Fiches méthode Bac de français 2021

Bonjour,

je dois faire une fiche de lecture sur candide. Serait-il possible de me dire dans quel passage je peux trouver du registre ironique. Pour le moment j’ai trouvé du registre satirique, comique et merveilleux mais j’aimerais au moins en rajouter un pour compléter.

merci d’avance à vous

Réponses

  • AmmyAmmy Membre

    Le registre ironique est présent à chaque page, je dirai presque dans chaque paragraphe (chaque phrase ?) Le plus célèbre passage peut-être : début du chapitre 3 : "rien n'était si beau, si leste, si bien ordonné etc."

  • Jean-LucJean-Luc Modérateur
    21 nov. modifié

    Bonjour,

    Commençons par le commencement et apprécions la critique mordante de l'orgueil nobiliaire :

    Il y avait en Vestphalie, dans le château de M. le baron de Thunder-ten-tronckh, un jeune garçon à qui la nature avait donné les mœurs les plus douces. Sa physionomie annonçait son âme. Il avait le jugement assez droit, avec l’esprit le plus simple ; c’est, je crois, pour cette raison qu’on le nommait Candide. Les anciens domestiques de la maison soupçonnaient qu’il était fils de la sœur de monsieur le baron et d’un bon et honnête gentilhomme du voisinage, que cette demoiselle ne voulut jamais épouser parce qu’il n’avait pu prouver que soixante et onze quartiers, et que le reste de son arbre généalogique avait été perdu par l’injure du temps.

    Monsieur le baron était un des plus puissants seigneurs de la Vestphalie, car son château avait une porte et des fenêtres. Sa grande salle même était ornée d’une tapisserie. Tous les chiens de ses basses-cours composaient une meute dans le besoin ; ses palefreniers étaient ses piqueurs ; le vicaire du village était son grand aumônier. Ils l’appelaient tous Monseigneur, et ils riaient quand il faisait des contes.

    Plus difficiles à repérer, les antiphrases caractéristiques de l'ironie :

    [...] Pangloss (celui qui est tout entier dans la langue, le verbiage, la logorrhée) enseignait la métaphysico-théologo-cosmolo-nigologie (la métaphysique est la pseudo-science des nigauds). Il prouvait admirablement (exagération) qu’il n’y a point d’effet sans cause (truisme), et que, dans ce meilleur des mondes possibles, le château de monseigneur le baron était le plus beau des châteaux, et madame la meilleure des baronnes possibles.


  • Le registre ironique, vous le prenez déjà avec les prénoms des personnages.

  • JocrisseJocrisse Membre

    Oui, raison pour laquelle Voltaire m'a lassé à une vitesse astronomique. Le ricanement, je serais mal placé pour en faire la critique, mais quand il devient le dernier (et au vrai, le seul) argument, on fatigue son monde.

    Comme philosophe, il s'est à jamais déconsidéré par ses manières de malotru. On ne réfute pas des géants comme Pascal, Leibniz, Rousseau, avec seulement du ricanement. C'est joli, c'est léger, ça plaît à Sollers, mais le compte n'y est pas.

Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.