Grammaire française Participe passé

Bonjour à tous,

Je souhaiterais savoir si l'un d'entre vous comprend la différence entre subordonnée complétive, subordonnée relative et subordonnée relative déterminative.
Je suis un peu perdue dans tout ça. J'ai seulement compris que subordonnée relative est précédée d'un nom et que si on supprime la subordonnée elle n'empêchera pas le sens de la phrase. Pour subordonnée déterminative complétive, j'ai compris qu'elle complète toujours un verbe.
Là où je n'arrive pas à saisir la nuance, c'est la différence entre déterminative et complétive.

Si quelqu'un est à l'aise avec les propositions subordonnées, pourriez-vous m'apporter une explication ?

Merci d'avance.
«1

Réponses

  • JehanJehan Modérateur
    Bonsoir.

    La subordonnée relative complète un nom ou un pronom.
    Elle est introduite par un pronom relatif (qui, que, dont, etc.).
    C'est ce nom (l'antécédent) qui est juste avant le pronom relatif.
    La leçon que j'ai apprise....
    Les oiseaux qui chantent...
    Le livre dont je t'ai parlé...


    La subordonnée relative déterminative :
    Les enfants qui dormaient n’ont rien entendu.
    Les enfants ne dormaient pas tous.
    Seuls certains enfants n'ont rien entendu : ceux qui dormaient.

    La subordonnée relative explicative :
    Elle rajoute une explication au reste de la phrase.
    Elle est encadrée par des virgules.
    Les enfants, qui dormaient, n’ont rien entendu.
    Là, aucun enfant n'a entendu. La relative explique pourquoi...
    Les enfants dormaient tous.

    Quant à la subordonnée conjonctive complétive, ce n'est pas une relative.
    Elle n'est pas introduite par un pronom relatif, mais par la conjonction que.
    Elle est presque toujours complément (COD) du verbe de la principale qui précède :
    J'espère (quoi ? → ) que tu as appris tes leçons.
    Mais elle peut avoir d'autres fonctions (sujet, attribut, etc.)
    Que tu apprennes tes leçons me ferait plaisir.
  • LulueLulue Membre

    Merci Jehan pour tes réponses détaillées qui ont éclairée ma compréhesion.

    Malgré tout, je me questionne sur quelques propositions dont les réponses ne sont pas en accord avec mon raisonnement.


    Peux-tu me donner ton avis et ue petite explication sur les PS suivantes:

    "J'ai trouvé la personne qui manquait".

    "Il est qui il est."

    "Nous sommes ravis qu'il ait réussi son concours".

    "Tu as les yeux semblables à qui est heureux."


    Merci pour ton temps et ton aide incroyable.

    Lulue

  • JehanJehan Modérateur
    9 oct. modifié

    Bonjour.

    J'ai trouvé la personne qui manquait : relative déterminative, complément du nom antécédent personne. La relative précise de quelle personne il s'agit : c'est celle qui manquait.

    Il est qui il est : relative substantive, donc sans antécédent, attribut du sujet Il. Une relative substantive est l'équivalent d'un GN et en a la fonction. Celle-ci, par exemple, peut être l'équivalent de "cette personne-là"

    Nous sommes ravis qu'il ait réussi son concours : complétive, complément de l'adjectif ravis. Une complétive n'est pas toujours COD d'un verbe...

    Tu as les yeux semblables à qui est heureux : relative substantive, donc sans antécédent, complément de l'adjectif semblable, ce complément étant introduit par la préposition à. Elle est équivalente au GN "une personne heureuse".

    Mais cette dernière phrase n'est pas très correcte ! Les yeux ne sont pas semblables à une personne heureuse, mais semblables aux yeux d'une personne heureuse. Mieux aurait valu écrire : Tu as les yeux de quelqu'un d'heureux.

  • lamaneurlamaneur Modérateur

    Effectivement. Tu pouvais écrire : Tu as les yeux semblables à ceux de qui est heureux pour rester près de ta phrase d'origine, mais ce n'est pas terrible comme phrase !

  • LulueLulue Membre

    Merci à toi Jehan,

    Je vais te répondre point par point.

    "J'ai trouvé la personne qui manquait"

    Concernant la nature: Je suis d'accord avec toi c'est une PS relative ajectives déterminative, le livre que j'utilisais disais relative substantive.

    Concernant la fonction : Pourquoi est-ce un complément du nom et non pas un adjectif épithète liée? Je croyais que seul une PS relative substantive pouvait être complément du nom.


    "Il est qui il est" : totallement d'accord avec toi, c'est une PS relative substantive (le livre disait PS relative adjective déterminative), donc la fonction est attribut du sujet.


