Bonjour,

Je souhaiterais me remettre au grec ancien durant mes heures de loisirs. Durant mes années de collège et lycée, j'ai travaillé cette matière de la quatrième à la terminale. J'ai quasiment tout oublié.

Pour l'instant je traduis, tête baissée dans mon dictionnaire. C'est inefficace au possible. Aucune suite dans les idées, aucune idée d'ensemble de la phrase. Il me faut absolument mémoriser du vocabulaire. Comment m'y prendre ? Rabâcher des listes de mots ? Comment ne pas les oublier lorsqu'on ne les rencontrera pas fréquemment dans les textes ?

Quant aux règles de grammaire, faut-il les revoir une à une en la feuilletant ? Comment faire en sorte qu'une règle appliquée fasse tilt lorsque je la rencontrerai ?

Je vous remercie de vos conseils et idées.

Réponses

  • jeromedu86jeromedu86 Membre
    13 sept. modifié

    Bonjour,

    Tu as un manuel très bien qui s'appelle Hermaion, initiation au grec ancien de Vernhes. Les leçons sont progressives et tu pourras acquérir au fil des leçons pas mal de mots de vocabulaire.

  • GatienGatien Membre

    Je te remercie de ta suggestion.

    Je n'avais pas l'intention de reprendre un manuel scolaire d'apprentissage de la langue grecque (j'y ai consacré 5 années de ma jeunesse !). Je souhaitais me lancer dans la lecture d'une oeuvre d'auteur. Ma question portait plutôt sur les techniques de mémorisation. Comment peut-on ingurgiter une masse de vocabulaire suffisante pour être à l'aise avec un texte d'auteur, comment ingurgiter une grammaire pour être capable de reconnaître l'application d'une règle, une construction de phrase particulière ... ? Pour ma part, si je ne rencontre pas le même mot ou une construction de phrase d'une manière fréquente, j'oublie. En somme, pour maîtriser la langue, faut-il jouir d'une mémoire hors du commun, ou existe-t-il des techniques, une méthode que je ne connaîtrais pas ? Quel est le secret des forts en thème ? Durant mes études secondaires, un professeur me répondrait ; "Travail ! Travail ! Travail !". Mais nous avons tous constaté que ce n'était pas les élèves les plus bûcheurs qui réussissaient le mieux, mais les élèves les plus doués. Tout comme ce ne sont pas les premiers de classe qui ont le mieux réussi dans la vie professionnelle, mais les plus talentueux. Le savoir-faire surpasse le savoir. C'est ce savoir-faire au niveau de la langue qui m'interroge parce que je suis loin de le posséder.

  • mikomasrmikomasr Membre
    14 sept. modifié

    Bonjour,

    Dans votre cas il faudrait mémoriser le vocabulaire par ordre de fréquence. Il doit sûrement y avoir des listes de fréquence pour le grec ancien.

    Ensuite vous pouvez avoir recours à des applis de mémorisation par répétition espacée comme Anki par exemple.

    Cela dit je doute que cette méthode vous prenne moins de temps et vous amène plus vite à une lecture aisée des textes que si vous repreniez tout simplement les manuels d’enseignement.

    Concernant votre impression au sujet des élèves les plus doués, je pense que c’étaient aussi les plus motivés (par passion pour la langue ou par envie d’avoir de bonnes notes), ce qui compte pour beaucoup dans les "capacités d’apprentissage".

  • GatienGatien Membre

    Je vous vous remercie de votre message.

    Je partage votre point de vue concernant l'importance de la motivation. J'ajouterais que l'appétence pour une matière est le point de départ d'un cercle vertueux : J'aime --> je travaille avec plaisir --> je réussis --> j'aime davantage --> ...

  • LaoshiLaoshi Membre

    Mais nous avons tous constaté que ce n'était pas les élèves les plus bûcheurs qui réussissaient le mieux, mais les élèves les plus doués.

    Il ne faut quand même pas exagérer et croire que les élèves doués connaissent le grec ancien de façon innée. 😃Il y faut un minimum d'apprentissage.

