Fiches méthode Bac de français 2021

Bonjour,

J’ai à réaliser une dissertation avec un temps assez limité je trouve....

La problématique qui m’es proposée est la suivante:

"Je n'ai point cette erreur commune de juger d'un autre selon ce que je suis" déclare Montaigne dans "Du jeune Caton" (Essais, livre I, chap.33).

Cette citation vous semble-t-elle rendre compte de votre lecture des chapitres Des Coches et Des Cannibales ?

Cependant, pour ce qui est de la dissertation, je ne sais absolument pas comment m’y prendre, je n’arrive pas à argumenter et a bien organiser mes idées, et pour ce qui est des différents thèmes qui peuvent répondre à la problématique, je n’en trouve aucun à part le fait que depuis le début des Essais, Montaigne ne s’appuie pas sur les préjugés, juge par rapport à lui-même et non comme toute la société, il ne s’appuie pas non plus sur nos coutumes pour juger celles des autres, comme celles des cannibales...

Pourriez-vous m’aider, car je ne suis vraiment pas à l’aise...

Merci

«1

Réponses

  • Jean-LucJean-Luc Modérateur
    22 nov. modifié

    Bonjour,

    Les notions en jeu dans ce sujet sont objectivité, subjectivité, distanciation, particulier, universel.

    Est-il possible de faire totalement abstraction de ce que l'on est, de sa formation, de son appartenance à une culture ?

    Sans doute peut-on s'y efforcer, mais nous sommes limités par notre personnalité, notre éducation, notre langage même qui véhicule les concepts qui nous servent à analyser, apprécier, juger. Montaigne le pressent mais, d'une certaine manière, contourne la difficulté en affirmant dans les Essais : " C’est moi que je peins" en corrigeant ce principe directeur par "chaque homme porte la forme entiere de l’humaine condition."

  • NTIOOONTIOOO Membre

    Bonjour,

    Merci pour tout!

    Cependant, le problème étant, comment puis-je organiser ces idées pour construire ma dissertation?

  • Jean-LucJean-Luc Modérateur

    Deux possibilités :

    un plan thématique qui présente comment Montaigne s'efforce de ne point juger autrui. Limite : présentation sans nuance.

    un plan dialectique plus difficile du type : Montaigne s'efforce de bonne foi de ne pas juger, mais c'est mission impossible, aussi prend-il quelques précautions.,

    ou

    Montaigne sait qu'il juge, aussi s'efforce-t-il de prendre ses distances au point de douter systématiquement.

  • NTIOOONTIOOO Membre

    Je vous avouerai que je ne comprend toujours pas comment je peux l’organiser ainsi que mes idées... De plus, je dois bien faire une « thèse, anti-thèse, synthèse » non? Ainsi je n’arrive pas à développer les idées et organiser pour faire la dissertation tout en répondant à la problématique...

  • Jean-LucJean-Luc Modérateur

    Je ne comprends pas ce qui te bloque.

    Il me vient aussi une autre idée qui peut être productive : juger les idées, est-ce la même chose que juger les personnes ?

  • NTIOOONTIOOO Membre

    Merci beaucoup!

    Ce qui me bloque, c’est lors du rassemblement des idées, c’est à dire les rassembler par « thème » afin de les réunir dans un même paragraphe pour ma thèse et mon anti-thèse, mais je n’arrive pas à les classer....

  • Jean-LucJean-Luc Modérateur

    Donne tes idées et nous essaierons de les classer.

  • NTIOOONTIOOO Membre

    Ce que j’ai évoqué au début, était mon problème d’organisation des idées certes, mais aussi de variété de mes arguments; je ne voyais seulement les préjugés auxquels Montaigne s’oppose comme « réponse » à la problématique...

    Cependant, vous m’avez beaucoup aidé en me donnant diverses nouvelles idées et arguments tels que « juger les idées, est-ce la même chose que juger les personnes ? » ou je cite « Est-il possible de faire totalement abstraction de ce que l'on est, de sa formation, de son appartenance à une culture ?

    Sans doute peut-on s'y efforcer, mais nous sommes limités par notre personnalité, notre éducation, notre langage même qui véhicule les concepts qui nous servent à analyser, apprécier, juger. Montaigne le pressent mais, d'une certaine manière, contourne la difficulté en affirmant dans les Essais : " C’est moi que je peins" en corrigeant ce principe directeur par "chaque homme porte la forme entiere de l’humaine condition." »

    Ces idées et quelques autres que je m’efforcerai de trouver seront donc celles qui fonderont ma dissertation, or comme je vous le disais, je n’arrive pas à les « classer », le problème étant que je n’ai jamais fait de dissertation et je ne sais pas vraiment comment m’y prendre... C’est un travail que j’aimerais vivement comprendre car il est très important... Je ne sais combien de « parties » dois-je réaliser, ni même dans quel but ainsi que dans quels thèmes... Ainsi, je pensais que je devais classer les idées par thème pour faire deux parties, une qui va dans le sens de la problématique, et au contraire une seconde qui va dans le sens inverse...

