Où es-tu cher amour ?


Tu envahis mes pensées. Ton fantôme ne cesse de me hanter. Je crois te rencontrer avant de t’abandonner. Introuvable, tu refuses de m’approcher. Tu refuses de me parler. Dans un proche avenir j'espère te caresser. 

Où es-tu cher amour ? 


Je crus te côtoyer. Je me berce d'illusions de ne plus me tromper. Sans toi je ne pourrai avancer. Le destin de ma solitude est déjà presque tracé. De mes espoirs tu disparais. 

Où es-tu cher amour ? 


Seul dans mes rêves je peux te parler. Ta silhouette se dessine devant mon regard d’enfant émerveillé. Tu ravives la flamme de mon cœur le temps d'une pensée. Je garde les yeux fermés pour ne plus te quitter. 

Où es-tu cher amour ?


Un soir d’été, sans le savoir, je t’ai rencontré. Je m’étais fait à l’idée. Tu m’as fait sursauté. Loin de comment je t’imaginais. A tes lèvres j’ai, enfin, gouté. Par ce gout épicé, le cadavre de mon cœur tu as réanimé. Depuis, il renait de ces cendres ivre de cet amour imparfait. 

Petit coeur, je t’ai trouvé. 


 

si je pouvais avoir vos avis, conseils et/ou améliorations à apporter à ce texte...

Merci...

Mots clés :

Réponses

  • Bougies du coeur. 


    Les bougies du coeur se consument. Seules les âmes attentives peuvent entendre leurs flammes. Leurs oxygènes fait battre nos vies. Elles forment ce chandelier qui nous éclaire la nuit. La bougie de l'amour, tous ont peur de la faire briller. Un geste brusque et elle disparaît. Seul l’être aimé contrôle sa durée. La bougie de la confiance, pas grand monde ne la connaît. Flamme fragile nourrie de vérité, elle permet aux cœurs de se lier. Mais, faut-il sans cesse la rallumer oubliant de se raisonner ? La bougie du bonheur ouvre notre sourire. Pas besoin de briquer, une parole pour l’illuminer. Sa flamme suffit à faire rayonner le chandelier. Ne rions pas trop fort, d’ailleurs, on risque de la bruler. 




    si je peux avoir vis :)))))

  • Joli texte, beau thème, bien tourné, mais il y a trop de fins de phrases au son identique : briller, disparait, durée, connaît, vérité, etc ... Donc, ça sonne moins bien. Inutile de tout modifier. Il suffit d'inverser les mots de certaines phrases ou de changer leur terminaison et ça sonnera mieux. Et puis ce serait bien d'espacer un peu. Voici un exemple légèrement modifié :

    Les bougies du cœur se consument. Seules les âmes attentives peuvent entendre leurs flammes. Leur oxygène fait battre nos vies. Elles forment ce chandelier qui nous éclaire la nuit…

    Tous ont peur de faire briller la bougie de l'amour. Un geste brusque et elle disparaît. Seul l’être aimé contrôle sa durée. 

    Pas grand monde ne connaît.la bougie de la confiance. Flamme fragile nourrie de vérité, elle permet aux cœurs de se lier. Mais faut-il, oubliant de se raisonner, la rallumer sans cesse ?

    La bougie du bonheur ouvre notre sourire. Pas besoin de briquet, une parole l’allume. Sa flamme suffit à faire rayonner le chandelier. Ne rions pas trop fort, d’ailleurs, on risque qu'elle brûle. 🍁

  • merci de votre réponse.

    concernant l'espace, sur mon ordinateur ça ne rend pas comme ça. Bien-sur que je fais gaffe à aérer mon texte :)

    pour le reste, merci d'avoir pris du temps pour me proposer une version améliorée !

  • Solitude. 


    Au rythme des saisons, une vague de couleurs fait battre mon cœur.

    Lorsque le vent souffle, s’envole mon sourire laissant seule ma douleur. Confondue à mes larmes la pluie traîne sur mon visage cette vague de tristesse.

    La neige gèle mon âme et fige ma détresse.

    Les rayons du soleil fondent ces quelques moments de bonheur. Ils m’empêchent de conforter une vie meilleure. Immuablement seul, les saisons passent et je m’efface.

    D'hiver à été je ne trouve personne à qui me confier et peine de quoi écrire mes plaies.

    Je cherche la boussole d’une vie heureuse dans un paradis noir portant mon coeur à la sueur de ses peurs.

  • Clichés. 


    Une société aux idées figées. Des pensées tournées vers le passé. Impossible de les raisonner. Refuser d’être, par crainte de s’isoler. Générations influencées. Juger celui qui réussit à s’assumer. Perçu comme singulier, personne ne veut l’intégrer. Il essaie de s’expliquer, nul ne veut l’écouter. Il en devient muet. Pourquoi insister ? Les dictas de la société sont enracinés.

    Qu’est-ce qui pèse le plus : l’avis ou la retenue ? La vie.

    Enfermé dans un tombeau, il s’empêche de s’émanciper. Contrôle sa façon de s’habiller. Contrôle l’expression de ses pensées. Fait attention à ce qu’il transparaît. Une maitrise entrave de liberté. Quelques-uns persistent à s’imposer. Ils enjambent ces idées fabriquées.

    Ne pas oublier que notre société a besoin de cette mosaïque de personnalités.

Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.