Méthode commentaire Méthode dissertation

Annie Ernaux : "Rien de ce qui se passe dans l'enfance n'a de nom"

Bonsoir tout le monde

Je me demande quel serait le plan adéquat pour ce sujet de dissertation. Je ne comprends pas bien la citation.

Mais bon voici mes analyses:

-Le pronom indéfini "rien" employé avec le "ne" exprime la négation pleine.

-Ce qui: pronom relatif qui signifie la chose. Il crée un effet de flou car l'antécédent n'est pas défini.

-se passe: se dérouler, se découler. Le verbe réfère donc à ce qui occupe une certaine durée dans le temps ou dans l'espace (en parlant d'un évènement) et qui disparait progressivement.

-Dans l'enfance: l'enfance est une sorte d'ilot isolé; une période de temps hors temps.

-Nom: le mot renvoie ici à la dénomination à l'appellation qu'on pourrait donner à tout ce qui caractérise cette étape de la vie humaine. Il réfère à la langue et à son incapacité à saisir l'enfance et à la définir. Il réfère aussi à la raison humaine qui cherche à définir cet âge premier de l'homme et à le conceptualiser.

Problématique possible: l'enfance est-elle insaisissable par la langue?

Plan suggéré:

I- L'enfance résiste à toute tentative de la dénommer:

1- Parce que l'enfant dans la première enfance ne maitrise pas les signes de la langue. (la langue)

2- Parce que l'homme ne garde aucun souvenir de ses premières années de vie. (la mémoire)

II- Dès lors, c'est cette incapacité de l'homme à nommer ce qui se passe dans l'enfance qui fait de l'enfance un âge d'or:

1- Age durant lequel les mots ne sont pas nécessaires pour tisser un lien avec son entourage.

2- L'enfant ne se soucie pas de définir le bonheur. Il le vit.

III- Au lieu de nommer l'enfance, il faudrait apprendre à la fantasmer et à la créer/ recréer.

1- Grâce aux souvenirs

2- Grâce à l'écriture

«1

Réponses

  • Jean-LucJean-Luc Modérateur

    Bonjour @vemissa ,

    Je crois, au contraire, que tu as très bien compris et cerné le sujet.

    Je n'aime pas le III dans sa formulation. Je dirais plutôt "retrouver".

    Ce thème de l'esprit d'enfance est très présent chez Bernanos.

    Pour le I, je verrais plutôt un rapport immédiat au monde. L'enfant vit sur un mode magique. Les souvenirs ne sont pas absents, mais bien difficiles à restituer dans leur fraîcheur et leurs distorsions. Les mots sont souvent incantatoires et destinés à apprivoiser un univers étrange. L'enfance est régie par l'affectivité, elle peut se révéler cruelle. Je pense notamment à Jeux interdits.


  • duduledudule Membre

    Bonjour Vemissa,

    Un truc qui pourrait être intéressant en introduction, ou plutôt en I.1 : revenir à l'étymologie latine, extrêmement intéressante, du mot enfant.

  • vemissavemissa Membre

    Bonjour Jean-Luc. Bonjour Dudule.

    Merci beaucoup de vos réponses. Je suis rassurée mais je trouve du mal à trouver des exemples pertinents pour illustrer ces idées.

    @dudule Oui "infans" l'âge des pleurs et des cris par opposition à "puer" l'âge durant lequel l'enfant apprend à parler.

  • duduledudule Membre

    et oui... ce (très) vieux verbe latin : fatur/fari. Réponse plus circonstanciée en MP.

  • Jean-LucJean-Luc Modérateur

    Attention, enfant, en français, n'est pas équivalent au latin infans.

  • duduledudule Membre

    Oui. C'est d'ailleurs ce qu'a bien repéré Vemissa. Mais pour l'étymologie...

  • vemissavemissa Membre

    @Jean-Luc c'est l'âge de l'absence de parole. 😊

  • dinozordinozor Membre

    A mon avis, il serait bon de réfléchir, à un moment donné, aux notions d'innommable et d'ineffable. Votre II ne répond pas à votre problématique. Par ailleurs, le tout rend un son plus philosophique que proprement littéraire (l'absence de références explicites n'y est certes pas pour rien).

  • vemissavemissa Membre
    1 mai modifié

    @dinozor effectivement. C'est une réflexion philosophique.

