Fiches méthode Bac de français 2021

Bonjour, je suis en Terminale et j'ai une dissertation de philo à faire avec comme question : peut-on être heureux en toutes circonstances ?

Et je ne comprends pas déjà la question... Je ne sais pas comment en déduire la problématique. J'ai essayé de l'analyser :
Le "peut-on" exprime : "Est-ce possible ?", heureux : bonheur. Alors la problématique serait est ce que le bonheur est envisageable ou il dépend des circonstances ?

Réponses

  • Bonsoir,

    J'avais commencé à vous répondre mais mon ordi s'est éteint et j'ai dû tout recommencer. Mais par humanité, et parce que je sais ce que signifie plancher sur une dissertation, je le re-rédige pour vous. Vénérez-moi (et pensez à répondre à ma question sur l'existence d'une formation en droit-philo franco-italien).

    Analyse du sujet :
    "Peut-on" :
    a) Dimension descriptive : "est-il réellement possible, physiquement matériellement réalisable d'être heureux en toutes circonstances ?"
    b) Dimension normative : "est-il moralement permis d'être heureux en toutes circonstances ?" pensons aux injonctions collectives à être triste lors des enterrements, des deuils nationaux.
    Ex: On reproche à Meursault dans L’Étranger de ne pas avoir pleuré sa mère morte et d'avoir rejoint son amante le lendemain de sa cérémonie funèbre. Il y a donc une règle commune qui nous enjoint à ne pas être heureux en toutes circonstances. Cette règle est contestable : CF "l'éthique minimale" de R. Ogien
    MAIS : la dimension descriptive doit être ici généreusement privilégiée car le sujet invite à traiter un thème classique directement lié au chapitre du bonheur.

    "En toutes circonstances" :
    difficile à définir : "indépendamment des aléas de la vie ». Dire que le bonheur est se réalise en toutes circonstances, indépendamment des aléas de la vie c’est dire que même en ayant perdu ma famille, ma patrie, mon argent, ma beauté je suis quand même heureux, car le bonheur s’effectue quelles que soient les circonstances. Cela semble absurde, irrationnel, cela contredit l’observation, l’évidence.
    Pourtant, le stoïcisme enseigne que le bonheur dépend non pas de l’extériorité, c’est-à-dire des circonstances, ces événements de la vie qui échappent à ma maîtrise.

    Pistes pour plan

    I. Non
    1.1 Étymologie « bonheur » suppose fortune, bonnes circonstances
    1.2 Cela contredit l’expérience
    1.2.1 Certaines circonstances sont défavorables au bonheur : être pauvre Camus, qui dans La Mort Heureuse conteste l’adage « L’argent ne fait pas le bonheur » qui est qualifié d’hypocrite et de classiste
    1.2.2 Certaines circonstances sont favorables au bonheur : ne parle-t-on pas de l’heureux gagnant pour désigner celui qui aura coché les bons numéros à la grille du loto ?

    II. Oui
    2.1 Stoïcisme
    Vise la vie heureuse du sujet avec cette connaissance de l’impossibilité pour l’humain de plier le réel à ses seules volontés. Dans ses Entretiens, Epictète, un esclave affranchi, tente de réformer la volonté et d’en faire un consentement à tout ce qui nous arrive effaçant ainsi la béance existant entre la volonté et ce qui advient. Ce qui nous nous trouble, ce ne sont pas les choses en elles-mêmes, mais les représentations que nous nous en faisons et que nous pouvons modifier, autrement dit, les opinions. C’est à travers cet exercice de soi, par un effort de volonté déplaçant question de la maîtrise du réel à la maîtrise de ses jugements que le sujet peut modifier ses passions intérieures comme la douleur, la crainte, le désir
    2.2 Kierkegaard
    Pour les concours j’avais lu un extrait du Journal de Kierkegaard dans lequel il affirme que le bonheur consiste à suivre la vocation divine, l’orientation que Dieu aura greffée en nous. Ainsi, qu’importent les aléas de la vie, si je suis pauvre, si je suis riche, si ma famille meurt, bref les circonstances, je serai toujours heureux lorsque mon action individuelle sera conforme avec ma destination.

    Peut-être que parler de Kierkegaard est un peu hors sujet, mais il propose toutefois une interrogation sur la corrélation entre l'intériorité et le bonheur, comme le stoïcisme, qui s'avère intéressante. Je vous suggère de rebâtir un plan avec vos propre mots, en le détaillant davantage.

    Bon courage :)
  • Merci énormément ! Je regarderai plus en détails demain, je voulais vous répondre le plus vite possible pour vous remercier !
  • Je vous invite également à répondre à mon message concernant une formation en droit-philo franco-italien.
    Bien à vous.
  • mila01mila01 Membre

    Bonjour, je suis en terminale et je dois faire une dissertation en philo ,mais je n’arrive même pas à faire l’introduction. S’il vous plaît pouvez vous m’aider. La question c’est “peut-on être heureux en toute circonstances?

  • JehanJehan Modérateur
    24 janv. modifié

    Bonjour.

    Lis le long message d'Orpheeo un peu plus haut.

Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.