    "Nous sommes ravis qu'il ait réussi son concours"

    Concernant la nature, je pensais à une PS relative adjective déterminative car il y a un antécédent, et que mes astuces ne vont pas dans le sens d'une complétive. Pourquoi le pronom n'est-il pas relatif?

    Même questionnement pour "Tu as les yeux semblables à qui est heureux " mais si la phrase n'est pas correcte, mieux vaux ne pas ne tenir compte.


    Bonne journée et merci infiniment

    Lulue

  • JehanJehan Modérateur
    9 oct. modifié

    L'adjectif et la relative à antécédent nominal complètent tous deux un nom, mais on n'emploie le terme "épithète" (liée ou détachée) que pour l'adjectif.


    Dans le cas d'une relative suivant un adjectif, le pronom que (ou qu') représente l'adjectif antécédent, et il a une fonction dans la relative . Exemple :

    Idiot que je suis ! Le relatif que représente l'adjectif "idiot", il est attribut du sujet je.

    que je suis = je suis idiot

    Dans le cas d'une complétive suivant un adjectif, la conjonction que (qu') ne représente pas le mot qui la précède, elle ne représente rien, elle se contente d'introduire la complétive et n'a aucune fonction par rapport aux autres mots de la complétive. Exemple :

    ravi qu'il ait réussi

    La conjonction qu' n'a aucune fonction par rapport à "il" ou par rapport à "ait réussi", et ne représente pas l'adjectif "ravi". La complétive n'est pas l'équivalent de "il ait réussi ravi".

  • LulueLulue Membre

    Bonjour Jehan, j'y vois plus clair


    Tu as écris dans ton premier message "J'ai trouvé la personne qui manquait : relative déterminative".

    Ensuite, dans ton deuxième message tu as écrit: "L'adjectif et la relative à antécédent nominal complètent tous deux un nom, mais on n'emploie le terme "épithète" (liée ou détachée) que pour l'adjectif."


    Je me dis que je n'ai pas la même classification car moi la relative déterminative est une relative adjective.

    Voici la classification que j'utilise :

    Dans les PS relatives :

    • PS subastantives (sans antécédent)
    • PS adjectives (avec antécédent) : elles peuvent être déterminative ou explicatives. Toutes les PS adjectives (determinatives et explicatives) ne prennent que les fonctions de l'adjectif, et donc voilà pourquoi j'ai du mal à comprendre pourquoi : "J'ai trouvé la personne qui manquait"  peut être relative déterminative et avoir comme fonction complément du nom.

    As-une classfication similaire ou différente?


    Bonne journée et bon week-end !

    Lulue

  • JehanJehan Modérateur
    10 oct. modifié

    Les relatives adjectives ne sont pas des adjectifs, elles ont simplement le même rôle fonctionnel que des adjectifs. Et les relatives substantives ne sont pas des substantifs. Elles ont simplement les mêmes rôles fonctionnels que des GN.

    J'ai juste dit que la relative adjective déterminative complétait le nom, ce qui est exact. La nomenclature, c'est formel. Du point de vue fonctionnel, on peut dire aussi que les adjectifs complètent un nom. Toutes les expansions du nom (adjectifs, compléments prépositionnels du nom, relatives adjectives...) complètent le nom.

    J'ai juste fait remarquer qu'en terme de nomenclature des fonctions de ces expansions, on utilisait préférentiellement le terme "épithète" pour les adjectifs.

  • LulueLulue Membre

    Je comprends enfin !! Merci infiniment !!!

    J'ai deux petites questions supplémentaires.

    • "Allez où vous voulez" : PS relative subtantive ou PS circonstancielle.
    • "Que je mange bio est mal vu dans ma famille" : PS relative substantive ou PS complétive conjonctive.


    Bonne journée

    Lulue

  • JehanJehan Modérateur
    10 oct. modifié

    Allez où vous voulez.

    C'est bien sûr une relative substantive, le relatif n'ayant pas d'antécédent. Une relative substantive peut avoir les fonctions d'un GN. Ici, la fonction est "complément essentiel de lieu" (et non pas circonstanciel, la subordonnée n'est pas déplaçable). La grammaire Riegel parle de relative substantive "locative".

    Que je mange bio est mal vu dans ma famille.

    Cette subordonnée a une fonction sujet (sujet de "est mal vu dans ma famille"). Mais cela ne peut pas être une relative substantive, les relatives substantives sujets étant toujours introduites par le relatif qui ( comme dans "Qui ne dit mot consent"). De plus,si c'était une relative, le relatif que devrait être COD ou attribut d'un mot de la relative, ce qui n'est pas le cas. Que est ici une conjonction sans fonction grammaticale, qui introduit une complétive conjonctive. De telles complétives sujets ont toujours le verbe au subjonctif, et c'est le cas ici, On le voit mieux avec un sujet pluriel (Que nous mangions bio...) ou avec un autre verbe (Que je sois fan du bio...).

