Prépa littéraire Licence lettres modernes
Capes lettres modernes

SophyyeSophyye Membre
18 sept. modifié dans La filière littéraire

Bonjour, Je voudrais savoir si vous pensez qu'il est possible de retourner en khâgne après avoir fait le choix de justement ne pas y aller.

Mes professeurs avaient validé mon année hypokhâgne et m'avaient accordé mon passage en deuxième année. J'ai mûrement mûri ce choix, et il me semblait évident que la khâgne n'était pas pour moi: résultats un peu juste dans certaines matières, stress, difficultés avec la méthode... et dans le contexte où il avait été dur de travailler dans les meilleures conditions.

Cependant l'enrichessement culturel et la qualité des enseignements me manquent.

J'ai l'impression que ma culture littéraire s'amenuise de jour en jour... Le cursus que j'ai choisi à la fac est un cursus CUPGE Lettres qui est intéressant que j'ai choisi pour garder une certaine pluridisciplinarité et avoir la possibilité de passer quelques concours... mais où j'ai pour le moment du mal à me plaire, l'organisation et les cours à la fac me stressent, j'ai la motivation pour travailler beaucoup mais je ne sais pas par où commencer, et je ressens une grosse désillusion face à certains cours à distance et l'enseignement de même matière qui est radicalement différent et me semble parfois très léger... Les professeurs lisent leurs diaporamas, racontent leur vie... Depuis le début de la semaine, j'ai l'impression de m'ennuyer.

La question que je me pose est maintenant est vaut-il mieux mal vivre la prépa d'un pdv psychologique et émotionnel mais se satisfaire de l'enseignement d'une qualité incroyable ou rester en fac mais en ressentant une grande déception et angoisse constante à l'idée de suivre des cours qui plaisent moins ? Je n'ai pas de réponse à cette question.

Jusqu'à la rentrée j'étais enthousiasmée par ma poursuite d'études car j'avais l'impression d'avoir trouvé le cursus pluridisciplinaire, qui me donnait la liberté de la fac et la possibilité des stages pour apprendre à me connaître davantage, chose qui me semblait impossible en prépa. (Je n'avais pas pu allée aux JPO à cause du Covid, les échanges que j'ai pu avoir concernant la formation se sont effectués par mail et téléphone).

Cependant je n'arrive même plus à envisager ces projets d'une façon positive... Ça ne fait même pas une semaine que j'ai effectué ma rentrée en fac, et je me dis qu'il faut sûrement que je m'y habitue surtout en période post-covid mais c'est dur... Malgré le fait que tous les enseignements sont ceux de la prépa mis à part la géographie et que pleins de projets à côté s'offrent dans les domaines des langues etc...

Je compte être suivie cette année pour essayer de maîtriser au mieux le stress que je peux ressentir de manière générale.

Par ailleurs, j'ai effectué durant les vacances d'été un séjour en tant que jeune fille au pair, à Londres qui je pense m'a permis de gagner en aisance à l'oral et peut-être me permettrait d'être un peu plus à l'aise en prépa. Je ne sais pas quoi faire, je ne me vois réintégrer ma prépa après 2-3 semaines de cours, car je me dis que la préparation des concours a déjà commencée à être intensive, que je n'ai pas pu me préparer à une rentrée en khâgne cette année et que je sens trop mal pour réussir à m'adapter à ce rythme rapidement.

Puis-je réintégrer ma ou une autre prépa en khâgne l'année prochaine ? (Je continuerai alors la fac cette année, ou je ferai alors un stage pour ne pas perdre mon année?...) Je sais que ce genre de "break" n'est pas idéal mais en raison de tous les facteurs indiqués et de ce contexte Covid 19, je voulais savoir si une expérience similaire à la mienne existe ? S'il était possible d'avoir vos éclairages, avis, conseils...

Une étudiante de la prépa où j'étais avait fait le choix de retourner en khâgne après avoir réussir le concours Scpo car elle ne s'y était pas plu. Elle a continué son cursus après à la fac. Je pense donc que je pourrai réintégrer ma prépa si je le souhaite mais mon cas est différent car je suis allée en fac et n'ai pas passé un concours...

Par ailleurs, je me dis que je réussisse un concours à l'issue de mon année de prépa ou non, ce ne serait peut-être seulement repousser ce que je vis à l'année suivante.

Si vous avez des conseils, ou si vous connaissez des gens qui ont vécus une expérience similaire, merci de m'en informer.

Enfin, si vous avez des conseils pour gérer le stress... Je suis preneuse. Je suis plutôt quelqu'un de joyeuse et positive, et j'ai l'impression que c'est la première fois où je ressens un tel mal-être, cela me semble presque insoluble. La formation ou je suis se trouve dans une ville dans laquelle j'ai dû mal à me sentir chez moi. Mes proches qui vivent à 3h de ma formation me manquent beaucoup aussi. Je me suis fait des amies à la fac mais j'ai même du réaliser la chance que j'ai eu d'avoir été aussi bien intégrée... (En prépa j'étais interne, donc je sais que la nouvelle indépendance est aussi difficile à gérer)... j'ai conscience que mon mal-être n'est pas lié à un seul de ces facteurs mais de leur ensemble.

Merci d'avance à ceux qui prendront le temps de me répondre et merci par avance pour votre bienveillance surtout. Vous m'aiderez beaucoup !

Réponses

  • LaoshiLaoshi Membre

    Puis-je réintégrer ma ou une autre prépa en khâgne l'année prochaine ?

    Si tu veux réintégrer la khâgne où tu étais acceptée c'est maintenant qu'il faut essayer, à vingt jours de la rentrée, pas dans un an.

    Voilà. C'est mon avis.

    En revanche, tu parles de résultats assez faibles. Alors, de toute façon, tu te te retrouveras peut-être assez vite en faculté...

  • dinozordinozor Membre

    Bonjour, j'ai pu intégrer une khâgne à 25 ans, avec un trou de 5 ans dans mon cv et après une licence obtenue à la fac, mais avec, aussi, une sous-admissibilité en candidat libre, qui a sûrement eu son importance, donc c'est possible. Si ton objectif est le concours, tu peux tenter de le préparer seule pour avoir des résultats honorables à présenter, mais, quoi qu'il en soit, tu gagnerais à mon avis à contacter ta khâgne dès maintenant pour l'avertir de ton projet, et lui demander de te garder une place l'an prochain. Je pense également, comme Laoshi, que prendre le train en route mi septembre n'a rien d'impossible, et que maintenant est le meilleur moment pour le faire. Si vous aviez un concours blanc en octobre, il se pourrait qu'il soit difficile à vivre, mais c'est le seul problème que je vois.

  • Titania91Titania91 Modérateur

    Bonjour,

    En effet si tu veux retourner en prépa c'est maintenant ou jamais :)

    Pour ma part j'avais détesté la première année mais je m'étais un peu forcée pour aller en khâgne et je m'y étais vraiment épanouie: des cours plus spécialisés en lettres et histoire, le rythme était pris, la méthode aussi. Je te souhaite d'y trouver du plaisir et un cadre structurant :)

    Reste qu'après une khâgne ou une année khûbée il faudra peut-être retourner dans le système universitaire :/

Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.