    C’est pour cela que je fais appel à vous...

    Merci

  • NTIOOONTIOOO Membre

    Bonjour,

    J’ai aussi reçu une fiche méthode de la part de mon professeur, mais le problème étant que pour cette question là, je n’arrive pas vraiment à développer; c’est à dire que je ne vois pas quels éléments, idées devrais-je choisir pour affirmer la problématique, et quels éléments choisir pour faire cette « contradiction » (afin de former la thèse, antithèse, synthèse); pour rédiger mon intro, je dois annoncer le plan ainsi que la problématique, mais je ne sais pas vraiment comment organiser ma dissertation et donc je ne sais pas du tout comment classer les idées et de quoi parler dans chacune des parties...

    Pour la conclusion, je la rédigerai en affirmant la problématique c’est bien cela?

  • Jean-LucJean-Luc Modérateur
    23 nov. modifié

    La problématique est une reformulation du sujet selon ce que tu as compris. C'est à partir d'elle que s'organise l'argumentation.

    Pour aller plus vite je te propose de retenir : "Dans les Essais (limitation aux chapitres indiqués) le jugement de Montaigne sur les personnes est-il dénué de toute subjectivité ?"

    Tu relis les chapitres en notant tout ce qui est relatif à la caractérisation des jugements de Montaigne.

    Ensuite tu vas essayer de regrouper tes observations par thèmes.

  • NTIOOONTIOOO Membre

    Bonjour,

    Si j’ai bien compris la méthode, je devrais d’ores et déjà construire mon introduction et ma conclusion...

    Pour l’introduction, il me suffit seulement d’introduire là en sujet en situant l’œuvre dans un contexte historique, puis je dois citer la problématique, mais celle-ci doit être « reformulée » à partir de :

    « Je n'ai point cette erreur commune de juger d'un autre selon ce que je suis" déclare Montaigne dans "Du jeune Caton" (Essais, livre I, chap.33).

    Cette citation vous semble-t-elle rendre compte de votre lecture des chapitres Des Coches et Des Cannibales ? »

    Je n’arrive cependant pas à construire une bonne problématique, est ce que « On peut se demander si cette citation est liée au problème évoqué dans Des Coches et Des Cannibales » suffirait?

    Ensuite, je dois annoncer le plan, pour le plan j’ai juste à dire que je ferais une première partie où j’affirmerais la problématique, puis une seconde un peu plus contradictoire; enfin je conclurai? Cela suffirait-il? Pour ce qui est des idées à classer par thèmes pour effectuer mes parties, je vous les dévoilerai une fois mes « bases » posées...

    Pour ce qui est de la conclusion, elle devrait forcément affirmer la problématique, je peux déjà dégrossir cette synthèse en affirmant la problématique, même si certains éléments (deuxième partie) s’y sont opposés, puis je finirai par une ouverture; or je ne trouve absolument aucune ouverture par rapport au problème posé... Pourriez-vous m’aider?

    Je vous remercie,

    bonne soirée

  • Jean-LucJean-Luc Modérateur

    Non, introduction et conclusion se rédigent à la fin.

    Pour le moment il faut définir une problématique, trouver des arguments qui y répondent et la discutent.

    Ensuite élaborer un plan détaillé qui permettra la rédaction.

  • NTIOOONTIOOO Membre

    D’accord, mais pour le plan, je fais juste un paragraphe affirmatif, un qui contredit la problématique, et une synthèse c’est tout?

    Et pour ce qui est de la problématique, est ce que celle de mon dernier message suffit?

  • Jean-LucJean-Luc Modérateur

    Normalement il doit y avoir au moins deux arguments assortis d'exemples pour chaque partie.

    Pour la problématique

    "Je n'ai point cette erreur commune de juger d'un autre selon ce que je suis" déclare Montaigne dans "Du jeune Caton" (Essais, livre I, chap.33).

    Cette citation vous semble-t-elle rendre compte de votre lecture des chapitres Des Coches et Des Cannibales ?

    il faut l'élaborer à partir des notions évoquées : Les notions en jeu dans ce sujet sont objectivité, subjectivité, distanciation, particulier, universel.

