Prépa littéraire Licence lettres modernes
Capes lettres modernes

Bonsoir,

voici une question qui me pose beaucoup problème et de réflexions, je vais en septembre rentrer en khâgne (deuxième année de classe préparatoire) en section A/L pour préparer le concours de l'ENS Ulm en spécialité histoire-géographie. Comme je sais que le concours est très difficile et que je suis en prépa de province donc les places sont peu nombreuses, je dois bien entendu envisager l'après du concours si au cas où je ne l'avais pas ou je le ratais, ce qui est tout de même face aux statistiques de sélection fort probable.

Bien que je comprenne que rien n'est joué et que je peux espérer une place car tout est possible, parfois quelques élèves réussissent dans mon lycée du Nord de la France à être pris, je réfléchis tout de même à l'après.

J'hésite toujours à faire une licence histoire ou géographie, je suis officiellement inscrit en majeure histoire donc licence histoire en L3 dans plus d'un an si ma deuxième année de prépa se passe bien.

Je sais également que je peux "cuber" mais au cas où je ne serai pas pris en 3e année de prépa pour retenter l'ENS, j'hésite entre plusieurs parcours. Je sais que la voie la plus utilisée est celle de l'université en 3e année de licence ou en première année de master si on cube, mais je me demandais si avec ma spécialité histoire-géographie en concours ENS-Ulm, je pouvais tenter une autre école qui correspond à mon cursus, j'ai entendu parler d'un master histoire à Science Po ainsi que d'un doctorat, je n'ai pas beaucoup d'informations, pouvez-vous m'éclairer ? J'aimerai ne pas être disons condamné à poursuivre ma scolarité en faculté et j'aimerai tenter de rentrer dans une école prestigieuse, même si je ne dis pas du tout cela de manière élitiste, mais je me demande simplement si un autre parcours est il possible dans la voie de l'histoire-géographie ? (hormis le journalisme)

Je vous souhaite une bonne soirée et un excellent début de vacances d'été !

Réponses

  • La fac est un lieu très bien ! D'ailleurs, le doctorat est le diplôme du troisième cycle dispensé par des...Universités ! Donc je te conseille vivement de mûrir un projet professionnel pour mieux diriger tes études!

  • mattlevmattlev Membre
    8 juil. modifié

    Salut,


    Avant de rater l'ENS, il s'agirait de présenter le concours !

    Tout d'abord, ton lycée d'origine ne doit pas être un frein à ton projet ou tes ambitions. Une des différences les plus importantes entre les étudiant.es des lycées réputés de la capitale et d'autres lycées à Paris ou ailleurs en France, c'est que les premiers savent qu'ils et elles peuvent intégrer (parce que c'est relativement normal, ou parce qu'ils ont des connaissance dans une ENS, etc), et qu'ils travaillent pour arriver à cela.

    Donc: c'est possible, il faut y croire, il faut travailler en fonction (beaucoup).

    Après, tout le monde ne part pas avec le même niveau, ça, c'est sûr. Tu peux essayer de te fixer un objectif dès maintenant, pour la khâgne et pour la khûbe: être admissible en khâgne, et admis.e en khûbe car certaines matières ne sont pas encore assez maîtrisées en fin de khâgne. Ça permet au moins d'avoir un horizon. Si tu es sérieu.se en khâgne, la khûbe est assurée. Ça devrait valoir aussi pour le passage de l'hypokhâgne à la khâgne. Les lycées qui n'appliquent pas cette politique sont à fuir.

    Que veux-tu faire dans l'avenir ? Est-ce que le métier de prof te plairait ?

    Si je peux donner mon avis (je le donne), faire une école prestigieuse sans projet d'études clair n'est pas forcément intéressant: il y a de très grandes chance d'être déçu à la fin. L'atout majeur des ENS étant d'un côté les quatre années de financement, ce qui permet de faire des études dans des conditions optimales (j'oserais dire: des conditions normales), et de l'autre la presque assurance pour les élèves normaliens d'avoir une bourse de thèse (ce qui est beaucoup plus difficile à obtenir dans l'Université: les bourses de thèses étant vraiment très rares à la fac, de l'ordre de 3 à 5 par ville et par école doctorale).

    En ce qui concerne la formation, c'est comme partout. Il y a de bons et de mauvais profs. Il y a souvent plus de choix car les ENS sont dans des grandes villes, donc pour décider où aller je comparerais plus le choix entre les différentes villes que ENS/Fac.

    Pour l'histoire-géo, tu peux penser à l'EPHE/EHESS.

  • JocrisseJocrisse Membre
    9 juil. modifié

    Avant de rater l'ENS, il s'agirait de présenter le concours !

    Ça me paraît important, de partir du plus simple : avant de dire qu'on a raté, il faut essayer. Ne pas se présenter étant la première manière de rater le concours. Il y en a d'autres, mais celle-ci est la plus sûre.

    Si, s'étant présenté au concours, on est refusé, que faire après cet échec ?

    Ben pleurer, en premier.

  • AscagneAscagne Membre
    12 juil. modifié

    J'aimerai ne pas être disons condamné à poursuivre ma scolarité en faculté et j'aimerai tenter de rentrer dans une école prestigieuse, même si je ne dis pas du tout cela de manière élitiste

    Il n'y a aucune "condamnation" dans le fait de poursuivre ses études à l'université. Il ne faut pas se faire une vision déformée de l'université. Attention aussi à cette tentation de réfléchir à une autre école avant de fignoler le projet d'études. Concernant le fait de khûber, je trouve parfois qu'on devrait inciter à un peu plus de prudence face à cette solution-miracle à la déception de la première tentative : je l'écris en tant que non-khûbeur progressivement convaincu que j'ai pris la bonne décision (l'entrée en master recherche m'a permis de découvrir ce qu'est vraiment l'université ; la fréquentation de khûbeurs déçus a dissipé une deuxième part de regret ; la confrontation à l'agrégation et la chance d'obtenir plusieurs contrats à l'université ont fait partir le reste).

    Donne-toi toutes les chances pour le concours dès maintenant. Ensuite, tu verras, mais essaie quand même aussi de réfléchir un peu à ton projet, sans pour autant tomber dans le syndrome très français du "une école avant toute chose" qui ne fonctionne pas en lettres et SHS.

  • Anne345Anne345 Membre

    L'EHESS ?

  • Est-ce qu'ils vous méritent ?

Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.