Prépa littéraire Licence lettres modernes
Capes lettres modernes

alpalp Membre
23 févr. modifié dans La filière littéraire

Bonjour,

je suis actuellement en Terminale au lycée Sud-Médoc en Gironde, un lycée plutôt bien classé. J'aimerais intégrer une classe préparatoire littéraire, mais face à l'offre considérable de prépas en France, je m'interroge. Je suis plutôt une bonne élève (17,5 de moyenne générale), mes professeurs me conseillent de ne pas me focaliser sur mon académie et m'encourage à tenter des prépas vers lesquelles je ne pensais pas à l'abord pouvoir prétendre, comme celle de Janson de Sailly.

Le problème réside dans mon inexpérience et le fait que je suis entre plusieurs eaux, ades injonctions contradictoires. Je ne veux ni m'auto-censurer en ne tentant pas d'élargir ma gamme de possibilités au-delà des prépas de mon académie, ni me surestimer même si j'ai la tendance inverse, Pour autant j'ai conscience que je devrais me confronter à des difficultés car je sais qu'elles se présentent nécessairement en prépa et qu'elles font progresser.

Si je fais prépa, c'est que je veux mûrir intellectuellement, découvrir de nouvelles expériences, réfléchir, m'améliorer. Je ne cours pas derrière le prestige, je n'en ai pas la prétention mais si je pose ces questions c'est que je cherche la formation qui pourra au mieux me permettre de me dépasser tout en me stimulant intellectuellement. Bref, approfondissement, réflexion quitte à échouer mais toujours plaisir d'apprendre c'est mon mantra et je cherche des formations dont les enseignements permettraient cette ouverture. Toutefois, j'habite en province, ainsi je peine à comprendre vraiment les différences entre les formations que mes professeurs me conseillent, je ne vois pas sur quelles bases opérer mon choix... Je suis un peu "perdue" dans l'océan Parcoursup. J'ai fait des vœux mais je veux être capable de vraiment les hiérarchiser et de ne pas "rater" une opportunité.

J'ai donc plusieurs questions : si vous connaissez des classes prépas, l'une d'elles correspond-elle selon vous à mes aspirations ?

Si on en a l'opportunité car encore faut-il être sélectionnée et ce n'est pas donné, est-ce qu'une prépa à Paris est vraiment différente, la formation est-elle plus "intéressante" ? Quel est l'esprit de ces prépas : compétition acharnée pour les concours ou véritables découvertes intellectuelles ? Si vous connaissez des préparationnaires, ou en êtes vous-même un(e) dans cette situation, la vie en internat n'est-elle pas trop pénible à supporter ?

Et je suis ouverte à tout autre conseil...

Merci à vous d'avance

Réponses

  • Bonjour,

    Pour te donner une idée j'ai été accepté il y a plusieurs années à Janson, avec des notes équivalentes, tout en provenant d'un lycée très mal classé. Ce qui doit déterminer ton choix c'est surtout le choix des options (par exemple, il y a histoire des arts à Janson, pas à Lakanal, tandis que Lakanal propose le théâtre) et si tu sais déjà si tu préfères passer le concours Ulm (classique) ou Lyon (moderne) —ou les deux— en deuxième année... Au regard de tes notes (et de ton classement), tu peux, je pense, tout à fait prétendre une place à Janson (l'internat du lycée est bien, et l'internat d'excellence Jean Zay se trouve à proximité si jamais). Tu peux faire 6 choix si je ne me trompe pas, donc en fonction de tes envies tu pourrais faire : 2 prépas excellentes (Fénelon, LLG, H4), 2 bonnes prépas (Lakanal et Janson) et deux autres, à Paris ou ailleurs pour assurer tes arrières : Jules Ferry, La Bruyère, Balzac, Valery... Bien sûr il y a d'excellentes prépas en province !

    Pour répondre à la question, je crois que Lakanal, à Sceaux, est meilleur que Janson au niveau des résultats !

  • alpalp Membre
    23 févr. modifié

    Merci beaucoup pour cette réponse.

    Petites questions sur ton parcours : Quel est ton avis sur Janson ? Quelle option as-tu choisi en HK ? As-tu fait une khâgne classique ou moderne et vers quelle spécialisation ?