    Je t'avais propose de retenir : "Dans les Essais (limitation aux chapitres indiqués) le jugement de Montaigne sur les personnes est-il dénué de toute subjectivité ?" Ce pourrait être aussi une réflexion sur la prise de distance, ou sur le succès d'une tentative de gommer le moi.

  • NTIOOONTIOOO Membre

    Merci beaucoup,

    Je vais travailler sur cette piste, et vous referai signe lorsque j’aurai développé toutes mes idées...

  • NTIOOONTIOOO Membre

    Bonjour,

    Je vous transmets, pour chaque paragraphe, mes idées...

    Pour le premier paragraphe, visant à affirmer la problématique, j’ai trouvé 3 arguments:

     -Montaigne prend de la distance par rapport à notre culture et aux pensées de notre monde; par exemple dans « Des Cannibales », « Chacun appelle barbarie ce qui n'est pas de son usage ». Montaigne nous montre, par cette phrase, que les usages, qui sont des coutumes observées dans une société, sont différents d'une société à une autre. Cette différence conduit à voir l'autre comme un barbare .Cette impression que le barbare est forcément l'autre se retrouve dans de nombreuses civilisations.


    D’où deux peuples peuvent ainsi s'opposer en étant chacun persuadé d'être plus civilisé que l'ennemi. Des situations ou l’on voit ainsi s'affronter des colons européens avec des tribus indiennes, chacun des deux partis, animé d'une égale férocité, hurlant que les autres ne sont que des "sauvages, même pas des êtres humains". Forts de leur technologie plus avancée, les européens s'estimaient être une civilisation plus évoluée, et pouvaient considérer les indiens comme des "barbares", dans le sens de sous-hommes. Et dans le même temps, ils pouvaient apparaître eux-mêmes comme barbares aux yeux des indiens, du fait de leur violence et de leur volonté d'asservissement.


    De plus, Montaigne exprime une vérité qui est reniée à son époque, à savoir que l’on juge la culture des autres en fonctions de notre propre culture, ou plus exactement de notre propre éducation.

    -Comme deuxième argument, J'ai remarqué, dans le chapitre des Coches, que Montaigne défend les amérindiens une fois de plus; mais il ne le fait pas à partir de sa propre personne, cette défense n'a pas pour origine la sensibilité, une comparaison liée à l'horreur de la cruauté, mais leur défense s'ancre dans un raisonnement sur la connaissance, elle a des fondements rationnels et non émotionnels; c'est ce qui fait son efficacité.

    -Enfin, mon troisième argument se base sur la prise de distance de Montaigne pou juger le peuple du Nouveau Monde. En effet, on remarque dans le chapitre "Des Cannibales", que l'auteur s'éloigne de sa société afin de mieux pouvoir juger ce peuple; il utilise une démarque d'ethnologue, et fais une étude "ethnique" de ce peuple sans comparaison à la civilisation dans laquelle il vit.


    Ensuite, pour la deuxième partie, je n'ai trouvé qu'un seul "argument", qui, je pense, ne sera pas valable;

    J'ai remarqué que Montaigne (Des Cannibales), lorsqu'il décrit les guerres des amérindiens, il compare leur mode de combat, leurs "vengeances", leur certaine cruauté à la nôtre qui serait plus sophistiquée et plus subtile.


    C'est tout ce que j'ai ressorti de ma lecture et de mon analyse... N'hésitez pas à me dire ce qu'il ne va pas et à m'indiquer les idées que je n'ai pas cité...

    Merci

  • NTIOOONTIOOO Membre

    Aussi, par rapport à la problématique, ne faudrait-il pas de je crée un élément contradictoire avec la consigne afin de pouvoir amener un débat pour lancer mes deux grandes parties? Si oui lequel?

  • NTIOOONTIOOO Membre

    J'ai revu absolument tout ce que je pourrai utiliser, et j'ai vraiment besoin de votre aide; c'est la première fois que je suis "bloqué" à ce point...

    D'abord, pour la problématique, je compte utiliser "Dans les Essais (limitation aux chapitres indiqués) le jugement de Montaigne sur les personnes est-il dénué de toute subjectivité ?". Or, je ne vois pas ici d'élément contradictoire, et je souhaiterais organiser ma dissertation suivant un plan dialectique, ce que je trouve impossible par rapport à cette problématique, pour organiser un "débat" et faire ce plan-ci....



    Ensuite, une fois la problématique établie, pour formuler mon introduction, comment puis-je introduire le commentaire, en la situant historiquement ou en expliquant l'intérêt de ce commentaire?

