Fiches méthode Bac de français 2021

Bonjour


Merci d'avance.


J'ai un sujet de dissertation que je n'arrive pas à démarrer.


SUJET : L'homme est-il le plus proche ou le plus éloigné de lui-même ?

Réponses

  • Jean-LucJean-Luc Modérateur

    Bonjour Kamikaz,

    Quelle formulation absconse ! Quelles notions derrière cette proximité ? La connaissance de soi ? La capacité à se juger ? L'insatisfaction ontologique ? L'incapacité à être autonome ?

    À mon humble avis, il faudrait préalablement "traduire" cette question afin de limiter le domaine de la discussion.

  • kamikazkamikaz Membre

    Il s'agit de la connaissance de soi ..

  • Jean-LucJean-Luc Modérateur

    Si tu choisis ces limites, alors la problématique serait "l'homme peut-il se connaître totalement ?"

    Quelques pistes :

    • besoin des autres,
    • des zones "inaccessibles" comme l'inconscient
    • des parties ignorées, auxquelles on ne croit pas
    • les filtres de l'éducation, de la culture, de la société
    • nous sommes mauvais juges de nous-mêmes
    • les incertitudes métaphysiques
    • un être inachevé en devenir...
  • kamikazkamikaz Membre

    Ok , mais je ne comprends pas les deux dernières pistes..

  • Jean-LucJean-Luc Modérateur

    Bonsoir,

    Les incertitudes métaphysiques concernent l'origine de l'homme, ses liens avec le cosmos, la possibilité d'une vie après la mort... Pascal voit l'homme perdu entre deux infinis, tu peux aussi t'intéresser à son image du "roseau pensant"

    L’homme n’est qu’un roseau, le plus faible de la nature; mais c’est un roseau pensant. Il ne faut pas que l’univers entier s’arme pour l’écraser : une vapeur, une goutte d’eau, suffit pour le tuer. Mais, quand l’univers l’écraserait, l’homme serait encore plus noble que ce qui le tue, parce qu’il sait qu’il meurt, et l’avantage que l’univers a sur lui, l’univers n’en sait rien.

    Toute notre dignité consiste donc en la pensée. C’est de là qu’il faut nous relever et non de l’espace et de la durée, que nous ne saurions remplir. Travaillons donc à bien penser : voilà le principe de la morale. — (Blaise Pascal, Pensées, fragment 347)

    Un être inachevé en devenir t'invite à réfléchir sur l'existence humaine : de la petite enfance à l'âge adulte puis à la vieillesse, l'homme se transforme, y a-t-il en lui une unité ? comment relier des états aussi différents ?

  • kamikazkamikaz Membre

    Ah , merci :)

  • kamikazkamikaz Membre

    Bonsoir , pour la reformulation , est ce qu'on pourrait dire : <<La connaissance de soi est-elle plus difficile que la connaissance des chose ?

    Je n'arrive pas à faire l'étude parcellaire..

  • Jean-LucJean-Luc Modérateur

    La question implicite porte seulement sur la connaissance de soi : L'homme est-il le plus proche ou le plus éloigné de lui-même ?

    Pourquoi ne gardes-tu pas ce que je t'ai proposé : "l'homme peut-il se connaître totalement  (ou véritablement)?"

  • kamikazkamikaz Membre

    OK , mais le problème est que je ne sais pas quoi faire exactement..

  • Jean-LucJean-Luc Modérateur
    5 oct. modifié

    Si tu choisis cette problématique, ta dissertation sera une réponse dialectique. Voilà un schéma possible si tu partages la thèse de départ.

    1 thèse : L'homme est équipé pour se connaître

    2 antithèse : mais la plupart d'entre nous ne peuvent y parvenir de manière satisfaisante

    3 dépassement : de toute façon, une part de notre être nous est inaccessible car nous n'avons pas en nous notre propre raison d'exister, notre être profond vient d'ailleurs que de nous-mêmes.

  • kamikazkamikaz Membre
    5 oct. modifié

    Ok ,


    Pour mes ''Axes d'analyse'' :


    Axe 1: L'homme est équipé pour se connaitre.


    Argument 1 : Je n'en ai pas..

    Référence : J'ai la citation de Socrate qui dit : << Connais-toi toi même>>

  • JocrisseJocrisse Membre

    3 dépassement : de toute façon, une part de notre être nous est inaccessible car nous n'avons pas en nous notre propre raison d'exister, notre être profond vient d'ailleurs que de nous-mêmes.

    On peut dialectiser à partir de là également. On n'a pas trop parlé de l'éloignement de soi, dans ce qui précède. S'éloigner de soi, c'est certes la possibilité de l'aliénation (s'éloigner de sa propre nature, de sa raison, etc.) dans son aspect négatif. Mais la possibilité de devenir un autre, ou d'agir comme un autre, de ne pas coïncider forcément avec sa propre essence, c'est aussi la liberté, si on en retient le pôle positif.

  • kamikazkamikaz Membre

    Oui , mais je ne sais pas quoi en faire..

    Je recherche quelque chose du genre :


    Axe : ..


    Argument : ..


    Référence : ...


    Comme ce que j'ai fait à 16h 49

Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.