    J'aimerais choisir une option en langues anciennes mais après consultation des sites des prépas, je crois que toutes la proposent !

  • dinozordinozor Membre
    23 févr. modifié

    La Bruyère est un lycée bien meilleur que Ferry, Valéry et surtout Balzac, dont le niveau est au plus bas depuis toujours. Pour avoir eu des échos d'un professeur qui vient de partir à la retraite après y avoir enseigné plus de dix ans, je peux difficilement recommander ce lycée (pas un seul sous-a en 2020).

    Janson n'est pas un lycée extrêmement sélectif, en A/L du moins, mais depuis l'arrivée d'un professeur absolument extraordinaire, il y a deux ans, le lycée a eu des admis, ce qui n'était pas arrivé depuis 2015. Plus d'informations sur ce professeur en privé. Par ailleurs, Janson ne propose qu'une khâgne classique, pas de moderne.

    Pour la question initiale, je te conseille de demander les prépas les plus prestigieuses, et d'aller où tu seras prise. Une liste schématique ressemblerait à peu près à ça, pour les khâgnes classiques :

    Henri IV, Louis-le-Grand, Fénelon (en hausse depuis quelques années), Condorcet, Le Parc, Chateaubriand, suivis de quelques lycées qui intègrent peu ou parfois, comme Montaigne, Molière, Janson, La Bruyère...

    La "pression" existe sûrement jusqu'à Chateaubriand inclus, beaucoup moins ensuite. Je ne l'ai pas ressentie à Janson, mais nous n'étions qu'une poignée à réellement souhaiter intégrer Ulm.


    Sur la vie en internat : à Janson, un bon quart de la classe était en internat et l'a bien ou très bien vécu. Pour ma part, j'aurais été absolument incapable de vivre ailleurs que chez moi dans la quiétude la plus complète. C'est très variable, à toi de voir si la promiscuité te dérange ou au contraire te motive.

  • ArtzArtz Membre

    Toutes les prépas qui proposent une A/L ont l'option lettres classiques, je pense, en effet. Pour répondre à dinozor, la question de la pression est importante, mais il me semble que c'est une mauvaise question dans le sens où il n'y a pas de bonne réponse : toutes les prépas vont faire ressentir de la pression (parce qu'il y a une charge de travail importante), chaque étudiant va le vivre différemment, et en réalité, ça dépend plus des professeurs et du groupe-classe que du nom de la prépa elle-même. Donc à moins d'interroger les étudiants de chaque prépa individuellement, et encore (puisque le groupe-classe varie), je pense qu'il est difficile de déduire quoi que ce soit des classements des prépas en termes de pression.

    Pour le reste, je suis tout à fait d'accord avec les réponses ci-dessus.

    J'ajouterais que non, à 17,5/20, on n'est pas "plutôt une bonne élève". Tu es une très bonne élève et tu peux légitimement t'interroger sur les très bonnes prépas. Dans mon expérience personnelle, j'ai trouvé que Parcoursup rendait très difficile les estimations et donc il faut que tu fasses des voeux moins risqués que d'autres, afin d'être sûre de ne pas te retrouver sans rien à la fin. Mais tu peux aussi faire des voeux pour des prépas très sélectives - ce qui ne veut pas dire que tu les auras, mais ce qui veut dire que tu as tes chances, il me semble.

    Ps : dinozor : J'ai plutôt l'impression que Fénelon, après un passage à vide de 3-4 ans, retrouve son classement habituel, à savoir 1er pour l'ENS Lyon, et dans les 5 meilleurs pour Ulm (loin, loin derrière Louis-le-Grand et Henri IV), non ? Je t'avoue que je ne me tiens pas extrêmement au courant, donc tu dois avoir une meilleure visibilité sur tout ça que moi.

  • OxymooreOxymoore Membre
    24 févr. modifié

    Bonjour !

    Je réponds d'abord brièvement à ce passage de ton post :

    Toutefois, j'habite en province, ainsi je peine à comprendre vraiment les différences entre les formations que mes professeurs me conseillent, je ne vois pas sur quelles bases opérer mon choix... Je suis un peu "perdue" dans l'océan Parcoursup. J'ai fait des vœux mais je veux être capable de vraiment les hiérarchiser et de ne pas "rater" une opportunité.

