Méthode commentaire Méthode dissertation

La science-fiction, un genre enrichissant

Bonjour, j'ai besoin d'aide sur un sujet en français que l'on doit rendre. On nous demande de faire un paragraphe argumenté sur la question suivante : "En quoi la science-fiction est-elle un genre enrichissant ?"

Sauf que je ne trouve pas d'arguments et d'exemples avec des œuvres artistiques,lectures et œuvres cinématographiques.

Merci encore

Réponses

  • Jean-LucJean-Luc Modérateur

    Bonsoir,

    As-tu lu des œuvres ou vu des films de science-fiction ?

  • Bonjour,

    Ce sujet vient probablement après une séquence ou un cours consacrés à la science-fiction. Vous avez donc déjà de la matière pour vous inspirer.

    Le mot clé du sujet est bien sûr "enrichissant", qu'il faut définir :

    • "enrichissant" pour qui ? Pour le lecteur, pour la société ?
    • "enrichissant" dans quel sens : connaissances ? avertissement (anticipation) ? connaissance de l'homme et de sa condition ?

    Pour les exemples, quelles sont les œuvres de science-fiction que vous avez lues ? Que disent-elles du monde actuel, même si elles se déroulent dans un univers a priori loin du nôtre ou dans un avenir lointain ?

  • duduledudule Membre
    18 avril modifié

    Les oeuvres cinématographiques ne manquent pourtant pas pour la réflexion : Alien/Starwars/Stargate/Le seigneur des Anneaux/Dune/Ad astra/Gravity pour les plus récents, par exemple. Cosmos 1999... un peu vieilli... On peut en trouver plein ! Inception/Matrix/... Voire même Harry Potter !

    De façon plus littéraire, on peut citer certaines oeuves de Jules Verne, ou Barjavel dans Ravage.

  • Oui mais je n'en tire rien de la morale de ses lecture ou film, je suis complétement perdu, ces pas les exemples de lecture ou de film qui manque mais ses des arguments pour développer la question poser

  • Bonjour, est ce que je pourrais y mettre le transhumanisme pour répondre a cette question, quand vous dîtes connaissances c'est a dire?

  • Bonjour, oui c'est ce que je voulais mettre comme exemples sauf que je trouve pas le lien avec le genre enrichissant et de plus, oeuvre artistique c'est les peintures, mais est ce que sa peut être autres chose?

  • plutoniumplutonium Membre
    18 avril modifié

    Exemple de piste à développer : la SF parle surtout du présent, de ses espoirs et de ses peurs.

    Rapprocher "Ravage" de l'époque à laquelle a été écrit ce roman.

    Les épisodes de Star Trek des années 1960 en disent plus sur les années 1960 que sur l'avenir lointain.

    "Soleil vert" (1973) correspond à une rupture, c'est une tête de série d'histoires post-apocalyptiques se développant à une époque de remises en question.

    Un film comme "District 9" est une allégorie du régime de l'apartheid en vigueur jusqu'en 1991 en Afrique du sud.

    La SF actuelle parle bien de catastrophes écologiques parce que c'est une préoccupation actuelle importante.

    Peut-être bien qu'il y a aussi une relation entre les histoires d'invasions extra-terrestres et les peurs de submersion migratoire, même sans intention consciente des auteurs.

  • Ne pas oublier non plus 1984 (Orwell) et Le meilleur des mondes (Huxley), deux œuvres prémonitoires, où la fiction se rapproche de notre réalité actuelle. Ce n'est pas véritablement de la science fiction mais une réflexion sur le devenir humain.

  • Jean-LucJean-Luc Modérateur

    Nous ne savons toujours pas sur quelles lectures tu peux t'appuyer.

  • LaoshiLaoshi Membre
    19 avril modifié

    N'y aurait-il qu‘un seul roman à choisir, je choisirais Le meilleur des mondes d‘Aldous Huxley.

    Il y a tout dans ce roman pour répondre à la question.

    Qu‘on l’appelle roman d’anticipation, ou fiction dystopique, n’empêche pas qu’il réponde à la définition de la science-fiction qui consiste à raconter des fictions reposant sur des progrès scientifiques et techniques obtenus dans un futur plus ou moins lointain.

    Que l’on ne trouve pas dans cette œuvre matière à réflexion sur l’humanité, son organisation sociale, sa vie affective, les failles de son système, et donc enrichissement personnel de sa pensée me semblerait étonnant.

    On peut bien sûr multiplier les références, si on en a, mais rien ne sert d’en avoir trop. Un catalogue n’est pas très intéressant à mon sens. Je crois qu’il vaut mieux avoir moins de références et les exploiter de façon plus approfondie.

  • duduledudule Membre

    Oui. Le problème est de les avoir lus ou vus...

  • Le problème ses que je ne l'ai pas lus mais peut-être pourrait-on trouver un résumé quelque part?

  • duduledudule Membre

    Hum... dans ce cas, il vaudrait mieux te focaliser sur ceux que tu as lus ou vus. Pas d'improviser en urgence au risque de faire des contre-sens... Qu'as-tu en stock ?

