Prépa littéraire Licence lettres modernes
Capes lettres modernes

Bonjour! :)

Depuis quelques semaines je me pose une question qui me hante assez souvent : Est-ce qu'on peut refuser à quelqu'un de khûber même avec la plus grande motivation?

En fait je suis cette année en Khâgne LSH en spé ciné dans un lycée de province. Je m'y plais beaucoup. Il y a une très bonne ambiance de classe et des professeurs vraiment à l'écoute des élèves. J'ai passé une bonne année d'Hypokhâgne sans me donner à fond mais en étant sérieux. J'ai fini l'année avec à peu près 14 de moyenne et dans les 5 / 6 premiers de la classe.

Mais le problème est que je n'ai presque rien fichu pendant l'été qui a suivi (j'avais vraiment envie de profiter). Et depuis le début de l'année je travaille mais sans trop me fouler non plus ce qui fait que je peux avoir des résultats moyens. Or je me suis rendu compte qu'en ayant commencé l'année un peu à la cool j'ai un pris un retard qui est presque inévitablement irrattrapable par rapport au concours. J'ai fini ce premier semestre à un tout petit peu moins que 12 de moyenne ( avec une moyenne de classe à 11,6 grâce à d'excellents khûbes en partie) ce qui est honorable en soi mais avec 7.25 en philo par exemple (😅).

Mais je suis vraiment motivé pour l'ENS (sachant que je ne sais pas quoi faire d'autre même si la fac est toujours la solution pour plus tard) et même si je sais que cette année c'est fichu je donnerai tout pour pouvoir khûber. Mais j'ai peur que les profs me disent que j'ai un niveau insuffisant puisque mon objectif c'est le concours alors que je pourrai mieux faire :(

Pensez-vous que le khûbage est encore possible? :/

(D'ailleurs excusez-moi pour le roman que je viens d'écrire 😖 )

Mots clés :

Réponses

  • LaoshiLaoshi Membre

    Le meilleur moyen de savoir, c'est de demander à tes professeurs !

    Et puis, pour les mettre de ton côté, foule-toi dès aujourd'hui !

  • EdmandEdmand Membre
    24 janv. modifié

    J'avais peur de leur demander maintenant car je pensais que c'était encore trop tôt :/

    Mais je vais suivre ton conseil.

    Merci d'avoir pris le temps de me répondre! :)

  • ArtzArtz Membre

    Je comprends l'angoisse pour l'année prochaine, mais il est encore tôt dans l'année : si ton objectif c'est l'ENS, tu ne peux pas partir perdant cette année. Il faut t'y mettre maintenant, à fond. L'admissibilité, c'est une performance qui tient à six bonnes copies, ça n'est pas un jugement sur l'ensemble de ce que tu sais et sais faire. Donc il faut y aller et les écrire ces six bonnes copies ! Tu n'as le droit qu'à trois essais dans ta vie, plus probablement deux, donc il ne faut pas gâcher cette première expérience !

    Par ailleurs, Laoshi a évidemment raison : tes professeurs doivent être tes premiers interlocuteurs.

    Bon courage.

  • TheRedRoomTheRedRoom Modérateur

    Je suis totalement d'accord avec ce qui t'a été dit précédemment.

    Sans préjuger de ce que tes professeurs te diront, il m'est arrivé d'avoir des élèves avec un profil proche du tien, et le khûbage a été possible. Ca l'est en général, sauf absentéisme, insolence ou abandon... il faut, également, qu'il y ait de la place !

  • AscagneAscagne Membre

    Bonsoir,

    Il faut te donner toutes les chances pour cette année et partir gagnant pour le concours dès maintenant : de la sorte, si besoin, tu pourras sans doute khûber. Je me pose juste la question de savoir, puisque tu as déjà relâché la pression pendant le début de ta khâgne, si tu te sens effectivement prêt à "tout donner" pour le concours, éventuellement pour une autre année. Dans mon cas, on m'a poussé à khûber (très bons résultats durant l'année mais contre-performance au concours) mais j'ai finalement pris une autre décision, que je ne regrette pas. Je connais des collègues (excellents et brillants) qui ont khûbé et qui ont mal vécu la frustration de ne pas être admis après une deuxième tentative.

    Au fond, je comprends tout à fait qu'on aime la prépa car elle permet de retarder le choix d'une filière en particulier, mais je trouve qu'il y a une différence entre se motiver pour entrer dans une école et vouloir rester en prépa parce qu'on n'est pas encore prêt pour choisir.

  • EdmandEdmand Membre

    Non c'est vrai. Vous avez tous raison :c

    Je m'y suis mis à fond. En plus j'ai un concours blanc qui approche ce qui veut dire que je vais pouvoir faire des révisions sur tout ce qu'on a vu depuis le début de l'année.

    Même si je n'ai pas le concours (ce qui va se produire à 90% de chance) comme tu dis Artz je ne peux pas en sortir perdant :)

    J'en ai parlé avec mes professeurs et a priori ils ne sont pas contre. Reste à faire mes preuves ^^

    Par contre c'est vrai qu'Ascagne tu as touché deux de mes problèmes : je suis à la fois très motivé pour le concours et en même temps je ne sais pas si je me sens prêt à quitter la prépa. Le cadre est formidable et c'est toujours agréable d'avoir des professeurs avec qui "se rapprocher" et à qui se confier.

  • AscagneAscagne Membre

    Mets en effet toutes tes chances de ton côté dès maintenant, reste motivé.

    Plus tard, forcément, il faudra que tu te diriges vers une filière en particulier. La prépa, au bout d'un moment, il faut la quitter. Mais ce que l'esprit de la prépa a de bon (par exemple le fait de travailler différentes disciplines, de s'intéresser à tout, d'établir des liens entre les matières) n'existe pas qu'en prépa. Il y a aussi des aspects du supérieur que l'on ne peut guère goûter en prépa, par manque de temps, mais qu'on peut facilement découvrir à l'université, notamment à partir du master, en tout cas lorsqu'on découvre les séminaires, les colloques, les journées d'étude.

  • EdmandEdmand Membre

    Oui c'est vrai, il y a un moment où il faut partir pour découvrir enfin de nouvelles choses. Tout ne se limite pas à la prépa. J'en ai conscience.

    Merci en tout cas pour ton honnêteté et tes encouragements :)

Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.