Fiches méthode Bac de français 2021

Victor Hugo, Les Misérables (1861), partie III, livre IV "Les amis de l'ABC", chapitre 1.

Enjolras était un jeune homme charmant, capable d'être terrible. Il était angéliquement beau. C'était Antinoüs farouche. On eût dit, à voir la réverbération pensive de son regard, qu'il avait déjà. dans quelque existence précédente, traversé l'apocalypse révolutionnaire. Il en avait ta tradition comme un témoin. Il savait tous les petits détails de la grande chose. Nature pontificale et guerrière, étrange dans un adolescent. Il était officiant et militant; au point de vue immédiat, soldat de la démocratie; au-dessus du mouvement contemporain, prêtre de l'idéal. Il avait la prunelle profonde. la paupière un peu rouge, la lèvre inférieure épaisse et facilement dédaigneuse, le front haut. Beaucoup de front dans un visage, c'est comme beaucoup de ciel dans un horizon. Ainsi que certains jeunes hommes du commencement de ce siècle et de la fin du siècle dernier qui ont été illustres de bonne heure, il avait une jeunesse excessive fraîche comme chez les jeunes filles, quoique avec des heures de pâleur. Déjà homme, il semblait encore enfant. Ses vingt-deux ans en paraissaient dix- sept. Il était grave, il ne semblait pas savoir qu'il y eût sur la terre un être appelé la femme. Il n'avait qu'une passion, le droit, qu'une pensée, renverser l'obstacle. Sur le mont Aventin, il eût été Gracchus; dans la Convention, il eût été Saint-Just. Il voyait à peine les roses, il ignorait le printemps, il n'entendait pas chanter les oiseaux; la gorge nue d'Évadné ne l'eût pas plus ému qu'Aristogiton ; pour lui, comme pour Harmodius, les fleurs n'étaient bonnes qu'à cacher l'épée. Il était sévère dans les joies. Devant tout ce qui n'était pas la république, il baissait chastement les yeux. C'était l'amoureux de marbre de la Liberté. Sa parole était âprement inspirée et avait frémissement d'hymne. [...]

Bonjour,

Je dois préparer ce texte pour mon oral. J'ai repéré plusieurs point dans le texte mais je n'arrive pas à rédiger les différentes parties. Les points repérés :

-des adjectifs qualificatifs qui révèlent un personnage impressionnant

- un caractère double et paradoxal : beauté et violence, charisme et dangerosité

- Enjolras est focalisé sur la révolution : c'est son obsession

- Enjolras est comme une incarnation de la révolution : Enjolras est presque l'allégorie de la révolution, c'est-à- dire de son but (le progrès), représenté par sa part de beauté, et de son moyen (le combat), représenté par sa part de violence

- temps verbal: l'imparfait de description > l'histoire s'arrête, pour faire un portrait

- figure de style n°1- l'accumulation comme un tableau peint par touches pour insister sur le fait qu'Enjolras cumule les caractéristiques apparemment rares ou contradictoires, mais bien réellement présentes ensemble en lui

- figure de style n°2 -l'asyndète c'est absence de lien logique apparent entre deux parties de phrases (quand on a une virgule, au lieu de « mais ) : dans la première phrase : l'opposition est gommée (« mais est attendu, mais n'est pas écrit) entre « charmant et terrible »> Enjolras est donc un paradoxe, non une contradiction - des images frappantes: 1) le « front haut, symbole de fierté : 2) l'homme-enfant, c'est-à-dire un personnage hors-catégorie et comme supérieur (idée d'influence surnaturelle, presque magique).

Pourriez-vous m'aider à rédiger s'il vous plaît ?

Merci d'avance,

«1

Réponses

  • Jean-LucJean-Luc Modérateur

    Bonjour,

    Il me semble que tu as perçu ce qui est important.

    Dans une analyse linéaire, tu aurais

    1. Un personnage antithétique (paradoxal), en sous-parties tu cites les antithèses ou paradoxes.
    2. Le révolutionnaire aveuglé ou la jeunesse dénaturée, relève ici le caractère épique excessif de même que le virage du "vague des passions" romantique pour l'intransigeance politique.
  • LaoshiLaoshi Membre

    Bonjour,

    Il me semble que tu as oublié de signaler que dès son apparition, Enjolras est présenté comme un personnage au-delà de l’humain. C’est « l’ange-lumière », comme dirait Victor Hugo😉.

    L’un des premiers mots de cette description est « angéliquement », et de nombreux autres termes se rapportent par la suite au divin. Il n’a pas besoin de se sacrifier sur l’autel de la barricade pour être transfiguré. Il l’est déjà avant. Il est statufié de son vivant. Combien Hugo insiste-t-il sur la chasteté de son personnage ! Il me paraît utile que tu mesures la dimension biblique de ce court extrait.

