Fiches méthode Bac de français 2020

Bonjour ou bonsoir à tous , actuellement entrain de travailler sur mon anthologie poétique portant sur le thème de la guerre . Dans ma quête d'obtenir 6 poèmes portant sur ce thème des dates sont imposés et c'est la tout le problème , il m'en manque malheureusement deux un poème du quatorze et 17èmes siècles . J'ai énormément cherché mais je n'ai rien trouvé auriez-vous à tout hasard des poèmes à me conseiller ? En vous remerciant d'avoir pris le temps de lire ce topic ;) :D
Mots clés :

Réponses

  • Jean-LucJean-Luc Modérateur
    Bonjour,

    Tu as la fin d' "Un Animal dans la Lune" de La Fontaine pour le XVIIe siècle.
    Pour le XIVe, un extrait de La Prise d'Alexandrie de Guillaume de Machaut
    Li bons roys fist une retraite
    et entour lui resgarde et gaite,
    si trouva qu’il ont ja tué
    de ses chevaus et afolé
    tant qu’il n’en a que (mot illisible)
    Lors dist : « Seigneurs, se Sarrasins
    meinnent louguement ceste dance,
    tuit serons a pié, sans doubtance.
    D’autre conseil user nous faut.
    Lassé sommes et il fait chaut,
    si ne porrons aler a pié ;
    prenons chascuns lance ou espié,
    et leur courons sus vitement,
    tous ensamble et serreement.
    Se nous poons venir entriaux,
    il s’en fuiront comme chevriaus
    et les occirons a no guise. »
    Lors a chascuns sa lance prise,
    si que li roys leur couri seure
    si fierement, qu’en petit d’eure
    furent mis a desconfiture ;
    n’i vaut saiette n’armeüre,
    car mort furent et desconfit,
    et certeinnement Dïeux le fit
    qui li donna, c’est chose voire,
    grace, pris, honneur et victoire.

    Le bon roi fit ordonner la retraite ; il
    regarda et observa autour de lui, et il
    constata que les Sarrasins avaient déjà tué et
    blessé à mort un grand nombre de ses
    chevaux, si bien qu’il ne lui en restait plus
    que vingt-quatre. Alors il dit : « Seigneurs,
    si les Sarrasins mènent encore longtemps
    cette danse, nous nous retrouverons tous à
    pieds, sans aucun doute. Il nous faut suivre
    un autre plan. Nous sommes fatigués et il
    fait chaud, aussi nous ne pourrons marcher ;
    prenons chacun une lance ou un épieu, et
    attaquons-les rapidement, tous ensemble et
    en rangs serrés. Si nous pouvons arriver
    jusqu’à eux, ils s’enfuiront comme des
    chevreaux, et nous pourrons les tuer comme
    nous voudrons. » Alors chacun prit sa lance,
    et le roi les attaqua si violemment, qu’en
    peu de temps, ils furent tous anéantis ;
    flèche ou armure, rien n’y faisait, car ils
    furent tous tués et anéantis, et c’est
    certainement Dieu qui fit cela et qui donna
    au roi, c’est vrai,
    grâce, prix, honneur et victoire. I
  • Rien trouvé pour le XIV° mais pour la XV° : La ballade des pendus de François Villon.
    Pour le XVII° : Les deux coqs de la Fontaine
  • Un grand merci à tous les deux , je vais pouvoir continuer mon anthologie et ce uniquement grâce à vous . :D
  • Bonjour,
    Je débute avec Etudeslittéraires, j'espère m'y prendre correctement, sinon excusez-moi.
    Je dois rédiger une anthologie.
    Sur l'ENT le sujet est : Anthologie poétique de l'Antiquité à nos jours. 2 poètes par siècle, deux poèmes par auteur. Je pense faire par période car par siècle ne me parait pas possible.
    J'ai choisi la guerre comme fil conducteur.
    Pour le Moyen-âge, j'ai choisi La ballade des pendus de François Villon
    Pour les Temps modernes, j'ai choisi J de la Fontaine : les deux coqs
    Pour le 19e siècle, j'ai choisi Victor Hugo , Après la bataille
    Pour le 20e siècle, j'ai choisi le Déserteur de Boris Vian et le dormeur du Val d'Arthur Rimbaud

    Je n'ai rien trouvé pour le 18e siècle et pour l'Antiquité.
    Si vous arrivez à m'aider , je vous remercie.
    Je pense qu'ensuite j'aurai un autre souci , celui de trouver un fil conducteur pour écrire une préface.
    Merci d'avance!
  • La Seine en sortant de Paris

    André Chénier (1762-1794)

    Suggestion pour lancer ta préface :
    Depuis six mille ans la guerre

    Depuis six mille ans la guerre
    Plait aux peuples querelleurs,
    Et Dieu perd son temps à faire
    Les étoiles et les fleurs.

