Méthode commentaire Méthode dissertation

Laurent Gaudé, Le Tigre bleu de l’Euphrate

Bonjours, je dois passer mon oral de Français dans quelques jour mais il me manque une explication linéaire celle sur le tigre bleu de l'euphrate car en classe on a uniquement fait le commentaire sur ce texte et je n'arrive pas à faire l'explication linéaire.

Mais aussi étant donné que j'ai peur de tombé sur l'axe roman car sur les 4 textes je n'en ai révisé que 2 et que j'ai peur de devoir passé sur les deux autres j'aimerais ci possible quelqu'un puisse m'aider à rédiger le plan de l'explication linéaire de ce texte. 

Merci d'avance pour l'aide bonne journée à vous

le texte :

Dans le palais de Babylone, j’ai commencé à connaître Darius. 

J’ai dormi dans son lit, j’ai revêtu ses tuniques d’or,

J’ai arpenté les couloirs qu’il avait arpenté avant moi,

Et le lieu, tout doucement, a fait de nous des jumeaux,

Amoureux des mêmes pierres, 

De la même lumière mésopotamienne, 

Jouissant du même luxe,

Buvant, dans les bains chauds parfumés d’amandes et d’ambroisie, le même lait de 

chamelle.

Petit à petit, j’ai compris ce qu’il était,

Et je me suis fait à son image,

J’ai commencé à l’aimer.

J’ai admiré la beauté des femmes dont il s’était entouré, le luxe des meubles et des tapis, 

J’ai senti qu’il était juste dans son regard,

Et je l’ai aimé, 

Comme un frère exilé.

Dans le secret de mon esprit, il était mon hôte.

Je l’invitais dans son propre palais,

Nous avions ensemble d’interminables discussions,

Je lui demandais son avis sur les modifications que j’avais faites dans Babylone,

Je l’écoutais me vanter la force de ses troupes,

Je possédais Babylone et Darius ne cessait plus de m’habiter. 

A Babylone, surtout, je découvris les grandes fresques de la porte d’Ishtar. 

Une succession d’animaux sacrés qui semblaient veiller sur la ville avec l’immobilité des 

siècles. 

C’est là que je le découvris.

Au milieu des dragons, des lions et des taureaux ailés. 

Comme s’il m’attendait,

Là, sur les murailles de Babylone,

Le tigre bleu de l’Euphrate.

Je tombai à genoux. 

Je n’étais donc pas le seul à l’avoir vu.

D’autres, avant moi, avaient croisé l’animal sacré. 

Darius, peut-être, ou un de ses aïeux.

Cyrus ou Xerxès, qui avait voulu manger la Grèce.

Cette ville honorait depuis des siècles, le tigre de mon désir.

Elle était faite pour moi.

Je me mis à aimer ce peuple avec passion.

Connais-tu un autre homme qui aima son ennemi comme j’ai aimé Darius ?

Existe-t-il un seul de ces conquérants auxquels tu veux me comparer, qui épousa le peuple qu’il venait de vaincre ?

Réponses

  • Jean-LucJean-Luc Modérateur

    Bonjour,

    Si tu en as fait le commentaire en classe, tu dois pouvoir recomposer les éléments dans un ordre linéaire.

    Alexandre agonisant délire. Il se livre à un long monologue au cours duquel il revit ses conquêtes.

    Ici, il se rappelle comment paradoxalement son ennemi vaincu et mort est devenu son ami, presque son frère.

    Le vainqueur, le conquérant fruste se soumet en fait au raffinement de la civilisation babylonienne.

    Le texte montre les progrès de cet amollissement, de cette victoire de la civilisation sur cette force pure qui l'a conquise qui culmine dans la révélation mystique de ce fameux tigre, symbole du désir d'absolu humain inassouvi.

    La fin est une apostrophe à un personnage absent, sans doute la mort.

Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.