Prépa littéraire Licence lettres modernes
Capes lettres modernes

Bonjour à toutes et tous,

Afin que vous puissiez davantage comprendre pourquoi je suis perdue, j'aimerai vous raconter ma relation avec la littérature.

Disons que je ne me suis intéressée à la littérature que tardivement, lorsque je suis entrée au lycée. Avant cela, je n'envisageais pas d'étudier en Lettres, car les cours de français ne m'intéressaient pas spécialement. Je ne lisais pas. En seconde générale, je me suis rendu compte que je buvais les paroles de la professeure de français et que peu à peu, cette matière devenait mon cours préféré. Je cherchais à être la plus précise lorsque je rendais un commentaire de texte, à comprendre par quels moyens l'auteur faisait ressentir telle émotion au lecteur, j'éprouvais beaucoup de plaisir à écrire des travaux d'invention, etc. Sans pour autant apprécier lire les romans (j'aime malgré tout lire des pièces de théâtre, nouvelles, poésie... mais je ne lis pas en dehors des cours). En parallèle, j'ai pu m'inscrire à l'option théâtre de mon lycée et même constat : j'adorais cette matière. J'étais passionnée, au point que de devoir arrêter de suivre les cours de français en terminale m'attristait. J'avais de bons résultats (avec un loupé au bac écrit). Je me suis réorientée plusieurs fois au cours de ma courte vie et m'inscrivais toujours en faculté de Lettres sans jamais la choisir, je ne sais pas pourquoi.

Cette année, je me suis enfin orientée en licence de Lettres modernes (parcours écritures). J'ai de bons résultats (16) mais je n'ai pas l'impression d'avoir ma place dans cette licence. Il faut savoir que je me remets toujours en question, que je n'ai pas confiance en moi, et que je n'ai jamais l'impression d'avoir un bon niveau. De plus, je me sens incapable d'écrire un bon commentaire, d'une part car il y a toujours une limite de temps que je peine à respecter, et d'autre part car je ne saisi pas tout (en TD, j'ai l'impression de toujours dire des sottises, de ne pas comprendre l'essence même du texte).

Cela me tourmente de plus en plus, et j'ai besoin d'avoir un avis extérieur pour m'aider.

J'espère ne pas avoir été trop longue 😅 et vous souhaite une bonne fin de soirée !

Réponses

  • Bonsoir HelloBonjour,

    Eh bien, le meilleur test (nous ne sommes pas omnipotents), ce serait ce nous soumettre un de tes commentaires. Ou bien tu choisis un commentaire que tu n'as jamais fait et tu te donnes quatre heures pour le finaliser. Qu'en penses-tu ?

    Bon courage !

  • HapoHapo Membre

    Bonjour,

    Je pense que tes résultats parlent d'eux-mêmes, non ?

    Si tu as 16 de moyenne et si tu aimes ce que tu étudies, tu n'as pas à t'inquiéter, tu y as toute ta place.

    De plus, si j'ai bien compris, tu viens de finir ta L1. Tu as donc encore beaucoup de temps pour progresser.

  • HelloBonjourHelloBonjour Membre
    30 juin modifié

    Bonsoir fandixhuit

    Je peux, en effet, vous envoyer le dernier commentaire écrit que j'ai composé (sans limite de temps). Cependant, je ne sais pas si c'est nécessaire car j'ai déjà eu un retour dessus ! :)

    Merci pour votre réponse :)

  • AscagneAscagne Membre

    Bonsoir,

    En lisant votre message, je crois qu'il s'agit d'un problème de confiance en vous. Il est bénéfique de douter (un peu) et de se remettre en question, mais il faut contrôler cela parce qu'on peut facilement glisser vers un doute excessif et injustifié (j'écris cela en connaissance de cause).

    Concernant le commentaire composé, il n'y a pas vraiment de miracle : l'entraînement permet d'avancer et d'acquérir des automatismes. Il y a désormais une belle panoplie de livres qui peuvent aider à mieux maîtriser l'exercice et fournissent des exemples calibrés, peut-être peuvent-ils vous aider.

    Concernant les lectures, je suis un peu gêné quand vous écrivez que vous ne lisez pas en dehors des cours (ou peut-être ai-je mal compris : parliez-vous du lycée ?).

    Bonne soirée.

  • Bonsoir Hapo,

    Vous avez raison. Je trouve cette licence intéressante et enrichissante. Seulement, être une étudiante en Lettres et ne pas éprouver de plaisir lorsque je lis, me semble être un comble ! Surtout lorsque l'on se rend compte que le principal débouché après un master littéraire est le métier de l'enseignement. Il m'est difficile de m'imaginer obtenir le CAPES d'une part, et d'enseigner à des élèves une matière où il est nécessaire de lire des œuvres qui me sont inaccessibles...

