Prépa littéraire Licence lettres modernes
Capes lettres modernes

Bonsoir!

J'ai beaucoup hésité avant d'écrire ce message car je crois que ma question pourrait sembler un peu bizarre, et puis, je ne me sent pas assez sur dans mon français écrit.. (je lis vigoureusement, mais je n'écris guere). Mais voici, je suis ici, en écrivant, donc j’essaierai de poser cette question avec tous les détails dont je crois d’être important.

Alors, je suis étudiante á la Hongrie (dans une lycée local), âgée de 18 ans, en commençant mon année terminale á Septembre. Je suis passionné de la philosophie, et étant donné que les parcours á la Hongrie sont rares est souvent très mauvais récompensées (malheureusement, la philosophie ou les sciences humaines n'ont pas trop de mérite ici...), je voudrais faire mes études á l’étrangère. Les deux choix 'plus populaires', donc les USA et l'Angleterre me semblent assez chers (les frais de scolarité y sont très élevés!), et en tout cas, j'avais toujours eu un attraction á la France en général (quant á la philosophie, á la pensée et penseurs français aussi), donc la France m'a paru comme un  destination naturelle.

Comme j'ai dit, j'aime bien la philosophie alors c'est le sujet que je veux y étudier. Je crois que choisir un prépa serait le meilleur décision á cause de ma situation financière: il y a de l'internat et puis, si on est admis á l'ENS, on peut profiter d'un remboursement mensuel. De plus, je veux devenir chercheur (oui, je sais, c'est assez loin), donc gagner le concours á l'ENS m'aiderait beaucoup... Tout ça est beau, mais j'ai quelque doutes:

  1. Premièrement, l'admission á CPGE. Il est possible d'une étudiant étrangère d’être admis á prépa? J'envisage un lycée prestigieux comme Henri IV ou Louis-le-grand.  Bien sur je ne veux pas y déposer un demande d'admission  sans avoir des résultats internationaux et nationaux assez bons. Quant á la lycée, mes notes sont toutes les meilleures que l'on peut obtenir ici.
  2. Ensuite, le concours. Si par quelque hasard je suis admis á n’importe quel prépa, il me reste 2 ans pour y préparer. Peut-on les passer sans avoir dépensé la plupart de ma vie á France et dans le système d’éducation française? 

J'espère que vous puissiez aider avec cette question-ci, dites-moi si je devrais y ajouter quelque chose.

Mots clés :

Réponses

  • mattlevmattlev Membre
    12 juil. modifié

    Salut,


    Il me semble assez difficile d'envisager pour toi de réussir un concours comme celui de l'ENS dans trois ou quatre ans. Tu seras forcément pénalisée par ton niveau de langue. Idéalement il te faudrait passer un an avant la prépa (renseigne toi sur la CPES par exemple) à ne travailler que le français: tu ne pourras pas mener de front ton perfectionnement de la langue et tout le travail demandé en prépa.


    Par ailleurs, il faut savoir que l'Université est dans une situation déplorable en France en sciences humaines et sociales (de même dans pas mal de sciences fondamentales, à un niveau moindre). Il y a peu, très peu de postes, et la probabilité d'en faire son métier est vraiment faible. De plus, la philo n'est pas la voie la plus facile dans ce monde. Je ne recommande pas de venir en France pour faire carrière dans les Lettres, à moins d'envisager une carrière dans le secondaire (collège, lycée).


    Si tu veux vraiment faire de la philosophie ton métier, va aux États-Unis. Renseigne toi un peu plus sur les bourses accordées, ou attends d'avoir ta licence avec un bon dossier pour postuler à un Ph.D, ce qui me paraît faisable, ou du moins plus accessible avec un bon dossier. Une fois prise, tu auras plus de chance d'arriver à faire carrière là-bas qu'en France (ou en Europe en général).

    Ou éventuellement, fais une prépa en France et postule aux USA.


