux : https://www.academie-francaise.fr/questions-de-langue#71_strong-em-prononciation--ou--em-strong

Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.