Fiches méthode Bac de français 2021

Bonjour j'ai un commentaire littéraire à faire en français et je bloque complètement, je ne comprends pas très bien le texte, et je n'arrive pas a faire mon plan. Est-ce que vous pourriez m'aider s'il vous plait...😪


Voici mon texte :

Quand tu dors dans mes bras je peux longuement caresser ton âme

Ainsi tu ne m’as pas quitté je t’ai retenue ô ma femme

Si légère mes bras fermés qui dors dans ton souffle léger

Tu ne m’as pas quitté pour un songe tu n’y as pas songé

Si légère que je craignais que le moindre souffle t'emporte

Et que je fermais bien mes bras de peur que ton âme n’en sorte

Tu ne m’as pas quitté mon âme et mes bras ô ma bien-aimée

Sont demeurés autour de toi fermés comme un anneau fermé

Comme tu es légère légère en ton sommeil puéril

Abandonnée et confiante abandonnée à tes périls

Ô léger souffle de ma vie ô douce à veiller cœur sans bruit

Émerveillée que je te garde et te regarde dans la nuit

Je vois venir avec lenteur au plafond la raie coutumière

Le doigt de l’aube sur sa bouche avant la musique ramière

Balle blanche comme les draps encore obscurs où nous bougeons

Qui fend peu à peu les rideaux les roucoulements les pigeons

Il vient du dehors de la chambre un chambard de choses humaines

Le claquement d’un volet Le jour qui reprend son domaine

Des pas d’asphalte Un enrouement brutal de la rue et des roues

Des freins des voix un brimbalement de choses qui s’ébrouent

Puis tout s’étire et s'étouffe et s'éteint sauf quelqu’un là qui tousse

Il ne se passe rien pour nous que ce qui se passe pour tous

On se partage le malheur comme une sorte de tribut

Mais notre bonheur est un vin que tout le monde n’a pas bu

Le bonheur je n’ai jamais pu me faire à son accoutumance

Je tremble pour lui tous les jours à cette heure où le jour commence

Ce jour sans toi jusqu’à présent qu’on ne peut dire commencé

Ce jour désert d’avant le jour comme un rêve avant la pensée

Et que ce soit le jour suivant ce n’est après tout qu’un détail

Si l’amour chaque jour grandit c’est au côté comme une entaille

Et qu’est-ce que c’est que l’amour qui n’en est qu’au commencement

Quand on a tout le temps de voir tes yeux s’ouvrir immensément

L'avare jusqu’au bout de ses bras entend serrer son trésor

Il ne peut pas imaginer autre dénouement à son sort

Comme lui je vois clairement le visage de mon destin

Ô mon or entre mes bras dans la blancheur du dernier matin

Heureux celui qui s’endort dans l’accomplissement de son vice

Je ferai de ma mort mon chef-d’œuvre un chef-d’œuvre d’avarice

J’enterrerai dans la nuit comme un homme en plein émerveillement

Et qu’on ne vienne pas dire après que je n’ai pas su comment

Il ne s’est pas vu partir Ma Vie est une maison de verre

Et je ferai la mort comme j’ai fait l’amour les yeux ouverts

Ah ce n’est pas d’hier que je la vois venir à mes devants

Je veux la voir et de mes derniers doigts toucher ton bras vivant

Comme celui qui n’a que la force d’arriver à la cime

Trouve ses derniers pas dans ses genoux et roule dans l'abîme

Et si ce n’est pour aucun dieu que ce devoir est accompli

Il n’en a pas moins atteint cette cime ou son cœur s’abolit

C’est alors seulement que pour toi qui me verras la première

Pour toi je fermerai paisiblement mes yeux à la lumière

Elsa, Aragon, 1959

Réponses

  • Jean-LucJean-Luc Modérateur
    3 oct. modifié

    Bonsoir,

    D'abord un texte plus exact :