    Je signale l'existence des double-licences au cas où tu n'en as jamais entendu parler. Si tu sais déjà dans quelles disciplines tu souhaites approfondir tes études plus tard, peut-être que c'est ce qui te conviendra le mieux. Le rythme de travail est soutenu, c'est exactement comme si tu suivais deux licences en même temps (au terme de tes trois années tu obtiens deux diplômes séparés et tu peux poursuivre en double-master), et ça ne « bloque » pas autant tes débouchés qu'en licence simple puisque tu suis deux cursus différents. Ceci dit, ce n'est pas parce que l'on va en licence simple qu'on se retrouve bloqué dans son cursus, les réorientations sont possibles :-)


    J'en viens maintenant aux prépas que je connais mieux.

    Pour les classements, j'approuve ce que dit @dinozor, La Bruyère n'a rien à voir avec le niveau de Jules Ferry et celui des deux autres.

    Demander uniquement toutes les prépas les plus prestigieuses est risqué. Selon ton dossier (qui ne se résume pas à ta moyenne générale) tu peux en demander deux ou trois (ou quatre grand max, souviens-toi que tu n'as que 10 vœux à formuler par formation) mais pense aussi à prendre des prépas moyenne-bonnes et une prépa moyenne ou très moyenne si c'est vraiment la formation de tes rêves (j'entends par là : si tu veux à tout prix aller en prépa peu importe le niveau, l'ambiance générale etc., ce qui est curieux comme choix mais je donne toutes les infos que j'ai puis c'est à toi de discerner).

    Note : ce n'est pas parce qu'une prépa est à Paris qu'elle est géniale ; certaines prépas moyennes de province sont bien meilleures que certaines prépas moyennes parisiennes, Paris n'est pas entourée d'un halo magique qui sublime tout ce qui y touche. Donc non, une prépa à Paris n'est pas vraiment différente, la formation n'est pas plus "intéressante" que si tu étais ailleurs. Cependant, tu auras peut-être un accès plus aisé aux services culturels mais c'est sûrement le cas dans toutes les grandes villes de France. Quoiqu'avec le covid...


    Pour ce qui est de la vie en internat je ne peux pas t'en parler personnellement puisque je n'y suis pas mais je connais des gens qui s'y sentent bien et d'autres qui s'y sentent moins bien. Tout dépend de toi, est-ce que tu es sociable ? est-ce que tu discutes facilement avec les gens ? est-ce le fait de croiser et d'entendre des gens tous les jours dans ton « chez-toi » te dérange ? Puis il y a les internats intégrés au lycée et le grand internat Jean Zay qui rassemble tous les préparationnaires parisiens. Structure plus massive, beaucoup plus de monde mais aussi des profils plus différents... À toi de voir.


    Quel est l'esprit de ces prépas : compétition acharnée pour les concours ou véritables découvertes intellectuelles ?

    Je pense que tu fais de véritables découvertes intellectuelles quelle que soit la prépa, ça dépend un peu des professeurs mais si tu as la malchance de tomber sur un prof pas très inspirant tu peux toujours utiliser son cours pour aiguiller tes recherches personnelles. Je n'ai quand même jamais connu de prof de prépa qui n'aimait pas son travail (ou du moins ce n'était jamais manifeste).

    Si tu veux prendre l'option HTDA, je peux te conseiller le prof de Janson, j'en ai eu d'excellents échos mais il faut savoir que le travail est très soutenu.

    Pour ce qui est de la compétition, ça dépend des prépas : H4 c'est marche ou crève mais si tu te fais un bon groupe d'amis tu y passeras de bons moments et l'ambiance sera plutôt bonne (si tes amis sont en plus à l'internat ça peut être chouette). Ça dépend aussi des promos. Tu peux avoir un climat plus sain dans certaines classes de prépas dites prestigieuses que dans d'autres lycées en fonction des années. Mais généralement l'ambiance n'est pas ultra toxique, on ne sabote pas les cours de ses camarades, on ne fait pas non plus de croche-pattes à ceux qui passent au tableau ou autres délires.


