Fonction pratique de la virgule

Bonjour,

Je reviens vers vous après avoir évoqué il y a 2 ou 3 ans, ma théorie de l’écriture euphonique, laquelle avait provoqué l’intérêt de certains d’entre vous. Cette théorie, comme je l'avais indiqué, était encore évolutive. Ai-je atteint la limite de cette évolution? je n’en sais rien. Néanmoins, je voudrais, pour ceux qui sont intéressés, en signaler les nouveautés. Le mieux pour cela m’a paru de présenter une vidéo sur la fonction pratique de la virgule pour le lecteur, l’auteur et le déclamateur, ce que je suis. En effet, c’est de l'ambiguïté relative à la fonction assignée à la virgule que m’est apparue la nécessité de revoir la théorie de l’écriture euphonique. Notamment, j’explique pourquoi, à mon avis, il vaut mieux conserver la prescription de l’Académie plutôt que la préconisation du TLF (Trésor de la Langue Française) ou de l’Office Québécois. Je ne sais d’ailleurs pas dans quelle mesure l’Office Québécois peut adopter une définition qui soit différente de la prescription officielle de l'Académie, pour son territoire (?) pour la francophonie (?). Certains d’entre vous ont peut-être des informations là-dessus, personnellement je n’ai rien trouvé. Voilà donc cette vidéo:

https://youtu.be/VNMd_QY_rYc

Pour ceux qui ne voudraient pas voir la vidéo, voici en quelques mots la conclusion, relativement à l'écriture euphonique:

Il est nécessaire dans un texte de distinguer les charnières syntaxiques qui doivent occasionner une pause (par une virgule) et celles qui doivent occasionner une simple inflexion vocale sans pause (par le signe de coupe traditionnel / ), notamment au niveau d’interfaces incompatibles avec une pause (élision, liaison notamment).

en prose:

La sève / élixir des végétaux, circule au sein des rameaux et des limbes.

en poésie

Rose / amarante / œillet // sont des fleurs magnifiques.

En écriture simplifiée du signe / pour une lecture plus facile et plus condensée (ce qui ne change rien à la théorie):

La sève’ élixir des végétaux, circule au sein des rameaux et des limbes.

Rose’ amarante’ œillet” sont des fleurs magnifiques.

J’attends en premier lieu vos remarques sur le sujet - s’il y en a, Je vous proposerai ensuite les exemples d’application en prose et en poésie.

Réponses

  • sat840sat840 Membre

    Comme indiqué dans mon message précédent (forum Littérature et Esthétique générale) ,voici un exemple de poème en écriture euphonique: Galswinthe, interprété par Josyane Moral-Robin (vidéo-texte).

    Les coupes / et les césures // sont représentées par les signes simplifiés ‘ et “ après le mot concerné.

    https://youtu.be/zTgT0Yc7K9Y

  • sat840sat840 Membre
    26 nov. modifié

    Merci au modérateur d’avoir transféré dans ce topic le lien illustrant l’écriture euphonique. Je l’avais publié dans la section  “Texte des internautes” car il pouvait être simultanément considéré comme une promotion de texte personnel. Il s'agissait en fait d'un texte en prose et non en poésie comme indiqué erratiquement

    Voici ci-dessous les 2 exemples, l'un en prose, l'autre en poésie en vidéo-texte:

    Galswinthe (exemple en poésie)

    https://youtu.be/bbRqO4j6eew

    Quand les humains se virtualisèrent (exemple en prose)

    https://youtu.be/zTgT0Yc7K9Y

Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.