    Je suis désolé de dire ça et de casser des espoirs probables: la France n'est plus un pays où l'Université compte (à moins de faire des sciences monnayables).

  • Bonjour,

    À tout hasard, j'ajoute ceci :

    J'ai fait mes études il y a longtemps et c'était des études scientifiques.

    1 Il y avait des étrangers en maths sup et spé.

    2 Aux concours des écoles d'ingénieurs, les étrangers avaient un supplément de points.

    Renseigne-toi là-dessus auprès des écoles qui t'intéressent.

  • ArtzArtz Membre

    Bonjour,

    En réaction à ton message et aux précédents, je dirais que : 1. la recherche en sciences humaines et sociales en France est effectivement mal en point ; 2. les chances d'accéder à l'ENS sont minces pour tout le monde, donc il ne faut pas compter dessus (ce qui, j'insiste, ne veut pas dire que vous ne l'aurez pas si vous décidez de le passer !).

    Etudier en France pour la licence (Bachelor) est malgré tout un moyen de ne pas payer trop cher. Vous pouvez ensuite basculer sur un autre système pour le master et le doctorat (je veux dire étudier en Angleterre, par exemple). Il y a des étudiants étrangers en classe préparatoire qui sont très bons mais, pour ceux que je connaissais, la plupart d'entre eux sont passés par le système français à un moment ou un autre.

    Je dirais qu'il y a deux questions que vous devez vous poser :

    • Vaut-il mieux aller en classe préparatoire ou à l'Université ?

    La classe préparatoire donne une culture et une rigueur méthodique solides, mais elles ne sont pas connues ni compréhensibles à l'étranger (je ne sais pas comment vous avez fait pour connaître ce système). Alors que, la Sorbonne (disons Paris 1 et Paris 4 en philosophie) est toujours reconnue à l'étranger. Donc, même si en France, la prépa est plus prestigieuse que l'université, si l'objectif c'est ensuite d'aller à l'étranger, ce n'est pas sûr que ce soit le meilleur choix.

    • Vaut-il mieux passer l'ENS en France ou depuis l'étranger ?

    Il existe un concours pour les étudiants inscrits à des universités étrangères. Le concours est très sélectif (je ne connais pas les statistiques), mais peut-être que ça vaut la peine d'y réfléchir. Je vous mets le lien : https://www.ens.psl.eu/en/academics/admissions/international-selection .

    Par ailleurs, votre français est tout à fait compréhensible, ce qui est très impressionnant de la part de quelqu'un qui vient d'une langue aussi lointaine que le hongrois et qui n'a jamais vécu dans un pays francophone, mais vous faites quelques petites fautes. Le système français est très sévère sur les fautes d'orthographe et de grammaire (et c'est stupide, je trouve) et ne prendra pas en compte votre nationalité (et c'est stupide aussi). Donc profitez bien de cette année de lycée pour perfectionner la langue !

    Désolé, nos messages ne répondent pas exactement à vos questions !


    Bon courage !

  • Bonjour,

    Quel plaisir de voir que d'autres étrangers sont intéressés au parcours CPGE! Je suis moi-même étranger et ai réussi le concours de la rue d'Ulm – et l'agrégation de Lettres – sans avoir suivi un parcours français avant le supérieur, c'est donc tout à fait possible, avec un travail sérieux et efficace.

    J'avais d'autres avantages – très fort en langues anciennes et je parlais une langue beaucoup plus proche du français que la tienne – mais tu écris très bien le français, avec quelques petites fautes d'expression –parfois quelques maladresses un peu plus graves – mais rien qui ne puisse être résolu en restant en France quelques mois. Je ne connais pas le niveau du secondaire hongrois, mais tu me sembles plutôt bien partie et la motivation est cruciale pour une réussite en CPGE.

    Concernant la recherche en LSH en France, je n'ajouterai rien : on a dit le fondamental et mieux que je n'aurais pu le faire.

    En concluant, fonce!!

Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.