    A. L'enfance est innommable ( pour l'adulte: le mot a un sens négatif )

    1. L'âge d'absence de parole ( infans)

    2. L'homme souffre d'une amnésie rétrograde. Cette période est soumise à la loi de l'oubli.

    B. En fait, l'enfance n'est pas innommable. Elle est ineffable:

    1. Elle a son propre langage ( les cris et les pleurs)

    2. Elle a sa propre philosophie de vie ( jouir au lieu de réfléchir et de nommer/ on peut parler du jeu et de son importance)

    C. C'est cette ambiguïté qui fait son charme. Il est du devoir de l'homme de rechercher l'enfance continuellement et de la retrouver.

    1. La mémoire: reconstituer les moments de notre histoire grâce aux souvenirs.

    2. L'imagination: recréer l'enfance et la nommer/ renommer grâce à l'art.

  • vemissavemissa Membre

    Pour le petit 2 de la première partie on peut dire que pour nommer il faut avoir une conscience développée. L'enfant n'a pas cette conscience dans les premières années de sa vie.

  • Jean-LucJean-Luc Modérateur

    @vemissa

    A 1. L'âge d'absence de parole ( infans)

    inexact, l'enfant parle, mais ses paroles ne sont pas marquées au sceau de la raison.

    B 1. Elle a son propre langage ( les cris et les pleurs)

    Là encore, c'est réducteur, L'enfant parle, mais il utilise aussi d'autres registres de langage que ceux de l'adulte. En particulier il est peut-être plus proche du poète.

    L'observation du comportement de l'enfant met en valeur les éléments non verbaux et verbaux de la communication. Voir LE SINGE, L'ENFANT ET L'HOMME, Essai d'ethnopsychanalyse des interactions sociales de Jean-Pierre Cambefort.

  • vemissavemissa Membre
    2 mai modifié

    Merci @Jean-Luc.

    J'ai lu un peu ici et là pour avoir des idées...Voici mon plan revisité:

    Problématique possible : la langue est-elle incapable de définir et saisir ce qui caractérise l’enfance ?

    Plan :

    A. L'enfance est innommable.

    1. Car elle a son propre langage :

    Les cris de l’enfant, ses pleurs et ses rires.

    2. L’enfant a un rapport immédiat avec le monde :

    L’enfant découvre le monde grâce à son corps et ses sens et non grâce aux mots.

    B. En fait, l'enfance n'est pas innommable. Elle est ineffable :

    1. Parce qu’elle est recouverte par le regard de l’adulte qui tente de la définir et de la conceptualiser :

    L’enfance est un concept kaléidoscopique: Chacun a une vision particulière de l’enfance et c'est ce qui nous permet de dire que l'enfance a plusieurs visages .

    2- Parce que l'acte de nommer marque son entrée dans le monde de la culture qui est une rupture avec la pureté de l'enfance et sa virginité linguistique:

    L'enfant en acquérant la langue perd progressivement son émerveillement devant le monde. Il prend conscience son existence et s'introduit dans le monde des adultes avec ses lois et ses codes.

    C. C'est ce côté énigmatique de l’enfance qui en fait un but à atteindre :

    1. Le souvenir comme quête de cet âge de l'avant-langage:

    Se ressouvenir pour retrouver ce qui du passé est présent : notre enfance en nous. Tout ce qui n’a pas de nom ici et maintenant.

    => se ressouvenir pour retrouver l'enfant en nous.

    2. Ecrire cette enfance qui palpite hors les mots (sans l'enfermer dans les mots).

    L’autobiographie et l’autofiction.


    Qu'est-ce que vous en pensez maintenant?

  • Jean-LucJean-Luc Modérateur
    2 mai modifié

    @vemissa

    C'est beaucoup mieux.

    Un aspect à développer dans le C2 : l'invention d'un langage pour retrouver cet état de grâce de l'enfance. Voir du côté de Proust et de la mémoire involontaire.

    Avec Bernanos, l'enfance à reconquérir. Avec Baudelaire, la quête d'un paradis perdu.

     « J'ignore pour qui j'écris, mais je sais pourquoi j'écris. J'écris pour me justifier. – Aux yeux de qui ? – Je vous l'ai déjà dit, je brave le ridicule de vous le redire. Aux yeux de l'enfant que je fus. » (Les Enfants humiliés).

