Spé anglais ou philo ?

Bonjour à tous,

Je viens d'être admise entre autres en khâgne moderne au lycée La Bruyère à Versailles et j'hésite entre la spécialité anglais et la spécialité philosophie. Je ne connais rien à cette dernière car elle n'était pas proposée dans mon ancien établissement. Au concours, je cible en priorité les écoles de commerce et je ne suis pas intéressée par Saclay. J'ai cru comprendre que la spé philo consiste en l'étude de deux oeuvres intégrales et une explication de texte au concours.

Mon doute réside dans le fait que mon niveau d'anglais et mes résultats dans cette matière en hypokhâgne sont corrects sans être extraordinaires, je fais toujours des fautes. Or, les quelques élèves de mon établissement à prendre la spé anglais l'année prochaine sont quasiment bilingues/on fait des séjours à l'étranger/viennent d'une classe euro, ce qui n'est pas du tout mon cas. Donc je me dis que si les autres élèves de spé anglais sont aussi chevronnés au concours, je ne vais pas faire le poids. Sans compter que la spé anglais fonctionne avec une LV2 et que mon niveau d'allemand est vraiment faible.

Côté philo, mes résultats d'hypokhâgne ne sont pas terribles en dissertation, mais j'ai une appétence pour l'explication et une bonne intuition dans la lecture des textes. J'ai beaucoup pratiqué cet exercice en terminal avec de bons résultats à la clef.

Quel est le choix le plus stratégique ? Est-ce qu'il y a une spécialité plus appréciée par le jury que l'autre ? Est-ce que la plus grande rareté de la spé philo est un atout pour les concours ? Est-ce qu'il y a une spécialité plus casse gueule que l'autre ?

Merci pour vos réponses.

Mots clés :

Réponses

  • nyctalopenyctalope Membre
    30 juin modifié

    Salutations, réponse paragraphe par paragraphe :

    Bravo pour ton admission. Attention : si tu vas en moderne, la spé philo écrite ne consiste pas en deux œuvres intégrales et un commentaire de texte (ça, c'est pour les classiques !) mais en deux notions (cette année, le Principe et la Personne), et une dissertation sur l'un de ces deux thèmes.

    D'après ce que tu écris, la spé anglais ne semble pas un choix stratégique... Si le bilinguisme n'est pas obligatoire, il faut se dire que l'anglais se travaille énormément (plus que la philo, oserais-je même dire).

    Malheureusement, comme écrit plus haut, en moderne, tu auras de la disserte, pas du commentaire de texte...

    Je dirais bien : anglais pour Saclay, mais cela ne t'intéresse pas. Je ne pense pas qu'entre ces deux spés il y en ai une meilleure, tout dépend de si l'une t'inspire (d'un point de vue du programme, les as-tu consultés ?) plus que l'autre. L'année dernière, où j'étais en khâgne classique spé philo, je me suis "cassé la gueule" (on excusera l'expression quelque peu vulgaire que l'on mettra entre guillemet) à l'épreuve de spé, sans avoir un mauvais niveau et en ayant beaucoup travaillé, mais je suppose que ce genre de cassage de gueule arrive aussi en spé anglais.

    Un autre paramètre est à prendre en compte si tu vas en Moderne : à l'ENS Lyon, si tu entres avec une spé, tu ne peux étudier que dans le domaine (Langues pour l'anglais, Sciences Humaines pour la philo) de ta spé (alors qu'à Paris ils sont plus souples).

    La spé se choisit selon trois critères : ton orientation (peut-être l'anglais est il plus apprécié pour les écoles de commerce), tes résultats (critère que tu sembles déjà prendre en compte ;) ), et ton goût. Il n'est pas stratégique de choisir une matière que l'on apprécie peu.

    Bonne chance pour ton choix, tiens nous au courant !

  • dinozordinozor Membre
    30 juin modifié

    Pour une khâgne moderne, je dirais volontiers anglais, qui est une matière moins aléatoire que la philosophie ; je crois que l'épreuve consiste en un thème de quatre heures à Lyon, tandis que pour la philosophie, il s'agit d'une dissertation de cinq heures sur une notion (par exemple, thème "l'individu", sujet "l'individu est-il un principe ?").

    En classique, philosophie sans hésiter, parce que l'explication de texte est une épreuve simple où les accidents sont très rares. Pour revenir sur le dernier message, je pense que c'est précisément une spécialité qu'il ne faut pas trop travailler, au risque d'expliquer autre chose que le texte le jour du concours ; l'année où j'ai eu la note maximale, j'avais simplement relu l'oeuvre, et j'ai lu de nombreux témoignages allant en ce sens, tant pour Ulm que pour l'agrégation, avec certes des nuances. J'ai perdu un point et demi l'année suivante après avoir plus travaillé Pascal que Platon.

    En classique du moins, la spé philo n'a rien de rare, il suffit pour s'en convaincre de jeter un œil sur les statistiques. A Lyon, dans la mesure où il y a des contingents par spécialité (histoire/philosophie, LV, lettres et arts), la question ne me semble pas se poser. Pour les autres questions qui concluent ton message, j'y ai répondu : en moderne, l'anglais est moins aléatoire que la philosophie. De manière générale, langues vivantes et anciennes sont des spécialités plus sûres, et qui de surcroît te permettent de passer facilement les deux ENS. A titre d'exemple : 7 bi admises l'an dernier Ulm/Lyon en LV, 0 en sciences humaines.

    Cela étant dit, il faut te demander dans quel domaine tu comptes poursuivre tes études ensuite. La khâgne Lyon, moins généraliste que la khâgne Ulm (moins d'heures de tronc commun, plus d'heures d'option), te permet de te spécialiser réellement, surtout en philosophie, où le programme ressemble beaucoup, formellement, à celui de l'agrégation.

  • HacoeurHacoeur Membre

    @nyctalope @dinozor Merci pour vos réponses éclairantes.

    Concernant l'épreuve de philo, ma déception est grande ! S'il est question d'une dissertation alors ça risque d'être beaucoup plus difficile. Les programmes m'inspirent tous plus ou moins, après tout, tout peut être intéressant. Je n'envisage pas la spé comme les prémices d'une poursuite d'études, ce qui m'inquiète surtout c'est d'être performante au concours. Je ne me fais pas trop de soucis pour l'ENS, mes chances d'intégrer sont assez faibles et, a priori, le milieu de la recherche et de l'enseignement ne me tente pas trop. Je serais plutôt tournée vers un double cursus commerce/art ou commerce/lettres/philo.

    Évidemment, se rater même sur une épreuve que l'on maîtrise normalement bien peut arriver à tout le monde. Mais comme s'améliorer en langue  demande du temps et beaucoup de pratique, je crains qu'une année n'y suffise pas. Mes résultats en hypokhâgne sont à peu près tous aussi médiocres les uns que les autres, je n'ai pas de matière forte qui sorte du lot et qui m’orienterait vers une spécialité en particulier, d'où mon hésitation. En plus des spécialités anglais et philosophie, ce lycée propose également les spécialités lettres modernes et histoire-géo... Qu'en pensez-vous ? Peut-être y a-t-il une spécialité où le travail et la bonne volonté payeront un peu plus en fin d'année et où une progression rapide est davantage accessible  ?

    Si je prends spé anglais, quel impact aura ma LV2 ?

    PS : j'ai cru comprendre que les optionnaires de lettres modernes avaient deux heures de cours de latin obligatoires, mais ça me semble un peu étrange, ça veut dire qu'il y a une épreuve de latin au concours en plus de l'épreuve d'option ?

Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.