Méthode commentaire Méthode dissertation

Les pensées de Pascal sont-elles le résultat d'une expérience mystique ?

Bonjour

Je lisais les pensées de Pascal et je me demandais s'il s'agit d'une oeuvre mystique? Surtout la parti qui parle du pari pascalien.

Je la comparais à l'amor fati de Nietzsche et je vous avoue que je suis tentée de dire que le philosophe allemand est aussi un mystique; mais un mystique qui ne désire aucunement s'unir à l'un. Il est plutôt désireux d'affirmer sa volonté de puissance....

Finalement, je me demande si vous pouvez me proposer des passages, poèmes où le poète/ écrivain parle d'u ne expérience mystique. j'ai pensé à Hugo mais je n'arrive pas à trouver le poème.

Mots clés :

Réponses

  • Bonjour,

    Pascal a été foudroyé par la grâce en novembre de je ne sais plus quelle année. Il parle de sa "nuit de feu", la décrit sur un papier qu'il garda jusqu'à la fin de sa vie dans une poche de son costume. En ce sens, oui, c'est un mystique.

    Quant à Nietzche qui déclare que Dieu est mort, c'est un mystique qui s'ignore (à mon avis).

    Je ne connais pas précisément de poème de Hugo faisant allusion à son mysticisme. Mais il est certain qu'avec ses tables tournantes à la recherche de sa fille dans son exil, on peut le considérer comme un mystique (un peu dévoyé quand même).

  • perluèteperluète Membre

    La nuit de feu! Elle enflammait aussi notre prof de français qui s'est exclamée avec passion: "Cette nuit là, Pascal a rencontré Quelqu'un, Quelqu'un avec un grand Q!"

    Mais j'ai déjà dû raconter ce souvenir inoubliable!

  • vemissavemissa Membre
    2 oct. modifié

    J'ai lu un petit peu sur cette nuit de feu durant laquelle il se convertit. D'ailleurs, il en parle dans son Mémorial.

    Il y a aussi le miracle de la sainte épine...

    Mais est-ce que son oeuvre Les Pensées est une oeuvre mystique?

    Je voudrais aussi savoir si le poème hugolien " Ce que dit la bouche d'ombre" est un texte représentatif de l'expérience mystique du poète.

    N.b. veuillez corriger ces erreurs ( sur mon message précédent): partie, une, je l'ai comparée à

  • Jean-LucJean-Luc Modérateur
    2 oct. modifié

    Bonjour Vemissa,

    Les Pensées de Pascal ne sont pas à proprement parler une œuvre mystique. Ce projet (car il reste dans une version à l'état de brouillon), Pascal le voulait comme un traité d'apologétique, c'est-à-dire une démonstration des preuves de l'existence de Dieu. C'est d'abord la raison qui est sollicitée, voir par exemple les propos sur le pari dans lequel le mathématicien utilise la logique et les probabilités. Mais le propre du christianisme est de ne pas s'adresser uniquement à la raison car c'est aussi une rencontre personnelle avec quelqu'un, voir perluète et la nuit de feu. Pascal a par ailleurs théorisé admirablement sur l'esprit de géométrie et l'esprit de finesse. Donc il y a des aspects de conviction intime dans les Pensées. Ils restent cependant seconds. Un bon exemple est celui de l'homme perdu entre les deux infinis : le propos s'appuie d'abord sur des considérations scientifiques, mais il s'achève sur une méditation sur la solitude métaphysique : "Le silence éternel de ces espaces infinis m’effraie". Pascal reste un auteur moderne parce qu'il s'interroge sur les rapports de la foi et de la raison : la seconde est-elle incompatible avec la première ? croire est-il déraisonnable ?

    Hugo est parfois mystique (dévoyé comme l'affirme à juste titre fandixhuit). Pas tellement parce qu'il a versé dans le spiritisme ou l'orientalisme, mais parce que sa vision reste construite, démonstrative. Elle est orientée. S'il s'est inspiré du romantisme allemand ancré dans le rêve, il produit des scènes didactiques au-delà de sa puissance visuelle créatrice indéniable. Les Contemplations (dont "Ce que dit la bouche d'ombre"), La Légende des siècles, Dieu, La Fin de Satan peuvent être considérées en tout ou partie comme inspirées d'un mysticisme progressiste.

  • vemissavemissa Membre

    Bonjour Jean-Luc

    Merci beaucoup pour cette réponse détaillée.