    Victor HUGO
    Les Chansons des rues et des bois, du Livre second – Sagesse, Liberté, Égalité, Fraternité.
    Mais si vous voyez deux chiens qui s'aboient, qui s'affrontent, qui se mordent et se déchirent, vous dites : "Voilà de sots animaux" ; et vous prenez un bâton pour les séparer. Que si l'on vous disait que tous les chats d'un grand pays se sont assemblés par milliers dans une plaine, et qu'après avoir miaulé tout leur soûl, ils se sont jetés avec fureur les uns sur les autres, et ont joué ensemble de la dent et de la griffe ; que de cette mêlée il est demeuré de part et d'autre neuf à dix mille chats sur la place, qui ont infecté l'air à dix lieues de là par leur puanteur, ne diriez-vous pas : "Voilà le plus abominable sabbat dont on ait jamais ouï parler ? " Et si les loups en faisaient de même : "Quels hurlements ! quelle boucherie ! " Et si les uns ou les autres vous disaient qu'ils aiment la gloire, concluriez-vous de ce discours qu'ils la mettent à se trouver à ce beau rendez-vous, à détruire ainsi et à anéantir leur propre espèce ? ou après l'avoir conclu, ne ririez-vous pas de tout votre coeur de l'ingénuité de ces pauvres bêtes ? Vous avez déjà, en animaux raisonnables, et pour vous, distinguer de ceux qui ne se servent que de leurs dents et de leurs ongles, imaginé les lances, les piques, les dards, les sabres et les cimeterres, et à mon gré fort judicieusement; car avec vos seules mains que vous pouviez-vous vous faire les uns aux autres, que vous arracher les cheveux, vous égratigner au visage, ou tout au plus vous arracher les yeux de la tête ? au lieu que vous voilà munis d'instruments commodes, qui vous servent à vous faire réciproquement de larges plaies d'où peut couler votre sang jusqu'à la dernière goutte, sans que vous puissiez craindre d'en échapper. Mais comme vous devenez d'année à autre plus raisonnables, vous avez bien enchéri sur cette vieille manière de vous exterminer: vous avez de petits globes qui vous tuent tout d'un coup, s'ils peuvent seulement vous atteindre à la tête ou à la poitrine ; vous en avez d'autres, plus pesants et plus massifs, qui vous coupent en deux parts ou qui vous éventrent, sans compter ceux qui tombant sur vos toits, enfoncent les planchers, vont du grenier à la cave, en enlèvent les voûtes, et font sauter en l'air, avec vos maisons, vos femmes qui sont en couche, l'enfant et la nourrice : et c'est là encore où gît la gloire ; elle aime le remue-ménage, et elle est personne d'un grand fracas.

    La Bruyère, Les Caractères

    XVII° siècle
  • JehanJehan Modérateur
    Floreale t'a répondu.
    Elle t'a notamment indiqué un poème de Chénier pour le XVIIIe siècle...
  • Bonjour,
    Oui Floréale m'a répondu.

    Floréale, je vous remercie beaucoup! Cela m'aide à avancer.

    Désolé, Jehan pour avoir remis mon message, il s'agit d'une erreur, je suis nouveau sur le site et je cherchais comment répondre à Floréale pour la remercier.

    Pour le choix des poèmes, je pense mettre l'Odyssée pour l'Antiquité qui met en avant le courage des guerriers. Qu'en pensez-vous? Auriez-vous un extrait à m'indiquait qui montre la guerre comme un acte de courage?

    Partant du courage du guerriers à l'absurdité de la guerre , auriez -vous un conseil à me donner pour établir la plan de ma préface? J'imagine que le plus pertinent est de faire un plan analytique, êtes vous d'accord ?
    Merci encore
  • Ton titre annonce : anthologie poétique. Dois-tu te limiter aux poèmes ?

    Analytique, je vois mal. Ce qui peut être intéressant est précisément un ordre chronologique qui permet de voir comment un même thème est abordé à des siècles différents. On s'interroge alors sur les c, les images onstances, les différences, le registre, la forme ...

