Prépa littéraire Licence lettres modernes
Capes lettres modernes

Bonjour,

Ancien diplômé de philosophie, âgé de 36 ans, je songe à reprendre des études de philosophie pour passer l'agrégation. Je ne suis pas super épanoui dans mon job actuel, et j'aimerais pouvoir réaliser ce dont j'ai toujours rêvé en tant qu'étudiant, mais que je n'ai jamais fait, certainement par peur de l'échec et manque de confiance en soi.

J'ai déjà un MASTER 1 de philosophie. J'envisage de me mettre en disponibilité pendant deux ans pour préparer le concours. Comme je suis déjà fonctionnaire (non du corps enseignant), il me semble pouvoir le passer en interne.

Est-ce que certains d'entre seraient déjà passés par là? Quels conseils auriez-vous, notamment en termes de formation à distance ou d'établissements où s'inscrire? J'ai repéré le collège Sévigné: une bonne idée?

Merci d'avance pour vos retours d'expérience/suggestions/conseils!

Mots clés :

Réponses

  • JocrisseJocrisse Membre

    J'ai connu le Collège Sévigné mais il y a trop longtemps pour que ce soit signifiant aujourd'hui : du boulot sérieux, pas donné mais pas scandaleux pour les tarifs.

    Je vais répondre plus au titre qu'à votre intervention, la question des 36 ans.

    Toutes choses égales par ailleurs, il y a entre 22-25 ans et 36 ans un peu plus de dix ans, mais dix années qui sont souvent les plus actives dans une vie, où on prend un certain nombre de décisions - bonnes ou mauvaises et chacun pourra les classer selon son vécu - comme prendre un travail, un mari ou une épouse, faire des gamins, avoir des activités associatives, ou sportives, etc. Tout ceci étant, comme on dit aujourd'hui, très "chronophage".

    On peut se désabonner du club de tennis, ne pas renouveler son mandat au Comité directeur du Parti du Centre de François Bayrou, se mettre en disponibilité si votre boulot ou statut vous le permet, pour la famille et les amis, c'est moins simple.

    J'ai connu personnellement un cas de divorce pour cause d'agrégation. Je n'ignore pas que c'est le genre de choses où il est difficile de démêler la cause et le prétexte et je ne conclus rien de général....mais quand même.

    Pour finir, il n'est peut-être pas complètement inutile de rappeler que ce qui peut - je dis "peut" - être une difficulté pour un homme devient quasi mission impossible pour une femme. Le papa distant, toujours occupé, délaissant la vie de famille est une image sympathique ou qu'on peut rendre telle, c'est un homme, vous comprenez, il existe pour la transcendance, le dépassement, la création, etc., cependant que la femme est une mère, confite dans la chaleur, la moiteur, l'immanence. En prenant de telles distances, elle offense à la fois Dieu, la Nature et les Hommes. Dès lors, rien ne peut plus la sauver.

  • Anne345Anne345 Membre
    24 mai modifié

    Je ne comprends pas le but du couplet sur l'âge. Plilian n'aurait pas vécu avant le passage de l'agrégation ?

    Par contre je comprends bien l'horrible sexisme de la fin de l'intervention de Jocrisse.

  • LaoshiLaoshi Membre

    Je ne suis pas super épanoui dans mon job actuel...

    Je suppose que c'est un euphémisme et qu'en réalité, ton job actuel est un enfer.

    Sinon, veille à ne pas trop idéaliser le job du professeur de philosophie...

    Cela étant, se reconvertir à trente-six ans ne me semble pas incongru, du moins si tes résultats en philosophie étaient très bons, car le concours demeure difficile ; et deux ans de disponibilité devraient te donner le temps de préparer le concours.

    Je ne connais le Collège Sévigné que de nom. Certains passent aussi par le CNED que je connais mieux, mais pas en philosophie. (Ce sont souvent des enseignants déjà en poste)

  • ScaraBScaraB Membre

    Bonjour,

    Il semble qu'on peut bien passer l'agrégation quand on peut justifier de 5 ans de métier en temps que fonctionnaire (en tant que professeur ou dans l'administration) et si on est titulaire d'un master.

