Quelques questions sur l'agrégation de lettres classiques (réorientation)

Bonjour à tous,

Je me présente brièvement : je suis docteur en physique mathématique, et après diverses tergiversations, je me suis décider à passer l'agrégation de lettres classiques. Je ne suis pas dépourvu, malgré les apparences, de formation littéraire : je possède une licence de lettres classiques (datant de 2016), et j'ai suivi un certains nombre d'enseignements à l'INALCO/Paris 3. A ce titre, plusieurs petites questions :

  • D'un point de vue purement administratif, suis-je bien autorisé à m'inscrire au concours (jusqu'à cette année, c'était possible, mais les réformes allant bon train, je n'en sais rien), étant entendu que je possède bien entendu un master (mais pas dans la discipline considérée) ?
  • Le fait de ne pas être pourvu d'un master de lettres classiques est-il déraisonnablement pénalisant en terme de chances d'obtenir un rang correct au concours (on m'a dit que non, mais je n'en n'ai réellement aucune idée) ?
  • Me conseillez-vous de m'inscrire en prépa agreg, le cas échéant ?

Je vous remercie des réponses que vous pourrez apporter,

Amicalement

D.S.D

Réponses

  • duduledudule Membre

    Bonjour,

    Réponses rapides.

    1) un master est requis (ou un diplôme reconnu équivalent ; il existe quelques cas particuliers permettant d'avoir une dispense. Si vous avez un doctorat, j'imagine que vous avez un M2 ;-). Mais je ne vois nulle part qu'il doive y avoir une "adéquation" entre la discipline du master et celle de l'agrégation visée.

    2) la réussite à un exament ou à un concours ne dépend pas des diplômes dont vous disposez. Elle dépend "simplement" des connaissances que vous avez et de la façon dont vous les valorisez ;-) Et, aussi, d'une bonne connaissance de la nature des épreuves écrites et orales.

    3) Personnellement, je vous recommanderais de suivre une "prépa agrèg" (présentielle !). Mais attention, cette année de préparation (au moins pour ce que j'en sais en "sciences dures") n'est a priori pas vraiment une année "d'apprentissages nouveaux" : c'est plutôt une année de remise à niveau sur certains points, de structuration/révision de l'ensemble de ses connaissances, et de familiarisation avec le format des épreuves écrites et orales.

    Dernier point. Indispensable : lire (et relire) les rapports de jurys (et pas seulement ceux de la dernière session !). En général, ils sont rédigés de manière à fournir, pour chaque épreuve, un certains nombres de conseils précieux. Ils sont tous accessibles en ligne. Quoique je ne sois plus vraiment concerné, je lis ceux des agrégations de lettres et de physique/chimie tous les ans.

    Bon courage ! Tenez-nous au courant.

  • Je vous remercie ! Heureux de constater que je ne suis pas ici le seul galérien de l'oscilloscope ;) ! Concernant le point 2, je pense que je me suis mal exprimé : beaucoup de mes collègues (que ce soit en sciences ou en lettres) ont fait un M1/M2 recherche avant de préparer l'agrégation. Le fait de ne pas l'avoir fait n'est-il pas pénalisant en terme de corpus (en mathématiques, typiquement, ça l'était autrefois... Beaucoup moins maintenant, où 95% des questions relèvent du programme de licence).

Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.