  • LaoshiLaoshi Membre
    20 avril modifié

    Le problème, c’est que je ne l’ai pas lu, mais peut-être pourrait-on trouver un résumé quelque part.

    Sans aucun doute peut-on trouver un résumé. Mais un résumé ne saurait remplacer la lecture de ce roman, qui n’est d’ailleurs pas très long.

    Si tu ne l’as pas lu, alors, je reprends le message de Jean-Luc : « Nous ne savons toujours pas sur quelles lectures tu peux t'appuyer. »

    Pour traiter un tel sujet, on ne peut évidemment parler dans l’abstrait.

  • Bonjour, j'ai pu trouver des arguments pour mon devoir de réfléxion sauf que je voudrais mettre aussi comme quoi elle enrichit nos connaissances, sauf que je ne sais pas quelles connaissances?

  • Sur quels ouvrages t'es-tu appuyée ?

    • certains ouvrages t'apportent des connaissances techniques ou scientifiques sur l'univers. J'ignorais par exemple qu'il n'y avait pas de bruit dans l'espace. + robots, etc.
    • d'autres sont davantage tournés vers l'humain (dangers de la technicité par exemple). Niourk : remarquable (radioactivité)
    • prise de conscience de l'immensité de l'univers => Problèmes métaphysiques et religieux.
    • etc.
    • D'une manière générale, ce sont surtout les romans des années 1950 (âge d'or de la SF) qui ont enrichi nos connaissances en la matière.
  • duduledudule Membre

    C'est une bonne question... dont la réponse n'est pas simple, en fait. Cela dépend beaucoup de l'auteur et de l'univers qu'il a voulu créer. Les meilleures oeuvres, souvent, recréent tout un contexte : historique, sociologique, relationnel, technologique, voire même linguistique. Tout cela nous renvoie, souvent par métaphores, à nos propres quotidiens. Chaque oeuvre privilégie tel ou tel de ces points (rarement cependant en négligeant les autres). A vrai dire, je ne vois pas d'oeuvres de SF majeures (que ce soit romans ou films) qui s'affranchissent de ce canevas.

  • Bonjour, votre réponse m'apporte beaucoup, ces vrai que je pensais au connaissances de la sciences et tecnologies sauf que je n'ai pas d'exemples avec.

  • plutoniumplutonium Membre
    25 avril modifié

    Attention quand même à cette idée d'enrichissement des connaissances. De ce point de vue, on trouve bien le meilleur comme le pire en SF, et comme expliqué plus haut, la transmission de connaissances n'est pas nécessairement l'intention de l'auteur.

    Le cinéma est souvent assez mauvais dans le sens que la plupart des films sont truffés d'erreurs scientifiques et techniques grossières. Tous les réalisateurs n'ont pas le sérieux d'un Stanley Kubrick.

    Les écrivains se documentent en général un peu mieux, et ne sont pas contraints par la production d'images plus spectaculaires que réalistes pour plaire à un certain public, mais il est néanmoins hasardeux de considérer les romans de science-fiction comme une bonne source de connaissance.

    Par contre, cette littérature est enrichissante dans le sens qu'elle peut inciter à s'intéresser aux sciences et techniques.

    Et puis les connaissances mêmes évoluent.

    Pour ce qui est des exemples classiques, Jules Verne a inspiré des générations de jeunes lecteurs, l'auteur a essayé d'intégrer les connaissances de son temps. De nos jours, on sait bien qu'aucun être humain ne survivrait au gigantesque canon imaginé par l'auteur pour lancer un vaisseau spatial de la Terre à la Lune, et je pense que les ingénieurs et physiciens de son époque s'en doutaient déjà un peu. "De la Terre à la Lune" comporte encore d'autres invraisemblances et erreurs. Mais cela n'enlève pas pour autant tout intérêt au roman.

    On trouve aussi bien de bonnes histoires de SF dont les auteurs assument l'absence de réalisme scientifique et technique, parce l'intérêt n'est pas là.

  • Les "connaissances" ne se limitent pas aux sciences et techniques, qui sont caduques par nature. La "SF" enrichit la réflexion prospective à propos de nos sociétés, en supposant, avec plus ou moins de justesse, les évolutions, les problèmes possibles, tant au niveau politique que social et même philosophique. Cela aussi entre dans le champ de la connaissance.

    À mon sens, toute œuvre qui questionne (ou tente partiellement de résoudre) un enjeu de la condition humaine ou de la réalité qui nous entoure contribue à la "connaissance". Il est peut-être un peu réducteur de limiter la "connaissance" aux sciences dites "dures" et à l'utilitarisme des techniques. Les films de Stanley Kubrick sont de parfaits exemples : ce n'est pas tant le réalisme technique ou l'esthétique (aujourd'hui un peu datée) qui en font des monolithes, pardon, des monuments, mais la réflexion qu'ils permettent, sous une forme d'ailleurs plus accessible que la littérature.

    parce l'intérêt n'est pas là

    Oui, exactement ! Vous montrez les limites de cette piste de réflexion : "enrichir les connaissances".

Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.