    Mais le plus mort des morts est le petit garçon que je fus. Et pourtant, l’heure venue, c’est lui qui reprendra sa place à la tête de ma vie, rassemblera mes pauvres années jusqu’à la dernière, et comme un jeune chef ses vétérans, ralliant la troupe en désordre, entrera le premier dans la Maison du Père. Après tout, j’aurais le droit de parler en son nom. Mais justement, on ne parle pas au nom de l’enfance, il faudrait parler son langage. Et c’est ce langage oublié ; ce langage que je cherche de livre en livre, imbécile ! comme si un tel langage pouvait s’écrire, s’était jamais écrit. N’importe ! Il m’arrive parfois d’en retrouver quelque accent… Les grands Cimetières sous la Lune

  • vemissavemissa Membre

    Merci beaucoup @Jean-Luc pour ces textes. Ils sont vraiment utiles. Mais j'ai une petite question:

    Ne me répeterai-je pas si j'évoque la mémoire involontaire dans le petit 2 de C (surtout que je parle du souvenir dans le petit 1)?

    => la formulation de ma question est-elle correcte au niveau grammatical?

  • dinozordinozor Membre

    Innommable a une connotation négative à l'inverse d'ineffable, connotation que votre I n'explore pas ; je n'avais pas mentionné ces termes par pure coquetterie, mais parce qu'ils expriment une nuance (par excès d'horreur, par excès de grâce). Par ailleurs, votre C ne répond plus à votre problème, et, en l'état, on voit mal ce qui le justifie en amont. Il faudrait soit modifier votre problème, soit votre C pour faire résonner davantage la question de la langue.

  • vemissavemissa Membre

    Problématique: L'enfance est-elle une notion énigmatique qui palpite hors les mots?

    A. L'enfance est innommable.

    1. Parce qu'elle plonge dans l'oubli (on ne parle jamais des souvenirs des 3 premières années de notre existence parce qu'on était pas conscient de ce que nous vivions).

    2. Parce qu'elle est recouverte par le regard d'un adulte qui l'a mal jugé( il voit l'adulte dans l'enfant)

    B. L'enfance est ineffable.

    1. Parce qu'elle a un rapport immédiat avec le monde ( sensations et pulsions)

    2. Parce qu'elle a ses propres moyens de communication ( jeu, cris, pleurs...)

    C. L'enfance a donc sa propre poésie que seul l'artiste peut maîtriser.

    1. Reminiscence involontaire: retrouver les sensations du passé.

    2. Écrire la poésie de l'enfance pour faire ressurgir tout ce qui la caractérise.

  • dinozordinozor Membre

    Même remarque que dans mon dernier message : quitte à convoquer les notions d'innommable et d'ineffable, il faut en faire quelque chose ! Autrement, vous avez bien compris la dynamique problème/plan et les ajustements qui s'imposent (quand même, je vous assure que ça peut jouer, et parfois sensiblement, lors de la notation). Je me permets de pinailler parce que vous êtes capable et volontaire, j'espère que cela ne vous dérange pas (:

  • duduledudule Membre

    Simple question : comment classer "indicible" parmi "innommable" et "ineffable" ?

  • vemissavemissa Membre

    @dinozor il n'y a pas de soucis. 😊 Mais la citation est un peu difficile et je trouve du mal avec la dernière partie....est-ce que vous pouvez me donner quelques pistes?

  • Jean-LucJean-Luc Modérateur
    2 mai modifié

    @vemissa

    J'ai suggéré la piste de la mémoire involontaire parce que je ne l'avais pas relevée dans le plan, mais elle n'est pas à traiter dans le C2.

    Pour A, je crois qu'il faut ajouter que l'enfant est méprisé ou tenu pour quantité négligeable, en tout cas sans intérêt (qui ne mérite pas d'être nommé). J'ai toujours été frappé par la réhabilitation de l'enfance dans le christianisme. Il ne faut pas oublier les sacrifices humains, souvent ceux d'enfants.

    Le christianisme révèle un Dieu qui s'incarne d'abord comme un nouveau-né privé de parole, lui qui est le Verbe. Il révèle également que l’enfance est LE chemin d’accès au royaume des cieux. « Si vous ne redevenez pas comme des petits-enfants, vous n’entrerez pas dans le royaume des cieux »’Évangile de saint Matthieu (Mt 18, 3) [2] L'enfance est donc une porte à rouvrir pour entrer dans le monde divin.

    Il faudrait aussi regarder chez Rousseau ce qui concerne l'éducation de l'enfance, le respect de son autonomie, le refus du dressage. La raison de l'adulte ne peut imposer ses concepts à un être qui existe d'abord par ses sens et son affect.

Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.