    Il y a le CNED qui propose une formation en interne et en externe. Pour avoir vérifié, la formation (en externe) coûte aux alentours de 600 euros, c'est peut-être à peu près pareil pour l'interne.

    Je ne connais pas cette préparation mais la plateforme du CNED (je suis mes cours de grec ancien et d'allemand dessus) et il faut savoir que les bugs sont parfois fréquents, puis qu'on n'a pas toujours un interlocuteur très disponible pour nous aider (en grec ancien, ça va, ceci dit). Neanmoins, si quelqu'un a des retours précis sur la préparation agregation du Cned, ça m'intéresse aussi.

    Par contre, le propos de @Jocrisse , j'ignore à quel degré le prendre : s'agit-il d'une critique de la distinction sexiste que l'on émet lorsqu'un homme et une femme s'adonnent à leur travail en priorité ? Ou va-t-il dans le sens de cette distinction ?

  • LaoshiLaoshi Membre

    Je ne crois pas qu'il aille dans le sens de cette distinction. Sinon, il va se faire lapider.

  • HippocampeHippocampe Membre
    24 mai modifié

    Jocrisse : c'est un homme, vous comprenez, il existe pour la transcendance, le dépassement, la création, etc., cependant que la femme est une mère, confite dans la chaleur, la moiteur, l'immanence. En prenant de telles distances, elle offense à la fois Dieu, la Nature et les Hommes. Dès lors, rien ne peut plus la sauver.

    Tu as fumé quelque chose de spécial ?

    J'ai connu une dame qui, alors qu'elle avait plusieurs enfants en bas âge, s'est remise aux études et a obtenu l'agrégation d'histoire.

  • AmmyAmmy Membre
    24 mai modifié

    C'est moi la "dame" !😀 Mais en lettres...

    Je pense que Jocrisse était satirique, et je confirme en effet que j'ai parfois ressenti autour de moi à l'époque les opinions caricaturées par Jocrisse ! Bien sûr jamais aussi explicites.

  • Plilian, rien n'est impossible. Après avoir enseigné l'allemand durant une vingtaine d'années, j'en ai eu assez. A plus de quarante ans donc, j'ai pris une année congé-formation, me suis inscrite en fac de Lettres pour une licence de lettres modernes (direct en année de licence - cours EAD ) et IUFM pour CAPES interne. Je travaillais toute la journée mais ce fut, je crois, la plus belle année de ma vie ! On comprend tellement mieux à 40 ans qu'à 18 ans !

    Bon courage !

  • JocrisseJocrisse Membre
    24 mai modifié

    Je n'ai aucun goût ni vocation au martyre. Plutôt vers l'humour et le second degré. Le souci, c'est qu'à l'écrit, cela passe moins facilement qu'à l'oral (où on peut sourire, jouer avec le ton de sa voix le regard, etc). J'essaye de le faire sentir par la caricature et certaines tournures de phrase (comme la grandiloquence, des expressions comme "vous comprenez", les majuscules, etc.), mais il y aura toujours des gens auprès de qui ça ne passe pas.

    Ce n'est pas moi qui suis sexiste, c'est la réalité qui l'est. Ce que je peux comprendre, c'est que ceux - en l'occurrence celles - qui sont victimes de la discrimination que je pointe ne trouvent pas ça drôle. Mais s'il faut attendre que la réalité soit drôle pour pouvoir rigoler un peu, c'est pas souvent qu'on va se marrer. (A condition que cela ait du sens).

    Ceci pour servir de palinodie auprès de ceux que ces propos auraient pu blesser sincèrement.


    PS : le choix de mon surnom, à part un vague jeu de mots sur mon patronyme, participe du même genre d'ironie, mais je peux comprendre que certaines le prennent maintenant au pied de la lettre !

  • lamaneurlamaneur Modérateur

    Il est exact que les forums sont souvent source de malentendus, d'incompréhension, de vexations, et cela peut parfois dégénérer en querelles.