    En somme, c'est une très bonne formation mais ce n'est pas parce que tu es en prépa que tu en ressortiras automatiquement métamorphosée ; la formation te donne toutes les clés pour ça mais c'est uniquement ta volonté qui enclenche ce changement, c'est à toi d'être active et de fournir des efforts. Il faut aussi penser à se reposer, ce n'est pas en se barricadant dans sa chambre pour s'acharner sur ses cours qu'on s'épanouira en prépa.


    Je me viens de me rendre compte que j'ai écrit un énorme pavé alors je m'arrête là.

    J'espère avoir répondu à tes questions ; il y a encore beaucoup de choses à dire sur la prépa mais évitons de t'assommer. Si tu as besoin que je précise certains points de ma réponse, n'hésite pas à demander.

  • alpalp Membre
    24 févr. modifié

    Oui c'est ce que j'ai fait j'ai demandé des prépas moins sélectives dans ma région jusqu'à des prépas dites plus prestigieuses, en passant par l'université (de ma région : histoire et philosophie) pour avoir un plan de secours. Pour répondre à @Oxymoore, je me suis aussi renseignée sur une double-licence, à vrai dire c'est ce que j'aimerais faire à l'issue de la prépa soit en philosophie-histoire (Paris XII) ou philosophie-sciences sociales (Paris I + IEP) ou autre à voir selon mes centres d'intérêt ! Et je te rassure, je suis consciente que ce n'est pas la formation qui fait l'élève mais que ce qui importe c'est ce que fait l'élève de la formation en vertu de ses efforts...

    Connaissez-vous des personnes qui suivent une double-licence ? Sont-elles très sélectives ?

    En tout cas, merci pour m'avoir rassurée. Je pense qu'en fait il ne faut pas que je me pose trop de questions, je verrai au moment. J'ai peur de regretter de ne pas avoir tenté, et dans un même temps j'ai peur de ce que je tente mais vous avez raison de me rappeler à moi-même, c'est à moi de savoir, de clarifier ce que veux... Tout dépend aussi des gens qu'on rencontre, et d'autres facteurs. Or on ne peut les prévoir, c'est pourquoi j'ai l'impression de devoir faire un choix dans l'incertitude... Pour ne rien vous cacher, mes parents préfèreraient me garder près d'eux mais comme je vous l'ai indiqué je sens que pour adapter mon cursus à mes aspirations, pour une double-licence par exemple, je devrais changer de ville !

    Il faut que je parvienne à savoir si j'ai assez de maturité pour partir maintenant ou plus tard et si l'issue me tente... C'est à moi d'avoir le courage de me positionner. Juste, par curiosité, quel parcours avez-vous suivi ? Et qu'en avez-vous pensé ? Etiez-vous comme moi des "provinciaux" ?

    Dans ma région, je serais tentée par la prépa Michel de Montaigne connaissez-vous cette prépa et le cas échéant, qu'en pensez-vous ? Certains de mes profs tentent de m'en dissuader mais pour le coup par rapport à Camille Jullian l'autre prépa de ma région, je préférerais.

    Je crois qu'au fond il n'y a pas vraiment de prépa meilleure qu'une autre, on y fait son expérience, plus ou moins bonne mais il faut ne plus laisser place au doute sitôt qu'on s'y engage. Il n'y pas vraiment de critères. Mes profs ont tous des discours un peu différents. Les uns me conseillent Sailly, les autres assaillent Montaigne pour sa réputation austère ! Alors je consulte les sites mais à part des mises en page toutes différentes en leur genre, on ne peut rien y déceler ! Voilà, je verrai sur le moment si je fais le grand saut ou pas.

    Merci beaucoup à vous

  • Bonjour,

    J'étais en option histoire des arts (ce pourquoi j'avais choisi cette prépa) et j'ai ma khâgne moderne dans une autre prépa, car Janson ne le proposait pas — je suivais toujours l'option histoire des arts en moderne à Janson cependant. L'ambiance était relativement bonne à Janson à mon époque, je ne sais pas si c'est toujours le cas aujourd'hui. Il faut savoir que c'est une très grande cité scolaire, avec beaucoup d'élèves, dans un quartier peu animé. Peu de parisiens pur jus à Janson à mon époque, mais beaucoup d'élèves de la grande couronne et de province, comme moi.


    Bonnes recherches !

Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.