Bonjour,
Cette petite question me turlupine.
Je n'ai pas de connaissances philosophiques mais j'aimerais connaître des avis par rapport à ce sujet.
Déjà quelles définitions peut on donner à exister et s'exprimer?
Est ce qu'une plante existe? Est-ce qu'elle s'exprime?
De même pour les animaux (on peut même peut être parler d'objets avec cette question non ?)
N'hésitez pas à me faire part de vos idées :)

Réponses

  • Doute-tu de l'existence des personnes affectées du syndrome d'enfermement ("locked-in syndrom" en anglais) ?
  • Un animal existe et s'exprime très certainement, il n'y a qu'à regarder le comportement d'un chien par exemple.
    Une plante existe et on a démontré qu'elle "communiquait" (par des biais chimiques ou autres) avec ses semblables.
    Mais je suppose que la question, extrêmement floue, porte sur l'être humain.
  • Peut-être peut-on se poser aussi la question de la différence entre exister et vivre.
  • Et aussi de la question du point de vue: exister, "selon les autres", ou exister, selon soi-même ? Quelqu'un qui n'a pas de compte Facebook "existe-t-il" vraiment, de nos jours ? (je crains d'avoir par là remis en question ma propre existence).
  • Quelqu'un qui n'a pas de compte Facebook "existe-t-il" vraiment, de nos jours ?

    Oui, j'existe vraiment et je m'exprime. :)
  • plutonium a écrit:
    Doute-tu de l'existence des personnes affectées du syndrome d'enfermement ("locked-in syndrom" en anglais) ?

    J'aurais dû dire vivre au lieu d'exister je pense pardon
    Et je crois que les personnes ayant ce syndrome peuvent transmettre des informations avec le déplacement de leur yeux et peuvent ainsi s'exprimer. Mais je t'avoue ne pas m'y connaître des masses.
    herodote92 a écrit:
    Un animal existe et s'exprime très certainement, il n'y a qu'à regarder le comportement d'un chien par exemple.
    Une plante existe et on a démontré qu'elle "communiquait" (par des biais chimiques ou autres) avec ses semblables.
    Mais je suppose que la question, extrêmement floue, porte sur l'être humain.

    Oui je n'aurais peut être pas du parler d'animaux et de végétaux (et encore moins d'objets). Enfaite a travers cette question je me demandais s'il n'était pas nécessaire de s'exprimer pour vivre (j'aurais plutôt du mettre ce terme) et pour apporter une réponse je me suis dit qu'étudier un cas plus large serait mieux mais je me suis perdue.
    En écrivant exister je pensais vivre et par la du coup je n'entendais pas que sa définition scientifique.
  • Oui, les personnes affectées du syndrome d'enfermement peuvent généralement communiquer en battant des paupières par exemple, pour autant que je sache.

    Maintenant, "exister" et "vivre", ce n'est pas la même chose. Exister, à mon avis, c'est simplement faire partie du monde réel, ou du moins de ce qui est généralement considéré comme le monde réel par le plus grand nombre. Ça ne concerne pas que les êtres vivants, ou pensants (ou parlants !). Et ça ne veut pas dire "être connu". Une exoplanète peut exister depuis des milliards d'années avant qu'on ne la découvre.

    Pour en revenir à la question initiale, elle est à mon avis trop lapidaire pour qu'on puisse comprendre clairement de quoi il s'agit (c'est d'ailleurs souvent le cas pour les sujets de philo, je le crains). Si ça tombe, celui qui pose la question pensait à quelque chose de bien précis, et celui qui répond peut l'interpréter tout de travers. Donc, dans le doute, je ne m'aventurerais pas trop là-dessus.
  • djlottydjlotty Membre

    Je pense qu'il faut également faire une distinction entre "exister" et "être": l'existence chez Sartre ("l'existence précède l'essence") signifie que le sujet pose des actes qui ont une incidence sur lui-même et sur le monde extérieur, et se construit ainsi. On pourrait dire que par ces actes , il s'exprime activement. En revanche , l'essence, c'est la substance, ce qui existe par soi-même. Or, Sartre insiste sur l'acte et sur l'être agissant, donc une personne atteinte du syndrome d'enfermement pourrait s'exprimer dans ses actes (ou dans l'art au sens de la transformation de la nature chez Hegel), afin d'exister pour elle-même et même par l'art, la musique ou les inventions scientifiques; dans ce cas, elle existerait aussi pour les autres.

    En outre, on peut penser à la question de l'idéalisme (le fait que la réalité sensible soit en réalité une imitation imparfaite des concepts que l'homme possède originellement), notamment illustrée dans The Decay of life d'Oscar Wilde, qui affirme que la vision que nous avons de la nature est conditionnée par les représentations de la nature dans l'art. Par exemple, les brouillards londoniens n' "existaient" pas avant que Turner les peigne; on ne les remarquait pas.

Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.