    En revanche, pour l'avoir expérimenté, je te dirai que pour garder un bon niveau en grec ancien, il ne faut pas cesser de pratiquer. C'est une langue que l'on oublie facilement si l'on ne la pratique pas assidûment, contrairement au latin, plus rigoureux (en général...)

    Quel est le secret des forts en thème ?

    Je rajouterai...et en version....?

    La motivation, évoquée plus haut, l'amour de la traduction. On ressent une langue, on ressent l'autre, on aime passer de l'une à l'autre. Il faut bien sûr des connaissances, et aussi une part d'intuition non négligeable. En grec, il m'est arrivé d'avoir 0 à une version (niveau agrégation tout de même) et une autre fois 18. En thème j'ai toujours eu de bonnes notes, mais je serais incapable aujourd'hui de traduire un discours de Napoléon en grec ancien ! Pourquoi ? Parce que j'en ai complètement abandonné la pratique.

    Une pratique journalière, c'est là le secret, comme pour bien jouer d'un instrument de musique.

  • GatienGatien Membre

    Bonjour,

    Je conviens qu'il faille un minimum d'apprentissage pour les plus fortunés.

    J'utilisais l'expression "Fort en thème" pour désigner un élève doué. Le "Fort en thème" ne sera pas mauvais non plus en version.

    La pratique journalière, voilà le hic. Je me suis remis au grec il y a quelques semaines. À part les prépositions, les conjonctions, les négations et les pronoms, aucun mot rencontré les jours précédents ne réapparaît pour une seconde fois. Difficile dans ces conditions de mémoriser. C'est pourquoi je m'interrogeais.

  • LaoshiLaoshi Membre

    Je me suis remis au grec il y a quelques semaines. 

    De quelle façon ?

    Peut-être pourrais-tu commencer avec des textes réputés faciles, et en bilingue. On conseille en général les orateurs attiques : Pour l'invalide de Lysias par exemple.

  • GatienGatien Membre

    Après lecture de Salammbô de Flaubert, j'ai appris via internet que ce dernier avait puisé dans Polybe. Par curiosité j'ai traduit des passages de la Guerre des Mercenaires que j'ai trouvés sur internet. Voilà comment je me suis remis au grec trop longtemps oublié.

  • 16 sept. modifié

    Bonjour

    J'ai découvert il y a quelque temps une méthode de latin, Lingua latina per se illustrata, qui consiste en un livre entièrement en latin, dont la difficulté augmente à chaque chapitre. Il y a des petits exercices à la fin de chaque "leçon", et tout (jusqu'au vocabulaire et remerciements) est en latin. Je ne suis pas autodidacte, mais je voulais pouvoir comprendre un texte en latin sans me pencher sans cesse sur une grammaire et un dictionnaire. Je viens d'apprendre que la même méthode, appelée Alexandros, existe aussi en grec ancien. Cela pourrait peut-être vous intéresser, même si je suppose que les premiers chapitres vous paraîtront très simples, puisque vous avez étudié le grec. Il y a d'autres méthodes, et une explication (en espagnol, certes, mais j'habite Madrid, donc je n'ai pas recherché de site français le proposant) de ce manuel ainsi que des extraits des premiers chapitres, sur ce site: http://www.culturaclasica.com/lingualatina/linguagraeca.htm

    Et voici le titre et la référence du livre (le prix n'a probablement de valeur qu'en Espagne): ALEXANDROS. To Hellenikon Paidion   

    En espérant que cela intéressera quelqu'un

    Cordialement

    Margot

    PS: Je viens de découvrir qu'il n'a pas été publié en dehors de l'Espagne, mais on peut l'acheter sur internet, je crois.

  • GatienGatien Membre
    16 sept. modifié

    J'ai trouvé la page permettant de télécharger le PDF :

    [message édité, copyright]
    

    Sur ce site, le livre semble complet.

    Je vais regarder de quoi il retourne. Merci pour votre proposition.

  • De rien! J'espère que cela va vous aider

Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.