Grammaire française Participe passé

MouhoubMouhoub Membre
6 juin modifié dans Langue française

Bonjour . J'ai lu une fois , qu'il est incorrect d'écrire sus cité pour faire allusion à ce qui est écrit plus haut car le préfixe sus voudrait plutôt dire en plus donc en trop et je trouvais cette explication cohérente . Et qu'il est plus juste d'écrire ci-dessus cité. je n'arrive plus à retrouver où j'ai lu ça et je souhaite l'avis de tout le monde.

Réponses

  • lamaneurlamaneur Modérateur

    C'est exact. Il faut écrire "ci-dessus cité" ou "cité ci-dessus", voire "cité supra, ci-haut, plus haut, ..."

  • MouhoubMouhoub Membre

    Oui,merci mais je voudrais trouver une règle , car certains de mes contradicteurs m'ont sorti le dictionnaire qui donne le synonyme de ci-dessus à sus-cité.

  • JehanJehan Modérateur
    6 juin modifié

    le préfixe sus voudrait plutôt dire en plus

    Ce qui veut dire "en plus", c'est l'expression en sus.

    Mais le préfixe sus- vient du latin sursum , qui signifie au-dessus.

    C'est lui qu'on emploie dans susdénommé, susdit, susmentionné, susnommé, susvisé.

    Mais on n'emploie pas suscité dans le sens de "cité au-dessus", à cause de la confusion possible avec le participe "suscité", qui veut dire "provoqué", "déclenché".

    On trouve cependant, pour éviter la confusion, l'écriture sus-cité avec trait d'union.

    Mais il vaut mieux l'éviter. On peut dire précité.

  • MouhoubMouhoub Membre

    Et si on emploie sus-cité (avec trait d'union) dans l'écrit en remplacement de ci-dessus cité, est-ce juste ?. Merci.

  • JehanJehan Modérateur

    Cette écriture se rencontre parfois.

    Mais elle ne figure apparemment dans aucun dictionnaire (sauf dans le Wiktionnaire, qui ne cite pas ses sources) .

    Donc, il vaut mieux l'éviter, et utiliser précité ou cité plus haut, qui sont moins ambigus.

  • MouhoubMouhoub Membre

    Merci

  • lamaneurlamaneur Modérateur

    Oui, l'Académie dans son édition précédente indique à "sus" :

    Sus entre dans la composition de certains mots, avec le sens de Ci-dessus. Sus-allégué, sus-énoncé, sus-visé. Les principaux des mots ainsi formés se trouvent à leur rang alphabétique.

    Mais elle ne mentionne pas "sus-cité" pour les raisons déjà invoquées.

    Voici quelques exemples d'utilisation, dont certains sont anciens : (1) (2) (3).

    Cela dit, même susmentionné, pourtant mentionné... ci-dessus n'a pas toujours eu bonne presse :


    Mais à l'inverse, un auteur en 1862 aurait voulu que l'Académie accueille plus largement tous ces mots en "sus-", dont "sus-cité" :


  • MouhoubMouhoub Membre
    6 juin modifié

    Merci, je vais continuer de ne pas l'utiliser . Sincèrement l'explication que ça a un sens de "cité en plus" est depuis si longtemps dans ma tête qu'elle ne sortira pas si facilement même si on m'a sorti cette définition dans le Wiktionnaire. Tant pis pour ceux qui ne veulent pas comprendre.

  • ricardoricardo Membre

    Il y a aussi "ci-devant", mais ça fait un peu vieillot ou acte notarié. De l'époque où devant signifiait 'avant', je pense.

  • JehanJehan Modérateur
    6 juin modifié

    De toute manière, les adjectifs en sus-, eux aussi, font pas mal "acte notarié"...

  • Bonsoir ou bonjour Ricardo,

    "Ci-devant", ça fait un peu révolutionnaire, non ?

  • Oui, Hippocampe mais il semble que l'expression ait été utilisée avant la Révolution. Mais je ne vois pas dans quelles conditions et j'ai la flemme de chercher.

  • HippocampeHippocampe Membre
    7 juin modifié

    Lamaneur, le champion des vieux textes, nous éclairera peut-être.

  • lamaneurlamaneur Modérateur

    Littré en montre des exemples prérévolutionnaires, où "ci-devant" est adverbe :

    Rien n'était plus important [que de se cacher de la cour], pour les raisons que vous avez vues ci-devant, Retz, IV, 231.

    J'admire qu'il ne se soit ci-devant trouvé personne qui ait remarqué, Descartes, Fœtus, 2.

    Ceux qui ont ci-devant recherché la vérité, Descartes, Méth. 2, 11.

    Je ne pense ni plus ni moins à votre sœur que ci-devant, Bossuet, Lett. abb. 35.

    Voir aussi par exemple :

    Mais l'emploi en tant que substantif doit dater de la Révolution.

  • JehanJehan Modérateur
    7 juin modifié

    Voir également :

    https://www.cnrtl.fr/definition/ci-devant

    En fait, l'adjectif, quand il qualifie un nom de personne, est peu ou prou l'équivalent du préfixe ex- : un ci-devant marquis est un ex-marquis...

  • lamaneurlamaneur Modérateur
    7 juin modifié

    adjectif ou adverbe : un précédemment/auparavant marquis ?

  • JehanJehan Modérateur
    7 juin modifié

    On dira un adjectif modalisant, selon la nomenclature de la grammaire Riegel.

    Les adjectifs dans : un ci-devant marquis, un ancien policier, l'actuel président, mon futur mari, le prochain locataire, un vague cousin, un pur mensonge, un simple regard, un fichu état, etc. ne sont ni qualifiants ni relationnels. Ils sont modalisants.

  • lamaneurlamaneur Modérateur

    Ci-devant est quand même un peu spécial comme adjectif. Outre qu'il ne prend pas l'accord, il ne peut pas s'utiliser comme attribut.

  • JehanJehan Modérateur

    Ne pas pouvoir s'utiliser comme attributs à moins d'altérer le sens , c'est aussi, en général, le cas des autres adjectifs modalisants et des adjectifs relationnels.

    Quant aux adjectifs transfuges d'une autre classe grammaticale, ils sont volontiers invariables : des chaussures marron, les roues avant...

    Mais il est vrai qu'avec les adjectifs modalisants, il y a en général un adverbe sous-jacent.

    un sacré farceur - On ne peut dire en gardant le sens : *Ce farceur est sacré, mais on pourra dire : Il est sacrément farceur.

    l'actuel président - On ne peut dire : *Le président est actuel, mais on pourra dire : Il est actuellement président.

    Etc.

Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.