Grammaire française Participe passé

gargantua1gargantua1 Membre
5 oct. modifié dans Langue française

Le toubib (toubab), le barda, le bled sont des emprunts à la langue arabe qui se sont faits pendant l‘occupation de l‘Algérie donc jusqu‘à 1962 et avant. En connaissez vous des emprunts plus récents?

Réponses

  • JehanJehan Modérateur
    5 oct. modifié

    Bonjour.

    Si on se limite aux emprunts à l'arabe maghrébin, on en trouve au moins trois dans le Robert qui sont postérieurs à 1962 :

    chibani, immigré âgé venu travailler en France pendant les "trente glorieuses", attesté en 1976.

    kif(f)er, prendre du plaisir, apprécier, aimer bien, attesté en 1990.

    wech, interjection ("quoi ?") , 1983; parler wech wech, comme les jeunes des banlieues.

    Mais il y a de nombreux autres emprunts qui, depuis 1962, ont été faits sans déformation à diverses autres nations arabes, notamment dans le domaine culinaire ( taboulé, falafel, chorba...) dans le vocabulaire de l'islam (ayatollah, djihad, fedayin, fatwa, halal, taliban, intifada... ) ou autre (raï, oud, burqa...)

  • Merci Jehan

  • HeliaHelia Membre

    Bonjour,

    Le crayon khôl dont se servent les dames pour maquiller les yeux. Poudre de roche volcanique noire, le khôl est à l'origine à usage médicinal pour traiter les affections des yeux (orgelets, irritations, etc.).

    Les industries cosmétiques ont trouvé avec l'emploi de ce terme un moyen de rendre exotique le crayon communément appelé tout simplement "crayon noir".

  • JehanJehan Modérateur

    Oui, mais ce n'est pas du tout un emprunt récent. Le Robert signale qu'on écrivait kouhel en 1646, kohl en 1787.

  • HeliaHelia Membre

    Merci pour la précision.

    😀

  • JehanJehan Modérateur

    J'ai juste précisé cela parce que le créateur de la discussion demandait seulement des emprunts récents, postérieurs à 1962.

  • lamaneurlamaneur Modérateur

    Khol transparaît derrière l'emprunt très ancien alcool.

  • Tiens, j'ai trouvé une explication amusante à « seum » qui ne doit pas être entré en vigueur il y a très longtemps :

    [...] Si bon nombre de mots français utilisés quotidiennement ont des origines arabes très anciennes, encore aujourd’hui, notre vocabulaire se retrouve enrichi par ces influences. C’est le cas de l’expression argotique, fréquemment utilisée par les jeunes, « avoir le seum ». Comprendre : être triste, énervé ou dégoûté. « Seum » vient de l’arabe samm qui signifie venin. Le terme a notamment été rendu populaire par une campagne de la sécurité routière, en 2013 : « Si t’as pas de Sam (le conducteur qui ne boit pas), t’as le seum ».

    https://blog.assimil.com/ces-mots-francais-dorigine-arabe-utilises-quotidiennement/


  • JehanJehan Modérateur

    Oui, effectivement.... Le Wiktionnaire date l'emprunt "XXIe siècle" :

    https://fr.wiktionary.org/wiki/seum

Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.