Grammaire française Participe passé

PhylooPhyloo Membre
25 juin modifié dans Langue française

Bonjour à tous !

je dois faire l'analyse morphologique du mot " abêtissement " , je ne sais pas vraiment quelle est la méthode à suivre pour faire cette analyse, si quelqu'un pouvait m'éclairer :)

j'ai pour le moment seulement eu l'idée de faire une segmentation du mot :

abêt / issement

abêt venant du verbe abêtir auquel on a ajouté le suffixe - issement.


Merci d'avance pour votre aide !!

Réponses

  • lamaneurlamaneur Modérateur

    Oui, et abêtir, ça vient d'où ?

  • PhylooPhyloo Membre

    abêtir vient de bête

    la segmentation serait donc :

    a / bêt / issement ?

  • lamaneurlamaneur Modérateur

    Je ne sais pas ce que les profs attendent de vous, mais peut-être faut-il illustrer un peu le sens des préfixes et suffixes qui interviennent ici, par exemple en proposant des constructions semblables à abêtir, abêtissement.

  • PhylooPhyloo Membre

    Le prof nous demande de présenter la méthode d’analyse morphologique et d'identifierez les unités linguistiques isolées ^^

    avec la segmentation je dirais que :

    • a est un préfixe qui est utilisé pour donné une signification négatif, on peut prendre comme exemple la construction affaiblir / affaiblissement
    • que - issement est un suffixe, mais je ne sais pas vraiment quoi dire dessus


    je ne comprends pas ce qu'il entend par " unités linguistiques isolées " est ce qu'il s'agit des préfixes / suffixes ?


    Je suis un peu perdue 😅

  • lamaneurlamaneur Modérateur
    25 juin modifié

    a est un suffixe d'origine multiple. Quand il vient du grec, il a souvent un sens négatif, comme dans athéisme, analphabete, etc.

    Mais ici, le mot "bête" n'a rien de grec. Le suffixe est le même que dans des verbes comme agrandir, anéantir, affadir, ... Trouves-tu un sens négatif dans ces verbes par rapport à la racine ? Réfléchis et donne une autre explication.

    Sur -issement, il n'y a pas grand chose à dire, si ce n'est que c'est le suffixe normal servant à former des noms à partir de verbes en -ir ; agrandissement, anéantissement, affadissement, et bien sûr aussi pour des verbes en -ir qui ne commencent pas nécessairement par le préfixe a- : jaunissement, vieillissement...

  • JehanJehan Modérateur
    25 juin modifié

    Abêtir, affaiblir agrandir, anoblir...

    Le préfixe d'origine latine a- n'a pas un sens négatif.

    Il sert à former, à partir d'adjectifs, des verbes du 2e groupe ayant le sens de "rendre", "faire devenir"...

    Abêtir, c'est rendre bête. Affaiblir, c'est rendre faible. Agrandir, c'est rendre grand. Anoblir, c'est rendre noble.


    a- préfixe

    -bêt- radical (adjectif bête)

    -issement : suffixe servant à former des noms d'action ou d'état à partir de verbes du 2e groupe.

    L'abêtissement, c'est l'action de rendre bête, ou l'état de celui qu'on a rendu bête...

    Formation analogue pour : affaiblissement, agrandissement, anoblissement...

  • PhylooPhyloo Membre

    Merci pour vos réponses !!

    J'ai mieux compris grâce à vous et réussis à répondre à ma question 😄

  • JehanJehan Modérateur
    25 juin modifié

    Mais ici, le mot "bête" n'a rien de grec.

    Remarque, les mot "pesanteur" "sexué" et "social" non plus...

    Ce qui n'empêche pas de former "apesanteur", "asexué" et "asocial" avec le préfixe privatif grec.

    On dira que ce n'est pas lui dans "abêtir" parce que le mot ne signifie pas "priver de bêtise"...😉

  • lamaneurlamaneur Modérateur

    La remarque est pertinente et il est dommage de trouver apesanteur à côté de appesantir ! De toute façon, ceux qui ont forgé le mot apesanteur (en 1961, apparemment, nous étions nés et aurions dû protester !) n'ont pas vu plus loin que le bout de leur nez et n'ont pas songé aux confusions multiples qu'entraînerait à l'oral "l'apesanteur" qui ne se distingue pas de "la pesanteur". Comme le remarque le TLFi :

    Rem. 1. Le mot semble perdre du terrain au profit de son concurrent non-pesanteur. Ce dernier, qui s'inscrit dans la série des très nombreux composés en non-, permet de lever l'ambiguïté phon. l'apesanteur/la pesanteur. Déf. Lang. fr., avr. 1966, no32, pp. 39-40, avait proposé de remplacer, sans succès semble-t-il, apesanteur par impesanteur.

    Du reste, tous ces mots modernes que tu cites qui utilisent le préfixe grec privatif sont des monstres modernes !

  • JehanJehan Modérateur

    Tout comme automobile ou hydrofuge, parmi des tas d'autres...

  • lamaneurlamaneur Modérateur

    Oui, télévision.

  • JehanJehan Modérateur

    Mais ce ne sont pas là des "monstres" bien méchants.

  • lamaneurlamaneur Modérateur

    Non, mais ils pervertissent les intuitions étymologiques des jeunes esprits.

  • Oh, Lamaneur... "les intuitions étymologiques des jeunes esprits", mais que j'aime ça ! Il faudrait ouvrir une discussion sur nos plus belles phrases... 👍️

Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.