    En outre, je ne sais pas encore ce que je veux faire plus tard.

    Merci pour votre commentaire qui me permet d'avancer :)

  • Bonsoir Ascagne,

    C'est fort probable en effet, et j'avoue être désabusée au sujet de l'orientation. Je suis passée d'une filière scientifique à littéraire, et me suis réorientée deux fois à la faculté !

    L'entrainement, maintenant que vous le dites, me semble la meilleure des solutions. Il ne manque plus qu'à trouver quelqu'un qui pourrait corriger.

    A propos des études, vous avez, à mon plus gros regret, bien compris. Il m'arrive de lire des oeuvres de mon côté, mais pas assez malheureusement. J'en suis consciente, mais je n'ai pas trouvé de solution...


    Merci d'avoir répondu à mon message :)

  • AscagneAscagne Membre
    30 juin modifié

    Ah, votre message précédent tempère mon impression de tout à l'heure, puisque vous évoquez l'impression que des œuvres vous sont inaccessibles et ne vous plaisent pas... S'agit-il des romans, dès lors que vous avez écrit plus haut que d'autres genres vous plaisent mieux ?

    La licence de lettres ne mène pas qu'à l'enseignement : il y a aussi d'autres débouchés comme les métiers du livre, et ce peut être une base pour se rediriger vers le journalisme, la communication, d'autres métiers de l'écrit.

    Pour l'enseignement primaire et secondaire, il faut au moins apprécier d'enseigner telle discipline, ou bien au moins aimer faire de la pédagogie auprès des enfants et des jeunes, sinon...

    Dans tous les cas, il ne faut pas oublier que les exercices universitaires que l'on travaille dans la licence de lettres (commentaire, dissertation, explication) sont formateurs pour le reste... même si l'on ne travaille pas très directement la synthèse dans la filière, alors que c'est quelque chose de très commun dans beaucoup de filières et de concours (de la fonction publique).

  • HelloBonjourHelloBonjour Membre
    1 juil. modifié

    Bonjour Ascagne,

    Il s'agit des romans (bien qu'il m'arrive d'en apprécier quelques-uns heureusement). Surtout lorsqu'ils font partie du courant littéraire du réalisme, ou du naturalisme. Les autres genres m'intéressent beaucoup plus. De même, j'ai l'impression de pouvoir entrer plus en profondeur dans l'analyse des textes quand ils sont plus courts, ou que la forme a une place est importante... Il va falloir que je me force, je pense.

    Oh oui. Je suis heureuse de l'apprendre ! Je vais me renseigner quant aux autres débouchés.

    Ce n'est pas faux. Actuellement je passe le BAFA et j'aime le contact avec les enfants. Même s'il ne s'agit pas du même métier, je me vois bien travailler avec eux. Le problème avec le master MEEEF, est qu'on se lance dans un cursus de plusieurs années, sans savoir si on est fait pour ce métier. J'ai entendu dire qu'il y avait plusieurs professeurs qui, après le CAPES, avaient découvert durant leur stage qu'ils n'aimaient pas du tout le métier : entre la théorie et la pratique, il y a un monde !

    Oui, vous avez raison. Tout n'est pas perdu. Savoir rédiger me servira forcément dans mon futur métier. Même s'il n'aura peut-être aucun lien avec la licence Lettres.


    Merci beaucoup d'avoir consacré autant de temps pour me lire et me répondre !

  • Le métier de prof est (était) une vocation. Tu as aimé une prof de français en seconde. Est-ce suffisant ? Aimes-tu écrire (journalisme - et encore pas facile ! - ) ? Pourquoi certaines œuvres te semblent-elles inaccessibles ? Manque de compréhesion ou d'intérêt ? Comprendre, on peut. S'intéresser, non.

    Excuse-moi d'être un peu dure, peut-être ? Mais j'ai appris que les meilleurs conseils provenaient de personnes (combien de profs de Fac, combien d'inspecteurs !) qui ne parlaient pas de langue de bois.

    Si tu le souhaites, tu peux m’envoyer en MP l'un de tes commentaires (même déjà corrigé). Courage ! 😊

  • AscagneAscagne Membre

    @HelloBonjour : Cependant, quand on fait le master MEEF, on passe par des stages dans le secondaire, donc on ne le découvre pas du tout en bout de parcours ! C'est cependant le cas si on s'engage sur un parcours de pure recherche puis le concours.

Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.