Grammaire française Participe passé

AichaAicha Membre
22 juin modifié dans Langue française

Qu’appelle-t-on attitude normative ? À quelle autre attitude à l’égard de la langue s’oppose-t-elle.

Réponses

  • TheRedRoomTheRedRoom Modérateur
    22 juin modifié

    "Normatif", c'est lorsqu'on édicte une norme ("il faut faire ainsi", "on doit faire cela"...). Dans le cadre de la linguistique, on définit souvent ainsi les grammaires qui édictent des règles. Par exemple, l'Académie française a une démarche normative.

    Pour ce qui est de son opposé, ça dépend un peu du contexte... Votre message ne nous aide pas beaucoup. J'ai l'impression qu'on nous jette en pâture quelques mots en attendant qu'on fasse votre travail à votre place. De quoi s'agit-il ? D'un sujet d'examen ? On a l'impression qu'on cherche à vous faire réciter un cours où on aurait expliqué deux attitudes opposées vis-à-vis de la sociolinguistique, mais si personne sur ce forum n'a appris votre cours, personne ne saura vraiment vous répondre.

    J'aurais tendance à penser à l'attitude explicative, qui ne s’intéresse pas à ce qui est correct ou pas, mais plutôt à retrouver les mécanismes mentaux sous-jacents qui sont à l'œuvre dans tel ou tel fait de langue.

  • AichaAicha Membre

    Bonjour,

    c’est effectivement un sujet d’examen. Et j’aimerai avoir quelques réponse afin de bien rédiger m’a dissertation

  • JehanJehan Modérateur
    22 juin modifié

    Et j’aimerais avoir quelques réponses afin de bien rédiger ma dissertation

    La réponse de TheRedRoom devrait déjà t'aider un peu.

    "Attitude explicative"... Ou peut-être "attitude descriptive".

    https://arlap.hypotheses.org/6761

    Tu n'as eu aucun cours à propos de ces notions ?

  • JocrisseJocrisse Membre
    22 juin modifié

    Je pense aussi - sans rien savoir techniquement là-dessus - que "descriptif" est plus juste qu'explicatif. On n'explique pas aux gens ce qu'ils doivent dire, on se contente d'observer l'état de la langue comme il est, ce qui se dit ou ne se dit pas chez les locuteurs (ou les auteurs) qui existent, les usages, sans s'embarasser de la question de savoir s'ils sont légitimes ou non dans l'absolu ou par rapport aux prescriptions de Vaugelas ou d'un autre.

    J'ai vu ailleurs une conversation sur "malgré que" : c'est pas beau, c'est pas propre, faudrait pas le dire, c'est condamnable, et l'Académie condamne. Mais tout le monde le dit (Proust compris, je l'ai vu plusieurs fois chez lui) ; on note simplement que ça existe et l'on oublie les maîtres d'école et les censeurs.


    Poursuivant cette idée, on peut d'ailleurs se demander si la vérité est autre chose qu'une erreur suffisamment répétée. Si le français, par exemple, ce n'est pas des fautes de latin devenues tellement populaires qu'on a oublié que ce sont des fautes.

  • JehanJehan Modérateur
    22 juin modifié

    Par "explicatif", TheRedRoom ne voulait pas dire que ça explique aux gens ce qu'ils doivent dire (ça, ce serait plutôt "normatif"). TheRedRoom a en effet écrit :

    J'aurais tendance à penser à l'attitude explicative, qui ne s’intéresse pas à ce qui est correct ou pas, mais plutôt à retrouver les mécanismes mentaux sous-jacents qui sont à l'œuvre dans tel ou tel fait de langue.

    Quant à malgré que, il est depuis belle lurette entré dans l'usage et les dictionnaires, et cette locution conjonctive n'est plus considérée comme foncièrement incorrecte, sauf par des puristes de moins en moins nombreux... Voir cette discussion :


  • LaoshiLaoshi Membre

    Je découvre que je fais partie des puristes de moins en moins nombreux.😂

  • Pour ceux que ces thèmes intéressent, je conseille la chaîne youtube de Linguisticae, ses vidéos sont de grande qualité. Il y a aussi le livre de Laélia Véron et Maria Candea Le Français est à nous !, il est vraiment passionnant.

  • JocrisseJocrisse Membre

    Merci, j'y vais de ce pas. N'y avait-il pas aussi un livre, de Duneton peut-être (?) affirmant que les fautes de français n'existent pas ?

  • JehanJehan Modérateur
    23 juin modifié

    J'ai trouvé un titre approchant... Mais j'ignore si c'est vraiment grammatical, l'auteure semblant plutôt portée sur l'ésotérisme, si j'en crois ses autres ouvrages :

    https://livre.fnac.com/a55876/MARGUERITE-SURANY-DE-Les-fautes-d-orthographe-n-existent-pas

  • JocrisseJocrisse Membre
    24 juin modifié

    Je viens de voir une recension sur le Net, l'exemple de "pallier à" (transitivité ou pas) me rappelle vaguement quelque chose, mais je me demande si je n'ai pas "collé" un autre souvenir. Quoi qu'il en soit, je ne me souviens pas d'ésotérisme, mais d'une discussion linguistique en règle. Et j'ai pensé à Duneton car je crois me souvenir que l'idée était de fustiger l'arrogance parisienne, qui fait qu'au delà de la porte d'Orléans, on n'est plus vraiment en France. Extra periphericum nulla salus, voyez ? Ou "vérité au-deçà de la rue des Pyrénées, erreur au-delà."

    Ca doit traîner dans l'enfer de ma bibliothèque, mais je n'ai pas réussi à remettre la main dessus. Bref, elle voulait protester contre le fait que trois ou quatre germanopratins instituent leur patois en norme universelle.

  • lamaneurlamaneur Modérateur

    Je me rappelle le livre d'Orlando de Rudder (Le français qui se cause, splendeur et misères de la langue française) qui avait fait un certain bruit à l'époque (1986) et qui prenait -- entre autres -- la défense de "malgré que". Il s'était fait remarquer à Apostrophes en janvier 1987, avec une certaine arrogance, et avait réussi à décontenancer Pivot !

  • lamaneurlamaneur Modérateur

    Pour Aïcha, regardez sur la Toile ce qu'on dit de la Grammaire des fautes de Henri Frei, un ouvrage assez pionnier en la matière.

    Voir par exemple


Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.