    L'essentiel dans une anthologie est de privilégier un choix personnel, pertinent pour intéresser les lecteurs.
    La Chanson de Roland (Extrait)

    Roland frappe sur une roche bise ;
    Il en abat plus que je ne saurais dire ;
    L'épée grince, mais ne s'ébrèche ni se brise, Rebondissant en l'air.
    Quand le comte voit qu'il ne la brisera pas,
    Il la plaint bien tendrement en se parlant à lui-même :
    Ah, Durandal, comme tu es bonne et sainte !
    Dans ton pommeau d'or sont de nombreuses reliques,
    Une dent de saint Pierre, du sang de saint Basile,
    Des cheveux de monseigneur saint Denis,
    Du vêtement de sainte Marie ;
    II n'est pas juste que des païens te possèdent, C'est de chrétiens que tu dois
    être honorée.
    Que de vastes terres avec toi j'aurais conquises,
    Que tient Charles, qui a la barbe fleurie ! L'empereur est puissant et riche.
    Ne soit jamais l'épée d'un couard !
    Que Dieu ne permette pas à la France telle honte !

    http://www.crdp-strasbourg.fr/je_lis_libre/livres/Anonyme_LaChansonDeRoland.pdf
  • Merci Floréale,

    Un plan thématique serait-il plus adapté alors avec par exemple

    1 La guerre ; symbole de courage, de gloire d'honneur

    2 La guerre ; l'absurdité, la folie des hommes meurtrière
    Pour une troisième partie, j'avoue , je peine....

    Je n'ai pas eu de précision pas ma professeure sur les poèmes, elle veut que l'anthologie couvre la période de l'Antiquité à nos jours.

    Elle demande aussi 2 poètes par siècle et deux poèmes par auteur. C'est très difficile pour moi, je me sens à travers ce travail complètement inculte. J'ai choisi des poèmes un peu par hasard car je ne l'ai connais pas tous. Je ne crois pas être capable de tout trouver alors je cherche au moins pour l'Antiquité grecque, un pour l'Antiquité romaine. Pour le moyen-âgé, c'est bon. Ensuite, j'ai choisi deux poètes pour les temps modernes, 1 seule (que vous m'avez communiqué hier) pour le XVIII, 2 pou le XIX et 2 pour le XX siècle.
    Je n'ai que des poèmes en vers mais je suppose que je peux choisir n'importe quel poème, si j'ai bien compris le sens de votre question.
  • Pour le XVIII° siècle, une suggestion : L'éducation du lion

    de Jean-Pierre Claris de Florian (1755-1794)
  • Merci beaucoup!

    Petite question, pourquoi est-il difficile de trouver des poète du XVIII alors que nous sommes en pleine Révolution? Ce n'était plus à la mode car on est au siècle des lumières?
  • Ce sont surtout les philosophes qui sont passés à la postérité.

    Il y a dans Candide de Voltaire un passage célèbre sur la guerre mais ce n'est pas un poème.
    Rien n’était si beau, si leste, si brillant, si bien ordonné que les deux armées. Les trompettes, les fifres, les hautbois, les tambours, les canons, formaient une harmonie telle qu’il n’y en eut jamais en enfer. Les canons renversèrent d'abord à peu près six mille hommes de chaque côté ; ensuite la mousqueterie ôta du meilleur des mondes environ neuf à dix mille coquins qui en infectaient la surface. La baïonnette fut aussi la raison suffisante de la mort de quelques milliers d’hommes. Le tout pouvait bien se monter à une trentaine de mille âmes. Candide, qui tremblait comme un philosophe, se cacha du mieux qu’il put pendant cette boucherie héroïque.
    Enfin, tandis que les deux rois faisaient chanter des Te Deum, chacun dans son camp, il prit le parti d’aller raisonner ailleurs des effets et des causes. Il passa par-dessus des tas de morts et de mourants, et gagna d’abord un village voisin ; il était en cendres : c’était un village abare que les Bulgares avaient brûlé, selon les lois du droit public. Ici des vieillards criblés de coups regardaient mourir leurs femmes égorgées, qui tenaient leurs enfants à leurs mamelles sanglantes ; là des filles, éventrées après avoir assouvi les besoins naturels de quelques héros, rendaient les derniers soupirs ; d’autres, à demi brûlées, criaient qu'on achevât de leur donner la mort. Des cervelles étaient répandues sur la terre à côté de bras et de jambes coupés.
    Candide s’enfuit au plus vite dans un autre village : il appartenait à des Bulgares, et les héros abares l’avaient traité de même.
  • Merci! C'est beau et ça fait froid dans le dos tant de descriptions sur la souffrance physique et morale.
    Merci
    Je continue mon travail et je reviendrai sans doute vers vous. Pourrai'je vous envoyer mon devoir lorsque je l'aurai fini ou ce n'est pas possible?
  • L'esprit du site est d'aider, de répondre aux questions mais pas de corriger le travail. On laisse ce rôle à ton professeur. :)
  • Oui, je comprends!