  • LulueLulue Membre

    Il y a quelques jours encore, j'étais complètemen perdue.

    J'ai lu deux post sur ce forum + ecrit ce post, et je me sens beaucoup plus à l'aise !!

    Je te remercie inifiniment pour le temps que tu as pris à me répondre. Une aide incroyable !!!

    Lulue

  • JehanJehan Modérateur

    De rien ! Content d'avoir pu t'aider utilement... 😊

  • lamaneurlamaneur Modérateur

    Jehan : De telles complétives sujets ont toujours le verbe au subjonctif, et c'est le cas ici

    Disons plutôt « presque toujours ». Le Bon Usage, 16e édition, §1126f, indique que la proposition conjonctive sujet placée en tête de la phrase se met normalement au subjonctif. Puis :

    L'indicatif est plus rare, et cet usage est ignoré ou blâmé par la plupart des grammairiens. On le trouve pourtant dans deux cas chez des écrivains attentifs.

    Le groupe verbal inclut un attribut nominal, et le sens du nom favorise l'indicatif: Que le vieil Horace EST le personnage principal de cette tragédie, c'est la vérité (FAGUET , En lisant Corneille, p. 121). — Que tu AS une horloge dans le cerveau est un fait (MAUROIS, Cours de bonheur conjugal, p. 89). —Que l'insomnie REND maladroit plus que le sommeil, c'est l’avis d'Élise (JOUHANDEAU, Élise architecte, pp. 136437).

    Le verbe est un pronominal de sens passif; et il semble y avoir une influence de la construction non pronominale de ce verbe : Qu'il AVAIT été l'amant de cœur d'une maîtresse d'Alphonse XIII se savait maintenant à la Granja (MALRAUX, Espoir, p. 263). — Qu'elle n'ÉTAIT pas mariée, cela se voyait à son vêtement (KESSEL, Jeu du roi, p. 312).

  • JehanJehan Modérateur

    Au temps pour moi... Merci de cette précision grevissienne ! 😉

  • LulueLulue Membre

    Intéressant ! La grammaire ne rentre pas si bien dans les cases ;)

  • LulueLulue Membre

    Je suis intriguée par deux questions... Là, c'est la curiosité qui me pousse à vouloir en savoir plus ;)

    1/ Je serai tenté de conclure que quand il y a "que" et pas d'antécédent, alors c'est forcément une PS complétive conjonctive.

    Y a-t-il des avis contraires? ou des contre-exemples? Je n'arrive pas à en trouver..


    2/ Y a t il un exempl de PS avec un antécédent de type adjectif suivi de que + PS complétive conjoctive.

  • lamaneurlamaneur Modérateur

    1/ Que vous faut-il de plus ? Que vous êtes belle, dans cette tenue !

  • LulueLulue Membre

    Bien vu, dans ce cas ce cas ce sont des phrases simples. Peux-tu confirmer :

    Que vous faut-il de plus ? = Phrase interrogative

    Que vous êtes belle, dans cette tenue ! = Phrase exclamative


    J'aurai dû formuler ma question différemment et demander "s'il existe des phrases complexes contenant une PS relatives sans antécédent et introduites par que ?"

  • JehanJehan Modérateur
    11 oct. modifié

    Que vous faut-il de plus ?

    Phrase simple, et que est ici un pronom interrogatif.

    Que vous êtes belle, dans cette tenue !

    Phrase simple, et que est ici un adverbe exclamatif.

    demander "s'il existe des phrases complexes contenant une PS relatives sans antécédent et introduites par que ?"

    Les relatives substantives ne sont jamais introduites par le pronom relatif COD que. L'unique exception est la locution figée "n'avoir que faire de..."

    Seules les relatives périphrastiques introduites par ce que sont courantes : Je ferai ce que tu veux.

    https://uoh.fr/document/5370f34e/7714/42e5/5370f34e-7714-42e5-9f06-515576de57a5/co/05_01_relatives_periphrastiques.html

    Y a-t-il un exemple de PS avec un antécédent de type adjectif suivi de que + PS complétive conjonctive ?

    J'en ai déjà donné un plus haut avant-hier : ravi qu'il ait réussi

  • LulueLulue Membre

    Absolument splendide !

    <l'exemple que tu donnes est celui d'une PS complétive conjonctive, or je cherche un exemple où l'adjectif serait suivi d'un PS relative adjective ou substantive... si cela existe ?

Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.