    Pour moi, l'ironie de ton message était évidente, mais ça ne l'était pas forcément pour tout le monde ; du coup, effectivement, tu te retrouves à illustrer le pseudonyme que tu t'es choisi : pour ceux qui l'ignoreraient, Jocrisse est particulièrement l’incarnation populaire de la niaiserie et de la maladresse.

    Je trouverais cependant dommage que tu changes ton style ; cela fait du bien de cultiver le second degré dès lors qu'il n'y a pas de méchanceté.

  • Anne345Anne345 Membre

    Quelqu'un pour m'expliquer où est l'humour ?

  • Theriakos96Theriakos96 Membre
    24 mai modifié

    " Le papa distant, toujours occupé, délaissant la vie de famille est une image sympathique ou qu'on peut rendre telle, c'est un homme, vous comprenez, il existe pour la transcendance, le dépassement, la création, etc., cependant que la femme est une mère, confite dans la chaleur, la moiteur, l'immanence. En prenant de telles distances, elle offense à la fois Dieu, la Nature et les Hommes. Dès lors, rien ne peut plus la sauver."


    Ce qui précède est de toute évidence ironique : personne ne dirait de telles choses aussi ouvertement => hyperbole comme marqueur de l'ironie : une mère confite dans la chaleur, la moiteur, l'immanence est un climax qui indique clairement que l'auteur est en train de moqueur une pensée qui lui est étrangère. Contrairement, l'anticlimax "elle offense à la fois Dieu, la Nature et les Hommes" affiche l'inanité de ceux qui pensent de telle choses, en inversant l'échelle habituelle des valeurs de ceux qui partagent ces idées (Dieu étant au sommet).

    Est-ce davantage clair? (ma démonstration n'est pas exhaustive, hein)!

  • JocrisseJocrisse Membre
    25 mai modifié

    Puisque la question de fond, le rapport concours/vie familiale ne semble pas intéresser, ou moins que le ton de mon intervention, j'ajoute que ce qui choque permet de laisser passer, comme une lettre à la poste et sans susciter la moindre réticence, d'autres aspects, comme le témoignage de mon immense admiration pour François Bayrou... Et je m'iinterroge sur les modes d'interprétation de ceux qui n'aperçoivent pas qu'il y a anguille, là. Et les anguilles, normalement, ça fait venir aussi les puces (à l'oreille). La Fontaine aurait pu l'illustrer : la puce et l'anguille, ça pourrait être une fable.

    Qu'on ne se méprenne pas : je n'ai rien contre le sérieux, n'est-ce pas, mais si on veut être sérieux, faut l'être vraiment, jusqu'au bout.

    Et sérieusement, est-ce que je dois entendre que j'aurais évité les accusations de machisme si je n'avais rien dit touchant au fait que pour les femmes, passer l'agreg à 40 ans, ce sera plus dur ? Ne pas parler des injustices, c'est une forme de "féminisme", dois-je croire ?

    Et le pire, quand on se permet de ridiculiser les "raisons" de ceux qui les trouvent normales(les inégalités, je veux dire) ? Qui vont se réfugier derrière la volonté divine ou la prétendue nature pour légitimer des réalités beaucoup plus sales ?

  • Melo10Melo10 Membre

    Bonjour Plilian,

    J'ai actuellement 39 ans, et, il y a deux ans, j'ai eu exactement le même projet que vous ! Projet qui n'a malheureusement pas abouti (j'ai appris énormément de choses, mais je n'ai pas eu le concours). Pour le moment, en tout cas. Mais, par ce message, je ne veux surtout pas vous décourager ! Les jeunes de 23 ans qui passent ce concours sont clairement avantagés par leur formation récente et leur habitude de la dissertation, mais c'est aussi vrai qu'à 35 ou 40 ans on a plus de maturité dans la réflexion et on comprend plus vite certaines choses... En tout cas, n'hésitez pas si vous voulez échanger.

Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.