Fiches méthode Bac de français 2021

Bonjour / Bonsoir à tous .

J'ai un sujet de dissertation que je n'arrive pas à faire.

Merci de bien vouloir m'aider.

Sujet :

Tzvétan Todorov soutient :

"La littérature n'est pas une parole qui peut ou doit être fausse, à l'opposé de la parole des sciences ; c'est une parole qui, précisément, ne se laisse pas soumettre à l'épreuve de vérité ; elle n'est ni vraie ni fausse, poser cette question n'a pas de sens."

Cette conception de la littérature vous convient elle ?

Alors j'ai essayé quelque chose ..

Introduction :

À l'origine activité d'ordre esthétique , la littérature est au cœur des préoccupations dans le domaine intellectuel entre partisans et opposants à la forme. Pour sa part , Todorov soutient que la littérature est une fiction. Dans cette définition du statut de l'œuvre littéraire, peut on se contenter de sa dimension fonctionnelle ? Notre analyse de la question s'articulera autour de l'étude du caractère fictionnel de la littérature avant d'envisager une réflexion sur sa dimension réaliste et sociale.

Merci d'avance. :)

Réponses

  • La problématique roulant principalement sur une opposition entre la vérité et la forme, elle devrait être un peu explicitée.

  • "Il pose des problèmes.C 'est le seul message qu'il doit décemment délivrer. Il est évident que je préfère l'écrivain qui pose des problèmes à celui qui propose des solutions". Eugène Ionesco


    "Le romancier, le poète, le critique ... , leur métier est d'avoir question à tout, c'est de s'interroger, c'est d'interroger, c'est de mettre en question ce que personne ne songeait à mettre en question. Ils sont les grands poseurs de questions du monde". Claude Roy (Le Commerce des classiques)


    "Un livre doit remuer les plaies, en provoquer même. Un livre doit être un danger". Cioran


  • kamikazkamikaz Membre

    Bonjour , alors c'est bon pour l'introduction ?

  • Selon moi, l'introduction proposée ne cerne pas le problème soulevé par la citation.

  • kamikazkamikaz Membre

    Pourriez vous m'eclaircir un peu l'idée là dessus ?

  • florealefloreale Membre
    13 août modifié

    Ce qu'il faut "creuser" : contrairement à la science ... "ne se laisse pas soumettre à l'épreuve de vérité ; elle n'est ni vraie ni fausse"

    A voir peut-être avec "le mentir-vrai".

    https://www.cairn.info/revue-gestalt-2008-1-page-152.htm

  • Jean-LucJean-Luc Modérateur

    Bonjour,

    Todorov prétend que la littérature ne peut être appréciée à l'aune de la vérité scientifique.

    Pour rappel, cette "vérité" repose sur un cycle immuable : observation, hypothèse, expérience, vérification, loi.

    Est-ce à dire que la fiction littéraire, la mimesis n'a rien à voir avec la vérité ? La littérature a des affinités certaines avec les sciences humaines qui s'occupent d'une autre forme de vérité. De plus elle est un art.

    La vérité scientifique a pu fasciner des écrivains dans la seconde moitié du XIXe siècle dans la mouvance réaliste, je pense surtout à Zola qui a fait de certains de ses romans un laboratoire. A l'opposé d'autres, comme Baudelaire, ont dénoncé : "Mais il est une autre hérésie, qui, grâce à l’hypocrisie, à la lourdeur et à la bassesse des esprits, est bien plus redoutable et a des chances de durée plus grandes, — une erreur qui a la vie plus dure, — je veux parler de l’hérésie de l’enseignement, laquelle comprend comme corollaires inévitables l’hérésie de la passion, de la vérité et de la morale. Une foule de gens se figurent que le but de la poésie est un enseignement quelconque, qu’elle doit tantôt fortifier la conscience, tantôt perfectionner les mœurs, tantôt enfin démontrer quoi que ce soit d’utile. "

    Voilà les pôles de tension entre lesquels tu dois naviguer. Que recherches-tu en tant que lecteur ? Attends-tu une vérité de ce que tu lis et que tu savoures ? Et quel type de vérité ? Pour l'écrivain, écrire, c'est toujours vouloir partager une "vérité", sa vision des choses, son expérience, ses émotions... A ce titre sa production est appréciée selon sa pertinence et sa sincérité.

    Enfin un autre critère qui peut guider ta réflexion est celui de la vraisemblance.

    La difficulté de ce sujet est d'aborder tous les aspects contradictoires de la littérature : pas seulement le roman, mais le théâtre, la poésie, comment ne pas aborder les essais, la littérature engagée...?

  • kamikazkamikaz Membre
    13 août modifié

    Merci pour vos réponses.

    Je suis entièrement d'accord avec vous..

    Je ne recherche pas seulement la vérité , mais aussi les pistes pour faire mon développement..

  • kamikazkamikaz Membre

    Les théories contemporaines de la fiction, comme les poétiques de la Renaissance, privilégient une conception de la mimesis fondée sur la vraisemblance [...]

    https://journals.openedition.org/methodos/2428

  • JehanJehan Modérateur
  • kamikazkamikaz Membre

    Oui

  • JehanJehan Modérateur

    Et pourquoi l'as-tu posté ?

    Tu devrais essayer de mieux relire et de mieux comprendre les pistes qui t'ont déjà été données.

  • kamikazkamikaz Membre

    Ce ce que j'essaie de faire ..

  • kamikazkamikaz Membre

    Le mimétisme est sur le fait qu'il y ai des observations ..

  • Jean-LucJean-Luc Modérateur

    Bonjour,

    La fiction littéraire est paradoxale :

    • imitation et transposition de la réalité au moyen du langage,
    • et recréation d'une autre réalité conceptuelle et imaginaire.

    De ce fait elle ne peut prétendre à la "vérité" des sciences physiques car elle manipule et interprète ses observations. Elle relève du domaine de la subjectivité et non de l'objectivité.

    Regarde la préface de Pierre et Jean de Maupassant.


  • JocrisseJocrisse Membre
    15 août modifié

    Les énoncés qu'on peut produire s'agissant d'une oeuvre littéraire peuvent être vrais ou faux objectivement, en un certain sens du mot vérité.

    Par exemple, "Charles Bovary est un joueur de tennis professionnel" est faux. "Il est médecin" (officier de santé, exactement), c'est vrai. "Charles Bovary est gaucher" n'est ni vrai ni faux si Flaubert n'en parle pas du tout ou ne dit rien qui permette de le déduire (indirectement).

    Ceci bien sûr dans une oeuvre réaliste classique. Dans une oeuvre moderniste ou surréaliste, il peut arriver qu'un héros soit médecin dans une scène et tennisman dans le chapitre suivant, on ne s'attache pas forcément à la vraisemblance ou à la cohérence.

Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.