Bonjour !
Le forum sera indisponible dans la journée en raison d’une opération de maintenance.
Merci pour votre patience.

Sens de la citation "Mal nommer les choses, c'est ajouter au malheur du monde." — Forum littéraire

Grammaire française Participe passé

Bonjour,


Je souhaiterais comprendre le sens de cette citation et dans la mesure du possible avoir un exemple

le plus simple possible pour mieux saisir cette phrase .


"Mal nommer les choses, c'est ajouter au malheur du monde."

Albert Camus


merci d'avance

«1

Réponses

  • lamaneurlamaneur Modérateur

    Euh, qu'est-ce qu'on doit voir ?

  • JehanJehan Modérateur

    Tiens, la réponse d'Anne345 a disparu ?

    Je crois que c'était en rapport avec cette page :

    https://dicocitations.lemonde.fr/citations/citation-130147.php

  • Anne345Anne345 Membre

    Oui. Merci !

  • jeanetjeanet Membre

    bonjour,

    @Jehan

    Pouvez vous m'aider à comprendre le sens de cette citation ?

    merci d'avance

  • lamaneurlamaneur Modérateur

    Jeanet, avez-vous lu les explications données dans le lien cité par Jehan ?

  • Jean-LucJean-Luc Modérateur

    Bonjour jeanet,

    Pour ma part, j'interprèterais cette situation comme suit : Mal interpréter les événements et les propos, c'est risquer d'envenimer les relations.

  • jeanetjeanet Membre

    oui lamaneur j'ai vu le lien mais pas vraiment compris , je remercie par ailleurs

    bonjour Jean-Luc , votre interprétation me paraît assez juste

    merci

  • La suite n'est pas mal non plus : "...Ne pas nommer les choses, c'est nier notre humanité."

  • jeanetjeanet Membre

    Bonjour

    oui c'est pas mal en effet

    merci

  • nourmibnourmib Membre
    21 juil. modifié

    Toute interprétation erronée d'un propos peut conduire à des conséquences fâcheuses.

  • « Si les hommes définissaient les mots dont ils se servent, il y aurait moins de disputes »

  • "Ne pas nommer les choses, c'est nier notre humanité."

    => L'Humanité est née avec le langage.

    D'où l’importance (première partie de la citation) du sens des mots. D'où l’importance de la langue française. D'où mon effarement devant son appauvrissement et l'emprunt à des mots étrangers. Car c'est la perte de notre identité et un grand flou dans la jeunesse sur l'emploi de tel ou tel terme.

    Du reste, la Bible dit bien (je ne me rappelle plus le verset exact) que l'Homme nommera les arbres et les animaux...

    PS : Je n’interprète pas la Bible comme un récit littéral mais un symbole.

  • Jean-LucJean-Luc Modérateur
    22 juil. modifié

    Bonjour fandixhuit,

    19 L'Éternel Dieu forma de la terre tous les animaux des champs et tous les oiseaux du ciel, et il les fit venir vers l'homme, pour voir comment il les appellerait, et afin que tout être vivant portât le nom que lui donnerait l'homme.

    20 Et l'homme donna des noms à tout le bétail, aux oiseaux du ciel et à tous les animaux des champs; mais, pour l'homme, il ne trouva point d'aide semblable à lui.

    Ces versets se trouvent dans le deuxième récit de la Genèse.

    En effet nommer dans la Bible, c'est avoir le pouvoir sur ce qui est nommé, c'est pourquoi Dieu ne doit pas être nommé, ce serait avoir prise sur lui. Le tétragramme divin est remplacé par d'autres expressions lors de la lecture de la Torah par les juifs.

  • Merci. Donner son nom est une chose importante (même si nous ne sommes pas des dieux). J'hésite toujours à donner mon véritable prénom. J'ai un surnom, facile, derrière lequel mon vrai moi se cache, je pense. C'est personnel et intime, le prénom. Je crois au pouvoir des mots.

    Nommer une chose, c'est la faire exister.

  • Simon UASimon UA Membre

    Moi, j'ai toujours compris que ça voulait dire que si l'on identifiait mal un problème (généralement sociétal), on était incapable de le résoudre et que la situation risquait même de s'aggraver.

    Une explication très pratico-pratique...

  • lamaneurlamaneur Modérateur

    Je ne suis pas loin de cette explication. Par exemple, avoir cette langue de bois qui fait qu'on ne nomme pas certains problèmes ou ceux qui les causent peut entrainer des difficultés à résoudre lesdits problèmes. Mais c'est un sujet qui se prête à discussion, polémique et dérives !

    J'ajoute qu'une citation peut avoir eu un premier sens dans la bouche de son créateur et en avoir d'autres dans l'utilisation plus générale qu'en fait le public.

  • "Ce qui se conçoit bien s'énonce clairement"...

  • JocrisseJocrisse Membre
    8 août modifié


    En effet, ce qui conduit à un parallèle surprenant entre Dieu et Voldemort...

    Une des manières de contourner la difficulté est, chez les Juifs d'appeler Dieu "Le Nom" ha shem, par exemple l'expression "baruch ha shem" pour "grâce à Dieu".

    Autre solution, mais je crois que seuls les traditionalistes le font, déformer le nom, de manière à dire sans dire (ou mal nommer) : on remplace une lettre, au lieu de dire le vrai nom , elohim, on remplace le hè par un kaf, elokim.

    Précision : l'interdit de prononcer le nom ne vaut pas pour la prière, pour reprendre mon exemple : baruch ata Adonaï (grâce à toi, Dieu, début d'une prière), on prononce bien le vrai nom. Ce qui est interdit, c'est de L'invoquer en vain, à tort et à travers, comme quand on jure (nom de Dieu, etc.)

  • Jean-LucJean-Luc Modérateur

    Bonjour,

    Adonaï et Elohim ne sont pas le nom de Dieu, simplement un titre comme Seigneur (Dominus) dans la tradition latine. Seul le tétragramme est le nom que Dieu se donne à lui-même, il est dérivé d'une racine qui signifie être. Certains traducteurs l'interprètent comme "Je suis celui qui est". Ce nom désigne la plénitude de l'existence en Dieu.

  • Voir la problématique du pluriel pour Élohim :


Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.