Voici un de mes textes, j'aimerais votre opinion.

Tout est dans le titre, je vous donne le texte :
Nous étions une trentaine de personnes dans cette marche qui semblait ne jamais vouloir s’achever. La tristesse m’avait gagnée depuis longtemps et ne faisait que s’amplifier à chaque pas. Je n’avais de cesse d’essayer de reconstituer les raisons ayant amené cette avancée ténébreuse ; tout était si confus…

Nous continuions à marcher. Derrière moi, tous étaient accablés de chagrin ; tous sauf certains, trop fiers, qui restaient de marbre, le corps droit, d’un pas qui se voulait assuré, mais dont le regard recelait un désarroi tout aussi important que les autres. Las ! Et moi dont le chagrin étais sans doute bien plus sérieux, je ne songeais qu’aux circonstances qui m’ont amené ici, dans cette sombre procession. Mais qu’est-ce qui m’arrivait?

Finalement, après quelques minutes interminables (j’avais regardé ma montre car je n’avais plus vraiment la notion du temps) nous arrivâmes dans un endroit lugubre rempli de grosses pierres sculptée et alignée au garde-à-vous qui nous accueillait sinistrement. Nous nous arrêtâmes. Machinalement, j’observais les quatre personnes devant moi ; elles déposaient la lourde charge qu’elles portaient depuis le début de la marche. C’était ma mère. C’était la première fois que j’entrais dans un cimetière.

Réponses

  • Bien qu'il y ait quelques fautes d'orthographe, j'aime beaucoup.
  • ENSENS Membre
    Pas si mal, mais beaucoup trop de subordonnées relatives à mon goût (qui ... , dont ...) et la fin du premier paragraphe est - toujours à mon humble avis - complètement à revoir (en gras ce qui me choque, car beaucoup trop lourd) :

    La tristesse m’avait gagnée depuis longtemps et ne faisait que s’amplifier à chaque pas. Je n’avais de cesse d’essayer de reconstituer les raisons ayant amené cette avancée ténébreuse ; tout était si confus…

    Concernant le dernier passage en gras (le participe présent), c'est même une tournure franchement incorrecte en français : le bon usage veut qu'un participe présent ait pour sujet le même sujet que celui du verbe conjugué dans la principale (dans la tienne, ce serait "je", et pas "les raisons").
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.