ESIT, année de césure...

zvhrnzvhrn Membre
12 oct. modifié dans La filière littéraire

Bonjour,

J'en viens à ce forum qui m'a été vraiment utile dans le passé et qui a su me rassurer quant à mon avenir maintes fois. Je reviens donc vers vous pour vous demander conseil, étant donné que les conseils qui m'avaient été donnés dans le passé avaient été bienveillants et surtout sensés. Je suis actuellement en L3 Etudes internationales à La Sorbonne Nouvelle après avoir terminé une licence d'Anglais LLCE et une année d'Erasmus à Manchester. Ce que j'aimerais bien viser moi, c'est les concours pour rentrer à l'ESIT, pour devenir interprète de conférence, d'où mon choix de faire une autre L3 afin de me "spécialiser" plutôt que directement foncer dans un master, alors que je ne me sentais pas (et toujours pas) prête pour en faire un. Je me dis que cette L3 Etudes internationales peut vraiment être un plus pour tenter l'ESIT (en plus c'est la même université) surtout que j'ai toujours estimé que ma pauvre LLCE n'était pas suffisante. Je sais qu'il faut 2 langues autres que le français, logiquement ma langue B serait l'anglais et j'ai décidé de prendre espagnol en langue C. J'ai dans l'optique de passer 6 mois, voire plus en Espagne afin d'améliorer mon espagnol qui est assez fragile (surtout si je compte passer les concours, je suis bien consciente qu'il faut un niveau similaire aux langues A et B). Je venais donc vers vous pour premièrement vous demander si vous aviez des pistes sur comment je peux passer ces 6 mois, s'il y a des organismes, ou bien des stages que je pourrais faire ? Qu'est-ce que vous me conseillez et comment? J'ai commencé à regarder des stages mais je ne trouve rien de convaincant...Donc si vous pouviez m'aider, me conseiller...

Mais voilà ma grande indécision; j'ai l'intention, dans l'optique de l'année prochaine,de retourner à Manchester et de travailler dans la restauration pendant 1 an afin d'économiser pour voyager (et aussi préparer le concours durant mes heures de libre). J'ai vraiment très envie de le faire, sachant que je sais que j'ai un poste qui m'attend (j'y ai travaillé l'été et j'ai tout simplement adoré). Ce qui me pose problème, c'est qu'on me le déconseille. On me dit que ça n'a pas vraiment de lien avec mes études et mes plans de carrière, qu'il sera difficile de reprendre les études après une année de césure, qu'il faudrait plutôt que je fasse un stage ailleurs que là où j'ai déjà passée une année de ma vie. Ce sont des arguments valables mais j'ai vraiment envie d'y aller, car j'ai l'impression que ce genre d'expériences doit se faire maintenant. Je n'ai pas de revenu et mes économies sont parties très vite suite au COVID...Et faire cette année, qui n'aurait aucun rapport avec mes études (et constituerait peut être un frein ?) me permettrait d'économiser tout en faisant un petit job qui me rendait heureuse. Ça ne serait qu'un an. Donc pensez-vous que je devrais le faire? Pensez- vous vraiment que cela pourrait mettre mes plans d'entrer à l'ESIT en péril? Travailler en tant que serveuse pendant un an durant une année sabbatique à Manchester pour économiser pour faire des voyages dans le futur ? Je me dis que j'ai toute ma vie (enfin pas vraiment mais j'ai le temps) pour passer les concours de l'ESIT et que si je dois "profiter" et prendre des risques, c'est maintenant, mais je ne peux pas m'empêcher d'écouter ceux qui me déconseillent de le faire. Je voulais vraiment vos avis, surtout que je sais que certains d'entre vous sont des interprètes. Me conseillez- vous de prendre une année sabbatique?


Merci et passez une bonne journée

Réponses

  • mikomasrmikomasr Membre

    Bonjour,


    J'avoue être très surpris par ta vision des choses, qui est étonnamment mature ! En général les étudiants se disent exactement l'inverse : vite vite je ne dois pas perdre la moindre année, il faut absolument que j'entre en master le plus rapidement possible, oh mon dieu j'ai déjà 25 ans je suis vieux (n'importe quoi !), etc.

    Tu as entièrement raison : ce genre d'expériences, c'est maintenant qu'il faut les faire. Quand tu auras 30 ans, ça sera trop tard et tu le regretteras peut-être.

    Pour l'espagnol, je te conseille de faire du bénévolat à la Croix Rouge espagnole, qui te formera (tout en espagnol, donc expérience très enrichissante à tous les niveaux, dont linguistique) à condition que tu t'engages sur 6 mois. Multiplie aussi les engagements bénévoles à droite à gauche, du moment qu'ils impliquent des activités en groupe où les gens se parlent.


    Et de manière générale : vraiment, prends ton temps ! Les années étudiantes sont une période très spéciale de la vie qui ne se répétera pas, profites-en au maximum ! Il n'est pas rare d'entrer à l'ESIT passés les 30 ans, ce n'est absolument pas un problème.

    Enfin, les histoires de diplôme, on s'en fiche un peu. Ce qui sera évalué à l'entrée de l'ESIT, ça sera ton niveau linguistique et ta culture générale. L'intitulé du ou des cursus que tu auras suivis jusque là n'aura pour ainsi dire aucune importance.

  • TheRedRoomTheRedRoom Modérateur
    14 oct. modifié

    Je me demande bien qui est ce "on" qui te déconseille une année de césure...

    Il faut juste vérifier que c'est administrativement possible, qu'il n'y a pas de limite d'âge, par exemple, pour passer l'ESIT (mais il ne me semble pas que ça soit le cas). Tu peux aussi te renseigner auprès de Paris 3, il me semble que des dispositifs ont été mis en place pour les années de césure, qui simplifient les démarches à accomplir (il fallait auparavant ramer à contre-courant pour se ré-inscrire après une année de césure...). Peut-être qu' "on" avait ça en tête quand on t'a déconseillé de partir.

    La seule chose qui risque de t'arriver c'est que tu perdes le rythme de travail universitaire et que tu aies du mal à t'y remettre. Mais selon mon expérience, les étudiants qui ont un peu baroudé, fait une année de césure, travaillé, vécu à l'étranger, ont des chances de réussite bien supérieures aux autres !

    Attention, tu risques aussi de trouver un job qui te plaît, te faire des amis sur place, n'avoir jamais envie de rentrer en France et de tenter l'ESIT... (C'est un risque à courir !! 😉 )

    Bref, à mon avis si tu sens que c'est ce qui te convient, alors fais-le et rassure ton entourage qui s'inquiète certainement pour toi alors que tu sembles avoir la tête sur les épaules.

Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.