Fiches méthode Bac de français 2021

Bonjour,

Je dois trouvé une problématique pour mon explication linéaire sur le texte de Tardieu en rapport avec le burlesque, j'en ai trouvé une mais j'ai l'impression qu'elle n'est pas bonne. Puis-je avoir votre avis s'il vous plait ?

ma PB : Comment le poète démontre t-il la nature lyrique du poème en utilisant le thème burlesque et humoristique?

voici le texte :

Métamorphoses

dans cette nuit noire 

que nous fait l’Histoire

j’avance à tâtons 

toujours étonné 

toujours médusé


je prends mon chapeau 

c’est un artichaut


j’embrasse ma femme 

c’est un oreiller


je caresse un chat 

c’est un arrosoir


j’ouvre la fenêtre 

pour humer l’air pur

c’est un vieux placard 

plein de moisissures

je prends un crapaud 

pour un encrier

la bouche d’égout 

pour la boîte aux lettres

le sifflet du train 

pour une hirondelle

le bruit d’un moteur 

pour mon propre cœur

un cri pour un rire 

la nuit pour le jour

la mort pour la vie 

les autres pour moi

Réponses

  • JehanJehan Modérateur

    Bonjour.

    Je ne comprends pas ce que tu appelles ici la "nature lyrique" de ce poème...

  • DoloresgDoloresg Membre

    Ce poème fait parti d'un recueil de poème qualifier "lyrique" je pensais qu'il était important de le mettre dans ma problématique mais justement c'est pour cela que je doute un peu de ma problématique.

  • florealefloreale Membre

    Dans un texte de réflexion publié dans Pages d’écriture, où Jean Tardieu s’interroge surla balance entre permanence et nouveauté concernant la poésie, il conclut en ces termes :

    « Aussi pourrait-on plutôt dire que ce qu’elle a de permanent c’est le don de procéder à une permanente métamorphose de ce qui lui est donné. Elle ne cesse de mettre au monde sa propre image ; elle ne demeure elle-même qu’à la condition d’être perpétuellement autre. »

    A quel jeu se livre le Poète ? De quelles métamorphoses est-il l'acteur ou le spectateur ?

    • JE devient un magicien qui prend une chose pour une autre
    • Le monde devient burlesque, tout bouge
    • Le poème se transforme en musique rythmée par les cinq syllabes des vers blancs (=sans rimes)


  • Jean-LucJean-Luc Modérateur

    Ce poème me fait penser à "Cortège" de Prévert qui se livre un peu au même jeu.

    Cortège


    Un vieillard en or avec une montre en deuil

    Une reine de peine avec un homme d'Angleterre

    Et des travailleurs de la paix avec des gardiens de la mer

    Un hussard de la farce avec un dindon de la mort

    Un serpent à café avec un moulin à lunettes

    Un chasseur de corde avec un danseur de têtes

    Un maréchal d'écume avec une pipe en retraite

    Un canard à Sainte-Hélène avec un Napoléon à l'orange

    Un conservateur de Samothrace avec une victoire de cimetière

    Un remorqueur de famille nombreuse avec un père de haute mer

    Un contrôleur à la croix de bois avec un petit chanteur d'autobus

    Un chirurgien terrible avec un enfant dentiste

    Et le général des huîtres avec un ouvreur de Jésuites.

  • DoloresgDoloresg Membre

    Merci beaucoup !

  • liahliah Membre

    Bonjour, j'aurais besoin d'aide si possible avec ce poème, je dois faire une explication de texte dessus mais je suis vraiment perdu et déboussolé, quelqu'un pourrait t-il m'aider avec les mouvements du poème et des réflexions pertinentes à faire dessus ?

    Je vous remercie d'avance !

  • florealefloreale Membre

    As-tu pris connaissance des réponses ci-dessus ?

  • liahliah Membre

    Oui mais je suis surtout perdu au niveau de la construction du poème, et de sa structure, je ne sais pas comment articuler le texte et surtout je ne sais pas s'il y a des enjambements ou ce genre de choses :-(

  • florealefloreale Membre

    Curieux de commencer la lecture d'un poème en cherchant un enjambement. Si tu allais du général au particulier ...

    Ce qui rythme ce poème :


    Métamorphoses

    dans cette nuit noire 

    que nous fait l’Histoire

    j’avance à tâtons 

    toujours étonné (tâtons/étonné : sonorités)

    toujours médusé


    je prends mon chapeau 

    c’est un artichaut


    j’embrasse ma femme 

    c’est un oreiller


    je caresse un chat 

    c’est un arrosoir


    j’ouvre la fenêtre 

    pour humer l’air pur

    c’est un vieux placard 

    plein de moisissures

    je prends un crapaud 

    pour un encrier

    la bouche d’égout 

    pour la boîte aux lettres

    le sifflet du train 

    pour une hirondelle

    le bruit d’un moteur 

    pour mon propre cœur

    un cri pour un rire 

    la nuit pour le jour

    la mort pour la vie 

    les autres pour moi


  • liahliah Membre

    Je ne comprends pas pourquoi vous avez mis certains mots en gras ? je remarque que "pour" est tres présent mais je ne vois pas quel commentaire mais dessus

  • JehanJehan Modérateur
    16 nov. modifié

    Floreale t'a mis certains mots en gras pour mieux te montrer la construction et les articulations du texte.

    pour = à la place de, au lieu de... Dans ce poème, tout change, tout se métamorphose, tout se transforme de façon inattendue et surprenante.

  • liahliah Membre

    Je n'ai pas encore commencé cette partie de mon explication de texte, mais j'avoue que je ne sais pas trop quoi dire, je pense qu'il a une dramatisation vers la fin avec des thèmes plus sombres comme la mort etc alors que au début ce n'était pas le cas

  • Tu trouves ? Qu'en est-il donc de cette nuit noire / Que nous fait l'Histoire" ?

    "Je n'ai pas encore commencé cette partie de mon explication de texte" dis-tu. C'est pourtant essentiel.

    Vers sans rimes de cinq pieds => rapidité de la vision, des sensations, comme un kaléidoscope où tout change sans cesse.

    Remise en cause de la réalité, rien n'a de sens définitif.

Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.