    Pour mon plan, avec cette problématique que j'utilise, tout en faisant un plan dialectique, comment puis-je le décrire, quel sera le but de chacune des parties s'il n'y a aucune contradiction possible, et comment pourrais-je "intituler" ces parties? Pour le plan dialectique, vous aviez cité " Montaigne s'efforce de bonne foi de ne pas juger, mais c'est mission impossible, aussi prend-il quelques précautions."; que cela veut-il dire? Faut-il changer la problématique et donc l'intégralité des arguments?



    Ensuite pour ce qui est des idées, vous avez tout dans mon dernier message,

    "-Montaigne prend de la distance par rapport à notre culture et aux pensées de notre monde; par exemple dans « Des Cannibales », « Chacun appelle barbarie ce qui n'est pas de son usage ». Montaigne nous montre, par cette phrase, que les usages, qui sont des coutumes observées dans une société, sont différents d'une société à une autre. Cette différence conduit à voir l'autre comme un barbare .Cette impression que le barbare est forcément l'autre se retrouve dans de nombreuses civilisations.


    D’où deux peuples peuvent ainsi s'opposer en étant chacun persuadé d'être plus civilisé que l'ennemi. Des situations ou l’on voit ainsi s'affronter des colons européens avec des tribus indiennes, chacun des deux partis, animé d'une égale férocité, hurlant que les autres ne sont que des "sauvages, même pas des êtres humains". Forts de leur technologie plus avancée, les européens s'estimaient être une civilisation plus évoluée, et pouvaient considérer les indiens comme des "barbares", dans le sens de sous-hommes. Et dans le même temps, ils pouvaient apparaître eux-mêmes comme barbares aux yeux des indiens, du fait de leur violence et de leur volonté d'asservissement.


    De plus, Montaigne exprime une vérité qui est reniée à son époque, à savoir que l’on juge la culture des autres en fonctions de notre propre culture, ou plus exactement de notre propre éducation.

    -Comme deuxième argument, J'ai remarqué, dans le chapitre des Coches, que Montaigne défend les amérindiens une fois de plus; mais il ne le fait pas à partir de sa propre personne, cette défense n'a pas pour origine la sensibilité, une comparaison liée à l'horreur de la cruauté, mais leur défense s'ancre dans un raisonnement sur la connaissance, elle a des fondements rationnels et non émotionnels; c'est ce qui fait son efficacité.

    -Enfin, mon troisième argument se base sur la prise de distance de Montaigne pou juger le peuple du Nouveau Monde. En effet, on remarque dans le chapitre "Des Cannibales", que l'auteur s'éloigne de sa société afin de mieux pouvoir juger ce peuple; il utilise une démarque d'ethnologue, et fais une étude "ethnique" de ce peuple sans comparaison à la civilisation dans laquelle il vit."

    Je peux rajouter quelques idées telles que: "Est-il possible de faire totalement abstraction de ce que l'on est, de sa formation, de son appartenance à une culture ?", ou " juger les idées, est-ce la même chose que juger les personnes ?";

    Cependant je n'arrive à développer, à argumenter et à donner des exemples à aucune de ces idées; je ne sais non plus comment les classer; je suis totalement perdu et ne sais pas par où commencer, ainsi mon commentaire n'évolue pas du tout.

    J'espère avoir de l'aide, ce qui me serait d'une grande utilité;

    Merci

  • Jean-LucJean-Luc Modérateur
    25 nov. modifié

    Bonsoir,

    Il m'est difficile de m'y retrouver dans ces salves de questions.

    Pour clarifier ta pensée, il faudrait passer par un plan détaillé du type :

    Problématique : "Dans les Essais (limitation aux chapitres indiqués) le jugement de Montaigne sur les personnes est-il dénué de toute subjectivité ?"

    Nous défendrons la thèse que ce n'est pas possible.

    1 - Thèse : Montaigne s'efforce de bonne foi de juger objectivement, tu reprends tes arguments

    2 - Antithèse : mais il est limité par sa personnalité, son éducation, son langage même qui véhicule les concepts qui lui servent à analyser, apprécier, juger.

    • un Européen nourri de culture antique
    • un Gascon qui se réfère au bon sens de son terroir
    • un chrétien heurté par les conflits religieux qui déchirent son pays

    3 - Dépassement : cette prise de distance lui permet d'exprimer un humanisme fondé

    • sur la rationalité
    • la tolérance
    • la croyance dans l'unité du genre humain (inspiré des valeurs chrétiennes).

    À partir de ce schéma fourni à titre d'exemple, tu peux rédiger ton développement. Ta conclusion synthétise le mouvement général du développement, tu peux lui adjoindre une ouverture (mais c'est facultatif). Tu rédiges alors l'introduction qui présentera véritablement le devoir (annonce, citation du sujet, problématique, annonce du plan)

Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.