    Quand tu dors dans mes bras je peux longuement caresser ton âme

    Ainsi tu ne m'as pas quitté je t'ai retenue ô ma femme

    Si légère à mes bras fermés qui dors dans ton souffle léger

    Tu ne m'as pas quitté pour un songe tu n'y as pas songé

    Si légère que je craignais que le moindre souffle t'emporte

    Et que je fermais bien mes bras de peur que ton âme n'en sorte

    Tu ne m'as pas quitté mon âme et mes bras ô ma bien-aimée

    Sont demeurés autour de toi fermés comme un anneau fermé

    Comme tu es légère légère en ton sommeil puéril

    Abandonnée et confiante abandonnée à tes périls

    Ô léger souffle de ma vie ô douce à veiller coeur sans bruit

    Emerveillé que je te garde et te regarde dans la nuit

    Je vois venir avec lenteur au plafond la raie coutumière

    Le doigt de l'aube sur sa bouche avant la musique ramière

    Pâle blanche comme les draps encore obscurs où nous bougeons

    Qui fend peu à peu les rideaux du roucoulement des pigeons


    Il vient du dehors de la chambre un chambard de choses humaines

    Le claquement d'un volet Le jour qui reprend son domaine

    Des pas d'asphalte Un enrouement brutal de la rue et des roues

    Des freins des voix un brimbalement de choses qui s'ébrouent

    Puis tout s'étire et s'étouffe et s'éteint sauf quelqu'un là qui tousse

    Il ne se passe rien pour nous que ce qui se passe pour tous

    On se partage le malheur comme une sorte de tribut

    Mais notre bonheur est un vin que tout le monde n'a pas bu

    Le bonheur je n'ai jamais pu me faire à son accoutumance

    Je tremble pour lui tous les jours à cette heure où le jour commence

    Ce jour sans toi jusqu'à présent qu'on ne peut dire commencé

    Ce jour désert d'avant le jour comme un rêve avant la pensée

    Et que ce soit le jour suivant ce n'est qu'après tout qu'un détail

    Si l'amour chaque jour grandit c'est au côté comme une entaille

    Et qu'est-ce que c'est que l'amour qui n'est qu'au commencement

    Quand on a tout le temps de voir tes yeux s'ouvrir intensément


    L'avare jusqu'au bout entend serrer son trésor

    Il ne peut pas imaginer autre dénouement à son sort

    Comme lui je vois clairement le visage de mon destin

    Ô mon or entre mes bras dans la blancheur du dernier matin

    Heureux celui qui s'endort dans l'accomplissement de son vice

    Je ferai de me mort mon chef-d'oeuvre un chef-d'oeuvre d'avarice

    J'entrerai dans la nuit comme un homme en plein émerveillement

    Et qu'on ne vienne pas dire après que je n'ai pas su comment

    Il ne s'est pas vu partir Ma vie est une maison de verre

    Et je ferai la mort comme j'ai fait l'amour les yeux ouverts

    Ah ce n'est pas d'hier que je la vois venir à mes devants

    Je veux la voir et de mes derniers doigts toucher ton bras vivant

    Comme celui qui n'a que la force d'arriver à la cime

    Trouve ses derniers pas dans ses genoux et roule dans l'abîme

    Et si ce n'est pour aucun dieu que ce devoir est accompli

    Il n'en a pas moins atteint cette cime où son coeur s'abolit


    C'est alors seulement que pour toi qui me verras la première

    Pour toi je fermerai paisiblement mes yeux à la lumière

    Je reviendrai plus tard ce soir.

  • JehanJehan Modérateur

    Merci Jean-Luc.

    Mais j'ai déjà remplacé par la bonne version dans le premier message... 😉

  • Bibou14Bibou14 Membre
    3 oct. modifié

    Merci beaucoup j'attendrai votre réponse

  • Jean-LucJean-Luc Modérateur

    Bonsoir,

    Aragon est le "fou d'Elsa", titre d'un de ses recueils. C'est sa muse. Dans ce poème, il exprime quelques-uns des sentiments qu'il éprouve.

    Quelques pistes en lecture linéaire :

    1re strophe : l'amour et la nuit, le rêve, échapper à la réalité, aller au delà de la réalité, dépasser la corporéité pour atteindre l'âme, principe immatériel et fugace...

    2e strophe : la réalité reprend ses droits, moment difficile du réveil, fin du rêve, intrusion d'un monde menaçant

    3e strophe : la perspective de la mort qui mettra fin à la relation, moment de vérité qui juge toute la vie, Aragon veut être celui qui a amassé l'amour (métaphore de l'avare), la mort n'est pas vécue ici comme une réalité effrayante mais comme le sacre du poète.

    Le poème abonde en jeux de mots, symétries et oppositions.

    Nantie de ces indications, essaie d'analyser le lexique et les images pour analyser le lyrisme d'Aragon.

    Si certaines parties te paraissent obscures, reviens nous le dire.

  • Bibou14Bibou14 Membre

    D'accord merci beaucoup

  • Bibou14Bibou14 Membre

    Je voulais savoir, comme je dois crée 3 grands axes, est-ce que je peux faire le premier axe sur la première strophe, le deuxième axe sur la deuxième strophe et ainsi de suite, ou cela n'ira pas ??

  • Jean-LucJean-Luc Modérateur

    C'est possible selon une analyse linéaire, c'est pourquoi je t'ai indiqué des pistes par strophes.

Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.