  • Jean-LucJean-Luc Modérateur
    2 janv. modifié

    Laoshi,

    Dans ce passage, les références bibliques sont absentes. Hugo se réfère à Rome (y compris dans sa religion) et à la Grèce. "Angéliquement" annonce plutôt son indifférence amoureuse en même temps que sa beauté éthérée. Par la suite peut-être que cette évocation d'ange exterminateur est plus apparente. Je n'ai pas vérifié.

    Il me vient à l'idée que son nom est programmatique. Je ne sais si Hugo l'a voulu. Enjolras est celui qui enjôlera et qui enrôlera ses camarades.

  • Merci beaucoup pour votre aide.

  • JehanJehan Modérateur

    Enjolras   Le patronyme est assez répandu dans l'Ardèche, la Loire et la Haute-Loire. Mentionné sous la forme Engelras au XVe siècle, c'est visiblement un nom de personne d'origine germanique où l'on retrouve la racine engel- (voir Enjalric), le second élément étant plus incertain (peut-être rad = conseil). Variante : Anjolras.

    http://www.jeantosti.com/noms/e.htm

    La racine engel-, engil- signifiait "lance, pointe".

    En allemand moderne, Engel, d'origine toute différente, signifie "ange"...

  • Mais est-ce que vous pourriez aussi m'expliquer le texte s'il vous plaît ? Je pense que si je le comprends mieux je pourrais mieux l'expliquer le jour de mon oral.

    Encore une fois je vous remercie Jean-Luc et Laoshi.

  • JehanJehan Modérateur

    Bonsoir.

    Jean-Luc a déjà estimé que tu avais perçu l'essentiel.

    Que ne comprends-tu pas bien, en particulier ?

  • LaoshiLaoshi Membre

    Enjolras   Le patronyme est assez répandu dans l'Ardèche,


    J'ai effectivement eu des élèves qui portaient ce nom lorsque j'enseignais à La Voulte-sur Rhône (Ardèche).

    J'avais du mal à les dissocier du personnage des Misérables.😉

    Jean-Luc,

    Lorsque j'ai écrit, mon message, je n'avais pas vu le tien et je m'adressais à lui, non à toi, lui disant qu'il avait oublié de signaler...

    J'ai peut-être anticipé en parlant de dimension biblique. J'aurais pu simplement parler de dimension religieuse. J'avais en tête, outre angéliquement beau, les termes apocalypse, pontificale, officiant, prêtre de l'idéal, ouvertures d'ailes, l'expression utilisée par Hugo de formidable chérubin d'Ezéchiel, qui doit apparaître plus loin dans le portrait.

     

  • LaoshiLaoshi Membre

    Mais est-ce que vous pourriez aussi m'expliquer le texte s'il vous plaît ?

    Si tu n'as pas compris le texte, je me demande comment tu as pu repérer tous les points que tu cites.

    Tu as déjà compris qu'il s'agit d'un portrait, que ce portrait est paradoxal ; que l'on a affaire à un ange, mais terrible ou formidable, à prendre au sens étymologique de "qui inspire la terreur".

    Reste à étudier le détail...

  • Merci pour votre aide. Je pense que le nécessaire est là.

  • Bonsoir,

    Est-ce que quelqu'un aurait une définition "d'être romantique" au 18ème siècle s'il vous plaît.

    Merci d'avance,

  • JehanJehan Modérateur

    Bonsoir.

    Est-ce une question de langue française ou d'histoire littéraire ?

    Est-ce en rapport avec un devoir ?

  • Ce n'est pas vraiment en rapport avec un devoir mais c'est plutôt à propos du portrait d'Enjolras. En quoi il serait un personnage romantique ??

  • Jean-LucJean-Luc Modérateur

    C'est un être passionné, solitaire, idéaliste.

  • florealefloreale Membre

    Suggestion : en ouverture regarder le portrait de Montparnasse.

  • Bonjour,

    Au 18e siècle, on parle plutôt de préromantisme (Rousseau par exemple).

  • JehanJehan Modérateur

    @SuhooIkari

    Est-ce que quelqu'un aurait une définition "d'être romantique" au 18ème siècle s'il vous plaît.

    C'est à propos du portrait d'Enjolras. En quoi il serait un personnage romantique ??

    Enjolras, lui, est censé être romantique au XIXe siècle, pas au XVIIIe... Tu as eu des réponses.

  • Merci beaucoup 👍️👍️👍️

    

  • AmmyAmmy Membre
    6 janv. modifié

    Mais la question du XVIIIème ne se pose pas si c'est pour Enjolras ?


    En effet Jehan, je viens de voir ta réponse, désolée...

  • Ma foi, je me dis toujours que les élèves veulent en savoir plus... 😉

Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.