  • vemissavemissa Membre

    petite question concernant le mysticisme: n'y a--t-il pas un désir latent/ patent (peut-être) de rentrer en communion avec l'Un? je ne sais pas pourquoi je pense au cheminement présenté par Platon dans son Banquet....

  • Jean-LucJean-Luc Modérateur

    Bonjour vemissa,

    L'article de Wikipédia est très instructif dans son introduction

    La mystique est du côté de l'intuition, elle a une origine chrétienne, mais elle peut se rencontrer dans d'autres traditions, y compris chez des athées (voir la fin de l'introduction).

    Elle réintroduit un aspect de la réalité qui ne se limite pas à la matière. En Occident, la surnature a été peu à peu gommée par le cartésianisme, puis le rationalisme des Lumières et le scientisme. À noter une puissante tentative philosophique de restauration de cette approche mystique du monde par Bergson.

  • JocrisseJocrisse Membre
    10 oct. modifié

    Souvenir d'un vieux cours de Monique Dixsaut : la communion dans L' Un, l'extase mystique, ce n'est pas du Platon. Le beau livre d'Ollé-Laprune, c'est merveilleux, il y a juste, à ce qu'elle en dit, une erreur, le titre : il n'aurait pas dû écrire "Platon", mais Plotin. Vous voyez, ça se joue à peu de choses, vous mettez juste "Plotin" et ça marche mieux. La prétendue contemplation de l'Essence par le philosophe est un fake, il n'y a rien de tel. Détournement chrétien d'un texte qui n'en dit pas tant.

    Selon Monique au moins. Platon n'a aucun désir d'aller se confondre ou de se perdre avec l'Un, il n'y a pas d'alternative à la dialectique, et surtout pas un dépassement mystique.

    La comparaison avec Pascal est acrobatique.

    Voici son texte :

    L’an de grâce 1654,


    Lundi, 23 novembre, jour de saint Clément, pape et martyr, et autres au martyrologe.

    Veille de saint Chrysogone, martyr, et autres,

    Depuis environ dix heures et demie du soir jusques environ minuit et demi,


    FEU.


    « DIEU d’Abraham, DIEU d’Isaac, DIEU de Jacob »

    non des philosophes et des savants.

    Certitude. Certitude. Sentiment. Joie. Paix.

    DIEU de Jésus-Christ.

    Deum meum et Deum vestrum.

    « Ton DIEU sera mon Dieu. »

    Oubli du monde et de tout, hormis DIEU.

    Il ne se trouve que par les voies enseignées dans l’Évangile.

    Grandeur de l’âme humaine.

    « Père juste, le monde ne t’a point connu, mais je t’ai connu. »

    Joie, joie, joie, pleurs de joie.

    Je m’en suis séparé:

    Dereliquerunt me fontem aquae vivae.

    « Mon Dieu, me quitterez-vous ? »

    Que je n’en sois pas séparé éternellement.

    « Cette est la vie éternelle, qu’ils te connaissent seul vrai Dieu, et celui que tu as envoyé, Jésus-Christ. »

    Jésus-Christ.

    Un papier retrouvé après sa mort, comme cela a été dit, cousu dans son vêtement. Les fringues au 17ème siècle, ce n'était pas comme maintenant, où tu as dans ton dressing 500 sapes produites par les chtis nenfants pakistanais. Non, tu avais un habit et l'on a retrouvé cela dans la doublure de son habit.

  • duduledudule Membre

    Pour les inconditionnels de Pascal, je recommande ce site : Pensées de Blaise Pascal (penseesdepascal.fr)

    Vous pourrez y trouver les textes manuscrits (attention : l'écriture est TRES difficile et requiert un peu de connaissances paléographiques. Mais le site est très bien fait quant à ce point... il faut juste l'apprivoiser un peu dans son fonctionnement).

    Voir par exemple ici :

    RO347-351-355-359 (penseesdepascal.fr)

    le manuscrit relatif aux "Deux infinis".

    Ce qui est fascinant, comme chez tout écrivain, ce sont les ratures !

    Je n'ai pas trouvé "la nuit de feu" mais n'ai peut-être pas entré les bons mots-clés.

  • duduledudule Membre

    En fait, le "Mémorial" ("La nuit de feu") est à la BNF :

    Pascal's_Mémorial.JPG (3456×4608) (wikimedia.org)

Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.