    Merci Floréale!

    Bonjour Floréale,

    Pour ma 1ère anthologie, je n'avais pas forcément choisi des poèmes que j'aime mais qui étaient en lien avec la guerre.
    Je me suis mis en difficulté et j'ai changé de thème du coup.
    J'ai choisi la mort, ce thème me parle plus et surtout j'ai trouvé des poèmes qui me parlent davantage.
    Je dois faire une anthologie de l'Antiquité à nos jours.
    Voici les poèmes choisis, j'aimerais savoir si mon choix pour l'Antiquité sont acceptables dans le sens où ce ne sont pas des poèmes à part entière, il me semble.
    Ils n’apparaissent pas encore dans la able des matières mais je vais ajouter
    Pour l'Antiquité grecque : L'homère, l'illiade chant XXII le combat entre Achile et Hector et Aux royaume des morts de l'Odyssée
    pour l'antiquité romaine, la mort de Didon

    Si vous avez un autre récit épique, je suis preneur

    Sinon, j'ai chosi :voici le copier coller de ma préface :
    Préface 3
    Le moyen-âge 4
    François Villon, La ballade des pendus - 1462 4
    Pierre Ronsard, Je n’ai plus que les os - 1585 6
    Les temps modernes 7
    François de Malherbe, Consolation – 1599 7
    Jean de la Fontaine, La Mort et le Bûcheron -1668 9
    XIX siècle 11
    André Chénier, Sur la mort d’un enfant - 1819 11
    Victor Hugo, Mors – 1854 12
    Arthur Rimbaud, le Dormeur du Val -1870 14
    XX siècle 15
    Boris Vian, le déserteur - 1955 15
    Paul Eluard, La Victoire de Guernica - 1938 16
    Sybille Rembard, Exécution - 2010

    Enfin il me manque un poème du 21ème siècle

    Je souhaite écrire ma préface sur la mort, la mort d'un proche, la mort d'un enfant, la mort à cause la guerre et j'aimerais finir pas la mort programmée du monde si on ne se révielle pas. je pense à l'écologie mais aussi à la migration climatique . j'ai entendu aujourd'hui qu'au Zimbabwee, la famie va toucher 7,7 millions de personnes!! Y a t-il un poète qui a écrit sur la future tragedie?
    Merci
  • Triste constat


    À fuir le malheur
    On peut faire
    Le tour du monde.

    À mettre nos crimes
    Bout à bout
    On mesure les ténèbres.

    Même à reculons
    Ceux qui vivent
    Avancent vers la mort.



    Stéphen Moysan
    été 2018
    « Par la mort du plus pur
    Toute joie est invalidée
    La poitrine est comme évidée,
    Et l’oeil en tout connaît l’obscur.

    Il faut quelques secondes
    Pour effacer un monde. »


    Michel Houellebecq, Poème d’ouverture du recueil Configuration du dernier rivage 2013
  • JehanJehan Modérateur
    Puisque Sacha a changé de thème en cours de route, ce serait peut-être mieux qu'il poste sur cette autre discussion (qu'il pourra d'ailleurs parcourir) :
    https://www.etudes-litteraires.com/forum/topic4463-anthologie-poetique-et-preface-sur-le-theme-de-la-mort.html
  • Message 52
    Sénégal (Extrait)

    ils ont tout volé et tout mangé

    ils ont mangé la racine et

    jusqu'aux pierres qui bordaient la racine

    et dans leur hâte ont tout mangé cru

    jusqu'au dernier alphabet de ce pays

    et voici que ce pays n'existe plus que

    dans la mémoire et le sourire fêlé des paysans

    Je sais et tu sais Boléro

    combien ces Princes ont asséché toutes les saisons de nos espoirs

    ils ont tout supplicié

    les totems, les soleils, les cours d'eau, les champs d'arachide

    les femmes et les vieillards

    et les adolescents sont des montres sans remontoirs

    des cartes postales d'un pays sans Coran et sans Bible

    Mais avec toi Boléro toi l'Aimée le sang de ce chant

    avec toi et cet amour que tu portes et

    que je porte plus terrible encore

    nous vaincrons la mauvaise terre

    pour que pas un bras ne manque à l'AMOUR.



    Amadou Lamine SALL Extraits « Les Veines Sauvages »

    Les éditions du Carbet,

  • Merci Floréale,

    J'espère finir mon travail demain, c'est pour lundi.

    Les poèmes sont très beaux et très clairs et à la fois inquiétants surtout celui de Michel Houellebecq, je trouve.

    Merci Jehan de me rediriger et désolé
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.