Fiches méthode Bac de français 2021

Bonjour á tous.

Je dois faire un plan de dissertation philosophique sur la suivante question:

Pour beaucoup de personnes, la mort est considérée comme un grand mal et est donc source d’inquiétude. Faut-il craindre la mort ? 

Voici les consgines:

À partir de la pensée de philosophes de l’antiquité comme Socrate, Épicure ou Épictète, mais aussi à partir d’auteurs contemporains comme Baillargeon, nous avons pu nous initier à la philosophie en abordant plusieurs problématiques et pistes de réflexion concernant des questions aussi diverses que la nature de la connaissance, du bonheur ou de la justice.

Il faut défendre votre position en utilisant au moins deux des théories. Vous pouvez être en accord ou non avec les théories que vous présentez et adopter une position nuancée ; l’important est de bien expliquer la position choisie et de la justifier adéquatement à l’aide d’une argumentation rationnelle. N’oubliez pas de clarifier les concepts que vous utilisez.

Merci bcp!

Réponses

  • Jean-LucJean-Luc Modérateur

    Bonsoir,

    Devons-nous faire le travail à ta place ?

  • La_femmeLa_femme Membre

    Salut, Jean-Luc,

    Il est clair que le travail que je dois faire, c’est un forum pour aider non? Je demande juste des conseils ne me faire la tâche :)

  • Jean-LucJean-Luc Modérateur

    Eh bien, il te faut exposer ce que tu penses de cette question. Personnellement as-tu peur de la mort ? Il te faudra appuyer tes arguments sur au moins deux des théories philosophiques que tu as étudiées.

    Pour l'essentiel, la mort est-elle une fin irrémédiable débouchant sur le néant ? ouvre-t-elle sur un au-delà ? comment pouvons-nous y accéder s'il existe ? Pour poser la problématique, Montaigne : "« La mort est bien le bout, non pourtant le but de la vie. » En effet la peur de la mort peut nous empêcher de vivre pleinement.

  • JocrisseJocrisse Membre

    Je suis désolé de devoir dire la même chose, au risque de sembler relou, mais le sujet ce n'est pas si j'ai peur de la mort ou pas, mais si je dois. S'il faut, si cela revêt un caractère de nécessité.

    Je mentionne ce "faut-il", qui renvoie à l'idée d'une nécessité, ou d'un devoir, et qui s'accorde mal avec "la crainte", que je vais plutôt ranger dans le magasin des sentiments, des émotions qu'on éprouve ou pas, mais pas au nom d'un mot d'ordre, d'une condition inscrite ou décidée autre part et statuant qu'il ne faut pas. L'idée d'un devoir de crainte paraît acrobatique et, en général, on ne craint pas quelque chose parce qu'on le doit.

  • mikomasrmikomasr Membre

    S'il faut, si cela revêt un caractère de nécessité.

    Je vois mal en quoi s’imposerait la notion de nécessité. La question "faut-il craindre la mort" peut aussi (et surtout, je dirais) se comprendre comme "est-il justifié de craindre la mort". Le verbe falloir est ici utilisé tout simplement parce qu’il n’y a pas d’autre tournure simple pour poser cette question. Le fait que votre interprétation de la question vous amène à la juger "acrobatique" (je dirais même absurde) prouve bien que ce n’est pas là la lecture qui en est attendue.

  • AmmyAmmy Membre

    Enfin de toute façon vous n'avez plus de nouvelles de la personne concernée par le devoir.

    Sinon je partage l'avis de Jocrisse : il ne faut pas perdre de vue cette façon de tourner la question, ce n'est jamais anodin en philo.

    Mais je ne le comprends pas non plus comme une obligation. Pour moi "Faut-il...? " signifie ici : est-ce raisonnable ? Ou doit-on se débarrasser de cette crainte qui serait néfaste ? Par conséquent la réponse pourrait être justement qu'il est normal de craindre la mort. Mais qu'il faut travailler sur soi pour dépasser cette crainte et appréhender sereinement cette idée. "Philosopher c'est apprendre à mourir"

Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.